La naïveté déconcertante de Michel Onfray vis-à-vis de la Boétie

Loin de moi bien sûr, l’idée de mépriser et encore moins de dénigrer le plus grand philosophe de tous les temps, adulé comme il se doit, bien sûr, par tous les médias et dont les 100  livres, oui les 100 livres ! écrits grâce à un fordisme jusque-là inconnu ou comme on voudra un stakhanovisme de la pensée irréfrénable, sont traduits dans des centaines de langues. Il n’appartient pas à moi, illustre inconnu fait de cette vulgaire terre glaise de la création, de me mesurer à cette grandiose statue comme déjà achevée par le grand Falconet.

Comme une sorte de drapeau à ce qui n’est ni un magazine ni vraiment un livre, Front populaire, Michel Onfray a choisi une phrase de La Boétie : « Soyez résolus à ne plus servir et vous voilà libres ». La Boétie est un Français et cela me va à merveille. Comme Michel Onfray, j’apprécie beaucoup La Boétie ; je dirais même que je le crois comme un des plus grands génies de tous les temps. D’abord, il a écrit un livre franchement extraordinaire intitulé « Discours de la servitude volontaire » qui démontre, en des termes simples, que si nous sommes asservis par des tyrans, c’est parce que nous avons consenti à le devenir. Ensuite, il faut souligner que ce traité a été écrit au XVIe siècle, c’est-à-dire à un moment où l’idée de la liberté d’expression et la volonté  de s’émanciper de quelque tutelle que ce soit étaient totalement absentes. La Boétie en ce sens peut être considéré comme le précurseur très lointain de l’anarchisme puisqu’il appelle en fait les gens, en refusant le tyran, à se gérer par eux-mêmes. Enfin, quand il écrit son traité, La Boétie n’a pas encore 18 ans : quelle maturité extraordinaire en ces temps d’obscurantisme !!!

Mais si Michel Onfray est un grand philosophe, il est, en aimant la Boétie, un grand poète irréaliste et donc dangereux. Il est irréaliste car la vie des hommes ne se limite pas, et loin s’en faut, à cette équation proprement mathématique pour ne pas dire mécanique. Elle est énormément beaucoup plus complexe car il y entre des phénomènes qui ébranlent le granit de ladite équation. Il y a d’abord la peur des faibles vis-à-vis des forts qui les dissuade de remettre en cause le pouvoir du tyran. Il y a également l’habitude qui se répète instinctivement dans l’histoire ; bien sûr, m’objecterez-vous, il y a eu en ce monde de très nombreuses révoltes qui toutes, cependant, ont fini par être maîtrisées par les mâles dominants des pouvoirs en place. Il y a également le confort, sa femme, ses enfants, sa maison que les faibles craignent de voir disparaître. On pourrait ajouter qu’il y a la paresse après être sorti de la servitude, de s’organiser, ne sachant comment s’organiser. Ce qui signifie qu’être résolu à ne plus servir nécessite une longue préparation. C’est cette très longue préparation, d’ailleurs, qui avait facilité le succès des anachistes espagnols en 1936. Michel Onfray me pardonnera mais ce n’est certainement pas son Front Populaire qui servira à cette noble expectative. Il faut beaucoup plus que cela : les Espagnols avaient mis un bon siècle pour réussir ! L’illustre philosophe enfin est dangereux car il crée un faux espoir parmi les gens : ce n’est pas parce que demain on ne sera pas résolu à servir le tyran Macron qu’atterrira dans une belle plénitude le paradis sur terre. Les Gilets jaunes en savent quelque chose ! Macron est toujours là et ils n’ont même pas réussi à obtenir… de lui, le référendum d’initiative civique (RIC).

Enfin, Michel Onfray se targue de beaucoup travailler et de beaucoup lire. Or manifestement, il est un livre fondamental qu’il n’a jamais lu, c’est Psychologie des foules écrit en 1895 par Gustave Le Bon, soit bien avant les apocalypses des Première et Seconde Guerres mondiales. Bien avant le déclenchement de ces deux guerres, on en a vu des pacifistes genre Jaurès s’adresser à tous les peuples des belligérants, leur demandant d’être résolus à ne plus servir pour devenir libres. Et pourtant, oubliant l’instinct grégaire profondément ancré en eux, ils se sont jetés dans la gueule du loup sans le premier des moindres remords. Et pourtant encore, manipulés par la bourgeoisie comme l’a démontré le philosophe marxiste italien Gramsci, ils s’y sont jetés « la fleur au fusil » dans ces deux saloperies de guerre. Il faut lire les phrases suivantes de Gustave Le Bon pour saisir la naïveté de La Boétie et donc d’Onfray : « Ce n’est pas le besoin de la liberté, mais celui de la servitude qui domine toujours dans l’âme des foules. Elles ont une telle soif d’obéir qu’elles se soumettent d’instinct à qui se déclare leur maître ». Et d’ailleurs, La Boétie lui-même en convient et le déplore :  » Chose vraiment surprenante… c’est de voir des millions de millions d’hommes, misérablement asservis, et soumis tête baissée, à un joug déplorable, non pas qu’ils soient contraints par une force majeure, mais parce qu’ils sont fascinés et, pour ainsi dire, ensorcelés par le seul nom d’un, qu’ils ne devraient écouter, puisqu’il est seul, ni chérir, puisqu’il est, envers eux tous, inhumain et cruel ».

