La propagande des médias collabos pro-migrants ne connaît pas la crise

Publié le 24 octobre 2018 - par - 10 commentaires - 1 481 vues
Share

Lu sur l’OJIM : Crise migratoire dans les médias : un catalogue sans cesse renouvelé d’arguments en faveur de l’ouverture des frontières. Les chiffres officiels de l’immigration montrent une très forte augmentation des entrées légales et illégales d’immigrés en France. C’est pourquoi les Français ont bien compris l’ineptie d’ouvrir les frontières en période de stagnation économique et de communautarisme grandissant.

Mais cela n’ébranle pas les certitudes de « la France d’en haut », dont les porte-parole accaparent les micros des radios-télés et les éditoriaux des journaux. Dans leur campagne pour convaincre l’opinion publique de la nécessité d’ouvrir toujours plus les frontières, les argumentaires de propagande partisane sont utilisés dans les médias depuis la « crise migratoire ». Une crise qui est avant tout une crise des frontières, qui ne sont pas respectées en France, alors que les pays d’Europe centrale ont pu stopper les flux migratoires.

Dans les médias, des éléments de langage fallacieux disent que la France n’en fait jamais assez.

  1. Le refus de la distinction migrant économique/réfugié politique.

Dans les médias, la mode est de nier la distinction entre réfugié politique et clandestin économique. Des associations, des élus et des médias ont plaidé pour que les clandestins restent en France. La distinction entre réfugié politique et économique est qualifiée de « nauséabonde ». Sur France Inter, des associatifs, des élus et l’animatrice de la radio s’accordent pour nier la distinction entre réfugié politique et clandestin.

  1. Il n’y a pas de crise migratoire mais une crise de l’accueil des migrants

La formule « il n’y a pas de crise des migrants mais une crise de l’accueil des migrants » fait florès dans les tribunes offertes aux journalistes, associations et personnalités pro-immigration. « Et en même temps » les chroniqueurs, responsables associatifs et autres experts patentés garderont le silence sur la multiplication des structures et l’augmentation des capacités d’accueil partout en France, jusque dans des villages reculés de province. Les statistiques et cartes de France de la Cimade en attestent.

  1. Les quotas de migrants relocalisés, mesure de « l’effort de la France » dans la crise migratoire

Les pays européens ont conclu un accord en 2015 qui prévoit une « relocalisation » de migrants arrivés en Italie et en Grèce. Chaque pays européen s’est vu ainsi attribuer un quota à accueillir. Le nombre de migrants « relocalisés » devient parfois le mètre-étalon de l’effort de la France dans la crise migratoire. Ainsi, sur France Inter, des associatifs et l’animatrice de la radio sont sur la même ligne pour estimer insuffisant l’accueil de « 30 000 migrants ». Ce chiffre, mis en avant comme étant le nombre de « réfugiés » accueillis par la France pour critiquer l’accueil de la France, ne représente qu’une partie des arrivées d’étrangers en France.

  1. La comparaison entre la population française et les entrées de migrants

Les médias ont recours à des chiffres rapportés à la population française pour essayer de minimiser le nombre d’immigrés arrivant sur le territoire. Le Monde reprend les chiffres de l’OCDE pour affirmer que « les quatre millions de demandeurs d’asile arrivés entre 2014 et 2017 devraient déclencher un accroissement d’à peine 0,3 % de la population européenne en âge de travailler, à l’horizon 2020 ».

Pour Europe 1, « en 2017, 40 575 personnes ont obtenu une régularisation en France, selon Eurostat. Soit 0,061 % de sa population. C’est proportionnellement beaucoup moins qu’en Allemagne ». Le journaliste se garde bien de préciser que les déboutés du droit d’asile restent dans leur immense majorité en France ! » On assiste globalement dans les médias à une comparaison biaisée de flux (arrivées de migrants) à un stock (nombre d’habitants) dans le but de minimiser des flux migratoires qui n’ont jamais pris une telle ampleur.

