La PMA pour toutes, c’est la fabrique d’enfants sans père

La PMA pour toutes, un progrès sociétal ?

Progrès sociétal, c’est ce que déclarait récemment avec une conviction appuyée le député LR Geoffroy Didier face à Éric Zemmour. Sous prétexte que chacun doit pouvoir choisir sa vie, il lui semblait nécessaire « d’offrir de nouveaux droits individuels » aux femmes célibataires et homosexuelles qui veulent avoir des enfants. Oui, cadeau fait aux femmes mais pas forcément un cadeau pour les enfants! Choisir sa vie? Oui, mais en pensant à la vie à venir !

La PMA pour toutes satisfera des désirs individuels, ce qui n’est en rien un progrès. Éric Zemmour a eu raison de parler en la matière de mesure progressiste car il s’agit bien de « subvenir aux caprices des moindres individus et des moindres minorités« .

Si le désir d’enfant est un désir qu’on peut comprendre, le satisfaire n’est pas forcément normal si l’on considère que l’intérêt légitime à honorer d’abord est celui de l’enfant à venir, enfant qui n’est en rien un objet futur mais un futur être pensant qui peut avoir à souffrir du manque de père. Il serait même plus exact d’affirmer : qui souffrira du manque de père… et parfois toute sa vie.

Il y a déjà bien suffisamment de cas où la souffrance est inévitable suite au décès du père,  père que l’enfant ait connu ou pas : il y aura toujours un manque plus ou moins douloureux et tout un chacun n’est pas sans avoir eu connaissance d’au moins un exemple de ce type dans son entourage.

Puis il y a les cas où le père abandonne mère et enfant(s) : là encore le manque peut s’avérer très difficile à supporter et provoquer des problèmes psychologiques et/ou comportementaux.

Le manque du père inspire d’ailleurs beaucoup d’écrivains et d’artistes, souvent pour l’avoir vécu ou en être les témoins. On ne peut pas dire que ça donne des créations artistiques sur le mode comique ! Les constats sont plutôt sur le registre des regrets et de la tristesse. Ainsi la chanson « ça fait mal« … « ça fait mal de vivre sans toi »… qui parle d’une petite fille que le chanteur Christophe Maé a réellement rencontrée et qui était très triste que son papa soit parti ailleurs :

https://www.youtube.com/watch?v=mbpIw4X7Kww

Manque exprimé également dans la chanson émouvante interprétée par Callogero : « À part d’un père, je ne manque de rien… »

https://www.youtube.com/watch?v=ieDvap9l29A

Il y a aussi la chanson « Papaoutai » de Stromae : « Où t’es, Papaoutai ? Tout le monde sait comment on fait les bébés, mais personne sait comment on fait les papas… »

https://www.youtube.com/watch?v=oiKj0Z_Xnjc

Et voilà que maintenant, profitant des progrès de la science, on va fabriquer des enfants sans père. Sans père pas exactement, mais un père inconnu réduit à l’état de donneur de sperme ! Même si on explique très tôt la situation à l’enfant, même si celui-ci est entouré de beaucoup d’amour, la souffrance d’un manque sera tout aussi présente. Déjà, les enfants n’aiment pas se sentir différents des autres enfants et là ils le seront car en plus on ne saura même pas leur dire qui est leur papa. La souffrance risque de s’en trouver accrue.

On peut lire par exemple, dans l’avis que donne l’Académie de médecine sur ce délicat sujet que « la conception délibérée d’un enfant privé de pèreest une rupture anthropologique majeurepas sans risque sur son développement psychologique et son épanouissement »…  Conception « un peu datée » pour la ministre actuelle de la Santé, Agnès Buzyn, dont la conception progressiste à tout-va risque de dater un jour, non sans avoir fait des dégâts irréversibles… mais ce ne sera pas plus son problème… « responsable mais pas coupable » comme disait une ministre irresponsable, connue à une époque mais tombée dans l’oubli…

Si les bonnes relations à l’intérieur d’un foyer homoparental comptent beaucoup, si l’amour d’une femme seule pour son enfant peut suffire à lui apporter un plein d’affection, il n’en demeure pas moins que sur d’autres plans il y aura des impacts non négligeables déjà décrites par certains psychologues :

– « L’absence du père est plus perturbatrice pour le développement socio-affectif du jeune enfant, et plus conséquent chez les garçons que chez les filles » (Lévy-Chiff)

– « L’absence du père laisse des traces sur le devenir du jeune enfant » (Lamb)

-« Quand le père est absent se libèrent les forces du désordre » (A.Fonyi)

Il n’est pas à négliger aussi que « les familles monoparentales de lesbiennes peuvent se trouver confrontées à d’autres difficultés, en particulier en raison du rejet ou des discriminations sociales dont elles peuvent faire l’objet« .

