La République en sursis… dans le couloir de la mort

Publié le 30 novembre 2020 - par - 37 commentaires - 1 158 vues

À la faveur de son dernier opus : “2022 : une main de fer nationaliste dans un gant de velours républicain ?” https://ripostelaique.com/2022-une-main-de-fer-nationaliste-dans-un-gant-de-velours-republicain.html dans l’édition de “Riposte” du 27 courant, Philippe Grimbert pointe de son excellente plume là où cela fait très mal au régime : “les Français soutiennent la République comme la corde soutient le pendu” rappelle-t-il à mots feutrés. Il rejoint ainsi la doctrine en la matière du “Cercle Légitimiste de France” d’où est issue cette formule aussi guerrière que justicière – doctrine exposée, par exemple, le 20 juillet dernier dans “De la fin de la République à la restauration de la royauté légitime” https://ripostelaique.com/de-la-fin-de-la-republique-a-la-restauration-de-la-royaute-legitime.html, parmi plusieurs autres publications incluant ladite formule.

I- Philippe Grimberg dresse le tableau de la situation politique générale, en énumérant les pistes possibles, et s’attache à développer la piste nationaliste, en précisant que, pour avoir une chance de vaincre, elle doit se dire, malgré tout, “républicaine”, même si, à terme, elle serait contrainte ou bienvenue à détruire la République, afin de réussir et non pas d’échouer, comme constaté jusqu’à présent pour tous les partis ayant exercé le pouvoir.
Est-il besoin de rappeler que le nationalisme n’a jamais exercé le pouvoir en France, même lorsque ses troupes étaient nombreuses avant la Seconde Guerre mondiale, si ce n’est lors de l’épisode de l’État français (Vichy) courageusement assumé par le maréchal Philippe Pétain, aux heures les plus sombres de notre Histoire qu’on sait, car sous l’Occupation de la France par les nazis ?

À cela, il y a une excellente raison : si l’Allemagne est une nation d’États qui a expérimenté le nationalisme avec quelques succès (et un échec aussi foudroyant que sanglant), la France est un État de nations, où le nationalisme ne prend donc guère, fut-il “intégral” comme le qualifiaient Charles Maurras, Léon Daudet, Maurice Pujo ou encore Maurice Barrès et encore aujourd’hui, l'”Action française”. Autant dire que le nationalisme restera, en France, une chimère sans portée politique d’application concrète et durable.


II- Ceci étant posé, il convient de rappeler qu’on ne peut gagner qu’en avançant ses idées, et non point celles des adversaires. Les lecteurs de “Riposte” commencent à savoir que je suis légitimiste, donc anti-républicain et contre-révolutionnaire – rappel cependant, à toutes fins utiles.
Il est donc hors de propos pour tout légitimiste de se présenter à l’élection présidentielle et d’avoir, ce faisant, à rassembler 500 signatures d’élus, quels qu’ils soient… même si ce dernier exercice fut vérifié déjà avec succès à plusieurs reprises en “promesses de signature”. Le légitimiste qui se respecte n’a pas à se soumettre au carcan républicain pervers : son premier objectif doit être de détruire la République et de remettre la France à sa place de royaume du Fils aîné de l’Église.
La destruction de la République aurait pu être le fait d’un putsch ou d’un coup d’État… Mais au vu de la faillite du régime politique qu’est la république, dans tous les domaines (https://clvfblog.wordpress.com/la-faillite-generale-de-la-republique/), ces procédés sont désormais inutiles, la république se détruisant toute seule ! Qui plus est, elle attire et importe avec l’argent des Français les racailles afro-arabo-mahométanes censées la soutenir, mais dont le premier objectif sera bientôt de l’accaparer et de l’islamiser, la mahométaniser totalement, en faisant passer les républicains au fil du bessif au niveau du cou, avec décapitation en prime pour les récalcitrants. La sale besogne ainsi faite par les envahisseurs et envahissants afro-arabo-mahométans, la destruction de la Ve et dernière République, faillie, sera ainsi acquise sans coup férir et sans aucune responsabilité légitimiste dans le versement de sang français.