Alors Monsieur Onfray, si vous voulez être honnête, c’est-à-dire ne pas fourvoyer vos lecteurs sur une voie irréelle qui n’aboutira sur rien, il vous faut trouver un autre chemin plus concret et réalisable que la seule observation de La Boétie qui, vous en conviendrez volontiers avec moi, n’a débouché sur aucune réalisation heureuse et viable. Se gargariser de mots, c’est bien, mais la poésie n’est pas un espoir… et les peuples aujourd’hui, en ont tellement, d’espoir. Moi, l’illustre inconnu, je vois un vrai chantier à entreprendre dans l’immédiat : SAUVER NOTRE CIVILISATION… car il ne lui reste plus beaucoup de temps encore à vivre, à l’heure où je vous parle. Merci à l’avance pour votre aimable attention.

Philippe Arnon

image_pdf
0
0

27 Commentaires

  1. J’apprécie Onfray, guerrier de la 25è heure (JMLP est passé avant lui) mais je n’en ai jamais fait un philosophe…Fort cultivé, il n’en a pas cependant la pointure. Lisez plutôt Latour ou Coussedière…

  2. J’aime lire Onfray, il est stimulant intellectuellement, honnête et courageux pour le moins. Cependant je crains d’être déçue par la suite qui semble prise à partir de sa dernière et prometteuse initiative: je ne vois pas que cela provoque l’action et des engagements concrets chez ses partisans; or dans les circonstances c’est le grand et prioritaire besoin.

  3. Ce n’est pas le besoin d’être asservis, mais d’être protégés qui poussent les peuples vers des « Tyrans ». Ceux là sont des hommes forts vers lesquels tous les regards se tournent en cas de danger réel ou présumé. Un homme libre est un homme seul, donc il sera victime des prédateurs. D’ailleurs, c’est ce que veut le libéralisme: L’individualisme et la liberté. Lacordaire: « Entre le fort et le faible, c’est la liberté qui opprime, et la loi qui affranchit ».

    • vous avez raison ce qui m’intéresse c’est d’être protégé ainsi que mes enfants
      je voterai pour un homme fort si j’estime qu’il va me protéger

  4. Arnon est un très bon auteur, sauf quand il taquine impudemment Berlin, ce qui me rend positivement nerveux.

    Vous écrivez « L’illustre philosophe enfin est dangereux car il crée un faux espoir parmi les gens ». Le rôle premier d’un philosophe est d’inciter au questionnement personnel et non d’élaborer un sentier politique salvateur.

  5. « Se gargariser de mots, c’est bien, mais la poésie n’est pas un espoir… » La poésie, cher Monsieur ne se gargarise pas de mots, et elle est l’Espoir même. Par ailleurs si La Boetie fut un poète prometteur, Onfray n’est absolument pas un poète. La poésie c’est le fondement de la littérature, la source même de la pensée !

  6. Les « tyrans » sont souvent ceux qui prennent sur eux de mener leur peuple sur des chemins praticables mais sans avoir respecté les « constitutions » de leurs cités. Certains sont des assoiffés de jouissances et des pervers, d’autres sont au contraire des despotes éclairés comme on disait au 18ème siècle.

    Il ne faut pas oublier qu’Onfray est de gauche, c’est à dire universaliste, et que la « dictature du prolétariat » ne lui est pas étrangère, même si… L’article rappelle cette phrase de Platon: « Il faut couronner de fleurs les poètes, puis leur demander de quitter l’assemblée pour qu’elle parle des choses sérieuses » . Certes Platon voyait une différence entre les philosophes et les poètes mais il n’avait pas lu Nietzsche…

    • quand je me sers d’une bombe pour tuer les moustiques je me fous de savoir si son contenu respecte les normes européennes ; ce qui m’importe c’est que la bombe tue les moustiques

  7. Bravo pour cet article qui développe parfaitement les difficultés avec toutes les nuances possibles – quoique avec peut-être une ironie à l’égard de la prolificité d’Onfray qui nuit un peu à votre thèse pouvant faire croire à ses admirateurs inconditionnels dont je ne fais pas partie que vous lui êtes un peu hostile – de la phrase la plus connue de La Boétie. Pour ma part, j’ai toujours perçu qu’elle faisait trop la part belle à l’intellectualisme en sous-estimant le poids du charnel. Onfray le matérialiste épicurien devrait être le mieux placé pour le comprendre !

