La position de Christine Tasin sur le prénom de l’enfant Sarkozy-Bruni n’est pas laïque

Publié le 31 octobre 2011 - par - 982 vues
Share

Chère Christine Tasin,

Trop vouloir démontrer nuit à la démonstration et s’expose à se piéger soi-même.
Nous serons d’accord que la multiplication de prénoms fantaisistes américanisants fournis par les séries de TF1 participe à la déculturation française et au mondialisme débile.
Sur un autre plan, nous serons d’accord aussi que les prénoms arabophones qui continuent à être systématiquement donnés aux enfants de la deuxième ou troisième génération de l’immigration maghrébine témoignent de l’échec de l’intégration.
Quelque soit le style parfois détestable d’appartenance à l”élite oligarchique internationale souvent affiché par le Président de la République et son épouse, nous ne sommes pas en monarchie ni aux États-Unis : Madame Carla Bruni n’est pas la “première dame de France” parce que Nicolas Sarkozy n’est pas le roi de France. Sa petite fille n’est pas une héritière de la République. Il n’est pas interdit à un citoyen français d’épouser une femme d’origine italienne, et il ne participe pas de la déculturation qu’ils choisissent pour leur enfant un prénom d’origine italienne, parce que cela à un sens pour eux-mêmes et un sens pour cet enfant.
Nous ne sommes pas dans l’univers anglo-saxon : la vie privée du Président de la République ne nous intéresse pas, même si il a pris le parti d’en faire parfois un instrument. Parce que nous sommes attachés à la laïcité, nous sommes pour la claire séparation de la vie publique et de la vie privée. Si nous exigeons que la vie privée des élus de la République soit culturellement correcte, serait-il interdit à un élu d’être d’une autre religion que chrétienne ? La laïcité, parce qu’elle est un régime de liberté de la vie privée et de conscience, permet à son tour l’intégration culturelle qui demande un autre temps, plus long que celui du temps politique et public. Si nous inversons les termes, en faisons de la République une entité ethnique, nous tomberons dans le piège même où les adversaires de la laïcité veulent nous faire tomber et nous resterons désarmés face aux intégrismes.

Amicalement.

François MORVAN
Vice-Président de « Debout La République »

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.