  1. La baisse des arrivées de clandestins par la Méditerranée

L’année 2017 a été marquée par une baisse des arrivées de clandestins par la Méditerranée, par rapport au pic de 2015. LCI en conclut que nous sommes face à « une crise bien plus politique que migratoire ». « En effet, le nombre d’arrivées de migrants par la Méditerranée tend à baisser ». Pour Europe 1, « Si l’Union européenne étale actuellement ses désaccords sur les enjeux migratoires, ce n’est pas tant à cause de l’intensité des flux actuels que des bras-de-fer diplomatiques que se livrent ses États membres ». Sur RTL, Duhamel estime que « jamais les Européens n’ont été aussi divisés et incompatibles sur la question migratoire. C’est un paradoxe parce que la marée migratoire est aujourd’hui sous contrôle, elle est 20 fois moins forte que ce qu’il en était en 2015 ». Un élément n’est jamais rappelé = cette baisse des arrivées de clandestins par la Méditerranée n’a en rien freiné le nombre d’arrivées légales et illégales d’étrangers en France.

La mise en perspective d’une situation européenne passe sous silence la situation particulière de la France. Quelle que soit la réalité des chiffres, le message culpabilisant est le même, le pays n’en fait pas assez pour les migrants. Peu de journalistes osent se démarquer de cet argumentaire répété ad nauseam. Le risque est grand d’apparaitre dans « une position du repli, elle-même annonciatrice des années 30, comme le notait le géographe Christophe Guilluy. Au point de travestir la réalité et les faits : quand Le Monde laisse parler le directeur général de l’Office français de l’immigration et de l’intégration sans les experts auto-proclamés, celui-ci affirme : « il n’y a jamais eu en France autant d’immigrés dans la population que maintenant ».

  1. Quand France 24 informe les migrants pour qu’ils viennent en France

France 24, télévision de l’État français peu regardée en métropole mais très regardée dans toute la francophonie où elle est un média de référence, propose un média spécifiquement dédié aux migrants sur son site. France 24 est un média réputé de longue date pour son ancrage (soumis) dans la pensée dominante, jouant le rôle d’un vecteur (collabo) de cette pensée hors-métropole. Un de ces médias qui diffusent une pensée (propagande) officielle à l’étranger, au point que la moindre prise de position différente a pu provoquer polémique. L’OJIM a lu sur son site un lien vers un étrange site intitulé « InfoMigrants ». Le site comporte une page d’actualités intitulée « racines d’Afrique ». France Médias Monde comporte 3 médias principaux, France 24, RFI et Monte Carlo Doualiya (MCD) la station de radio française « diffusant en arabe, depuis Paris » vers les pays de provenance des migrants musulmans en France, la Mauritanie ou le Soudan, pour faire connaître nos contrées à ceux qui veulent risquer leur vie sur des bateaux de fortune. La « mission » de France Médias Monde est « la promotion de la langue française, des cultures françaises et francophone » dans le monde.

La promotion est ainsi clairement affichée d’une pluralité des « cultures » françaises. France Médias Monde émet dans 180 pays, avec une soixantaine de journalistes. Plus qu’un média, une machine médiatique de guerre à destination du monde. C’est cette machine mondiale qui promeut InfoMigrants pour renforcer l’éducation (des peuples par les) médias (en niant) la différence entre information et propagande… Ce média en forme de site de propagande pratique l’information des migrants, et sur les migrants, information au sujet des lieux cibles de ces mêmes migrants, cette diversité qui est proposée pour apprentissage optionnel dans les écoles de la République française. Les migrants sont appelés à « témoigner », à « partager les expériences », et peuvent envoyer ledit témoignage à la rédaction. Une rubrique  « Comprendre l’Europe » aide à trouver un logement en Europe, et particulièrement en France, quand on est « à la rue ». Les médias de l’État français informent les personnes vivant à l’étranger sur comment se loger en France, une fois décidées à traverser la Méditerranée au péril de leur vie. Le site fournit toutes les informations dans des rubriques : « Pour vous aider à votre arrivée », des cours de « vivre-ensemble », des informations pour trouver de quoi se nourrir, comment accéder à Internet… à Calais, des informations très utiles pour toute personne vivant en Afrique et ayant le désir de venir en France pour programmer son arrivée. À propos des risques « d’expulsion », le site explique comment les éviter. Des médias d’État expliquent à des délinquants (entrer illégalement est un délit) comment utiliser la loi et les administrations afin de contourner le statut de délinquant ! En France, la loi le protégera !

Une visite sur France 24 et son site à l’attention des migrants apporte nombre d’informations à tous ceux qui vivent en Afrique et qui aspirent à venir s’installer en Europe. InfoMigrants diffuse des informations destinées à aider tout candidat à la migration vers l’Europe, avec une dramaturgie destinée à émouvoir les Européens et à diffuser l’idéologie politique officielle visant à favoriser l’immigration sur le territoire européen.

  1. La crise migratoire est toujours « la crise de l’accueil des migrants » dans les médias

La couverture médiatique de la crise migratoire a été marquée au début de l’année 2018 par des événements marquants comme l’annonce des chiffres d’arrivées d’étrangers en 2017, les manifestations à Mayotte contre l’immigration et l’insécurité, l’explosion du nombre d’arrivées de (soi-disant) mineurs étrangers, le débat autour de la loi asile et immigration et les manifestations à la frontière franco-italienne.

PRESSION MIGRATOIRE

Le nombre de titres de séjour accordés par la France a progressé de 13,7 % (en 2017 par rapport à 2016). La France a délivré 262 000 titres de séjour à des étrangers. On note l’arrivée de 79 500 clandestins en France en 2017, trois fois plus en trois ans et 121 000 demandes d’asile déposées en 2017. Cette pression se traduit par l’augmentation constante des clandestins qui se regroupent au nord de Paris, avant une énième « mise à l’abri ». Le Parisien : « 300 migrants grelottent sous le périphérique ». Le Monde : « Près de 2 000 migrants attendent de pouvoir déposer une demande d’asile dans le nord-est de Paris ». « On reviendra toujours, soyez-en sûrs », dit un migrant au journaliste. Le Parisien : Paris devient « le nouveau Calais ». « Ils sont 3 000 » dans le nord de la capitale. « Chaque semaine, 550 migrants affluent dans la capitale ».

Le Parisien rappelle les 30 opérations d’évacuation des campements organisées depuis juin 2015 et évalue à 150 millions d’euros le coût annuel de la prise en charge des migrants en Île-de-France. Les riverains se sentent « abandonnés » depuis que le camp de migrants s’est installé, il y a des déchets partout ».

L’immigration clandestine est entretenue par des réseaux et les passeurs rémunérés ou bénévoles.

Le Figaro note qu’en 2017, « les services répressifs ont franchi la barre symbolique des 300 filières d’immigration démantelées en un an sur le sol français. […] Un bond de 67 % en six ans ».

France Info informe que « cinq nouveaux centres d’accueil vont ouvrir en région parisienne. Le centre de la porte de la Chapelle, baptisé la « bulle », installé pour accueillir les migrants et réfugiés va être démonté. Il sera remplacé par cinq centres d’une capacité totale de 750 places (contre 450 porte de la Chapelle), répartis dans cinq départements. Le Dauphiné libéré : « la gare SNCF de Briançon transformée en dortoir pour les migrants ». « Les Hautes-Alpes connaissent un afflux exponentiel de migrants d’Afrique de l’Ouest. Selon la préfecture, 315 personnes en situation irrégulière ont été refoulées vers l’Italie en 2016 et 1 900 en 2017 ».

CALAIS

La situation reste tendue à Calais. Le Monde : « une explosion de violence. Une rixe entre migrants afghans et africains a fait une vingtaine de blessés ». « Depuis la visite du chef de l’État, la situation se détériore un peu plus chaque jour ». Le Figaro : À Dunkerque, « des migrants s’en prennent à la police ». La Voix du Nord fait état d’un CRS blessé dans une altercation avec des migrants.

MAYOTTE

Les manifestations contre l’immigration clandestine et la délinquance à Mayotte. Le Figaro : « Mayotte suffoque. Un député affirme : « Les Mahorais n’ont plus accès comme avant à la préfecture, aux écoles, aux hôpitaux », tant le système est saturé par l’immigration illégale… Ceux de nos concitoyens qui bénéficient de la sécurité sociale sont invités à aller se faire soigner à la Réunion ou en métropole ! » TF1 : Des habitants pointent les habitants des Comores. « On est fatigués de ceux qui viennent à Mayotte pour voler ». TF1 : La première maternité de France à Mayotte. 70 % des femmes qui accouchent sont clandestines. Une aide-soignante reconnaît que c’est le droit du sol qui les attire : « Même si le père et la mère n’ont pas de papiers français, comme l’enfant est né à Mayotte, il sera français ». RT actu : un groupe annonce patrouiller dans les villages du nord de Mayotte pour arrêter les clandestins, venus principalement des Comores et d’Afrique, et les remettre aux gendarmes qui « collaboreraient ». « La ministre des Outre-mer condamne ».

