« La persécution des chrétiens dans le monde », de Raphaël Delpard, à Paris

Publié le 11 novembre 2017 - par - 14 commentaires - 1 295 vues
Share

J’ai eu la triste chance d’être le premier à visionner, avant même sa première présentation publique, le film que Raphaël Delpard vient de consacrer, après des années de travail opiniâtre, dans des conditions difficiles, au sort douloureux des chrétiens (mais aussi d’autres minorités religieuses) en Orient et dans le monde. Raphaël Delpard est loin d’être un inconnu des lettres et de l’image françaises : une trentaine d’œuvres littéraires et théâtrales, des prix littéraires, une dizaine de films. S’il ne fait pas mystère de sa distance d’avec les choses de la religion, et même de la foi, il semble pourtant avoir été fasciné par le mystère de cette persécution : un triple mystère.

Pourquoi le christianisme est-il persécuté à mort par des régimes et des sociétés aussi différents que la Corée du Nord, l’Inde et le Pakistan, l’Iran, l’Irak et l’Arabie, la Turquie et l’Égypte ? Pour ne citer des exemples que des pays les plus topiques. Pourquoi la France a-t-elle renoncé à sa tradition diplomatique et militaire qui fut, depuis si longtemps, de protéger les minorités chrétiennes dans le monde ? Quant à la quête du troisième mystère elle est peut-être en partie inconsciente chez Delpard lui-même : si le moteur interne de la persécution par les sociétés criminogènes ou les régimes criminels est déjà difficile à élucider, le mystère est encore plus impénétrable lorsqu’ on tente de comprendre le moteur interne des chrétiens qui les pousse à endurer, mourir, plutôt que de sauver leurs vies et leurs pauvres destins.

Des images de chrétiens en larmes et en prière, yeux levés, mains jointes reviennent souvent, comme un leitmotiv pour mieux souligner que c’est là le principal secret qui fascine l’auteur. Nous disons bien l’auteur et non le réalisateur car  La persécution des chrétiens dans le monde est conçu plus comme une œuvre littéraire que comme un film ou même une enquête, un reportage, genres dont l’auteur s’écarte délibérément. Certes les faits sont brièvement énoncés : destructions d’églises, enlèvements de fillettes, mariages forcés par centaines, vente comme esclaves, viols, égorgements collectifs. Il sont terribles. Et multiformes ; de la Corée du Nord à la Chine, l’ex-URSS, le Vietnam, Cuba ce sont des régimes qui persécutent, très juridiquement, pour des raisons politiques et dogmatiques.

Mais il y a  aussi des sociétés où la persécution vient spontanément, de la rue : Inde, Pakistan, Iran, Turquie, Égypte. Les masses vite fanatisées y crucifient, égorgent, violent, brûlent. Au nom de la religion ou de l’opinion qu’elle s’en font ; de  »traditions », de rumeurs, et d’une certaine idée – pas si démentie par les faits – que la société (foule, police, justice) sera volontiers portée à assurer l’impunité. C’est le phénomène pogrom, dont des sociétés, tribales, ou même chrétiennes, ne se sont pas préservées. Mais avec l’islam – et dans une moindre mesure le nationalisme hindou au pouvoir – on franchit une étape, celle de la doctrine plus ou moins officiellement hostile au christianisme, qui est parfois même purement interdit, comme en Arabie. Car l’islam est la seule religion qui écrit très officiellement son hostilité aux juifs et aux chrétiens, sans même parler des  »idolâtres » et  »polythéistes » (on y range même la Sainte Trinité…) si facilement et bien sûr si faussement dénoncés. La seule qui prône et pratique la guerre, l’esclavage, le meurtre. Certes les docteurs de la loi islamique sont prompts à ratiociner la lettre coranique pour y trouver, outre le poison, le contrepoison de la tolérance et du respect, dans une contradiction permanente et une ambiguïté bivalente bien commode du texte.

Delpard fait parler, écoute, montre de grands témoins, pantelants ou déjà cadavres, de ce drame humanitaire qui nous touche deux fois, en tant que pays chrétien, au moins de culture, et en tant qu’humains. Il fait parler aussi ceux qui, humanitaires, orientaux (notamment égyptiens), prêtres, portent la parole et la souffrance du christianisme martyrisé, particulièrement dans le monde mahométan qui les chasse petit à petit.

