1

La politique pro-LGBT de Macron a pris une importance démesurée

gay-pride-08

L’UE donne 220 000 euros pour financer la propagande de drag-queens destinés aux jeunes (Remix News États-Unis) L’Union européenne a versé plus de 220 000 euros pour financer des projets de drag-queens destinés aux jeunes dans de nombreux pays. De l’argent bien dépensé ! L’argent de l’UE a été déboursé pour différents groupes de drag, associés à des opinions pro-transgenre, rapporte Remix News.

L’argent sert à financer des cours qui encouragent les jeunes à se maquiller, à porter des perruques et à marcher avec des talons hauts et des méthodes visant à brouiller et à exagérer les rôles de genre binaires traditionnels. Un autre cours doit aider les participants à gérer la masculinité toxique. Un événement à Göttingen, subventionné par l’UE, consistait en un camp d’une semaine pour des jeunes trans*, inter*, non binaires qui s’interrogent sur le genre sensibilisés à un mode de vie (LGBT) qui entraîne manifestement une dépression chronique et des taux de suicide beaucoup plus élevés. L’UE gaspille son argent pour financer des séances de lavage de cerveau LGBT pour les adolescents. Source : Remix News (États-Unis)

La « liberté de genre », nouveau combat de Têtu En substance, nous avons une revendication : La « liberté de genre » et une accusation tenant lieu d’argumentation contre les trois ministres de l’Apocalypse, « porte-voix du mouvement de la haine et du rejet ». Interrogeons la revendication.

« Liberté, j’écris ton nom » clamait Paul Éluard à qui Paul Valéry répondait : « Liberté, c’est un de ces détestables mots qui ont plus de valeur que de sens, qui chantent plus qu’ils ne parlent, qui demandent plus qu’ils ne répondent ». Liberté, un de ces mots qui sonnent creux autant qu’ils résonnent trop.

En réalité, la liberté de genre que revendique Têtu est une licence, le droit de faire ce que l’on veut du corps de ses enfants contre la liberté de déterminer ensemble le Bien commun et une identité de valeurs.

Selon les libéraux, il n’est plus question de privilégier certaines valeurs sous l’égide d’un Bien Commun dont nous déterminerions ensemble la teneur concrète et autour de laquelle nous édifierions une identité nationale. La liberté libérale devient le porte-étendard de l’empire du mal, et de l’abandon progressif de toute axiologie. Dans ce bain cotonneux de l’indifférence généralisée, tout se vaut !

Pour la bien-pensance médiatique, affirmer comme madame Cayeux que le Mariage pour tous est « une ouverture de droit irrespectueuse de la nature » serait comme dans le monde des goûts et des couleurs.

On comprend que les progressistes poussent des cris d’orfraie devant ce dogmatisme fascisant pour qui toute forme d’union matrimoniale n’est pas souhaitable. Le rappel de cette norme qu’est la nature pour affirmer la tendance innée à l’hétérosexualité semble un crime de lèse-liberté, une infraction au droit qu’a l’homme moderne de déterminer arbitrairement ses valeurs et changer comme il le souhaite son identité.

Selon le magazine Têtu, la distinction entre genre et sexe biologique relève du fantasme d’une liberté absolue qui permettrait de décider des lois de la nature comme un enfant roi délivré de l’autoritarisme parental des traditions, de la nation, du sexe biologique et des autres déterminismes désormais obsolètes.

Le magazine Têtu dénonce un gouvernement composé de personnes « haineuses » (causeur.fr)

La norme est morte, vive la norme ! Ce 11 juillet, le magazine Têtu proclamait sa vertu et lançait une grande pétition « pour un gouvernement sans LGBTQIAphobies« . Les réfractaires au Mariage pour tous figurent donc désormais dans le collimateur de la bonne-conscience des partisans du Bien du magazine Têtu.

Et de dénoncer Caroline Cayeux qui lorsqu’elle était sénatrice en 2012, disait au sujet du Mariage pour tous qu’il était « une ouverture de droit irrespectueuse de la nature et insensée ». Ces propos de Madame Cayeux suffisent à en faire un « porte-voix du mouvement de la haine et du rejet ».

