La Masure branlante prend l’eau, elle n’intéresse plus personne…

Publié le 29 décembre 2020 - par - 13 commentaires - 2 441 vues
Traduire la page en :

Il fut un petit larbin cathodique, dérisoire, rose, et obsessionnellement branché mais aussi un grand reporter et envoyé spécial à Paris-ville qui sut échapper, au péril de sa vie narcissique, aux embouteillages, aux tartes à la crème, aux crottes de chiens, aux baffes dans la gueule et aux coups de pieds au cul, dégâts collatéraux encourus par nos tristes guignols de l’info, idoles incontestées en Boboland.

Ambassadeur obséquieux et faussement impertinent de la rue de Solférino, serviteur zélé du Grand Yaka, perroquet servile, caniche bien dressé, il a prêché la bonne parole gauchiste des années durant, ne mordant jamais la main qui le caressait et lui apportait sa pâtée.
Ayant pris pour tête de Turc un de ses confrères, Joseph Poli, plutôt âgé, et n’ayant plus grand poids dans la maison, il n’hésita pas, courageusement, à le moquer à chaque fin de journal, faisant ainsi le bonheur quotidien du bon peuple avachi dans son salon, tout en entretenant à peu de frais sa gloriole à l’aide de plaisanteries et jeux de mots poussifs. Allait-il, en privé, jusqu’à donner des baffes à sa grand-mère ?

En 2003, Michel Drucker lui consacra une émission entière, il valait bien ça. Grand moment télévisuel dans le microcosme gaucho-propagando-médiatique. Drucker et Masure s’admirèrent mutuellement le nombril dans un grand essai de brosses à reluire. C’était touchant ! La présentation de différents journaux télévisés, pendant treize ans, par Masure, est un des événements du XXe siècle – où ai-je la tête ? – qui m’a échappé. Il a écrit là-dessus, on a écrit là-dessus, on l’interroge encore sur ce sujet passionnant. C’est devenu durant des années son fonds de commerce, sa boutique ambulante. Dans toutes les gares, dans les supermarchés à côté des rayons charcuterie en promotion, Masure a vendu du Masure aux masos.

Mais tout passe et la vieille bicoque aigrie par une épopée cathodique aussi peu glorieuse que finie, tente de faire encore parler d’elle de façon la plus minable crachant, en pleine coronafolie, une glaire visqueuse sur un de ses confrères qui a le tort, à ses yeux, de préférer une heure en compagnie d’un sabotier de la Lozère à une sauterie petits fours champagne version gauche caviar.
La masure branlante prend l’eau, plus personne n’en veut et qui l’écoute encore ? Il est grand temps que, dans son entourage, quelqu’un lui donne ce conseil salutaire : Bruno, ferme définitivement ta gueule, tu fais pitié !

Jim Jeffender

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
Silex

Masure n’est plus dans l’air du temps. Macron lui préfère de jeunes gitons racisés aux attributs avantageux. Beaugrand, Attal, Séjourné, Beaune et Riester font le boulot pour vendre la daube macroniste comme les bons petits nervis du lobby LGBT, qu’ils sont.
Le vieil inverti n’intéresse plus personne et le phoque ne va pas tarder à tomber sur la cabane Masure.

Prosper la vipère

Comme on dit: de la gloriole à la déchéance, il n’y a qu’un pas. Et si on se réfère à son âge avancé et à son visage bouffi, il a dû franchir le pas (le rubicon ?) à de très nombreuses reprises.

POLYEUCTE

C’est Lui ? Ce vieux type ?
Vieille Masure en ruine, ?
Les Sourires s’effacent, les Paroles restent !

Stéphanie D.

Lui au moins à eu le bon goût de ne pas nous imposer sa tronche ad vitam aeternam. Le Drucker quand je le vois, il me fait penser invariablement à un morpion accroché à son poil et pour lequel aucun traitement n’arrive à en venir à bout.

Francis

Merci, j’avais besoin d’un paillasson !

L BÉRA

Un grand Bravo, “Jim”! pour ce portrait saisissant d’un commissaire politique des étranges lucarnes.
Dépeindre avec tant de réalisme, la servilité décrépie de ces grands commis de la pensée unique mondialiste, c’est une performance inégalée à ce jour.
De tous ces larbins friqués, grassement payés pour décerveler le petit Peuple, l’amuser et lui mentir, certains se sont reconvertis dans la politique à la Mamère-Bendit.
Mais une majorité de ces pue-jadis rejoignent les mourousis désormais oubliés des cimetières à collabos.
Vraiment, un grand merci. Ils et elles se reconnaitront !

Jeff

Waouh ! Merci beaucoup L Béra, et bravo pour le magnifique néologisme “pue-jadis”.

Nomame

Il n’empêche qu’il a raison sur Pernaut, quelquesoit ce qu’on pense de l’homme Pernaut
Le journaliste Pernault arrivait à tenir une demi- heure chaque midi en ne parlant de…rien, encore plus subtil que de la désinformation

Jeff

Ce qui justifie donc des années d’agressions verbales grossières d’un minable envers un homme amoureux de la France profonde qui lui, n’insultait personne.

patphil

mon dieu que l’image est surprenante, la vieillesse est un naufrage, il devrait le subir en silence
mais enfin il faut bien faire croire qu’on existe quand on est insignifiant

Artemis

Il est à la retraite, crétin ! C est normal qu il reste discret.

Jeff

C’est toi le crétin ! Tu n’as rien compris à l’article ! Il vient d’insulter grossièrement et violemment Jean-Pierre Pernaut. Il est aigri, jaloux et sectaire.

Les ROUGES

Les Spiritueux lui sont néfaste ,pauvre Gauchiasse !

Lire Aussi