La nullité sidérante du clip de campagne de François Hollande pour la primaire socialiste

 
J’ai toujours été amusée par les « clips » de campagne des candidats aux élections, qui se vantent et se vendent comme des lessives ou des croquettes pour chiens.
Mais dans le genre, j’ai rarement ressenti un tel sentiment de vide sidéral, de ridicule et de nullité qu’en découvrant le clip de François Hollande pour la primaire socialiste du 9 octobre.
Regardez : c’est incroyable d’avoir une « comm » aussi risible :
[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xktnfh_clip-de-campagne-de-francois-hollande_news[/dailymotion]
La vidéo est purement graphique et textuelle. Pas une image de personne, même pas de François Hollande, pas une illustration.
Pendant 45 secondes, on voit défiler une avalanche de chiffres censés représenter le bilan catastrophique du mandat présidentiel de Nicolas Sarkozy, à un rythme de plus en plus rapide, et qui finissent par remplir tout l’écran.
Puis un blanc, et puis en quelques secondes trois messages successifs :
– « On continue ou on change ? »
– « François Hollande  Nous avons un avenir à changer »
– « Le 9 octobre, faisons gagner la gauche.»
Rien ne dit que François Hollande ferait mieux que Nicolas Sarkozy, et même que ses concurrents à la primaire (car je rappelle que c’est un clip pour la campagne de la primaire socialiste !) Vous pouvez remplacer le nom « François Hollande » par « Martine Aubry », « Ségolène Royal » ou pourquoi pas « Jean-Luc Mélenchon » ! On se demande pourquoi il faudrait alors voter pour lui le 9 octobre.
Rien ne distingue la particularité de François Hollande. Pas un mot sur un projet pour la France, une vision d’avenir, un programme. François Hollande ne se définit que par l’anti-Sarkozysme. Aucune empathie, aucun charisme, mais au contraire une platitude sidérante.
Ce clip montre un François Hollande invisible, candidat du néant. Le seul terme utilisé est celui du « changement », vache à lait éculée par pratiquement tous les candidats challengers à toutes les élections. Et on ne sait pas en quoi constituerait ce « changement ».
Dans la « comm », les publicités sont à l’image du produit. On sait maintenant ce que vaut le « produit » François Hollande !
Djamila GERARD

image_pdf
0
0