Très tôt inévitablement, les enfants poseront des questions à propos du père, de leur père… Et alors il peut y avoir quête répétée d’information concernant le donneur de sperme… et demandes d’enquêtes tout autant angoissantes peut-être par la suite à la recherche du chaînon manquant de leur propre histoire. Dernièrement, dans une émission  de Zone Interdite sur M6 : « Tests ADN, la fin des secrets de famille« , on y voyait comment certains adultes sont obnubilés et obsédés dans la quête de leur origine.

Le droit à la PMA sans père n’est donc pas un progrès dont il faille se féliciter ! C’est plutôt une abomination dont nous ne devrions pas être fiers. Il y a le droit de l’enfant à respecter avant le droit à l’enfant pour toutes ! L’enfant n’a pas à devenir un bien de consommation comme un autre, tout ça pour satisfaire des besoins secondaires : on ne peut pas vivre sans manger ni boire, mais on peut vivre sans enfant. Des femmes l’acceptent et l’accepteront même si celles-ci auraient aimé ou aimeraient « jouer à la poupée« .

Les progrès scientifiques n’ont pas et n’ont pas toujours eu que des aspects positifs. Si la PMA est un progrès au regard des couples hétérosexuels, la PMA accordée aux femmes seules et aux couples de lesbiennes, qui donnera des enfants sans père, n’est que du vulgaire progressisme à visées électoralistes !

Françoise Lerat

PS : « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme »… l’aurait-t-on oublié ?

image_pdf
0
0

34 Commentaires

  1. Les voyants sont systématiquement rouge : dévoiement de la médecine, de la morale, de l’éthique, réserves des psychiatres, incohérences notariales en matière de successions, etc… Mais rien ne les arrête, ils en rajoutent même en faisant payer la sécu plusieurs dizaines de milliers d’euros, plus des risques médicaux élevés pour une aberration sociétale qui ne coûte rien à la société quand les enfants sont engendrés dans le respect des lois de la nature. Devoir payer des milliers d’euros pour épargner a quelques phobiques du phallus d’avoir à en tripoter est sidérant.

  2. Certes, mais comme disait JM Le Pen, s’appuyant sur son expérience d’orphelin de guerre : « Mieux valent des enfants sans pères que pas d’enfants du tout. » Et Marion Maréchal a dit une fois à la tribune de l’Assemblée : « Je suis enfant naturelle, née de père officiellement inconnu, et je le vis très bien. »

    Je ne dis pas que PMA et GPA soient intrinsèquement positifs. Mais avec les analyses ADN, la quête des origines est un problème virtuellement résolu. La légalisation de l’avortement permet aussi de nous débarrasser de métis engendrés par viol.

    Evitons de suivre aveuglément les obsessions des cathos conservateurs. Nous sommes en principe sur un forum laïque, non ?

    • Même sur un forum qui se veut laïque, on n’a pas besoin de trolls gauchistes (vous parlez bien de cathos conservateurs obsédés…). Et de plus, la laïcité n’excuse pas tout – sauf à penser, comme je l’ai toujours dit, qu’elle n’était qu’une arme pour détruire la France dans les mains des gens comme vous.
      En passant, passez donc votre chemin. Les gens comme vous, on sait ce qu’on leur doit, on a sous les yeux le résultat des 40 ans que vous avez passés à détruire notre pays – et on en a marre !

  3. N’importe quel psychiatre est en mesure de démontrer que l’absence de père dans l’éducation d’un enfant fait des dégâts considérables pour l’avenir de celui-ci, surtout si l’on considère que c’est un garçon.

  4. c’ est le progressisme qui détruit les familles et les mâles-guerriers pour pouvoir détruire la nation au nom de l’ internationalisme de marx

  5. La famille réduite à un binôme mère-enfant, une autre idée de Coudenhove-Kalergi:
    « Dorénavant, seule la relation mère-enfant devra constituer l’axe central familial. Coudenhove considère cette conception à l’allure utopiste et radicale comme une réalité qui s’installera automatiquement, parce que l’idéal chrétien de la famille est de toute manière en train de mourir » (Schwarzenberger: « Paneuropa » und totaler Mensch: das politische Denken Richard Coudenhove-Kalergis, DVG, Dt. Verlag-Ges., 2006, S. 33).
    Relisez RiCK! Tout y est… L’homme du futur qui sera métisse, l’union paneuropéenne avec l’afrique et le monde musulman…

  6. Après « bienvenue chez les dingues, lien: https://youtu.be/X7p7aTGDeTs
    Bienvenue chez les dingues 2!
    Une bioéthicienne de Lesbos vient de proposer que les deux « futurs père-et-mère à deux paires-ou–sans-paires ni dedans ni dehors, aillent devant notaire déclarer qu’elles ont décidé d’acheter un enfant à une GPA’iste. Ainsi, l’enfant saura qu’il-elle est né par paillettes apportées par les nouveaux anges Gabriel.
    Faute! braille un Touraine, autre bobioéthicien patron de la commission, nommé par Macron!
    Cela introduirait -le mot est mal choisi- une différence avec les enfants nés d’un rapport sexuel. Il faut alors que les couples hétérosexuels aillent eux aussi déclarer qu’ils vont avoir un coït tel jour à telle heure, avec l’intention d’avoir un enfant.
    Qui stoppera la macronie ?

