La mission parlementaire va-t-elle accoucher d’une souris ?

Publié le 25 janvier 2010 - par

La mission parlementaire sur le voile intégral, présidée par André Gerin, doit rendre son rapport demain. Mais des fuites ont été savamment organisées, et la presse a publié l’essentiel du texte.

Proposition-de-resolution-sur-le-voile-integral-de-la-missio/documents/2411578/47601

On a de quoi s’inquiéter quand on voit les mauvais compromis qui se dessinent. D’abord, l’attitude du PS, qui ose monnayer son vote au retrait du débat sur l’identité nationale. Ensuite, les tergiversations de quelques députés UMP, qui, à l’instar d’un Eric Raoult, osera déclarer, à la fin d’un débat télévisé, qu’il ne peut applaudir Nicolas Sarkozy quand celui-ce déclare que la burqa n’est pas la bienvenue en France.

Tout au long des ces auditions, nous nous sommes inquiétés des éventuelles concessions que les organisations musulmanes allaient demander, en contre-partie d’une interdiction partielle ou totale de la burqa.

En lisant les premières conclusions, on a vraiment l’impression que la mission Gérin :

– Accouche d’une souris et passe à côté de tas de problèmes posés par l’islam (financements publics, prières dans la rue, cantines, etc.)

– Donne bien trop de gages aux musulmans sans contrepartie.

Ces gages sont tout à fait inadmissibles pour les laïques que nous sommes :

– Jours fériés selon la religion des gens

– Extension à l’islam du concordat Alsace-Moselle

– Rôle de médiation des CRCM entre les voilées et la République

– Un mystérieux machin contre l'”islamophobie”, porte ouverte au délit de blasphème
etc.

C’est inacceptable ! On comprend que le fragile équilibre de la mission explose. On comprend encore mieux que Jacques Myard, dont toutes les interventions ont été remarquables, tout au long de ces longs d’audition, n’y trouve pas son compte. Saura-t-il convaincre l’ensemble des députés UMP d’aller bien plus loin que les conclusions de cette mission, et de proposer une loi qui, d’abord interdit le voile intégral sur l’ensemble du territoire, mais aussi examine l’ensemble des problèmes posés par l’islam, dans la France de 2010 ?

Nous lui souhaitons bonne chance, et publions le communiqué qu’il nous a fait parvenir, ce lundi.

Lucette Jeanpierre

« Contribution de Jacques Myard

Pour une loi !

L’apparition du voile intégral (niqab ou burqa) en France depuis quelques années heurte profondément la conscience de la très grande majorité des Français.

Nos concitoyens ressentent cette pratique comme une réelle agression qui exprime un prosélytisme dont l’objectif est l’application effective d’une loi religieuse sur le territoire de la République.

Cette pratique, au-delà de la tradition française, foule aux pieds l’égalité des sexes, la dignité de la personne. Elle constitue, de surcroît, un risque non négligeable de sécurité publique à un moment où l’Etat et les collectivités territoriales multiplient les moyens de videosurveillance.
Dès le mois de mai 2006, j’ai effectué une proposition de loi pour interdire la burqa partout sur le territoire national.

A l’issue des travaux de la mission parlementaire sur le voile intégral – et l’audition de plus de 200 personnalités, il est avéré que cette pratique doit être fermement combattue et qu’elle ne saurait avoir sa place en France.

Toutefois certains souhaitent ne pas l’interdire purement et simplement mais préconisent une résolution qui tout en la condamnant prônerait le dialogue et la pédagogie. Ils mettent en avant la crainte de stigmatiser une partie de la population française de confession musulmane.

Sans écarter cette voie, elle me paraît inopérante face à des adeptes intégristes, voire fanatisés.

L’argument de la stigmatisation n’est pas recevable car une très grande majorité de musulmans rejettent le port du voile intégral et c’est surtout la population française qui se sent rejetée et donc stigmatisée par la volonté de sectarisme et de communautarisme des adeptes de cette pratique.

Seule une loi interdisant et sanctionnant cette pratique est de nature à mettre un terme à ce phénomène qui s’amplifie. On m’objecte parfois les difficultés d’appliquer une telle loi. Les mêmes objections avaient été formulées lors des travaux de la mission sur le voile à l’école qui aboutit à la loi du 15 mars 2004.

En réalité, il s’agit d’un prétexte pour les tenants du slogan « pas de vagues» qui expriment l’ambiance d’une démocratie émolliente.
Pour être clair, il faut agir vite et fermement, justement pour mettre un terme aux dérives communautaristes qui remettent directement en cause la volonté du vouloir vivre ensemble et l’unité de la République.

Voilà pourquoi je suis un ferme partisan d’une loi qui interdit et sanctionne le voile intégral, hic et nunc!

Je rappelle enfin que je suis fortement opposé à la modification de la loi de 1905 sur la laïcité, et plus particulièrement au financement des lieux de culte par les collectivités territoriales ou l’Etat. »

Fin de citation

2) Jacques MYARD regrette que la Mission n’ait pas procédé à un vote sur la proposition d’interdiction totale du voile intégral, alors qu’il existe une majorité nette au sein de la Mission en sa faveur. L’interdiction du voile limitée aux services publics qui semble avoir les faveurs du rapporteur n’est pas représentative de la majorité des membres de la Mission.

Jacques MYARD entend œuvrer pour que le Parlement adopte une loi d’interdiction générale.

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi