La photo cachée d’Obama, en compagnie du raciste noir Louis Farrakhan

Publié le 6 février 2018 - par - 22 commentaires - 1 135 vues
Share

Eh oui, même à l’époque d’internet et du village global, une photo compromettante peut rester dissimulée pendant 13 ans.

En effet, une photo datant de 2005 montrant un Barak Hussein Obama tout sourire à côté de Louis Farrakhan, le leader de Nation of Islam – connu pour son antisémitisme viscéral et son incroyable racisme anti-blanc – a refait surface la semaine dernière.

Cette photo avait été intentionnellement cachée par son auteur Askia Muhammad, pour ne pas gêner la carrière politique de celui qui allait devenir par deux fois président des États-Unis.

Louis Farrakhan – pour ceux qui ne le connaîtraient pas encore en France – est un fanatique musulman d’origine afro-américaine qui a, entre autres choses, déclaré que « les Noirs étaient supérieurs aux Blancs », et que ces derniers était une « race de démons » créée il y a 6600 ans par un scientifique noir malfaisant nommé Yacoub… 

Ajoutant que « les Blancs méritent la mort » (voir sur YouTube :  »Louis Farrakhan: White People Deserve To Die ») et que des ovnis viendront les tuer tous (sic), il est aussi célèbre pour ses insanes diatribes antisémites. En 1985, au Madison Square Garden, Farrakhan déclara en s’ adressant aux Juifs : « Et n’oubliez pas ! Quand c’est dieu qui vous met dans des fours, c’ est pour toujours .»

En 2015, Il accusa aussi les Juifs d’être les responsables des attentats du 11 Septembre…

La liste des insultes proférées contre les Blancs et les Juifs est loin d’être exhaustive !

On pourrait penser que ce type est un simple marginal dont le cas relève de la psychiatrie lourde, sauf que Louis Farrakhan est un homme influent aux États-unis.

Il fut l’ initiateur en 1995, de la fameuse manifestation Million Man March qui rassembla environs 600 000 personnes à Washington DC, et dont le but était d’attirer l’attention des partis politiques américains sur la « situation socio-économique des Noirs américains ».

Farrakhan est même, jusqu’à aujourd’hui, soutenu par le comité parlementaire des élus Noirs américains (The Congressional Black Caucus) regroupés à Washington en groupe de pression.

Même si l’on savait que Barak Obama et le leader de Nation of Islam s’étaient rencontrés une ou deux fois, aucune photo de leur entrevue n’avait été publiée, et dans un monde dominé par la puissance de l’image, cela fait toute la différence. À tel point d’ailleurs qu’un célèbre juriste américain, Alan Dershowitz, vient de déclarer que s’il avait eu connaissance de l’existence de cette photo, il n’ aurait pas soutenu la campagne d’Obama.

Pour résumer, la plus grande puissance de monde fut gouvernée pendant 8 ans par un président crypto-musulman aux fréquentations plus que douteuses.

Il n’en reste pas moins qu’il reste le chouchou des médias américains et européens ainsi que des clowns du show-business qui continuent de l’encenser.

Comme d’ habitude, quand il s’agit de la question du racisme, il existe deux poids et deux mesures…

Frédéric Sroussi

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Lotus bleu

Il ajouta: Les musulmans américains célèbrent l’Aïd à travers l’Amérique, cette fête est un rappel à tous les Américains (qu’ils soient croyants ou non) de l’importance de respecter toutes les religions et toutes les croyances.
Et il proposa de créer une journée de congé scolaire pour cette fête comme l’a fait la ville de New York.
Il dit: Un jour férié est un moyen de rappeler à tous les Américains qu’il est important de respecter toutes les religions.
Eh! si ce n’est pas une invitation à aimer la religion islamique, qu’est-ce alors?

Lotus bleu

Le 16 juillet 2015, Obama invita des dignitaires musulmans à la Maison Blanche pour fêter avec eux la fin du ramadan. Avant le dîner, il fit un discours devant les invités, il adressa ses vœux les plus chaleureux aux musulmans des États-Unis qui célèbrent l’Aïd-al-Fitr.
Il dit: Le ramadan est un moment de réflexion spirituelle et de construction communautaire et d’aide aux personnes dans le besoin.
Wouah! Réflexion spirituelle! Construction communautaire!
Il ajouta: L’Aïd, la fin du Ramadan, marque un nouveau départ pour chaque individu, une raison de plus pour célébrer et d’exprimer sa gratitude pour cette fête.

Roban

Et il y a quand même des imbéciles d’américains qui ont élu Obama président et qui ne veulent pas de Trump !

