Renaissance de l’Occident, de Herlin : comment revenir aux sources ?

Publié le 25 mai 2020 - par - 14 commentaires - 957 vues


Depuis des années, nombreux sont ceux qui ressentent le déclin de l’Occident, en dépit de l’irénisme médiatico-politique qui voudrait que ce déclin n’en soit pas un, mais juste une nouvelle approche des relations internationales, de la puissance, de l’économie, de la société. En somme, les déclinistes (dont je fus moi-même pour avoir publié “Vers la chute de l’empire occidental”) n’avaient rien compris, car restaient accrochés à une grille de lecture que le mondialisme avait frappé d’obsolescence.

Dans cet essai passionnant et agréable à lire, Philippe Herlin réussit une véritable gageure : tout en montrant à quel point l’Occident s’est renié, a dévoyé les valeurs qui firent sa gloire et ses succès, il se montre confiant dans l’avenir, car entrevoit un retour imminent aux sources de la pensée occidentale. La renaissance de l’Occident marque le regain de l’optimisme, sans se voiler la face sur les travers dans lesquels nous sommes tombé depuis des décennies.


Si l’Occident n’est plus lui-même depuis 1945, c’est parce que, sous l’influence des penseurs de la déconstruction dont Heiddegger fut le précurseur et le mentor, il s’est enfermé dans une opposition factice entre progressistes et conservateurs. “Et à la fin, ce sont les progressistes qui gagnent”, pourrait-on dire : car pendant que les progressistes font avancer leurs idées, sont en mouvement constant et parlent de l’avenir, les conservateurs semblent toujours tournés vers le passé. Surtout, les conservateurs ont perdu le sens de leur combat, en abandonnant la référence au droit naturel, à des valeurs universelles et intemporelles, pour basculer, comme les “progressistes” dans l’historicisme. Or cet historicisme est mortifère car nie toute transcendance morale, toute valeur de référence. C’est cet historicisme qui a ouvert la voie aux penseurs de la déconstruction, Sartre, Foucault, Deleuze, Lacan, et a démoli le cadre moral de l’Occident, la confiance en ses valeurs, son message, sa singularité. Désormais en Occident, on considère que tout se vaut, que les valeurs n’existent pas, ne sont rien d’autres que des postulats. Un changement de paradigme intellectuel qui imprègne profondément l’Occident post-moderne, le dépouille de son cadre ancestral, fait le lit de toutes les utopies pourvu qu’elles se veuillent “progressistes”.

https://www.youtube.com/watch?time_continue=2&v=EE0-6x7xGYg&feature=emb_logo

Dans ce nouveau contexte, deux forces émergent, et mettent l’Occident en grand danger. L’islam émerge sur la scène internationale, mollement combattu par un Occident nihiliste, mais aussi au sein de nos sociétés, aveuglées par ce multiculturalisme qui se répand avec la déconstruction. L’Occident qui doute de lui même, ne croit plus en rien, a bien du mal à appréhender ce danger qu’il nourrit en son sein, ne comprend pas ce fanatisme religieux qui lui est devenu si étranger, bref n’arrive pas à le combattre avec la pugnacité qu’il faudrait. L’écologisme prétend, lui, arrêter la marche en avant de l’Occident, croissance, économie, travail, innovation : cet Occident qui culpabilise déjà sur son passé, culpabilise à présent sur son futur, se voit porteur de l’Apocalypse.

Mais Philippe Herlin ne s’arrête pas à ce triste constat : il voit notre époque renouer avec le droit naturel, retrouver le sens des valeurs et son identité profonde. Après des années d’utopies progressistes, l’Occident a enfin pris conscience de l’abîme vers lequel on le conduit, et est sur le point de se ressaisir. Et de retrouver enfin un avenir conforme à sa destinée.

Olivier Piacentini

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
Patapon

Mais nous avons”les valeurs de la republique”…(ironie,bien sûr!) .Il faudra bien un jour demander à ces “valeureux”qui les prônent avec une insistance suspecte, ce qu’ils entendent exactement par la.Car j’ai beau y regarder de près,des valeurs de la republique qui lui soient spécifiques,je n’en vois point .

Anne-Marie G

Certains ici comptent sur Onfray pour défendre les autochtones. Mais il ne voit rien dans la civilisation occidentale qui lui permette de se défendre contre d’autres cultures, notamment l’islam. Tout ce qu’il conseille c’est de savoir disparaître avec élégance. Mais si aucune valeur ne peut être fondée dans l’absolu, existe la notion de “préférable”, laquelle notion néanmoins fut souvent tournée en ridicule par les nihilistes déconstructeurs. Et pourtant ! Tout être humain aspire à vivre le mieux possible. Que l’on ne puisse fonder que sur les désirs de l’être humain vaut mieux que de ne pouvoir fonder sur rien. Certes, les philosophies antiques eudémoniques étaient construites sur des différences mais toutes convergeaient néanmoins sur l’idée de raison et de bonheur.

