La nouvelle Ukraine nomme trois ministres étrangers aux postes clés

Publié le 4 décembre 2014 - par - 1 199 vues

poutine-fini-de-jouerLa “nouvelle” Ukraine  vient de se doter d’un nouveau gouvernement composé de trois personnalités étrangères  à qui la nationalité ukrainienne sera octroyée rapidement.

Deux de  ces trois ministres étrangers prochainement naturalisés se voient confier deux ministères clés : le Ministère de l’Economie et le Ministère des Finances. 

Ces nominations de ministres étrangers est justifié par le Président ukrainien en arguant du fait de  la nécessité de lutter contre la corruption ambiante en Ukraine et en partant du principe que des personnalités étrangères étant extérieures au pays ne seraient susceptibles d’y céder à leur tour. 

Curieusement en France les grands médias se font  très discrets sur ces nominations. Les rares  médias qui évoquent ces nominations  présentent ces ministres comme des techniciens.

Il convient quand même de noter les faits suivants  :

d’abord la nationalité d’origine de ces 3 nouveaux ministres : USA, Lituanie Georgie; deux d’entre eux  ne sont pas ressortissants de pays membres de l’Union européenne. Le seul qui l’est, responsable jusqu’à ce jour d’un fond d’investissement, est citoyen d’un  pays, la Lituanie qui fait partie des états européens  les plus liés et les plus alignés sur la politique américaine.  

Quant à la ministre venant des USA mais d’origine ukrainienne,  elle a tout de même travaillé de longues années pour le ministère des américains des Affaires étrangères. Comme “pure technicienne” non liée  au milieu politique on fait mieux.

En outre elle vit depuis 12 ans en Ukraine en ayant travaillé à l’Ambassade US.  Donc l’argument d’un oeil neuf sur la réalité ukrainienne et à l’abri de toute compromission avec  les milieux d’affaires et  politique ukrainiens est pour le moins  discutable.  

Mais ce qui est le plus frappant, c’est que  bien évidement,  aucun de ces ministres étrangers futurs naturalisés ne provient de pays d’Europe de l’Ouest : Allemagne, France, Italie, Espagne, Autriche, Pays-Bas, Belgique. Sans doute le niveau de corruption dans ces pays doit ête sensiblement supérieur  à celui qui prévaut en Georgie et en Lituanie. Ouf le peuple ukrainien l’a échappé belle. 

Reste qu’entre une armée ukrainienne dans les mains de l’OTAN, laquelle OTAN  n’a rien à refuser à la diplomatie américaine,  et le fait que la plus grande compagnie de gaz ukrainienne, la société Burisma,  ait nommé à sa tête le fils du Vice Président américain Joe Biden à la suite d’un montage quelque peu opaque contribue à une prise en main de l’Ukraine par les seuls intérêts américains et ce encore plus depuis la nomination de deux ministres  étrangers “pure laine atlantiste” à des postes ministériels les plus stratégiques. 

Ainsi,  si sur le papier  la nouvelle Ukraine  est censé se rapprocher de l’Union européenne, dans les faits elle est avant tout en train de devenir  un “protectorat américain”.   

On comprend mieux dans ces conditions l’attitude de la ministre adjointe des Affaires étrangères américaines, Victoria Nuland lors des événements de la place Maïdan, qui parlant des européens en s’adressant  à l’Ambassadeur de son pays  à Kiev avait tenu les propos suivants : “fucked EU”, qu’on pourrait traduire en français approximativement par : “que les Européens aillent se faire foutre”.

Bravo pour nos politiques tant de gauche que droite qui nous gouvernent  depuis 40 ans et qui à chaque élection européenne, nous expliquent que plus d’Europe c’est plus de France, et que l’Europe unie est une voix qui compte dans le monde. 

N’oublions pas non plus  la petite variante de gauche qui appelle régulièrement à une Europe plus sociale, qui comme un mirage s’éloigne à chaque fois de l’horizon. 

Rigdebert Rinocero

 

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi