La République de Macron aux mains des racailles et des voyous

Publié le 27 novembre 2020 - par - 8 commentaires - 1 041 vues

Les violences impunies des migrants et des gauchistes, contre les lois de l’État républicain souverain.

À droite fièrement : Utopia 56 : la grande manipulation ! L’opération a été rondement menée. Quelque cinq cents clandestins majoritairement afghans ont été installés dans un campement sauvage, place de la République, en plein cœur de Paris, entourés d’une myriade d’avocats islamo-gauchistes pour la défense des droits de l’Homme contre les Français, de journalistes islamo-gauchistes et de militants pro-migrants, décidés à rendre impossible (et donc très spectaculaire) toute évacuation. Arrivée rapidement sur les lieux, la police a procédé à l’évacuation de la place sous les huées des militants et une cohorte de caméras complices, dont les images devaient rapidement faire le tour des réseaux sociaux, afin de dénoncer les brutalités d’un État policier impitoyable envers de pauvres exilés (???) sans défense manipulés par les activistes des ONG. Le coup médiatique des migrants à République : l’association Utopia 56 manipule l’opinion publique !

C’est une sale opération d’agitprop (d’agitation et de propagande anarcho-gauchiste révolutionnaire) rondement menée par l’ONG subventionnée, Utopia 56, aidée par la gauchosphère anarchiste militante pro-migrants. Amaury Bucco dénonce, dans “Le Club de Valeurs actuelles”, le piège dans lequel est tombée la police place de la République avec la complicité de Darmanin ! Utopia 56 est habituée à ce type de coup médiatique, avec des prises de positions radicales contre les frontières, contre l’État et la police.

Tout a commencé, mardi 17 novembre, avec l’évacuation-dispersion d’un campement de migrants à Saint-Denis, sous une bretelle d’autoroute, face au Stade de France, comptant 2 800 jeunes hommes illégaux venus d’Afghanistan, du Soudan, d’Éthiopie et de Somalie – qui ne seront surtout pas expulsés par Macron !

“Ces camps ne sont pas acceptables”, a déclaré le préfet de police Didier Lallement avant d’ordonner l’évacuation, avec l’aval du Darmanin. “Cette opération doit faire que les migrants en situation régulière soient mis à l’abri et que les illégaux en situation irrégulière qui n’ont pas vocation à rester sur le territoire” ne soient surtout pas expulsés par Macron ! 70 bus avaient été mobilisés afin d’emmener les migrants illégaux vers 26 centres d’accueil et gymnases de la région. Faute de renvoi dans leurs pays d’origine, des centaines erraient dans le nord de Paris, dispersés par la police afin d’éviter la création d’un nouveau campement sauvage.

L’ONG subventionnée Utopia 56, déjà impliquée dans le campement sauvage en Seine-Saint-Denis, décide de créer un immense campement sauvage en plein cœur de la capitale, place de la République. 450 clandestins sont rameutés. L’ONG subventionnée Utopia 56 installe 500 tentes et distribue 1000 couvertures aux illégaux rameutés, pour dénoncer sur Twitter la violente évacuation menée par le préfet Lallement. Et en même temps, avocats gauchistes, militants gauchistes, élus gauchistes et médias gauchistes sont conviés pour dénoncer l’évacuation qui se prépare. Sur Twitter, Utopia 56 : “Occupation en cours de la place de la République à Paris par 450 personnes exilées, laissées à la rue suite à l’évacuation du campement de Saint-Denis. Nous demandons des ouvertures de places d’hébergement et un réel système d’accueil des exilés. Après avoir reçu la garantie de l’ouverture de 1 000 places d’hébergement, on partira !”

450 migrants illégaux manipulés rameutés à la République pour dénoncer la pression policière ! “Le dépôt de plaintes contre la préfecture et le ministère de l’Intérieur est en cours” ! “Nous demandons la démission du préfet de police et du ministre de l’Intérieur, l’arrêt immédiat des violences policières ainsi que des solutions d’hébergement immédiates et inconditionnelles. Nouvelle action en préparation !” (Utopia 56)

Utopia 56 aide les clandestins pour exiger la régularisation systématique des étrangers illégaux qui traversent illégalement les frontières françaises, pour imposer le droit des étrangers et pour stopper la montée des nationalismes, le développement du fascisme et de toutes les formes de racisme ! Ben voyons !