Le Mariage pour tous serait en péril. « Comment croire que ce gouvernement (…) garantira la liberté de Genre quand (il) comporte trois LGBTQIAphobes notoires ? » S’ensuit la liste des signataires refusant la participation de personnes haineuses LGBTQIAPhobes au gouvernement !

Revendication du genre indépendant de toute norme comme une combinaison aléatoire déterminée par l’identité socio-culturelle. Vouer Madame Cayeux aux gémonies fascistes parce qu’elle parle du Mariage pour tous comme d’une ouverture de droit irrespectueuse de la nature, c’est opposer à sa norme de facto dénoncée comme un archaïsme totalitaire ce qui n’est pas moins une norme, celle du refus de toute norme !

Après le Mariage pour tous, la GPA comme modèle libéral de la marchandisation des corps ?

La Slovénie devient le premier pays d’Europe de l’Est à légaliser le mariage et l’adoption pour les homosexuels, mesures rejetées par le peuple dans trois référendums. Fdesouche. Grâce à une décision de la Cour constitutionnelle, les couples slovènes de même sexe pourront se marier et adopter des enfants.

Une première en Europe de l’Est. Explications. La Slovénie signe une avancée majeure quant aux droits des homosexuels. Selon le Monde, la Cour constitutionnelle a rendu une décision historique : les homosexuels ont le droit se marier et d’adopter des enfants. Une décision pionnière en Europe de l’Est, où le mariage et l’adoption pour les homosexuels restent largement interdits. « Une discrimination inadmissible à l’encontre des couples de même sexe » a jugé la Cour constitutionnelle de ce pays de 2 millions d’habitants.

Ce jugement, avec application immédiate, a été adopté par les juges de Ljubljana, par six voix contre trois, donnant un délai de six mois au Parlement slovène pour se conformer à leur décision. Un passage en force, quand trois référendums en 2002, 2012 et 2015 avaient bloqué toute extension du mariage aux couples de même sexe. Les Slovènes avaient rejeté à plus de 60 %, lors d’une première consultation, la loi autorisant le mariage gay adoptée par leurs députés en mars 2015. Dans ce petit pays de l’UE, les opposants au mariage homosexuel étaient soutenus par l’opposition de droite et l’Église catholique. (Marianne)

« J’espère que t’es pas gay » : Un chauffeur Uber accusé d’homophobie par un journaliste de BFMTV – Fdesouche. Un cahier de vacances anti-sexiste pour les 3-7 ans. Dire que la marque Jean Paul Gaultier est connue pour ses engagements contre l’homophobie signifie qu’elle assume la propagande LGBT.

Le député RN Jean-Philippe Tanguy et l’homo-érotisme de Macron chez Rothschild (nouvelobs.com). Face à la presse, Jean-Philippe Tanguy assure qu’Emmanuel Macron savait solliciter les aspirations homo-érotiques d’un certain nombre de cadres lorsqu’il était employé de la banque d’affaires.

Jean-Philippe Tanguy a déclaré : M. Rothschild l’a dit lui-même, il y a plusieurs témoignages, il a pris Macron [à la banque Rothschild, NDLR] parce qu’il était sympa et qu’il savait solliciter les aspirations homo-érotiques d’un certain nombre de cadres. La banque d’affaires est un milieu d’hommes d’un certain âge, qui projettent sur les hommes plus jeunes les choses complexes de l’âme humaine », s’est-il justifié.
« Macron sait très bien comment fonctionne » ce milieu. J’aurais dû dire « un grand nombre de portraits faits par ceux qui ont travaillé ou employé Macron ont dressé le portrait d’un manipulateur et d’un séducteur » a reconnu Jean-Philippe Tanguy auprès de l’AFP. « Je n’ai jamais dit qu’il y avait une source précise. »

Rétropédalage d’un député RN sur « l’homo-érotisme » de Macron chez Rothschild !

Jean-Philippe Tanguy avait assuré devant des médias tenir de la bouche de M. Rothschild que M. Macron « savait solliciter les aspirations homo-érotiques d’un certain nombre de cadres » lorsqu’il était employé de la banque d’affaires. (Ouragan avec AFP) J’aurais dû dire : un grand nombre de portraits faits par ceux qui ont travaillé ou employé Macron ont dressé le portrait d’un manipulateur et d’un séducteur« .

Avec Éric Zemmour : Nous devons reprendre le contrôle de notre pays !

Thierry Michaud-Nérard