MINEURS NON ACCOMPAGNÉS

Les médias font écho de l‘inquiétude de présidents de conseils départementaux qui doivent prendre en charge les (soi-disant) mineurs étrangers isolés. Fdesouche reproduit une lettre du président du conseil départemental d’Indre-et-Loire adressée au Premier ministre : le budget départemental pour les mineurs « est passé de 3,8 M € en 2016 à 11,9 M €, soit un montant équivalent à l’aide à l’investissement consacrée aux communes et aux intercommunalités ».

Le Figaro : Le nombre de mineurs étrangers explose. « Le coût annuel de leur accueil atteindrait 1,5 milliard dans six mois, alors qu’il était évalué à 1 milliard en septembre dernier… Si un migrant se voit refuser un accès à l’aide sociale à l’enfance dans une collectivité, il peut toujours tenter sa chance dans une autre ».

Ouest-France : « à Brest, une bande de mineurs étrangers, isolés, s’adonne à des vols, des violences et à un trafic de stupéfiants au centre-ville. Policiers et élus s’avouent impuissants face à ce phénomène. Ces interpellations multiples n’ont aucun effet sur les jeunes violents. Il s’agit de mineurs étrangers isolés. Ils ne sont pas en situation irrégulière car, étant mineurs, pas besoin de papiers ! Ils sont non expulsables !

Le Parisien : à Paris des « dizaines de mineurs marocains en errance dans les rues de la Goutte-d’Or depuis plus d’un an ». Une pétition de riverains fait état d’une « nette dégradation, marquée par l’apparition de problèmes bien plus graves : violence, cambriolages, prostitution et augmentation du trafic de drogue ».

Le Parisien : Certains sont violents. Une délinquance constatée également à Versailles.

Métropolitain : filière démantelée à Montpellier : « les mineurs isolés étaient adultes ». Des plaintes ont été déposées par le conseil départemental de l’Hérault pour un préjudice estimé à 900 000 euros. Les (soi-disant) mineurs isolés qui étaient majeurs ont profité des aides financières et matérielles du département. « La prise en charge totale d’un mineur non accompagné étranger coûte 284 euros par jour ».

France Bleu : une révolte dans un foyer pour mineurs étrangers à Nantes. Plusieurs pensionnaires se sont mis à casser des vitres, des meubles et des ordinateurs. La police a dû intervenir. Parce que, plutôt que de leur donner de l’argent, le département de Loire-Atlantique a décidé de leur fournir directement des repas.

LOI ASILE

Le Parisien : la loi prévoit un durcissement des conditions d’accueil en France. Atlantico : « la gauche donne de la voix pour transformer des problèmes politiques en problèmes affectifs ou de culpabilité morale. Gustave Le Bon, dans sa Psychologie des Foules, a décrit ce mécanisme, qui vise à détourner les individus de la rationalité pour les manipuler par des bons sentiments. On peut observer cette tendance générale à la gouvernance par l’émotion dans le débat public français aujourd’hui ». Valeurs actuelles dénonce la fausse fermeté présidentielle en matière d’immigration avec la liste des dispositions prises en faveur des clandestins.

ACTIONS JUDICIAIRES

Les médias et les actions judiciaires engagées par les associations d’aide aux migrants. France 3 : la suppression des aides du conseil régional (au pass Navigo) pour les étrangers en situation irrégulière est annulée par le tribunal administratif de Paris. Les bénéficiaires de l’aide médicale d’État, devraient pouvoir de nouveau bénéficier d’une réduction de 75 % sur le prix du pass Navigo.

Le Figaro : des associations humanitaires poursuivaient l’État pour avoir refoulé 20 Africains venus d’Italie qui se disaient mineurs. Ces migrants soudanais, maliens, érythréens, guinéens ou égyptiens ont obtenu gain de cause. Les associations ont trouvé parmi les refoulés des étrangers susceptibles de former, par leur entremise, un recours pour excès de pouvoir. Le juge administratif les a suivis.

« Lorsqu’il n’est pas possible de déterminer si l’étranger est majeur, le doute profite à l’intéressé et le mineur présumé non accompagné d’un représentant légal ne peut être rapatrié avant l’expiration du délai… ».