Raphaël Delpard donne la parole à des personnalités variées, des philosophes, qui se succèdent, dressant une synthèse de ce scandale  épouvantable et posent la question, la seule qui vaille : que font les instances internationales, ONU, UE ? Et, plus honteux encore : que font les politiciens français ? De Charlemagne traitant avec Haroun Al Rachid, Raymond de Rouergue (Saint Gilles)  premier pèlerin à la Jérusalem latine en 1099, Louis IX, Jean de Valette, Vincent de Paul, les deux Napoléons, le colonel Fabvier, Charles de Foucault, de Gaulle, tous ont ou bien défendu la chrétienté et les lieux saints, contre les assauts musulmans, ou ont défendu les chrétiens d’Orient, ou ont tenté d’établir un dialogue respectueux et pacifique.

Mais désormais la France abandonne au Liban, en Syrie, en Irak et dans tout l’Orient sa mission traditionnelle : la protection des minorités notamment chrétiennes et préfère pactiser,  »entre riches », avec ceux qui tolèrent ou financent les génocidaires et les assassins ou persécutent.

Nous laisserons à son mystère la pulsion de haine et de mort que l’Amour et la Paix suscitent chez les non-chrétiens. Dans son film magnifique (Silence), Scorsese avait laissé la question entière. Énigmatique. Et nous renverrons au livre profond de Taguieff (L’islamisme et nous) pour ce qui concerne l’engrenage qui conduit mécaniquement de l’islam à l’intégrisme et de celui-ci à l’islamisme, puis au terrorisme, et enfin à une organisation génocidaire (EI).

Delpard, lui, pose une question, sans réponse à ce jour : par quelle lecture dévoyée de la laïcité laisse-t-on massacrer ou expulser les chrétiens partout dans le monde ? Est-ce parce qu’un président ignare s’était cru malin de dire péremptoirement que : ‘‘Les racines de l’Europe sont autant musulmanes que chrétiennes  »(09/11/2003). Et un ex-Premier ministre, ridicule et vaniteux, seul à se croire philosophe, d’affirmer que l’identité française était heureuse…? Ou un autre estimant que la laïcité ne permet pas défendre les chrétiens… Toutes ces abjurations et abdications contra veritatem ont conduit la France à déserter ses valeurs et à trahir son héritage de défense de toute humanité en souffrance.

Pourtant, comme le démontre Delpard, des moyens existent, mais ils auraient mérité sinon du courage politique du moins une logique juridique minimum. Ainsi, comment la France a-telle pu accepter, à l’ONU, qu’à côté de la Déclaration universelle des droits de l’homme, une minorité de l’humanité (moins de 20% de musulmans) représentée par quelques pays autocratiques, ait pu y infiltrer… la charia !? Des droits de l’homme  »halal » ?

Comment les gouvernements français successifs ont-il pu être aussi lâches à l’égard des discours génocidaires diffusés sur l’Internet et des prêches télé ou radio diffusant l’appel au meurtre ?

Le film de Delpard nous convoque à un terrible examen de conscience ; la conscience de nos politiciens ; ceux qui en ont une.

Henri Temple

Le film de Raphaël Delpard,  Persécution des chrétiens dans le monde, est à voir absolument dès le mercredi 15 novembre à Paris :

Complexe de cinémas : Le Lucernaire, 53, rue Notre-Dame des Champs, 75006

Mercredi, Jeudi : 20h30

Vendredi, samedi, dimanche : 14h30 – 16h30 – 18h30 – 20h30

 

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
pluton

Cela ne fait évidemment pas les Unes des journaux et des télés conventionnés aux mains des francs-macs ! Ils feront tout un pataquès sur la Birmanie et le « génocide » des muzz (en prenant soins d’ignorer l’origine du problème ) où sur le sort des Ouïghours en Chine ou encore sur le calvaire des « pauvres migrants » mais le martyr des Chrétiens partout dans le monde ne semble pas les atteindre ! Que du contraire !