Texte librement adapté et modifié de Atlantico : “Le gouvernement en plein dérapage immigrationniste incontrôlé et rien sur la sécurité et les libertés publiques !” Inconscient de son laisser-faire et de ses failles sur le régalien, Darmanin, a décidé de faire semblant d’autorité. “Place de la République, l’évacuation d’un camp de migrants violents par les forces de l’ordre a fait réagir, Darmanin parlant d’images choquantes à la télé !”

Général Bertrand Cavallier : Avant de se livrer à une analyse, il est impératif de rappeler les faits. Une évacuation de campement sauvage d’immigrés illégaux place de la République est organisée avec le soutien d’associations (ultra gauchistes), et d’avocats (gauchistes) en robe, d’élus (gauchistes) et de journalistes (militants immigrationnistes de la gauche révolutionnaire anti nationale). C’est une configuration très piégeuse où tout est réuni pour exploiter tout dérapage pour un effet politique pour l’immigration. (Zemmour a décrit le cycle du piège médiatique des anarcho-gauchistes : provocation-répression-compassion-indignation !)

Décision est prise (par Darmanin à son Préfet !) d’évacuer le camp. La manœuvre est placée sous la responsabilité de la DSPAP (Direction de la Sécurité de Proximité dans l’Agglomération Parisienne) de la Préfecture de police, qui engage ses propres moyens dont une CSI (Compagnie de sécurité et d’intervention) et des BAC. Un escadron de gendarmerie mobile en protection de l’Assemblée nationale est envoyé dans l’urgence pour renforcer le dispositif de policiers et procède d’abord au bouclage du site.

L’opération d’évacuation s’avère très complexe du fait de la réinstallation de tentes (organisée par les anarcho-gauchistes) dans le dos des forces de l’ordre, et de la pression exercée par les manifestants.

(Comme toujours avec Macron comme avec la Covid-19), l’intervention se déroule dans une grande confusion, faute d’une conception claire de la manœuvre et de la pression exercée sur les commissaires chargés de son exécution. Elle est émaillée de quelques violences commises par des fonctionnaires de police (mal commandés) faisant l’objet d’enregistrements filmés très largement diffusés – avec le croche-pied par un haut gradé de la police sur un migrant et le matraquage d’un journaliste. D’où l’ouverture d’une enquête par le parquet de Paris pour violences par personne dépositaire de l’autorité publique. Et une réaction du Darmanin !

Dans la crise des Gilets jaunes, l’usage de la force, avec l’utilisation massive des LBD, principalement par des unités de police du maintien de l’ordre non professionnelles, n’a été régulée que tardivement.

Le politique, au lieu de s’adonner au limogeage de circonstance d’un haut fonctionnaire, serait inspiré de mieux comprendre quelle est la culture insurrectionnelle en vigueur notamment sur la place parisienne.

S’agissant de cette opération, quel a été le processus décisionnel ? Qui est responsable ?

Quelle a été l’étude préalable qui aurait dû déboucher sur une conception de manœuvre ? Laquelle aurait privilégié d’autres options dont celle de ne pas intervenir sous la précipitation, du fait du rapport de forces très défavorable et du risque politique majeur. Ces questions formulées par les gendarmes mobiles et les CRS depuis des années sont toujours sans réponse. Et là se manifeste la lâcheté des “zélite”s !

Pourquoi Darmanin fait-il le choix de démonstrations de force, qui font plus de bruit qu’elles n’ont d’efficacité ?

Macron (ne veut rien faire) face à une proportion croissante de la population française qui attend des mesures fortes pour régler l’immigration illégale qui produit une déstabilisation très profonde de la société et qui peut devenir irréversible avec une arrivée massive de migrants contre le mode de vie des Français. Et sans compter le “Quoi qu’il en coûte” de Macron avec les coûts pharamineux qu’elle provoque, au détriment du développement des territoires dénigrés par Macron : la France périphérique ! À Paris, l’exaspération des habitants est à son comble devant la dégradation de leurs conditions de vie, le recul du droit à la sécurité, dont les femmes sont les principales victimes. La réalité est que l’immense majorité des entrants illégaux ou devenus illégaux (déboutés du droit d’asile) restent sur le territoire français. La logique du démontage des camps et du relogement des illégaux dans des hôtels n’a eu pour effet que d’attirer toujours plus d’illégaux !

