La place du révisionniste Vincent Reynouard n’est pas en prison

Vincent Reynouard derrière les barreaux écossais depuis le 10 novembre. Dessin de ProjetKO

***

Est-il utile d’en remettre une couche sur la liberté d’expression en citant pour la énième fois cette phrase tarte à la crème (et d’ailleurs apocryphe) de Voltaire : « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’à la mort pour que, etc. » ? Riposte Laïque, qui croule actuellement sous les procès, pourrait la mettre au frontispice de son site.

Les fossoyeurs de la liberté d’expression ont trouvé la formule magique : ce qu’ils appellent la contestation de crimes contre l’humanité ne serait pas une opinion, mais un délit. Et ils disent la même chose contre ce qu’ils nomment le racisme, et ils ont imposé des lois liberticides pour faire taire les mal-pensants.

Que les mânes de Voltaire nous autorisent à relayer cette campagne de soutien à Vincent Reynouard (voir ci-dessous).

Sur ce même site, d’autres articles qui tous peuvent trouver leur place sous l’onglet « Défense de la liberté d’expression » :

Rivarol, en sursis sur YouTube, doublonne son actualité sur Odysee

Rivarol dans la tourmente : ils veulent tuer la presse alternative

Hervé Ryssen raconte ses 212 jours dans les geôles de la République

Le combat de Ryssen n’est pas celui de RL et pourtant nous condamnons son incarcération

Bien évidemment, demander la libération de Vincent Reynouard aujourd’hui, et celle d’Hervé Ryssen hier, ne signifie aucunement l’obligation de soutenir l’ensemble de leurs écrits. Mais elle est cohérente avec la demande d’abrogation de la loi Gayssot, qui, faut-il le rappeler, a été combattue, lors de son adoption, par nombre de députés, comme Dominique Perben, Pascal Clément, François Fillon, Gilles de Robien, Jean-Louis Debré, Pierre Mazeaud, Jacques Chirac, Jean Foyer, Alain Peyrefitte et Simone Veil.

Le député Jacques Toubon déclarera : « Je suis contre le délit de révisionnisme, parce que je suis pour le droit et pour l’histoire, et que le délit de révisionnisme fait reculer le droit et affaiblit l’histoire » (AN, 3e séance du ).

Des historiens comme Pierre Nora, François Furet, François Bédarida et Madeleine Rebérioux. Annie Kriegel estime que « la loi réintroduit le délit d’opinion dans le droit français, celle-ci est « d’inspiration strictement communiste […], une loi indigne d’une démocratie faisant davantage confiance à ses principes qu’au maniement de la répression et de l’interdit. »

L’historien Claude Liauzu : « Nous ne sommes pas pour la loi Gayssot en tant qu’historiens, loin de là. Il est dangereux d’empêcher la liberté de la recherche et il est préférable d’affronter les négationnistes dans un combat d’idées ».

Même Robert Badinter exprimera son désaccord avec cette loi (sources Wikipedia).

Aux dernières élections présidentielles, seul Eric Zemmour s’engagera en promettant, s’il était élu, d’abroger les lois Pleven-Gayssot-Taubira.

Il est donc loin d’être incongru de demander, quoi qu’on pense des positions passées et présentes de Vincent Reynouard, sa libération de prison, et surtout qu’il ne soit pas extradé en France. Ce débat doit avoir lieu entre historiens, et pas devant des juges.

Ce sont les pays totalitaires qui mettent les dissidents en prison. Dans un pays démocratique, la place de Vincent Reynouard ce jour, comme celle d’Hervé Ryssen hier, n’est pas en prison, mais face à ses détracteurs.

Henri Dubost

In girum imus nocte ecce et consumimur igni

***

Vincent Reynouard croupit à la prison d’Édimbourg en Écosse depuis le 10 novembre, et on a appris ces derniers jours qu’il y serait au moins jusqu’au 23 février 2023, date à laquelle aura lieu une audience sur le fond concernant la procédure d’extradition.

Si la loi britannique est respectée, il ne devrait pas être extradé vers la France où il doit purger en tout 29 mois de prison ferme (plus éventuellement d’autres condamnations à la suite de procédures en cours, dont une de mars 2022 à la demande de l’Organisation juive européenne pour une vidéo révisionniste), puisqu’il n’y a pas de législation comparable à la loi Fabius-Gayssot au Royaume-Uni.

Certains juristes écossais, dont un interrogé par The Times, célèbre journal londonien, considèrent ainsi qu’il n’y a pas de base légale pour extrader Vincent Reynouard et que la demande d’extradition devrait échouer. Paul Dunne, un avocat de la défense pénale basé à Édimbourg, a ainsi déclaré à Good Morning Scotland sur BBC Radio Scotland que la demande d’extradition était presque certaine d’échouer car un tribunal écossais ne peut pas traiter quelque chose qu’il ne reconnaît pas comme un comportement criminel. « La négation de l’holocauste n’est pas un crime en Écosse. Vous ne pouvez pas être extradé pour quelque chose qui n’est pas un crime ici, ce n’est pas un détail technique ou une carte “Sortez de prison, touchez 20 000 euros” » a-t-il déclaré, selon The Times. Ces déclarations apparaissent comme une lueur d’espoir dans ce dossier mais il faut rester prudent car on peut compter sur [Biiiip] pour tout mettre en branle afin que le militant révisionniste quinquagénaire soit extradé, s’asseyant ainsi sur le droit.

