La nouvelle interpellation de Drouet prouve que ce régime est aux abois

Publié le 3 janvier 2019 - par - 166 commentaires - 4 291 vues
Traduire la page en :

Éric Drouet a été interpellé une nouvelle fois le 02/01/2019 à Paris alors qu’il participait à un rassemblement en hommage aux manifestants morts ou blessés depuis le début du mouvement des Gilets jaunes, ainsi qu’une dizaine de femmes ayant projeté de déposer pacifiquement des bougies en leur mémoire. Les images de cette interpellation spectaculaire ont immédiatement enflammé les réseaux sociaux, provoquant la réaction indignée de plusieurs personnalités :

Le gouvernement aurait voulu souffler sur les braises d’un mouvement contestataire pour le radicaliser encore plus qu’il ne s’y serait pas pris autrement. Serait-ce une stratégie pour gagner la bataille de l’opinion, la seule qui parait importante aux yeux d’Emmanuel Macron à l’approche des élections européennes, dont l’impact est pourtant limité sur le plan de notre politique intérieure ?

Quoi qu’il en soit le climat délétère qui règne actuellement dans notre pays est sans précédent – pour les gens de ma génération en tous cas – et la répression à outrance qui s’exerce notamment sur Éric Drouet, qui pour mémoire n’a jamais commis de violence, en fait nécessairement un symbole de l’application des lois à géométrie variable et à des fins purement politiciennes, ce que beaucoup d’entre nous savent pertinemment, parfois pour l’avoir personnellement expérimenté.

Seulement cette fois cela se voit beaucoup trop, et la couverture de cette répression atteint nombre de nos compatriotes qui s’aperçoivent des dérives de notre exécutif, qui démontre ainsi à quel point il est aux abois, fébrile, et prêt à tout pour se maintenir au pouvoir, sauf à en appeler à la démocratie…

Ne vous y trompez pas : ce n’est pas la France qui vacille. C’est le pouvoir. La France, elle, vient précisément de prendre ses premiers coups de défibrillateur !

Sébastien Jallamion

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi