La mort du prince d’Arabie saoudite Bandar Bin Sultan : un accroc dans la stratégie américaine en Syrie

Bien que la nouvelle ne soit pas encore officielle, le prince saoudien Bandar bin Sultan est mort. Si l’on en croit le Réseau Voltaire (1), la presse de nombreux pays musulmans  et quelques sites anglo-saxons, le prince aurait été exécuté par les services secrets syriens en réponse à l’attentat de Damas du 17 juillet dernier, où trois généraux de l’armée loyaliste avaient péri.

Réponse du berger à la bergère

Sans s’attarder sur les péripéties de cette infamie qu’est la guerre menée par  l’Otan en Syrie, par islamistes interposés, posons cette question : Qui est le prince Bandar, dont on sait qu’il fut ambassadeur de son pays à Washington et, récemment, chef des services secrets saoudiens ? Un article de François Asselineau nous le présente sobrement (2) :

Ce « personnage est l’homme-lige des Américains en Arabie, entièrement dévoué au clan Bush, au point que le président George W. Bush l’a surnommé son « fils adoptif » et que la presse américaine l’a affublé du sobriquet « Bandar Bush Bin Sultan.

 [L’homme] est connu dans toutes les chancelleries du monde, pour avoir été le grand organisateur des opérations secrètes américano-saoudiennes. Il est ainsi parvenu à détourner des sommes colossales (notamment sur le fameux contrat d’armement Al-Yamamah), afin de financer l’action de groupes jihadistes partout dans le monde, y compris Al-Qaida, et cela avec la parfaite complicité des plus hautes autorités américaines. 

Début 2010, le prince Bandar avait tenté de renverser l’actuel roi Abdallah pour placer son père Sultan, ministre de la Défense, sur le trône. Mais le complot avait échoué et il fut banni du royaume pendant une année. Depuis la mort du prince Sultan, il était devenu de facto le chef de la maison des Sudeiris, le clan des « faucons » au sein de la famille royale. Et il avait été nommé chef des services secrets saoudiens le 24 juillet.»

L’article de François Asselineau référence aussi une vidéo où l’on voit Hillary Clinton, l’actuelle Secrétaire d’Etat des Etats Unis, reconnaître publiquement qu’Al Qaïda est une création américaine et que celle-ci a reçu l’aval du Congres et des dirigeants états-uniens, républicains et démocrates confondus.

[youtube x3I5839szn4]

http://www.youtube.com/watch?v=x3I5839szn4&feature=player_embedded

Création américaine, Al-Qaïda et ses épigones ? Cela se disait déjà dans les sites d’information alternatifs, taxés de complotistes par le journalisme conformiste et  politiquement correct. Mais maintenant que c’est publiquement reconnu par un personnage considérable de l’administration américaine, des questions jusqu’ici interdites pourront être légitimement posées : les attentats imputés à Al-Quaïda, y compris celui du Word Trade Center, ont-ils été commis avec l’aval de la CIA et des plus hautes autorités étatsuniennes ? Autant de dossiers qu’il convient aujourd’hui de rouvrir.

Nous savions déjà que les services spécialisés américains ont toujours soutenu, financé et manipulé les islamistes, d’abord en Egypte avec les Frères musulmans et ce depuis leur fondation en 1925, puis et de manière éclatante en Afghanistan, puis encore en Tchétchénie et, il n’y a guère, en Libye. Et c’est à nouveau  ce qui se déroule aujourd’hui sous nos yeux dans le Sahel et en Syrie. Pour les besoins de la cause, une monstruosité linguistique et sémantique a même été forgée en qualifiant des types comme les émirs saoudiens et qataris de « musulmans modérés ».

On ne le dira jamais assez, l’islam n’est pas incompatible à l’Ordre libéral. Les Américains, qui l’ont compris depuis fort longtemps, s’en servent en le propulsant partout où il y va de leur intérêt. Leurs serviteurs européens, à commencer par notre Flamby national, ne font que suivre ─ au préjudice de la nation qu’ils dirigent.

La mort du prince Bandar est peut-être un accroc à cette stratégie mortifère car, avec son élimination, c’est une des pièces maîtresses du dispositif qui vient de tomber. Personnellement, je m’en réjouis.

Ahmed Ghlamallah

(1) On peut penser ce qu’on veut du Réseau Voltaire, mais sur la guerre que l’Otan mène en  Syrie, il est la principale source francophone de réinformation. http://www.voltairenet.org/La-Syrie-aurait-elimine-Bandar-ben

(2) http://www.u-p-r.fr/actualite/monde/prince-bandar-arabie-syrie-bush

image_pdf
0
0