1

La presse suisse censure le « Swiss stop islam award »…

Il s’appelle Giorgio Ghiringhelli et on le surnomme “Il ghiro” ce qui signifie le loir… Mais de loir il n’a que le nom car il est constamment sur la brèche. Par contre le nom de son mouvement politique est plus adéquat : “Il Guastafeste” ce qui signifie le gâte-fêtes, le trublion, l’emmerdeur… Le jour où Giorgio, journaliste free lance, a rencontré l’islam, il s’est tout de suite rendu compte qu’il s’agissait d’un gros morceau. Il s’est mis à lire et étudier le dossier et à en rendre compte sur son site.   http://www.ilguastafeste.ch

C’est ainsi que dès leur parution, le Rapport Obin a été diffusé en 2004 et le rapport Denecé en 2005, au Tessin,  alors qu’en France ils sont pratiquement ignorés.

Après avoir milité pour le référendum qui interdit la construction de minarets en 2009, il a lancé en 2011 une initiative populaire qui a été acceptée par 65,4% des votants pour interdire la dissimulation du visage et qui est entrée en vigueur le 1er juillet 2016, ce qui a fait enrager les hôteliers et opérateurs touristiques qui craignaient de perdre leurs riches clients arabes… L’ambassade d’Arabie avait publié un communiqué rappelant à ses ressortissants la nécessité de respecter les lois des pays qu’on visite…

Ensuite il y a eu, comme partout, l’affaire des migrants… imposés dans une caserne désaffectée. La réaction hostile de la population et du Guastafeste ont abouti à une votation le 10 juin dernier par laquelle 55% des citoyens ont voté Non à un nouveau contingent 2019-2022.

Dernier projet en date : Le Guastafeste a lancé le 1er août : le « Swiss stop islam award 2018 » dont voici le communiqué à la presse :

Chers  rédacteurs et chères rédactrices,

Afin de manifester une juste reconnaissance aux personnes qui luttent contre l’islamisation, le mouvement politique « Il Guastafeste » du Tessin a créé un prix national. La première édition du « Swiss Stop Islam Award » aura lieu à l’hiver 2018.

Pour le financement de ce projet une campagne de collecte de fonds (crowdfunding) a été lancée à partir du 1er août sur « Tells-Geschoss.ch ». L’objectif est d’atteindre le montant souhaité (7’000 Fr.) grâce aux contributions versées par de nombreuses personnes.

Ci-dessous, je joins le texte publié sur « Tells-Geschoss.ch » avec les informations principales et une liste encore provisoire de candidats pour la Suisse italienne, française et allemande.

Merci pour l’espace que vous souhaitez consacrer à cette initiative dans vos médias.

                                            Cordialement
 

Giorgio Ghiringhelli (fondateur et coordinateur du mouvement politique « Il Guastafeste »)

Introduction :

En Suisse des gens luttent depuis des années – souvent au péril de leur vie et dans l’indifférence générale –  contre la colonisation islamique de notre pays. Il n’est pas juste de laisser ces patriotes seuls qui, dans l’esprit de Guillaume Tell, s’opposent aux « nouveaux conquérants ». Le « Swiss Stop Islam Award » veut récompenser ces personnes.

Description du projet :

L’objectif du « Swiss Stop Islam Award » est de décerner chaque année une récompense à trois personnes qui – en Suisse alémanique, en Suisse romande et en Suisse italienne – se sont distinguées pour leur courageuse activité contre l’islamisation et contre le radicalisme islamique.

Ce projet est lancé par le mouvement politique « Il Guastafeste », fondé par Giorgio Ghiringhelli.

L’idée est de soutenir financièrement les gagnants, avec un montant total d’au moins 6 000 francs par édition (+ environ 1 000 francs pour les frais d’organisation).

Voici à côté  une liste indicative et encore incomplète des candidats à l’attribution du « Swiss Stop Islam Award 2018 ». Toute personne qui le souhaite peut signaler d’autres candidats à Giorgio Ghiringhelli (ilguastafeste@bluewin.ch) d’ici au 31 octobre 2018.

La récolte de fonds pour ce projet se déroulera jusqu’au 31 décembre 2018. Merci pour votre soutien !