Maurice

Louis Farrakhan a beaucoup plus de points communs avec certains lecteurs de RL que Barak.

mauvaisedent

Quand j’étais petit, je me faisait modeste au sujet de mon intelligence en voyant tous ces dirigeants du monde. J’avais un certain respect. Peut-être à cause de mon éducation. Je me dit maintenant, PUTAIN qu’est-ce qu’on est con quand on est jeune en voyant tous ces demi fous à la tête des pays. Ce Farrakhan, Obama, ( Macron, Ollande, Sarkosi ), Merkel, etc, etc, etc. Tous, tous, tous. Dans tous les pays. Mais ça veut dire aussi qu’en bas de la pyramide, il y a un grand nombre d’idiots pour avoir mis c’est déchets responsables de nos vies.

marbot

C’est « bien vrai » ça!!!!

bakoulupin

Obama un muz c’est évident !!!

dufaitrez

La vie cachée « d’Hussein » Obama, américain d’occasion, réserve des surprises…
Glorifié par les Korrects USA et Français,

dufaitrez

Ce cher « Hussein » Obama réserve bien des surprises…. Soit disant américain….
Adulé des Démocrates US et des Médias Français, le bilan reste à faire !
Trump s’en chargera !

patphil

louis ferrakan parlait de « blue eyed beasts » (les bêtes aux yeux bleus) dans les années 1970

Martin (du Gard)

« Il n’en reste pas moins qu’il reste le chouchou des médias américains et européens ainsi que des clowns du show-business qui continuent de l’encenser. »

Et quoi de plus normal puisque ces « z’élites » christianophobes sont déjà islamisées jusqu’à l’os, stipendiées aux dollars des pétromonarchies ?

Lotus bleu

Quant à Louis Farrakhan, c’est un afro-américain, mais à la différence des autres afro-américains qui eux adhérent au christianisme, lui, c’est vers l’islam qui s’est tourné et il est devenu le chef de la Nation de l’islam aux USA. Il est très connu et aimé par beaucoup d’afro-américains musulmans. Ses discours sont impressionnants, Obama a dû s’inspirer de lui. Farrakam peut parler durant 2 heures, sans note et avec beaucoup d’aplomb. Il critiqua plusieurs fois Trump pour ses idées politiques, le contraire aurait été surprenant.

Lotus bleu

Quand Barak Obama devint président, au début les Américains savaient peu de choses sur lui (même chose avec Macron, qui en France connaissait bien l’homme, ses idées, ses opinions sur un paquet de sujets sérieux?)
Durant son premier mandat, les Américains ont pu découvrir son affection envers la religion islamique, mais combien s’en sont inquiétés? Très peu. Seuls les chrétiens évangélistes et les catholiques s’en sont vraiment inquiétés, tandis que les athées/païens, majoritaires aux USA ne l’oublions pas, s’en foutaient. S’il a été réélu, ça prouve que son penchant envers l’islam ne perturbait pas le peuple américain.

Bartabac

Rencontrer DEUX fois un mec en 15 ans ne fait pas de vous un complice ni un sympathisant. A un moment donné faudra arrêter les conneries et cesser de vouloir à tout prix salir les gens en citant ceux qu’ils auraient rencontré dans leur vie, comme si la culpabilité ou les défauts étaient contagieux.

Martin (du Gard)

Sauf que les curriculum vitae d’ Obama et de Farrakhan ont des points communs (islam et négritude) qui auraient dû faire réfléchir les Ricains avant de voter pour un noir aux prénoms musulmans. Un fils de musulman ne peut être que musulman sinon une fatwah de mort doit obligatoirement être prononcée contre lui. Et un fils de Chrétien ne se prénomme pas Barrak Hussein, ça tombe sous le sens !! Si aucune fatwah n’ a été prononcée par les autorités musulmanes c’ est parceque Obama était leur pion, leur cheval de Troie au sein de la plus grande puissance  »… lire la suite

BALT

Tout à fait exact.

Anne Lauwaert

exactement : un type qui s’appelle Barak Hussein n’est pas un bouddhiste et s’il ne change pas de nom c’est qu’il est d’accord avec le message de son nom . Par contre Magdi Allam le directeur du Corriere della Sera se fait appeler Cristiano Magdi Allam depuis qu’il a été baptisé par le Pape.

Bartabac

D’accord, je veux bien, mais n’exagérons pas: si je rencontre Hollande au détour d’une réunion, que je lui serre la main, et qu’une photo est prise; est-ce que ça fait de moi une ordure qui partage ses opinions et qui devrait être considéré comme tout autant responsable que lui? Ce que je veux dire, c’est qu’il faut (de manière générale hein, pas qu’ici) lever le pied sur l’usage de la culpabilité par association, c’est trop facile et surtout, parfaitement absurde. Tenez, prenez Obama, il a rencontré Jessie Jackon, qui est notoirement connu pour son hypocrisie victimaire, voire son racisme, est-ce… lire la suite

Anne-Marie G

Vous devriez vous renseigner sur la biographie d’Obama et emprunter par exemple à votre médiathèque son autobiographie intitulée « les rêves de mon père ». Après on en reparle.

Frederic Sroussi

 »Bartabac » :
D’abord apprends à être poli quand tu t’exprimes ici.
Tu es un hypocrite de première catégorie. Qu’aurais-tu dit si une photo de Donald Trump à côté du Grand Dragon du Ku Klux Klan avait été publiée (rencontre qui n’a jamais eu lieu évidemment !) ? Tu aurais hurlé avec tous les bobos décébrés comme toi.
De plus, si tu avais un minimum de culture tu saurais que Barak Hussein Obama a toujours été proche des milieux noirs racistes et antisémites comme l’est son mentor Jeremiah Wright.

bakoulupin

bartabac ferme ton bec met le dans l’bac