  8. La misère des peuples est une ressource financière inépuisable pour les écrivains et philosophes .Pour les journalistes ,ce sera une explosion dévastatrice ou un attentat ; pour Onfray les Gilets jaunes ,un Zemmour l’islam .ils vendent des mots , du papier grâce aux maux de l’Humanité .Il en est de même pour les chanteurs de variété .Lili a enrichit P. Perret et la société qui grave ses CDs. il y en a tant d’autres . Qu’ont – ils tous fait de concret pour ce peuple qu’ils brosse dans le sens du poil enfin de mieux leur vider les poches ?

  9. vous avez raison, il ne suffit pas de résister pour être libre
    les principaux combats consistent dans la diminution de la population mondiale, la suppression de l’immigration et la lutte contre les islamistes, sauver notre civilisation comme vous le dites
    et si onfray avait lu l’article de de castelnau dans la 1ère revue de front populaire il se serait rendu compte que macron n’est pas un tyran car il a les fers aux pieds que lui mettent:
    les gafa, les multinationales, les organisations internationales dont européennes, le conseil constitutionnel, le conseil d’état, la presse, les lobbys,
    la France n’est pas souveraine
    onfray n’arrive pas à la cheville de zemmour

  10. Voire la rencontre Luchini/Onfray en 2016 où L explique Nietzsche et où O ne cherche qu’une chose, à se singulariser et s’auto-promouvoir… Car enfin, O est richissime, il court les plateaux télé entre 2 livres, il a compris que c’était mieux payé que l’Educ nationale…
    La ‘pensée’ de O c’est comme tous les intellectuels des plateaux télé, c’est beaucoup d’ego. Si vous connaissez le nominalisme de M Foucault, vous comprenez ce besoin de ‘réécriture’ de l’histoire de la pensée. O a une qualité que n’avait pas Foucault, la maîtrise du discours médiatique, d’où son succès. O ‘enseigne’ a des ignorants qui gobent… normal.
    Je reviens à la rencontre Li/O. Lorsque L indique que c’est le personnage d’Alceste (le Misantrophe) qui convient à O, celui-ci lui rétorque Cyrano. Tout est dit.

    • Merci pour la référence à cette interview que je n’avais pas vue. J’en ai regardé un extrait. C’est vrai que Luchini explique bien mieux Nietzsche qu’Onfray qui le ramène toujours au ras des pâquerettes de l’actualité. Ainsi, il est nietzschéen parce qu’il est « un homme libre, qui travaille, qui pense, réfléchit, ne se laisse influencer par rien ni personne, lit la presse de droite quand la gauche est au pouvoir et inversement ». Pathétique ! Luchini comprend qu’être nietzschéen c’est une gageure, une exigence et en se dénigrant au regard de cette ambition écrasante, il est bien plus nietzschéen qu’Onfray parce qu’il se regarde en face. Il est bobo et il le sait, tout comme Onfray qui s’en défend en mettant en avant ses origines paysannes.

  11. Est il possible qu’un jour, il y ait relache avec Michel Onfray ? Franchement, ça devient pénible. On sait bien qu’on a pas beaucoup de « penseurs » mais de là à nous en servir tous les jours et sur tous les sujets………….STOP. La barbe !!!!!! Et, on vous l’a déjà dit : on en a assez du culte de la personnalité et là, on est en plein dedans.

  12. Je croix qu’il serait plus efficace de combattre les débiles applications que notre civilisation utilise actuellement concernant l’humanitarisme et le droit de l’hommisme , l’universalisme ethnocentré prétentieux et tout ce que ça entraîne de relativisme , d’égalitarisme et j’en passe…
    C’est ça qui nous détruit….