Dès lors, la France étant redevenue potentiellement le royaume du Fils aîné de l’Église, avec un monarque légitime sur le trône et sous la couronne, la croisade de reconquête deviendra possible et effective et, qui plus est, sera victorieuse.
Les Français sont bien plus lucides et intelligents que ce qu’allèguent les médias mainstream et les républicains, et ce n’est pas seulement le “Cercle Légitimiste de France” qui l’affirme ! Un site très républicain a questionné ainsi les Français : “Selon votre intime conviction, qui devrait monter sur le trône de France ?” Si les Français sont à peine près de 500 à désigner Jean-Christophe Napoléon Jérôme Bonaparte (ce qui est bien peu eu égard à ce prétendant, fort prétentieux), ils sont bien moins du double à soutenir la république, et un peu plus de 1 100 à soutenir cet autre fort prétentieux prétendant qu’est Jean d’Orléans – quand ils soutiennent massivement (x 27 +) le roi légitime Louis le XXe par la Grâce de Dieu, Fils aîné de l’Église et Lieutenant de Dieu en France…. alors même que ses armées de réserve sont infiniment plus nombreuses. Ce questionnaire étant en cours, tous ces soutiens ont pu prendre connaissance de plusieurs aspects du programme politique légitimiste exposé pour le “Cercle Légitimiste de France” sur “Riposte” et directement accessibles aussi depuis ma page d’auteur. https://ripostelaique.com/author/fernand-cortes-de-conquilla

Sans doute est-ce aussi pour tout cela que les Français sont de plus en plus nombreux à suivre la formation politique légitimiste dispensée par le “Cercle Légitimiste de France”.
Il n’y a désormais aucun doute sur la fin très prochaine de la république, parti de l’étranger, des escrocs, des menteurs et des voleurs, mais aussi antichambre de la tyrannie, et ce bien plus tôt que nous ne le pensons – dans la poubelle de l’Histoire.
Je demeure l’obligé de Philippe Grimberg qui harponna avec dextérité la République, en attendant de lui porter le coup de grâce. Le plus tôt sera le mieux. Et peu importe que les républicains s’en mordent alors les doigts.

Fernand CORTES de CONQUILLA
Cercle Légitimiste de France
fcdc@bbox.fr
30 novembre 2020

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
pamela

Vive le Roi !

Courais F.

en perdition !!? Quel privilège ce sera alors !! Personnellement, déçu que je suis par la classe politique dans son ensemble qui nous leurre, je soutiens, bien que moralement, la Légitimité ainsi que son digne représentant, Louis le vingtième !!

Courais F.

Si “( la plupart ) des Français ( aveuglés ou naïfs ) soutiennent ( bec-et-ongle ) la république comme une corde soutient le pendu”, force est tout-de-même de se demander quel intrépide cow-boy passera par là pour tirer à la carabine sur cette corde-ci !! Ce cow-boy providentiel choisira probablement de passer son chemin, tout bonnement !! Les derniers mois furent pires que jamais, force est de l’admettre. Et pas seulement en France !! Monsieur Macron n’a pas eu de chance en “héritant” de cette France-ci, cadeau empoisonné de la part de ses prédécesseurs, qui continuent à fanfaronner et à jubiler. Mais d’un autre côté, il peut être justement l’homme de la situation afin de permettre le basculement total de toute la nation. Qui, somme toute, aspire encore à obtenir la gouvernance de ce pays

Philippe Grimberg

Merci pour toutes ces informations, Monsieur Cortes de Conquilla,
Je voudrais faire appel à votre érudition.
En effet une question me taraude, du fait de ma méconnaissance totale du sujet. Comment mettre un terme à la querelle dynastique. Il y a plusieurs prétendants au Trône de France ! Ce serait nécessaire qu’ils se mettent d’accord avant le chaos.
J’avoue ne pas avoir d’avis sur la question, car, pour commencer, je ne comprends strictement rien aux lois fondamentales du Royaume de France.
Bien cordialement, Philippe Grimberg.

Bp50

Dieu vous entende…comme il a entendu les Américains qui s’apprêtent à nettoyer la bauge démocrate dans quelques jours, ce qui d’ailleurs pourrait avoir un effet domino sur les populations oppressées en Europe comme le groupe de Visegrad mais ici aussi bien sûr. Il est à rappeler pour ceux qui croient en la vocation sacrée de la France que de nombreuses fois l’appel divin à la France d’apposer sur le drapeau le Sacré-Coeur de Jésus, pour la dernière fois en 1846 à Notre Dame de la Salette, nous aurions pu faire l’épargne des souffrances et décadences qui en résultent depuis. Il y a longtemps que les Frères 3 points auraient perdu leur néfaste influence.

