La municipalité socialiste de Strasbourg brade l'espace public et abandonne les Alsaciens

Bonjour,
Le 1er décembre, les Dernières Nouvelles d’Alsace ont publié un article faisant état de la construction prochaine d’une église orthodoxe russe à Strasbourg.
Comme cela a été le cas pour la mosquée, le terrain a été purement et simplement donné par la Ville de Strasbourg.
J’ai écrit la lettre suivante à l’adjoint chargé des cultes, Olivier Bitz.
 » Monsieur,
J’ai appris dans les DNA, que la Ville de Strasbourg venait de faire don d’un terrain de 50 ares pour que se construise une église orthodoxe.
Je vous pose la question suivante: combien de temps encore, la municipalité va t’elle bafouer la laïcité en finançant directement ou indirectement les religions?
Déjà pour la grande mosquée, des deniers publics (bien plus utiles pour d’autres
actions) ont été gaspillés pour la construction de cet édifice cultuel et, déjà, le terrain avait été donné par la Ville.
Vous allez sans doute m’opposer le régime concordataire d’Alsace-Moselle, comme l’a déjà fait votre collègue Mathieu Cahn, qaund je lui ai fait part de mon indignation à propos du jardin interreligieux de la Meinau.
Mais le Concordat n’a pas prévu le financement de cultes autres que les cultes catholique, réformé, luthérien et israëlite. Or là, c’est l’islam d’abord, l’orthodoxie ensuite, qui ont fait l’objet d’une sollicitude déplacée de la part de l’équipe municipale.
Vous prétendez être de gauche, mais vous faites allégeance à des idéologies obscurantistes, qu’il vous appartiendrait plutôt de contraindre pour qu’elles ne débordent pas du strict domaine privé. Au lieu de ça, vous leur faites de la publicité et leur donnez de la visibilité. Après la mosquée au style très oriental, voilà une église orthodoxe que je qualifie de « pâtisserie byzantine », qui ne cadrera pas du tout avec l’architecture locale.
Plutôt que d’oeuvrer à l’abolition du régime concordataire dans les départements 57, 67 et 68, ce qui constituerait une vraie politique de gauche dans l’esprit d’Emiles Combes, vous déroulez le tapis rouge à toutes sortes de croyances et vous mettez le doigt dans un engrenage dangereux qui mène au communautarisme ethnico-religieux.
Quand la Ville de Strasbourg va t’elle construire une reproduction du temple d’Angkor pour satisfaire les bouddhistes ou une réplique du Parthénon pour complaire aux adeptes du cultes d’Athéna?
En 2008, j’ai contribué à votre élection, mais, face à cet agenouillement devant les religions, je me suis juré depuis de ne plus jamais voter socialiste.
Je ne reviendrai sur cette décision que lorsque vous conduirez une véritable politique de gauche, fondée sur les valeurs républicaines authentiques et pas sur des concepts creux comme le multiculturalisme ou le « vivre-ensemble ».
Redescendez sur terre et sortez de votre carcan idéologique fait de bien-pensance et de politiquement correct.
Le visage de Strasbourg, ma chère ville natale, est en train de changer, mais pas en bien. De plus en plus de personnes, dans mon entourage proche ou lointain, s’en offusquent et commencent à tenir des propos radicaux.
Le repli communautaire se fait nettement sentir et une certaine hostilité à l’égard des Strasbourgeois et Alsaciens « de souche » comme on dit, est clairement palpable. J’ai personnellement été victime de l’injure raciste de « sale Alsacien ».
Votre politique d’apprentis-sorciers n’y est pas étrangère.
A bon entendeur… »

A noter cependant que pour l’édification de cette église orthodoxe, il n’y a pas de financement public direct qui est prévu, le financement « devrait » être pris entièrement en charge par le patriarcat de Moscou.
Cordialement.
Didier MEY
Membre de Résistance Républicaine

image_pdfimage_print