Bribrilanarchistededroite

Si cela sort en DVD, je suis preneuse

hathoriti

Etant donné que la révolution dite française de 1789 a déchristianisé avec une ardeur satanique, la France de la même façon que les bolcheviques en Russie, puisque ces derniers ont utilisé les méthodes révolutionnaires, il ne faut pas s’étonner que la sacro sainte république française ait abandonné les chrétiens d’Orient ! Car, autrefois, sans les temps anciens, l’Eglise n’hésitait pas à dialoguer avec l’islam, mais hésitait encore moins à lui taper dessus ! C’est de cette façon qu’on a pu les « tenir en laisse ». mais depuis Vatican II, hélas, les choses ont changé…

dufaitrez

« Ne point aller en Orient, et regarder, un peu, ce qui se passe chez nous » Molière ?
Un Pape pro muzz, une Momie de ND (sur le départ) oeucuménique, un Clergé dissident, des fidèles… infidèles…. Des Eglises vides à vendre !
Comment s’intéresser aux autres en s’oubliant soi-même ?

Garde Suisse

Et comment ne pas se souvenir des Christeros mexicains massacrés par un dictateur franc-maçon et oubliés de l’Histoire. Le Christ et ses fidèles dérangent toutes les tyrannie.
Vive Jésus !

Blandine

Un très grand merci pour cet éclairage. Les minorités sont en général fragilisées car soumises aux pressions de la loi du nombre. Mais avec les textes islamiques, les minorités sont vouées soit à la soumission soit à la mort.

BUTTERWORTH

a ecrire LE LIVRE NOIR DE L ISLAM LE LIVRE NOIR DU CHRISTIANISME DEJA EDITE PAS DE PROBLEME leglise evangelique sera la premiere religion mondiale dans peu de temps voir web genre jesus chassant les marchands du temple seconde religion les religions ethniques voir ORGANISATION MONDIALE ET EUROPEENNE

Yves ESSYLU

Clairement exprimé content de voir que je ne suis pas le seul à avoir échappé au formatage bolchevique lequel a frappé de plein fouet de « brillants » cerveaux tels Attali, BHL et tant d’autres

Patrick Granville

Mr Temple. Pouvez-vous ou accepteriez-vous de venir faire une conférence sur le film et votre article dans ma ville en Seine Saint Denis, municipalité 50/50 (LR+ UDI). Il est des lieux politiques et citoyens où l’islam et l’islamisme restent un sujet tabou ou une exclusion politique proche des milieux ultra-nationalistes. La présence de Pécresse à Clichy/bois va peut être changer les vérités qui dérangent. Votre thème vise droit au but et droit au cœur, beaucoup de militants et soutiens politiques de cette municipalité (surtout à l’UDI) qui ne pourront plus associer votre analyse avec des thèses nationalistes d’un revers de… lire la suite

Enée

AH!….,Vous comptez sur Valérie Traîtresse pardon Pécresse pour changer les vérités qui dérangent …!!!, vous êtes bien naïf.

TourN

Comment nos hommes politiques ont ‘ils pu être aussi lâches… etc Mais vous oubliez les principaux responsables Mr Temple, les hommes d’églises tous continents confondus. Et pourquoi ? Parce que les martyrs sont la semence du Christianisme pour soumettre ses ouailles. Ils interdisent aux chrétiens de se défendre et utilisent le noble appel du martyr pour leurs belles cérémonies qu’ils affectionnent tant: béatification, canonisation et des Saints morts pour leurs fois, St Machin, St Truc. C’est absolument immonde et dégueulasse. Sous prétexte qu’il faille témoigner, porter sa croix, les clergés viennent à nier le besoin de survie des peuples. » Soyez… lire la suite

Isaac

Merci Monsieur Henri Temple…Qie Dieu vous bénisse. !
Isaac

Isaac

Je suis chrétien orthodoxe (ex-musulman algérien)….j’aimerais voir ce film mais je vis trop loin de Paris…existe(ra)-il en vidéo !?
Isaac

Lili

@Isaac Bravo pour votre apostasie……