La police ne doit plus être l’otage d’un gouvernement socialo-collabo

Publié le 22 octobre 2016 - par - 7 commentaires - 901 vues
Share

tchopistoletaeauDis-moi quel est l’état de santé de ta police et je te dirai quel peuple tu es ? Un peuple en pleine déliquescence politique, morale, civilisationnelle, économique et culturelle et en perte de confiance ne peut avoir qu’une police à son image. Or, la police française ne fléchit pas dans sa mission républicaine en dépit d’un manque flagrant de moyens et les obstacles politiques, judiciaires et institutionnels parsemés sur son chemin.

Sans elle il n’y a pas de liberté et de sécurité publique. Elle se meurt et c’est le début de la fin de toute la nation. Les politiques s’en vont mais elle est toujours là tant que le peuple est vivant. C’est pourquoi il est de l’intérêt de tous les Français de lui apporter tout le soutien nécessaire dans cette phase cruciale pour la survie de la France en tant que nation libre, démocratique et souveraine. Elle est confrontée au pire péril de son histoire,elle n’en sortira qu’avec une police forte et respectée et pas une police désarmée et qui n’a pas le droit de se défendre face aux chiens enragés des cités.

Ce n’est pas l’attitude pitoyable et irresponsable du gouvernement socialiste qui va redonner le moral aux policiers. En effet, il préfère plaider aux Nations-Unies la cause des djihadistes sous les feux nourris des Russes à Alep plutôt que d’appeler les Français à descendre dans les rues pour exprimer leur solidarité citoyenne et leur indignation face aux agressions criminelles et récurrentes dont ils sont la cible prioritaire. En multipliant les agressions de plus en plus violentes contre les symboles du pouvoir régalien de l’état, l’éducation, la santé et l’armée, les brigades fascistes islamiques cherchent pour l’instant moins à en découdre directement avec elle (la France ndlr)  que de la déstabiliser et la miner psychologiquement afin de faire comprendre à la population qu’aucun rempart ne peut leur résister et le jour viendra où ils obtiendront sa reddition sans coup férir car la police ne sera plus là pour la protéger. Une police qui elle-même n’a pas les moyens d’assurer sa propre sécurité ne peut remplir avec efficacité sa mission de gardienne de l’ordre républicain.

Du pain bénit pour les ennemis de la République qui prolifèrent comme des champignons vénéneux de la famille de l’amanite phalloïde dans les cités interdites, des micro-États au sein de l’état français et qui constituent de surcroît une réserve électorale courtisée par tous les partis politiques dont le FN comme ce fut le cas aux dernières régionales où son candidat avait fait étalage d’un talent de courtisan inédit.

La police est la première otage de cette politique collaborationniste et scélérate. Moins elle est visible et active dans lesdites cités plus on ménage la susceptibilité des fidèles musulmans tout acquis au combat des leurs contre la France mécréante condamnée un jour ou l’autre à tomber comme un fruit mur dans l’escarcelle de l’islam.
Gagner la confiance des électeurs issus des cités pour ne pas se priver de leurs voix plutôt que de redonner confiance à la seule force avec l’armée pour enrayer la montée du péril djihado-islamiste.
Le jour où leurs frères rentreront de Syrie, d’Irak, de Libye et d’autres foyers de la peste islamique de par le monde la police démoralisée sera noyée sous la déferlante des armées d’Allah venues des cités françaises si l’on continue dans cette voie suicidaire pour la France.

Salem Ben Ammar

Tableau clair de la situation sécuritaire et morale de notre pays. Un crucial conflit d’intérêts apparaît dans notre République : l’intérêt clientéliste que cherchent le gouvernement et sa majorité, et l’intérêt réputé général pour l’ordre public. Si le pouvoir délaisse celui-ci pour celui-là c’est qu’il préfère ménager une possible clientèle des ZSP, l’aidant à se maintenir au pouvoir, davantage que servir la France et les français. Eh bien cet intérêt général est une notion rousseauiste naïve, qui a été réfutée voici 50 ans par la Théorie des choix publics (voir Wikiberal) Le but du pouvoir c’est d’y rester. Une solution… lire la suite

Excellente analyse de Monsieur Ben Ammar. Enfin un homme digne de ce nom qui n’a pas les yeux scotchés et les oreilles bouchées. Alors que pas un seul candidat à la présidentielle n’évoque l’islamisation de la France, ni l’immigration folle de centaines de milliers de clandestins, Salem Ben Ammar est pratiquement le seul homme qui parle honnêtement et sans masque de ces problèmes. Merci à lui.

Merci Monsieur Salem Ben Ammar pour votre commentaire sur une force de l’ordre, de la tranquillité et de la sûreté des citoyens français, victime d’un deal entre les collabos, lèches cou…. et les ratons,bougnoules, salopes, fripouilles et coyotes musulmans de la merde mahométane bédouine. Vous et moi, des imazighens, hommes libres, de l’Afrique du nord arabisé et islamisé par les conquérants du sanguinaire et pédophile mahomet. Nous connaissons très bien ce fascisme, despotique et sanguinaire ainsi que ses soldats et ses soldates qui veulent conquérirent le monde entier. Il est de notre devoir d’alerter les braves et naïfs français contre… lire la suite

entendu ce matin que l’état répond négativement a la demande des policiers pour que la légitime défense fasse partie de leur droits ; autrement dit, ces salopards de politiciens veulent continuer à envoyer les forces de l’ordre au casse-pipe, sans qu’ils puissent se défendre légitimement ; ce système est pourri !

Exact. Eux, les politiques ont doublé ce mois ci le nombre de policiers autour de leur personne. J’ai même appris qu’Hollande a prélevé un certain nombre de policiers affectés à Nice pour le 14 juillet, où près de 90 vacanciers ont été écrasés par un camion. Hollande, ce même jour, se trouvait à Avignon où il dînait dans un restaurant, accompagné de sa copine et d’amis artistes de celle-ci. Donc pour cette soirée à Avignon il a demandé qu’un plus grand nombre de policiers soient près de lui pour le « protéger » lui, ce pot de m. Prélever des policiers censés… lire la suite

J’ai entendu dans je ne sais plus quel reportage de TV-libertés qu’il y a des deals entre les imams et les maires afin que ceux-ci empêchent la police de patrouiller dans les zones racaillisées où pullulent les trafics en échange d’une certaine paix sociale ( qui favorise leur réélection ).

Mais sans ces pressions municipales, les policiers, d’eux-mêmes préfèreraient au contraire faire correctement leur boulot.

Ils sont donc otages à tous les niveaux en réalité : mairie, préfecture, état.

Il est souhaitable que le plus grand nombre de citoyens se joignent aux policiers lors de leurs manifestations. C’est la moindre des choses.

wpDiscuz