VIOLENCE ET DÉLINQUANCE EN EUROPE

L’Obs : Casel Volturno, petite ville fantôme d’Italie, tombée aux mains des gangs nigérians. Sputnik : indignés par le meurtre d’un marchand ambulant sénégalais, des migrants africains ont manifesté, lundi soir, dans le centre de la ville italienne de Florence, en commettant des actes de vandalisme et en se livrant à d’autres excès. RFI : À Madrid, la mort d’un Sénégalais provoque une violente bataille de rue avec les policiers, d’une violence très inhabituelle à Madrid. Allemagne : des dizaines de migrants provoquent une émeute pour empêcher les policiers d’expulser un clandestin gambien, 30 arrestations.

L’HISTOIRE ET LES FAITS REVISITÉS

Les manifestations et actions en faveur des migrants sont relayées dans les médias. Cela n’empêche pas 63 % des Français de penser qu’il y a trop d’immigrés en France selon un sondage BVA pour Challenges.

L’Histoire de France revisitée pour l’enseignement d’une Histoire de la contrition et de la concurrence mémorielle : On a réintroduit la préhistoire, pour nous expliquer l’Histoire sous l’angle des migrations.

La Provence : SOS Méditerranée sensibilise l’école aux flux migratoires pour ouvrir les élèves (par la propagande) vers une réflexion sur l’exil, vers ce choix de départ de son pays pour trouver un lieu de vie possible. Cette action démarrée en région PACA implique une quarantaine de bénévoles à travers la France et compte s’étendre à l’ensemble du territoire national. Le parquet de Paris a requis 5 000 euros d’amende avec sursis contre Nicolas Dupont-Aignan qui a évoqué « l’invasion migratoire ». Un réquisitoire qui semble donner raison à « L’étrange suicide de l’Europe », chroniqué par Le Figaro : Qu’on acquiesce publiquement au sujet de l’immigration à l’opinion majoritaire, et là on risque sa réputation, sa carrière et son emploi.

Les médias ont insisté sur l’aspect répressif de la loi asile immigration, sans faire le lien avec une situation de plus en plus hors de contrôle à Mayotte, Calais, au nord de Paris.

L’arrivée massive de migrants est normale et ce qui est anormal serait l’inadaptation des capacités d’accueil. La formule, il n’y a pas de crise des migrants mais une crise de l’accueil des migrants est répétée dans les tribunes offertes aux journalistes, associations et personnalités pro-migrants : France Inter, L’Obs, France Info, Nice Matin, L’Opinion, Le Monde, Sud-Ouest, La Croix, Libération, etc. C’est ce que le sociologue Howard S. Becker appelait en 1963, dans Outsiders, des entrepreneurs de morale. Pour parvenir à leurs fins, les entrepreneurs de morale mènent une croisade morale, destinée à gagner l’opinion publique. Dans le cas présent, cette croisade largement médiatisée prend la forme d’éléments de langage répétés ad nauseam, afin de faire retourner une opinion publique qui, malgré tout, reste réticente face à ces injonctions.

  1. Les migrants selon La Croix : il faut culpabiliser les Européens

Les migrations encouragées par la mondialisation libérale, la question des migrants et de l’intégration, des violences quotidiennes et du terrorisme musulman islamiste, occupent le devant de la scène médiatique.

La Croix nie ces vraies questions dans le dossier de février 2018 alors que Merkel, peu soupçonnable d’être populiste, anti-migrations ou opposée à la société ouverte, reconnaît, sur la chaîne N-TV, que tout n’est pas rose dans la politique migratoire que ses gouvernements ont conduite, et qu’existent en Allemagne des « zones de non-droit », espaces publics où se rendre « fait peur », liées au comportement des migrants depuis le choc du jour de l’an 2016 de Cologne, lequel a révélé, bien que masqué par les médias officiels, combien l’arrivée massive de migrants a transformé cet espace jusque-là plutôt sécurisé en un espace où la violence quotidienne est redevenue une réalité pour les femmes de culture européenne. Qu’en pense La Croix ?

LA UNE SURPRENANTE DU QUOTIDIEN D’OBÉDIENCE CHRÉTIENNE

Le quotidien chrétien se propose de penser l’immigration avec une photo choc en pleine page : Un bateau surchargé de jeunes hommes en provenance d’Afrique noire qui traverse la Méditerranée, avec comme accroche : Alors que le gouvernement présente son projet de loi sur l’immigration, La Croix propose huit pages de réflexion et de débat. C’est l’image qui attire l’attention tant elle présente tout ce que La Croix a refusé de reconnaître à longueur d’articles et d’éditoriaux. La photo indique que les migrations vers l’Europe sont massives, majoritairement constituées d’hommes jeunes, noirs et africains, pas issus de pays en guerre nécessitant une généreuse politique d’asile, et que cela peut être considéré comme une sorte d’invasion.

LA CROIX VA LA JOUER « CHRÉTIEN »

Toujours en Une, l’éditorial donne le ton : Trouver une réponse commune. Un titre qui reprend les mots des évêques français. Quelle orientation de La Croix dans son éditorial ? « Répondre, c’est assumer sa part de responsabilité face à une situation que personne n’a vraiment choisie ». Or, la tendance serait plutôt de reporter cette part sur les pays que les migrants ont traversés avant d’arriver en France, voire sur leurs pays d’origine. Et dans un pernicieux retournement, on en vient à taxer d’irresponsables les personnes et les associations qui ont souvent risqué leur vie pour échapper aux persécutions, aux guerres et à la misère. Il y a ici tout le déni de réalité qui, contrairement aux apparences, explique en partie le drame des migrants !

Une fausse bonne conscience consiste à considérer l’accueil des migrants comme le Bien, alors que la critique de cette volonté d’accueil serait le Mal. Il n’est pas intellectuellement interdit de penser l’immigration autrement qu’en considérant l’Europe (la France) comme responsable (coupable ?) de tous les maux de la planète.

Les pays d’origine des migrants peuvent être les responsables des migrations (et de la misère des populations), incapables de conserver leurs ressortissants alors que leur économie est en croissance selon la Banque mondiale (une croissance économique moyenne passée de 1,3 % en 2016 à 2,4 % en 2017, et qui peut atteindre les 4 % comme au Ghana), ou lorsque les capitales de ces pays, avec ces taux de croissance, ne fournissent pas d’eau courante potable à leurs habitants. Responsables, les élites minoritaires de ces pays, quand elles accaparent l’essentiel de la richesse produite au détriment de la majorité de la population, poussant nombre de jeunes à risquer leur vie en Méditerranée, coupables, ces élites incapables de mener à bien des politiques de démographie responsables, limitant les naissances et ainsi le processus migratoire.

Cet éditorial idéologique de La Croix a beau jeu d’exempter les pays d’origine de responsabilités qui sont réelles. L’exemption porte sur les associations d’aide aux migrants dont certaines sont reconnues comme étant avant tout politiques (no border) ou corrompues et complices des passeurs.

La Croix prêche dans le vide en appelant de ses vœux une réponse commune, impliquant toutes les parties, y compris les migrants (dont on ne voit pas quelle structure démocratiquement constituée pourrait les représenter), et en posant comme postulat une négation des responsabilités des pays d’origine dans le drame migratoire et des migrants eux-mêmes, en niant les conséquences que les migrations font peser sur les pays dits d’accueil, et la déstabilisation mondiale qu’induit le soutien des médias actuellement aux migrations.

UN DOSSIER POUR QUOI FAIRE ?

La Croix n’échappe pas au bavardage bien-pensant. La question migratoire est évoquée par un portrait de la députée LREM rapporteur du projet de loi asile immigration, avec cette accroche : « L’histoire de la famille juive de l’élue proche de Manuel Valls a fait d’elle une femme sensible à la cause des migrants. La référence juive et la comparaison entre le drame migratoire actuel et ce qui est arrivé aux populations juives d’Europe durant la Seconde Guerre mondiale réalisent ce qui empêche le débat sur les migrants d’être serein.

Vient ensuite le dossier Penser l’immigration réalisé en partenariat avec France Culture, autrement dit avec un média de l’État (de gauche) et qui a bénéficié d’un écho sur les antennes de Radio France, France Culture organisant ce même jour une journée spéciale sur l’immigration, écho utile pour La Croix qui, bien que figurant parmi les subventionnés, est à la peine sur le plan financier. Le dossier orienté en faveur des pro-migrants se compose d’interventions d’intellectuels sur les thèmes de la frontière, de l’hospitalité et de la diversité culturelle. Tout est dit en peu de mots : le débat annoncé en Une, n’aura pas lieu. Surtout pas entre tenants de positions réellement contradictoires, condition pourtant sine qua non de tout véritable débat.

Postulant un devoir moral d’accueillir et la nécessité de réussir l’intégration d’une immigration venue principalement d’Afrique et d’une religion nouvelle, l’islam, la (manipulation de la propagande partisane pro-migrants de La Croix veut) donner à chacun les moyens de se forger sa propre opinion et de la faire évoluer.