Les candidats – Die Kandidaten – I candidati

 Suisse française :

Mireille Vallette, fondatrice et présidente de l’”Association Suisse Vigilance Islam” (ASVI) et auteure des livres “Islamophobie ou légitime défiance ?” , “Boulevard de l’Islamisme” et « Le radicalisme dans  les mosquées suisses » (boulevarddelislamisme.blog.tdg.ch)

Sami Aldeeb, expert de droit arabe et musulman, auteur de nombreux livres et articles critiques sur l’Islam et d’une traduction du Coran par ordre chronologique (www.samilaldeeb.com et www.blog.sami-aldeeb.com)

Alain Jean-Mairet, spécialiste pointu et impitoyable de l’islam, a tenu un blog passionnant jusqu’en 2008  (ajm.ch/wordpress ). Il a ensuite lancé une large action d’information des autorités cantonales sur les consensus problématiques des exégèses coraniques, comme la haine, les malédictions en prière, le djihad, la corruption, etc. (precaution.ch/action). Censuré sur Twitter, il écrit maintenant sur son nouveau blog precaution.ch où il se propose de prouver que l’islam est toxique en se fondant sur des données non plus religieuses, mais concrètes, objectives et mesurables.

Uli Windisch, rédacteur en chef du site www.lesobservateurs.ch, qui offre une vision de l’actualité suisse libérée de la pensée unique.

Dominique Schwander, auteur de l’e-Book “La Suisse soumise et l’Islam – sournoise islamisation”

http://ilguastafeste.ch/la_suisse_soumise_dicembre_2017.pdf

 

Deutsche Schweiz :

Saida Keller-Messahli, Gründerin und Präsidentin des Forums für einen fortschrittlichen Islam und Autorin des Buches «Drehscheibe Islamistische Schweiz – Ein Blick hinter sterben Kulissen der Moscheen».

Walter Wobmann, Nationalrat und Präsident des Egerkinger Komitees, das die Volksinitiativen «gegen den Bau von Minaretten» und «Ja zum Verhüllungsverbot» in Leben gerufen hat.

Giuseppe Gracia, Schriftsteller und Kommunikationsberater. Der Mediensprecher des Bistums Chur ist auch Kolumnist des «Blick» und Autor eines kritischen Werks über einen Islamisten-Anschlag namens «Der Abschied».

Roger Köppel, Nationalrat, seit 2001 Verleger und Chefredaktor der «Weltwoche», die seit Jahren wertvolle Aufklärungsarbeit über die Folgen der Islamisierung leistet.

Swizzera italiana :

Anna Lauwaert, scrittrice e collaboratrice di alcuni siti di informazione online anti-Islam in Svizzera (Les Observateurs) e in Francia (Riposte Laique). Autrice del libro “Des raisins trop verts” ispirato da alcuni soggiorni in Pakistan a partire dal 1990 (https://atelier-ca-della-fiola.blogspot.com/p/des-raisins-trop-verts.htlm )

Stefano Piazza, esperto di sicurezza, autore del libro “Allarme Europa – Il fondamentalismo islamico nella nostra società” e opinionista del Corriere del Ticino, dove pubblica spesso articoli molto critici sul terrorismo islamico e sui movimenti islamisti.

Lorenzo Quadri, consigliere nazionale, autore di molte proposte parlamentari contro gli islamisti e di parecchi articoli critici contro l’islam sul giornale della Lega dei ticinesi  “Il Mattino della domenica” di cui è direttore.

Eros Mellini, direttore del giornale dell’UDC “Il Paese”, che da anni dà spazio senza censure ad articoli molto critici verso l’Islam e la politica dell‘asilo.

Boris Bignasca, deputato in Gran consiglio e responsabile del “Mattinonline”, il sito web d’informazione della Lega dei ticinesi che pubblica articoli molto critici verso l’Islam e l’immigrazione islamica.

Iris Canonica, membro del comitato dell’iniziativa popolare ticinese e di quella federale per l’introduzione di un divieto di dissimulare  il volto in pubblico, e da anni autrice di numerosi articoli molto critici contro l’Islam e in particolare contro la sottomissione e l’oppressione delle donne.

Alexander von Wyttenbach, presidente onorario dell’UDC-Ticino, autore di una serie di brillanti articoli critici verso l’Islam e l’immigrazione islamica pubblicati negli ultimi anni sul Corriere del Ticino

(Fin du communiqué)

—————————————————————————

Et maintenant le gag… enfin façon de parler, car cela n’a rien de drôle et a même des relents de censure : silence total dans la presse tessinoise ! “islam” ? olala tabou, tabou… surtout pas d’histoires…

Ça c’est fort dommage car le but de chacun des “candidats” proposés à ce concours est justement de faire connaitre l’islam aux non-musulmans mais aussi aux musulmans eux-mêmes qui bien souvent, comme les catholiques d’avant le Concile Vatican II, suivent leurs traditions mais sans s’interroger à leur sujet.

Et après ? Rendre le concours international. Les candidats ne manquent pas, à commencer par Riposte Laïque, Pierre Cassen et bien d’autres…

Ben quoi ? même le Nobel a commencé par un commencement…

Anne Lauwaert