  7. Cette évolution est un non sens d’un point de vue anthropologique et éthique. Pauvres jeunes filles qui vont tomber dans ce délire comme d’autres dans l’alcool, la drogue. C’est une déviance de plus !

  8. Jusqu’alors, je croyais que l’on inséminait uniquement les vaches, et non pas les grosses vaches !

  9. De quels droits condamne t’on un enfant à ne pas
    avoir de père?Il sera fondé plus tard à poursuivre
    l’Etat en justice, et le cas échéant sa mère, puisqu’elle sera coupable de l’ignominie dont il
    aura Été victime.

    • sans doute comme dans l’affaire des enfants malgaches et réunionnais importés (enlevés en fait) pour « aider dans les fermes » dans les années 60, tout le monde dira (dans quelque années) : quelle honte ! (rire)
      je n’ai pas souvenir d’un acharnement médiatique sur le défunt debré….
      donc tout se passera bien pour les tenants du système, d’autant plus qu’ils sont plus nombreux que debré.

  10. Et comme on arrête pas le progrès, bientôt ce seront des enfants sans père ni mère, issus des
    éprouvettes et élevés en batteries.

    • Oui mais seulement si les aides aux parents isolés (volontairement ou non) sont supprimées car ne pas avoir de pension alimentaire ni de prestations compensatoires ni aide pour un choix délibéré de parent isolé
      va en faire réfléchir plus d’une….
      Attention aux rencontres intimes d’un soir sans protection. messieurs, .Devenons un gibier protégé à notre tour et ne donnons plus notre semence gratuitement. faisons monter les enchères (sourire)

  11. « Mon papa c’est  » réfer modèle ZN 57  » dira fièrement l’ enfant de parent 1 et de parent 2 .

  12. PMA = industrialisation de l’être humain. Un produit de consommation au même niveau qu’un paquet de biscottes ou un pot de yaourt.
    Les sites de vente en ligne vont fleurir.

  13. Appeler « progrès » ce qui n’est que décadence, délabrement social et déroute morale, c’est un vieux truc de la gauche.

  14. la pma n’est pas un progrès c’est de la débauche , un enfant doit être élevé avec un père et une mère , et non pas deux mères ou eux pères , votre laxisme continue et nous emmène au bord du puits ressaisissez vous avant qu’il ne soit vraiment trop tard

  15. Alors que l’Europe devra de +en+ faire face à la démographie arabo-africaine invasive, il vaut mieux des enfants sans pères que pas d’enfants du tout .

    • vous préférez sacrifier des enfants sans père car il faut un père et une mère (ces enfants seront traumatisés: voir l’avis des psychiatres)) pour une démographie qui est déjà dépassée avec des musulmans qui ont plusieurs femmes et n’hésitent pas a faire des enfants: tout est gratuits par ces gouvernements successifs

  16. Heureusement que TOUTES les femmes ne sont pas lesbiennes et que TOUTES les femmes n’ont pas de haine envers les hommes. La PMA est une aberration produite par des gens dégénérés. La Nature n’a pas fabriqué les horreurs que fabriquent les cons et les connes qui ont inventé cette stupidité.

  17. Et les pères violents, incestueux, on s’en passe, n ‘est-ce pas.
    Si ces messieurs ne commettaient pas tant d’abus, on n’en serait pas là.

    • Parce que c’est à cause de quelques hommes violents qu’on a imaginé et instauré la PMA ?
      Le 27 novembre, vous avez attrapé un coup de soleil, Clotilde ?

    • Il y a des cas d’inceste féminin aussi, d’ailleurs quand je lis les faits-divers les juges sont souvent partial pour les condamnations !

      • hé oui en divorce le pére paye pour ses gamins ( pour moi c’est normal) mais quand vous avez en face UNE juge qui vous aligne,j’avais envi de lui rentrer dedans mais……

    • Kabout, ce commentaire sent le vécu mais même en payant une pension, le père est présent

      • Marie, Kabout ne fait que dénoncer un état de fait désormais de notoriété publique. Dans les trois quarts des cas les divorces sont demandés par l’épouse ; dans tous les cas le juge qui est toujours une femme donne raison à l’épouse et dans les cas le con de « mâle blanc » n’a plus qu’à payer. Mais comme vous dites, il pourra toujours se consoler en ayant la garde des enfants de temps en temps.
        Et ce n’est pas du vécu : je suis seul et ne m’en porte pas plus mal. Demandez-vous pourquoi. Je vais même retourner le couteau dans la plaie en vous faisant une petite confidence : mon seul regret aujourd’hui c’est de ne pas être pédé ! Allez toutes vous faire foutre, tas de sales garces et de putes à négros !

Les commentaires sont fermés.