POLYEUCTE

Echanger le Roi des C.ns pour un C.n de Roi ?
Les rois n’ont plus aucun pouvoir en régime parlementaire !
Monarchie Absolue ? La guillotine revient !

Prouvencau

Monsieur Polyeucte …la guillotine est plus romantique que le gros canif de ala au bar….

Olivia

Je suis moins optimiste que vous dans la mesure où je pense que l’agonie risque d’être longue et pénible… Par ailleurs, comment ne pas être effrayé(s) par la perspective d’une prise de pouvoir effective des musulmans en France – c’est, je pense ce que vous envisagez, avec une épuration par le haut de ceux qui leur auront facilité la tâche (nous ne les plaindrons pas…) – Mais, comment imaginer alors que ceux qui seront devenus les maîtres se laissent déloger ? Quand les musulmans accèdent à la tête d’un pays, nous savons tous qu’ils y restent… Dès lors, comment concevoir que Louis XX puisse prendre le pouvoir et les chasser ? Il faudrait toutes les légions du Ciel pour en sortir vainqueur ! Est-ce ce que vous escomptez ?

CHASSAING Jacques

« Il n’y a désormais aucun doute sur la fin très prochaine de la république, parti de l’étranger, des escrocs, des menteurs et des voleurs, mais aussi antichambre de la tyrannie, et ce bien plus tôt que nous ne le pensons – dans la poubelle de l’Histoire… » Parfait. Analyse lucide de FCC.

Janvresse.

Le Cercle Légitimiste du Vexin Français remercie Monsieur Cortes de Conquilla de l’avoir cité ( https://clvfblog.wordpress.com/la-faillite-generale-de-la-republique/ ). Nous souscrivons entièrement à son analyse.
Nous sommes en mesure de préciser que la république est en banqueroute.
Alors qu’elle comblait son déficit par des emprunts pour payer ses dépenses au jour dû, désormais elle commence à reporter le règlement de nombreuses dépenses : soutien aux entreprises (Covid) reporté aux calendes grecques, dégrèvements fiscaux pour trop perçu.. sous de fallacieux prétextes. Pas assez de personnel, refus des dossiers par les banques. Elle est sous la perfusion de la BCE à Francfort.
Après la république, la BCE?
Non, car elle ne peut soutenir un puits sans fond (ou plutôt sans fonds)

Dani de Suisse

La photo en tête de cet article a retenu mon attention car elle est symptomatique de l’état des lieux au XXI ème siècle : “diversité”, cagoulard, tags partout. Si on comparaît avec une photo prise au même endroit en 1900?

Durocher

Ne me faites pas croire que hors la “république-laïcarde-décadente… etc”, la seule sortie de secours est le trône d’un saint-monarque ? Je veux dire… ceux qui avancent comme des boeufs brandissant des bannières fleur-de-lysées sont finalement aussi c.ns que les fanatiques musulmans, non ? Il n’existe pas de voie intermédiaire ?

Jacob DELAFON

Tu vois quoi d’autre toi comme régime ?

Stentor

La “voie intermédiaire” ! Elle n’est pas mal, celle-là !
Mais la voie intermédiaire, mon pauvre ami, c’est précisément la république, régime de toutes les compromissions qui veut toujours ménager la chèvre et le chou, de tous les atermoiements, de toutes les faiblesses et de tous les renoncements !
Vous avez la république sur les bras et le spectacle de son désastre sous les yeux, on vous donne la solution et vous demandez une “voie intermédiaire” !
Quel genre d’imbécile êtes-vous donc ?

Patapon

Les Français ont par atavisme la monarchie chevillée à l’âme, bien qu’ils s’en défendent. Ils reprochent assez aux présidents successifs de n’être jamais à la hauteur de ce qu’ils en attendaient, une incarnation digne et respectable, une figure tutélaire et rassembleuse, un ultime recours, un modèle. Les trois derniers avatars, piètres “monarques républicains”, ont démontré les limites d’un système qui s’en remet au hasard d’un suffrage populaire pour élire au mieux un chef de parti indigne d’une si haute fonction.

Lire Aussi