  13. Qualifier Michel Onfray de ‘plus grand philosophe de tous les temps’, c’est franchement n’avoir pas beaucoup de culture ni de connaissances. A la rigueur on peut dire que c’est le plus grand philosophe français actuel, ce qui fait deux limites, l’une dans le temps et l’autre dans l’espace. Le philosophe et ‘celui qui aime la sagesse’, et la sagesse ne peut exister sans avoir résolu en soi le problème de l’ ‘existence’ et avoir ‘Connaissance’ ultime. C’est d’un tout autre niveau que des questions sociétales ou politiques… Mais bon, en France on dit que BHL est un philosophe, ça montre le niveau de la philosophie dans ce pays ! Du radotage. Ceci dit, oui, Michel Onfray est excellent par les temps qui courent…

    • Très pertinent commentaire sur Onfray ! Mais le principal sujet de l’article est la naïveté de Onfray reprenant à son compte la citation la plus célèbre de La Boétie, laquelle naïveté nuit à tout projet de libération vis-à-vis de toute tyrannie. L’auteur montre que pour être libre il faut le pouvoir et le pouvoir nécessite tout préalable travail sur soi. Dans l’hindouisme comme dans beaucoup de spiritualités il y a la recherche préalable de cette libération intérieure via le yoga et d’autres pratiques plus ou moins médidatives. En Occident, cela peut passer par des démarches tout à fait laïques mais qui nécessitent toujours un long cheminement. Or, le monde occidental est totalement déchristianisé et préfère la vie terrestre sans plus se poser de questions autres que comment faire ceci…

      • En réponse à tous : ne votez plus JAMAIS, pour personne, alors il faudra bien qu’il se PASSE QUELQUE CHOSE… INSTAURATION DU VOTE OBLIGATOIRE SOUS PEINE DE?? OUI SANS DOUTE MAIS COMMENT SANCTIONNER UN PEUPLE ENTIER QUI NE VOTE PLUS ? Question cruciale qui était valable avant que notre « population » ne devienne bigarrée et ne constitue plus ce que nous appelions jadis le peuple français.

  14. Un homme de gauche cosmopolite c’est ce qu’il a toujours été.
    Alexandre, Néron, Julius, Carolus, Napoléon ont été à la tête de l’Empire mais ils n’étaient pas seuls, il y a toujours eu derrière des manipulateurs pour se créer des richesses et croître dans l’ombre du pouvoir occulte que l’on nomme aujourd’hui l’état profond.
    L’esclavage a toujours été le moyen de bâtir des fortunes, son avant-dernière forme est dans ce que décrit très bien Gustave : le consentement. l’Afrique et le Moyen-Orient pratique encore l’ancienne méthode.
    Aujourd’hui sa dernière mutation s’effectue dans le pays continent laboratoire Chine par l’intermédiaire du parti communiste à sa tête, avec une arme redoutable : l’IA.
    📯⚔️🇫🇷🧳⚰️

  15. Je n’ai lu ni l’un ni l’autre, mais je suppose volontiers que La Boétie sert essentiellement de tremplin à une pensée plus profonde et élaborée ; la phrase évoquée permet de souligner un principe général fortement revendiqué dans le travail d’Onfray, justement pour sauver la civilisation, mais qui ne s’y arrête pas de façon obtuse.

  16. Dans quelques mois ce ne seront pas des livres qui vous sauveront la vie ,mais des cartouches breneques …..faites le plein aupres de vos potes chasseurs ,entretenez memes les vieux 12 …….comprend qui veut !!! (ne comptez pas sur les FO)

    • oui les stands de tir aideront davantage à résister que la revue front populaire et autres revues

  17. Onfray doit être encore en train de préparer son 10 000 ème livre bâclé. Franchement il faut arrêter d’appeler philosophe un enseignant en philosophie qui invente des concepts creux et qui nous sort la énième tarte à la crème sur la déchristianisation de la France ou de l’Europe qui va aboutir à l’apocalypse, à savoir la fin de la civilisation occidentale. En revanche, vous avez raison les gens aspirent à la servitude. Et ils se croient libres quand ils ont trouvé un gourou pour penser à leur place qu’ils s’appellent Onfray, Raoult ou Zemmour sans compter la liste invraisemblable des sauveurs de la France. Il n’y a pas de gourou, il n’y a pas de sauveur. Il y a nous face à la réalité. Et la meilleure façon d’échapper au système ce n’est pas de le combattre à l’extérieur mais en nous.

  18. Vous avez raison M. Arnon!
    Cependant, M. Onfray fait ce qu’il peut et c’est beaucoup… cela pourrait catalyser une voie politique salvatrice. Mais nous entrons dans une zone de turbulences et d’incertitudes.

    • L’inconvénient d’Onfray est que dès le départ il considère que notre civilisation est fichue et qu’il faut accepter sa fin armé de sa seule élégance !

      • Onfray n’est qu’un pitoyable orgueilleux ! le général lui aussi avait de l’orgueuil mais il le mettait au service de la France 🇫🇷

Les commentaires sont fermés.