On n’entend pas d’ailleurs le nonagénaire Robert Badinter dénoncer ce rapt illégal et cette incarcération scandaleuse, lui qui, pourtant, se fait fort de défendre l’État de droit. Tous ceux qui défendent avec un juridisme sourcilleux et pointilleux les droits, même les plus contestables, des pédocriminels, des terroristes, des assassins multirécidivistes, des immigrés clandestins sont tout à coup bien silencieux. Ou pis crient avec les loups. On n’entend pas les ONG dénoncer cette capture qui est juridiquement infondée. Amnesty International ne lève pas le petit doigt, non plus qu’aucun défenseur autoproclamé des droits de l’homme.

Et pis encore, même dans notre mouvance, les voix qui osent dénoncer cette persécution, cette injustice, sont bien rares. Il est loin le temps où Paul Éric Blanrue pouvait, le 6 août 2010, quelques semaines seulement après la première incarcération de Vincent Reynouard, lancer une pétition pour sa libération et pour l’abrogation pure et simple de la loi Gayssot. Cette pétition qui avait été signée à l’époque par des centaines de personnalités, dont quelques-unes présentes dans les grands médias, qui avait été traduite dans plus d’une dizaine de langues étrangères et relayée sur différents sites, serait inimaginable aujourd’hui tant la lâcheté générale a grandi de manière impressionnante.

D’ailleurs, lorsqu’on lit les noms de certaines personnalités qui l’avaient à l’époque paraphée, on ne peut s’empêcher de penser qu’ils sont aujourd’hui (du moins jusqu’à présent) aux abonnés absents. […]

***

Chaque semaine dans Rivarol, nous aurons une pensée pour Vincent Reynouard, regrettant le silence de la plupart des médias à son sujet.

Rivarol 

 

image_pdfimage_print
15

16 Commentaires

  1. la loi communiste Gayssot a reintroduit le delit de blaspheme et le delit d opinion
    avec des consequences incroyables : pour avoir repeint une statue de V H ugo en blanc deux etudiants courageux risquent 10 ANS DE PRISON!

  2. « Il est curieux de constater que, devant le danger, les démocraties adoptent les principes contre lesquelles elles luttent. »
    (Herbert Hoover [ancien président des États-Unis], discours prononcé en mars 1941, publié en français par “Paris-Midi” du 30 mars 1941, pp. 1 et 3.)

  3. Dans rl il y laïc. Que fait rivarol, organe ultra catholique, monarchiste, et antisémite, sur Rl ?

    • Il y a aussi liberté de penser. Je vous rappelle que le fondateur de R. L., Pierre Cassen, a accepté de débattre avec des intégristes (je les appelle littéralistes coraniques) musulmans. Et on ne peut pas dire qu’il partageait leur vision du monde !

  4. Nous le savons et nous devons le dénoncer haut et fort que toutes ces putains d’ong à géométrie variable soit disant des droits de l’homme ne sont que des ramassis de pourritures se goinfrant du fric des subventions .Toutes ces putains d’ong financés par les états via des financements opaques et surtout par le vieux crabe pourri de soros et compagnie ces merdes d’ong sont à annihiler!
    https://atlasinfo.fr/amnesty-international-enquete-sur-une-organisation-tombee-de-son-piedestal.html

  5. En israel ne pas reconnaître la Shoah n’est pas un crime. Les juifs israéliens disent que quelqu’un qui ne reconnaît pas la Shoah c’est parce qu’ils ne lui ont pas correctement expliqué. Alors ces lois mémorielles ne sont que de la merde ! Et je suis juif !

  6. Riposte Laïque a réussi ce prodige de mélanger les contributions de juifs sionistes et israéliens et de négationnistes bon teint.
    Tant que tout le monde reste poli…

  7. il y a des sujets plus importants, à mon sens, que de débattre encore et encore de la mort de gens en 39-45. gardons notre énergie pour notre propre survie, en tant qu’humain , en tant que français, en tant que peuple.

    • LE PROBLEME C EST qu on met en avant le drame concentrationnaire de la deuxieme guèerre pour empecher toute critique de l immigration invasion

  8. Merci pour votre article très clair
    Merci à RL de cette liberté d’expression si indispensable

  9. Il y a bien des années j’ai visité Oradour sur Glane . Comment se fait il qu’une cloche fondue étalée a deux metres d’un confessionnal n’ai pas seulement fait déformer cet humble mobilier ? Je ne partage pas toutes les déclarations de reynouard ,mais sur certaines je m’interroge . De plus je comprend que l’UE et nos politocards corrompus se fassent du soucis avec ce que Elon musk vient d’entreprendre et je suis certain que dans les jours qui s’amenent nous allons aller de surprises en surprises
    https://www.fdesouche.com/2022/11/25/twitter-dissous-lensemble-de-son-bureau-a-bruxelles-suscitant-linquietude-de-lue-en-matiere-de-controle-des-contenus-en-ligne/

    • Reynouard avait terminé son bouquin sur Oradour, 2ème édition, et il était près pour l’impression.

Les commentaires sont fermés.