Cette évacuation, effectuée dans une certaine confusion, s’est déroulée dans un cadre juridique clair, avec le prononcé des sommations réglementaires. Une vague de refoulement a été conduite. Il n’y a pas eu d’utilisation de gaz lacrymogène, ce qui atteste d’un usage gradué de la force ; mais en discréditant l’efficacité des forces de l’ordre, une aubaine pour encourager les provocations des opposants, pour les télés.

Et on sait que Macron ne veut surtout rien faire pour traiter réellement le problème des migrants.

Yves Mamou, “Causeur” : Le macronisme et la tactique permanente du “en même temps” ! Il fallait bien l’évacuer cette place de la République. Le Darmanin aurait dû s’indigner que des groupuscules gauchistes et des ONG instrumentalisent des migrants illégaux et occupent quasi militairement la place de la République à Paris. En quelques minutes, les gauchistes ont monté des centaines de tentes pour réclamer la mise à l’abri de 400 migrants illégaux issus selon les associations du camp de Saint-Denis, évacué par la police. Ce squat politique de la place de la République était un raid politique des ONG à l’instar de ceux qui ont eu lieu à la basilique de Saint Denis en mars 2018, au Panthéon en juillet 2019, ou dans les rues de Paris en mai 2020.

Ce squat politique était en infraction avec les règles du confinement sanitaire, inexistant dans le 93.

Que voulaient les gauchistes ? Dénoncer la barbarie de l’État raciste, islamophobe et antimusulman.

Et en prime : l’indignation ! Darmanin pointe un doigt accusateur contre ses troupes. “Des images de la dispersion du campement illicite (mot plus convenable que illégal) de migrants place de la République sont choquantes. Je viens de demander un rapport circonstancié sur la réalité des faits au Préfet de police d’ici demain midi. Je prendrai des décisions (???) dès sa réception”. Le Darmanin est étonnant alors qu’aucune charge policière n’a été menée, qu’aucun tir de LBD ne semble avoir eu lieu et qu’aucun œil n’a été crevé.

Benjamin Delille, “Libération”, la propagande anarcho-gauchiste du média poubelle de la gauche ultra :

“Soutien aux (illégaux) migrants ! On aimerait que notre engagement de fraternité (révolutionnaire, anti-nationale et anti-française) soit respecté par le gouvernement ! Au lendemain de l’évacuation d’un campement (illégal) de migrants place de la République à Paris, des centaines de militants sont rassemblés pour exiger que tous les exilés (???) (les illégaux) soient abrités”. “Des policiers qui s’emparent de tentes où se reposent (???) des migrants ! (Quelle barbarie !) C’est plus que choquant ce qu’il s’est passé !” s’indigne un activiste d’aide aux mineurs (délinquants ?) isolés. Ça sape la confiance en la soumission de la France aux ONG !

“Libération” poubelle avant le dépôt de bilan en revient à ses vieux jeux de mots à 2 balles : Violences policières : les féroces de l’ordre ! contre les pauvres illégaux réfugiés ! Ben voyons ! TAKAYCROIRE !

Et on a la Cimade et son président Masson : Ce qu’il s’est passé hier n’est pas acceptable. Mais nous sommes là pour réclamer que toutes les personnes qui étaient dans le camp de Saint-Denis soient abritées !

C’était le but des activistes des ONG : passer la nuit dans des tentes sur la place pour rappeler que des centaines de migrants du camp de l’Écluse, démantelé le 17 novembre, n’ont pas été pris en charge !

Pire pour “Libération” : ils ont été pourchassés  – selon les ONG gauchistes qui veulent les imposer !

Pour “Libération”, l’engagement de fraternité met en scène l’indignation et le calvaire imaginaire des migrants pour toujours plus de sensibilisation de l’opinion publique. “Il faut leur ouvrir les yeux” (à ces cons de Français !) Pour le maire opportuniste compassionnel indigné (PS en déconfiture) du secteur Paris-centre :

Le vrai sujet, c’est de trouver un toit à ces illégaux. Et c’est la préfecture qui doit s’en occuper !”

“Libération” : “Darmanin est responsable ! Il ferait presque oublier qu’il est un violeur présumé ! On a l’impression que la police, ce sont des criminels en bande organisée !” Pourtant, ils n’interviendront pas, il y a trop de médias ! écrit “Libération” : “Tout le monde, il déteste la police !” C’est l’écho de : “Tout le monde, il est Français“, le slogan des déglingo-anarcho-gauchistes, les No Border de Soros ! Finalement, il n’y aura pas eu d’affrontement ! Les manifestants quittent la place par le boulevard du Temple : “On part en sauvage ! Tout ça pour nous ? C’est trop, fallait pas !” Quelques poubelles sont incendiées. Normal ! (Libé, Benjamin Delille).