Patapon

Que voulez vous fonder de solide et durable sur l’individu divinise,qui croit que le monde a commencé avec lui,et qu’il finira avec lui.?..Nous avons besoin de transcendance,de viser plus haut,plus loin,plus grand que nous mêmes ,chétifs éphémères.Chacun de nous est comme un oiseau sur la branche,mais l’oiseau sait qu’il peut compter sur l’arbre pour s’y poser,y faire son nid,et saluer par son chant le printemps de l’eternel retour.

ramses

1
L’Europe peut-elle retrouver des hommes de cette envergure ?
Charles Martel
Après un travail pour établir l’unité en Gaule, l’attention de Charles est tournée sur les conflits étrangers, et notamment l’avance musulmane en Europe de l’Ouest, qui est une préoccupation majeure. Les forces musulmanes arabes et berbères ont conquis la péninsule ibérique (711-726), franchi les Pyrénées (720) et saisi la Gaule narbonnaise. ils avancent vers la Gaule et sur Tours, la ville sainte de la Gaule.
En octobre 732, l’armée Omeyyade rencontre les forces franques et aquitaines dirigées par Charles dans une zone comprise entre les villes de Tours et de Poitiers. Charles fut surnommé Charles Martel.

ramses

2
Une des ambitions de Jan III Sobieski est de rassembler l’Europe chrétienne dans une guerre contre l’Empire turc ottoman et de chasser cette puissance expansionniste, de religion musulmane, qui était parvenue, au fil des siècles, à conquérir militairement une grande partie du sud-est de l’Europe et cherchait alors à submerger sa partie occidentale. Son plus grand succès survint le 12 septembre 1683 à la bataille de Vienne, où il parvint à vaincre de manière décisive l’envahisseur ottoman, qui menait le siège de la capitale autrichienne. Sobieski commandait les troupes polonaises. Le résultat éclatant de son action permit de chasser une fois pour toutes l’armée ottomane, pourtant supérieure en nombre et sur le point d’attaquer.

Et on l’applaudit encore de nos jours à Budapest :-))

Patapon

Avec l’aide précieuse du comte Eudes d’Aquitaine…si ma mémoire est bonne.Les Francs avaient du courage à revendre,en ce temps la…

POLYEUCTE

Hélas, ce n’est qu’un Récit, un Roman ! Trop beau pour être Vrai !
“Difficile de rebâtir quand les Fondations sont atteintes” !
L’actuelle Tour de Babel finira par s’écrouler !

Richard

Passionnant. « … un retour imminent aux sources de la pensée occidentale ». Précisément tout le problème réside en sa définition. Je pense que l’apogée est atteint via La République de Platon. Peut-on à ce point se focaliser sur le monothéisme chrétien comme déclencheur de ladite Renaissance, lui qui fut capable du meilleur comme du pire ? La christianisation de la Pologne est révélatrice à ce sujet, c’est même l’une des périodes les plus sanglantes de son Histoire.

Fomalo

Intéressant; j’avais loupé l’émission de M. Bild, et je découvre l’auteur de La renaissance de l’Occident, grâce à O.Piacentini et R.L Je vais approfondir, en particulier ce que Ph.Herlin appelle droit naturel et occident. Mais l’auteur qui dénonce pourtant l’islamisme, n’est-il pas légèrement trop “optimiste”??

CHARLES LE PENISTE

IDENTITE MENACEE ET DECLIN DU SENS :LE PREMIER SYMPTÔME DE LA CRISE DE L’EUROPE ET DES EUROPÉENS C’EST D’ACCEPTER DE SE FAIRE APPELER
” L’OCCIDENT ” PAR DES INTELLECTUELS FUTILES OU CORROMPUS ASSUJETTIS AU POUVOIR COSMOPOLITE QUI LES UTILISE OU LES TERRORISE OU LES EMPLOIE … la Première et la pire crise des nations Européennes c’est la CRISE DU LANGAGE et donc de la Vérité . C’est par le totalitarisme de la sémantique que découle les falsifications du Sens , des valeurs et de l’Histoire .. La solution ? .RETOUR A LA PHILOSOPHIE ARYENNE et Expulsion de la pensée Sémitique orientale judaïque et islamique

patphil

les occidentaux se réveilleraient ils ?
la trajectoire de certains honnêtes hommes tels michel onfray me le laisse à penser

Balard

“Surtout, les conservateurs ont perdu le sens de leur combat, en abandonnant la référence au droit naturel”

L’esclavage est conforme au droit naturel.
Cardinal Gerdil dans son Compendium Institutionum Civilium.

On doit en déduire quoi sur ce qui fait un bon conservateur?

Patapon

Balard,toutes les sociétés humaines ont été esclavagistes,sans exception,jusqu’a ce que l’Europe des Lumières se saisisse de ce sujet,jusqu’a l’abolition.Pour qui connaît un peu l’Antiquite,ou la condition servile etait une évidence civilisationnelle que nul ne contestait,j’assure que le sort des esclaves n’avait rien d’inhumain,et que beaucoup de nos contemporains “libres” pourraient envier leur sort.(S.D.F,travailleurs pauvres,mères isolées dans la misere,etc…).

Lire Aussi