C’est révélateur de l’orientation générale de la position de La Croix quant aux migrations. Le lecteur pourra alors méditer à partir de graphiques et de  données chiffrées « tendant à minorer la présence migratoire en France » (par La Croix), évaluée à environ 4 millions de personnes, chiffre étonnant comparé aux estimations de Michèle Tribalat fondées sur les chiffres de l’INSEE publiés en février 2017. Un dossier de La Croix pour quoi faire ? « Pour minimiser le problème sous couvert d’objectivité (graphiques, tableaux, chiffres faussement neutres), conformément à l’habitude des médias en France et en Europe ». Cela surprend peu quand France Culture (de gauche) s’associe à La Croix pour un dossier prolongé sur le site par une « vidéo très orientée ».

(tiré des articles critiques de l’OJIM, l’Observatoire des journalistes et de l’information médiatique)

Moralité : L’OJIM a exposé les faits. Il reste ensuite à montrer l’enchaînement des causes qui justifient la propagande pro-migrants des médias partisans collabos de l’anti-France pour le Grand Remplacement.

L’Histoire du peuple de France ne se fait pas par des manipulations médiatiques, des interprétations tendancieuses ou les incantations partisanes de La Croix de gauche. L’attitude critique de la Droite nationale vis-à-vis des médias collabos, qui se trompent volontairement d’ennemi pour culpabiliser toujours plus les Français qui veulent vivre chez eux en paix librement, n’est pas tendre et elle n’a aucune raison de l’être.

Thierry Michaud-Nérard

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
JOJO D ARIMATHIE

IL FAUT ATTENDRE LE PRINTEMPS ET VOTER POUR QUI VOUS SAVEZ … EH …EH … EH… EH … EH … EN TOUS CAS PAS POUR L UMPS -GODF -JUPPETTE – WAUQUIESETTE ET CONSORTS !!!…VOTEZ UTILE POUR OU CONTRE L INVASION DES GLACES GERVAIS !!!!!!!!!

sitting bull

moi j espère que l hiver sera bien froid cette année comme sa les envahisseurs vont grelotter dans leur abri de fortune , sa les découragera peut être de demander l asile chez nous

sitting bull

l opinion publique a été retourner en leur faveur par les médias corrompus qui cache toute vérité depuis des décennies alors que les envahisseurs viennent s approprié nos terres pour nous en chasser , nous sommes en 38 et comme l histoire nous l enseigne sa finira par peter c est une question de temps maintenant , moi je vois la disparition des blancs comme l indien d Amérique et j en sais quelque chose suis historien spécialiste avec plus de 300 documents qui me viennent des sociétés d histoire américaine

patphil

qui encore achète des journaux (où l’on sait d’avance ce qui va être écrit)
qui encore fait confiance aux infos télés aux ordres?
qui de plus en plus nombreux se réinforment sur des sites en ligne!
osons résister!

Fleur de Lys

Les enfants de djihadistes syriens seront tres bientot rapatries en France annonce le gouvernement !

Fleur de Lys

Thomas Joly, Secrétaire Général du Parti de la France, soumis à une expertise psychiatrique par le gouvernement pour avoir publié une photo dénonçant les crimes de l’Etat Islamique !!!

Emile

Mis à part les sites de reinformation sur le net
Les médias sont tous des fumiers

Allonzenfan

La « Propaganda Staffel » c’est 24/24, 7/7 et 365 jours par an. Difficile d’y résister et pourtant…

BERNARD

En plus des subventions de l’État, peut-être que « La croix », cherche aussi à se faire subventionner par le Vatican dont le pape n’arrête pas de nous gonfler.

Pour le reste, je partage la plupart de ce qu’a dit le Méchantcon à propos de francetv et Compagnie : (je sais , citer ce type m’est extrêmement difficile)  » « Radio France : des menteurs, et des incompétents à l’antenne ».

kabout

les merdias et journaleux soumis et a la botte du/des presidents se tirent une balle dans l’pied eux meme,comment ? tout simplement en taisant ou minimisant tout ces agressions venant de tout ces migrants et francais de papier,en taisant et minimisant les noms des auteurs de ces agressions ( quand ils sont obligés de nommer des noms d’agresseurs ils ne donne que les initiales !) les francais sont de moins en moins a regarder les infos tv chaine d’etat digne de la Corée du nord,maintenant et de plus en plus les francais s’informent sur le net.En fait ces journalistes la… lire la suite