“Libération”, Édito, le roman-feuilleton à 2 balles : “Comment en est-on arrivé là, demandent les bonnes âmes de Libé poubelle de gauche face aux scènes de violences policières insoutenables ( ???) (frappées droit) au cœur (???) de Paris ? Des centaines d’illégaux, évacués en Seine-Saint-Denis, (ont été installés par les ONG) place de la République dans un campement sauvage. En présence d’élus gauchistes, d’avocats gauchistes et de journalistes gauchistes, des policiers se sont efforcés de faire évacuer les illégaux !

Ces soi-disant sans-abri sont “des jeunes Africains et des Afghans piégés dans leurs tentes par des policiers pour les déballer comme du linge sale sous la statue de la République” avilie par les gauchistes !

À droite fièrement : “Les vrais chiffres de l’immigration !” Avec Macron, l’immigration perdure, en pire.

Chaque année le nombre d’entrées d’illégaux (donc inconnus !) augmente inexorablement en France, une progression exponentielle ! On est passé de 125 000 titres de séjour en 1995 à 277 000 en 2019.

En 25 ans, c’est presque 6 millions de titres de séjour (5 700 000), soit près de 10 % de la population française ! En 2019, 90 000 titres de séjour pour regroupement familial, 90 000 pour études, 38 700 pour raisons professionnelles, 36 200 pour les réfugiés et les étrangers malades. Ces chiffres ne comptent pas les entrées des illégaux (inconnus !), mais les régularisations d’illégaux entrés au cours des années auparavant !

94 % des demandeurs d’asile rejetés restent sur le territoire selon la Cour des Comptes en 2016.

Les illégaux restant en France en situation illégale sont estimés sur la base de l’Aide Médicale d’État accordée à 150 000 bénéficiaires en 2004, et 320 000 en 2019. Malgré cela, un nombre inconnu de migrants illégaux en situation irrégulière ne sont pas inscrits à l’AME (selon certains experts, il faudrait multiplier les chiffres par 3 pour approcher le nombre réel des illégaux clandestins sur le territoire, soit 960 000).

Combien d’illégaux clandestins reconduits ? Les mesures d’éloignement hors de l’espace de l’Union européenne ont atteint 8 858 en 2019, un chiffre marginal par rapport au nombre de migrants en situation illégale. Seulement 15 % des décisions d’éloignement prises par les préfets seraient mises en œuvre !

Après Libé ultra-anarcho-gauchiste, Aziz Zemouri, “Le Point” islamo-gauchiste : Police à Paris, le grand désordre après une opération de maintien… de l’ordre ! Des policiers ont violemment ( ???) évacué la place de la République, à Paris, lundi 23 novembre. Après ces incidents liés à l’évacuation de migrants illégaux place de la République à Paris, Valérie Martineau, patronne de la DSDAP, est sur la sellette. Les ONG exigent la création de places d’hébergement. L’opération a viré au cauchemar, à un point tel que Darmanin a été choqué par les images à la télé (???). Et il a demandé un rapport au préfet de Paris, Didier Lallement.

Le parquet de Paris a ouvert une enquête judiciaire à la suite de la diffusion d’images sur Twitter où on voit un fonctionnaire de police faire un croche-pied (raciste et barbare !) à un migrant, selon le parquet.

Laurent Valdiguié, “Mariann”e : Place de la République : Darmanin tance le préfet Lallement ! Pour le préfet Lallement, l’évacuation d’un campement de migrants place de la République, décidée en urgence, est une opération de police réussie. Une soirée musclée : “À part quelques baffes et un croche-pied, mais dans ce genre de séquence, c’est inévitable”, réagit un policier parisien syndicaliste. Il fallait réagir sans attendre.

Ces évacuations qui sont menées contre la mise en place d’un campement sauvage avec le soutien des activistes des ONG et des élus de gauche sont toujours très difficiles à traiter. “Pas question de laisser s’installer une ZAD de migrants illégaux au cœur de Paris !” Le Bars, le patron du syndicat des commissaires :

Il ne faut pas être naïf, les collègues ont été la cible de nombreuses provocations durant la soirée !”

