La prostitution africaine, un marché juteux pour les mafias… et les ONG

Publié le 6 octobre 2018 - par - 2 221 vues

L’enquête a débuté au mois de mars 2018.

Un petit réseau de prostitution de femmes nigérianes est découvert sur la Côte d’Azur.

De jeunes femmes quelquefois issues de l’immigration clandestine, fournies par les passeurs avec la complicité, volontaire ou non, de certaines ONG, qui se prostituent dans les rues et sur les bords de mer.

Elles sont encadrées par des « mamas », d’anciennes prostituées plus expérimentées qui surveillent, encadrent et relèvent les compteurs quotidiennement.

L’Office central pour la répression de la traite des êtres humains (OCRTEH) est alerté et, en coordination avec l’OCRGDF (Office central de répression de la grande délinquance financière), l’enquête progresse rapidement.

Un réseau très important de blanchiment d’argent à destination de l’Afrique est mis sous surveillance.

Entre juin 2018 et lundi dernier, 27 hommes et femmes, âgés entre 30 et 35 ans, sont interpellés à Paris et en province.

Entre 2015 et 2018, environ 50 millions d’euros en liquide ont pris le chemin de l’Afrique.

Un système parfaitement organisé de collecte des revenus de la prostitution et de la drogue, dirigé par deux associations criminelles « Secret Eye Confraternity » et « Black Axe ».

Des collecteurs de fonds venus du Nord, d’Alsace, de Loire-Atlantique, des Alpes-Maritimes, du Rhône et des Bouches-du-Rhône, livraient les fonds dans deux commerces situés dans l’Est parisien, une épicerie et un salon de coiffure.

Ensuite, une vingtaine de transporteurs de fonds partaient de différentes capitales européennes vers des pays africains voisins du Nigeria afin de brouiller les pistes et de remettre leurs « valises » aux différentes « mafias » africaines.

Deux collecteurs ont été appréhendés, l’un à l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle, l’autre à un terminal de bus en partance pour la Belgique et Bruxelles.

Dans des valises équipées d’un double-fond se trouvaient dissimulés 200 000 et 250 000 euros.

Ils ont avoué.

Tous ces individus ont été mis en examen et écroués.

Mais aujourd’hui, il y a toujours autant de prostituées africaines dans les rues, les avenues et les bords de mer de la région PACA !

Espagne : Record historique battu : 41 594 migrants illégaux ont pénétré en péninsule ibérique depuis le début de l’année 2018.

36 674 par la mer, sur les côtes andalouses, et 4 920 par franchissement des barrières barbelées de Ceuta et Melilla.

À trois mois de la fin de cette année, le nombre d’entrées illégales a dépassé celui de 2017, plus de 197 % sur 2016 et cela avec la complicité des ONG.

91 % des jeunes Marocains souhaitent bénéficier des aides sociales offertes par l’Espagne.

Président du parti de droite « Vox », Santiago Abascal vient d’affirmer publiquement que la majorité des femmes espagnoles assassinées le sont par la main d’étrangers, de migrants, qui considèrent la femme comme un être inférieur, un objet dont ils peuvent user et abuser à volonté.

Les médias ont, selon lui, l’ordre de dissimuler la nationalité et les origines des délinquants et les ligues « féministes » occultent les crimes commis par les migrants, surtout d’origine maghrébine ou subsaharienne.

Allemagne : Dans la revue allemande « Tichys Einblick », un psychologue d’origine syrienne, responsable d’un camp de migrants illégaux, a déclaré, sous un pseudonyme, que « la majorité des réfugiés ont comme objectif premier de dominer l’Europe et de détruire le christianisme. Ils veulent l’envahir pacifiquement et changer les traditions.

Il ne faut pas croire qu’ils viennent pour échapper à la guerre ou parce que leurs vies sont en danger ou parce qu’ils sont persécutés.

La première raison de leur venue est religieuse et la seconde économique.

Tous ceux qui ne croient pas en Allah seront éliminés.

Tout doit être contrôlé par l’islam.

Nous savons que d’ici une vingtaine d’années l’Europe sera musulmane et cela se fera d’une manière organisée ».

Cette déclaration concorde parfaitement avec la récente déclaration du président du parti musulman de Hollande (DENK), qui a accédé pour la première fois, lors des élections de 2017, à la chambre des représentants parlementaires.

Selçuk Ozturk a défini l’objectif majeur qui est de contrôler tous les médias qui attaquent ouvertement l’islam : « Nous devons contrôler la communication et prendre des mesures judiciaires, si c’est nécessaire, contre nos ennemis. L’islam ne doit pas être attaqué impunément ».

Le parti musulman DENK ne cesse de croître en Hollande !

**Nous sommes prévenus mais n’attendons pas de nos gouvernements qu’ils réagissent !

Manuel Gomez

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi