La nouvelle interpellation de Drouet prouve que ce régime est aux abois

Publié le 3 janvier 2019 - par - 167 commentaires - 4 279 vues
Share

Éric Drouet a été interpellé une nouvelle fois le 02/01/2019 à Paris alors qu’il participait à un rassemblement en hommage aux manifestants morts ou blessés depuis le début du mouvement des Gilets jaunes, ainsi qu’une dizaine de femmes ayant projeté de déposer pacifiquement des bougies en leur mémoire. Les images de cette interpellation spectaculaire ont immédiatement enflammé les réseaux sociaux, provoquant la réaction indignée de plusieurs personnalités :

Le gouvernement aurait voulu souffler sur les braises d’un mouvement contestataire pour le radicaliser encore plus qu’il ne s’y serait pas pris autrement. Serait-ce une stratégie pour gagner la bataille de l’opinion, la seule qui parait importante aux yeux d’Emmanuel Macron à l’approche des élections européennes, dont l’impact est pourtant limité sur le plan de notre politique intérieure ?

Quoi qu’il en soit le climat délétère qui règne actuellement dans notre pays est sans précédent – pour les gens de ma génération en tous cas – et la répression à outrance qui s’exerce notamment sur Éric Drouet, qui pour mémoire n’a jamais commis de violence, en fait nécessairement un symbole de l’application des lois à géométrie variable et à des fins purement politiciennes, ce que beaucoup d’entre nous savent pertinemment, parfois pour l’avoir personnellement expérimenté.

Seulement cette fois cela se voit beaucoup trop, et la couverture de cette répression atteint nombre de nos compatriotes qui s’aperçoivent des dérives de notre exécutif, qui démontre ainsi à quel point il est aux abois, fébrile, et prêt à tout pour se maintenir au pouvoir, sauf à en appeler à la démocratie…

Ne vous y trompez pas : ce n’est pas la France qui vacille. C’est le pouvoir. La France, elle, vient précisément de prendre ses premiers coups de défibrillateur !

Sébastien Jallamion

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Pilaf
Halte au pleurnichisme

Pas de problème. A condition que tous ces gens renoncent à se faire soigner dans les hôpitaux, à se faire rembourser leurs examens et médicaments par la sécu, et renoncent à leurs allocations familiales, je dis chiche

l'Orcus

le début de printemps sera chaud ,le mois de mai sera brulant.
Aux armes citoyens ….qu’un sang impur abreuve nos sillons.(hymme national Français donc censure interdite… c’est la loi)

Pilaf

Michel Thooris (Syndicat France Police) http://www.bvoltaire.fr/michel-thooris-linterpellation-ultra-mediatisee-deric-drouet-sera-incomprise-et-va-creuser-un-peu-plus-le-fosse-entre-la-police-et-la-population/

Et tout ce que dit Michel Thooris, c’est ce que la plupart ici constatent !

Pilaf

(Suite) quartiers et les moyens humains que la préfecture de police est capable de déployer sur Paris, ça laisse songeur. Comparativement à l’interpellation d’E. Drouet, des centaines de points de vente de stupéfiants tenus par des dealers aux pieds des barres d’immeubles empoisonnent la vie des habitants de ces quartiers. Mais là, curieusement, la puissance publique est incapable de rétablir l’ordre public. Cette interpellation ultra-médiatisée restera incomprise par une majorité de l’opinion publique et va creuser un peu plus le fossé entre la police et la population. » « Perdre un œil, une main ou avoir un poumon perforé par un élément… lire la suite

Pilaf

http://www.bvoltaire.fr/michel-thooris-linterpellation-ultra-mediatisee-deric-drouet-sera-incomprise-et-va-creuser-un-peu-plus-le-fosse-entre-la-police-et-la-population/
Extraits: « Les blessures des gilets jaunes s’apparentent à des blessures qu’on constate en zone de guerre »
« En 2005, lors des émeutes de banlieues, il n’y a eu aucun blessé recensé du côté des casseurs alors qu’environ 80 de mes collègues ont été touchés par des tirs d’armes à feu. »
« Notre syndicat s’étonne que, pour un simple rassemblement de quelques dizaines de personnes voulant juste poser des bougies en hommage à des victimes, les autorités envoient autant d’effectifs et fassent procéder à une interpellation sous cette forme très médiatique. Lorsqu’on voit les problèmes d’effectifs que nous avons dans certains…

Av 75..

Certes c’est le pouvoir qui vacille je dirais mème qu’il n’a plus aucune cŕedibilitè si ce n’est auprès des bobos gauchos collabos mais qui n’aura pas l’èlègance, le courage de faire un rèfèrendum et quu va ètre de plus en plus violent, dangereux et nous mène à la guerre civile..Cependant, tout est prèfèrable que vivre à genoux