Buisine : “Ça a dérapé totalement, les policiers ont arraché les tentes qui ont été confisquées”.

Nous, en tant que journalistes (gauchistes), on a été entravés à de nombreuses reprises. On a reçu des coups. On a été bousculés“, dit Rémy Buisine. Pour Brossat, adjoint communiste à la mairie de Paris : “La soirée restera gravée dans les mémoires comme une honte pour la République et ses valeurs !” Les journalistes (militants) des manifs ont noté un net accroissement de l’agressivité des forces de l’ordre à leur encontre. Buisine a été violemment (???) pris à partie par des policiers, conduisant à une jambe écrasée du pied.

“En tant que journalistes (militants), on a été entravés, on a reçu des coups, on a été bousculés”.

Pire pour “Libération” : Les journalistes (militants), cibles de moins en moins collatérales de la police !

dijoncter.info : “Climat émeutier dans les quartiers ! Les forces de l’ordre se sont fait “ambiancer” pour le deuxième week-end consécutif dans des quartiers de Mâcon. Les tirs de feux d’artifices (des tirs de mortier) semblent revenir en force ces derniers temps dans les quartiers avec des véhicules partis en fumée, un bus caillassé et les équipes de police reçues à coup de tirs de mortier”. Jusqu’où ira la signature gauchiste ?

Marie-Christine Vergiat, anti-k.org : “En pleine crise sanitaire, il faut une régularisation inconditionnelle des illégaux ! Plus de mille migrants n’ont pas eu droit à une mise à l’abri et c’est inadmissible”.

Des tas de gens ont le droit de quitter leur pays pour venir s’installer en France.

L’année dernière, l’UE a donné plus de trois millions de titres de séjour de longue durée !”

anti-k.org : Des nouvelles du front ! Guatémala, des manifestants incendient le Congrès alors qu’une colère bouillonnante déborde : “Je pense que ce n’est que le début ! Ils nous laissent sans manger !”

Jure Georges Vujic, “polémia” : Ensauvagement. Le terme d’ensauvagement renvoie à l’augmentation de la criminalité, à l’explosion brutale et sporadique d’actes de vandalisme et de pillages. La dénonciation de la barbarie des autres est la thématique classique de l’ultra gauche révolutionnaire, pour détruire la civilisation.

La perception et la signification de la barbarie, de la sauvagerie, dépendent du choc des cultures, des mœurs, des coutumes, des comportements, des pratiques politiques, économiques, idéologiques, ethniques.

En dépit des idées progressistes, l’ultra gauche révolutionnaire n’a jamais voulu pacifier les luttes.

C’est pourquoi l’ultra gauche révolutionnaire crée les conditions politico-sociales et sociétales propres à générer les irruptions de sauvageries criminelles pour retrouver les grandes formes de barbaries totalitaires (des soviets) du XXe siècle qui ont abouti à ce qu’Hannah Arendt désignait comme la banalisation du Mal.

Thierry Michaud-Nérard

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
jean

Il n’y a pas à discuter: tout migrant (européen ou non) en situation illégale doit être VIRE ! Quel qu’il soit.

meulien

il faut laisser les immigres occuper tout l’espace public,….les Parisiens seront ainsi heureux

Occidentale

Cette domesticité socialop-coco & co au mondialisme est en fait un véritable service immigrationniste rendu à Macron ce théâtreux impubéral, pion fait président par la mafia sans frontière avec l’objectif commun de déstructurer et d’assassiner l’Identité occidentale de la Société des Français, et ce, dans la violence classique pour créer un chaos avec des barbaries liberticides comme vous l’avez fort bien démontré dans votre article.

Michel

Qui se ressemble s’assemble. La laideur ne peut se lier avec la beauté. Le macron et ses amis sont des INUTILES. Donc, à éliminer.

Paoli

Minus peut être fier de LUÎ !! C’est un excellent resultat…la France est gravement malade et nous aussi ..avec toutes leurs farces nous faiblissons …mais c’est le but recherché ….

Kancau11

Tous ces connards de la gauchiasserie qui ont monté cette opération ils en hébergent combien de clandestins chez eux?

patphil

ben, il faut bien donner des gages aux islamogauchistes qui vont aller voter en masse eux, contrairement aux gaulois réfractaires qui s’abstiennent par lassitude

kabout

Macron, voyou…..voyou, Macron….entre racailles ensemble !

Lire Aussi