La République pliera-t-elle devant l’Islam salafiste ?

Publié le 11 janvier 2010 - par

Les auditions de la mission Gérin ont prouvé, de façon claire, l’attaque délibérée de l’Islam salafiste contre notre République. Dans une position ferme Yvette Roudy ancienne ministre a expliqué pourquoi il fallait qu’une loi interdise le port du voile intégral en France :

« Alors oui, il faut une loi parce que tous les arguments contre plongent leurs racines dans une propagande astucieuse, menée par un petit groupe d’hommes qui ont eu l’idée machiavélique de nous envoyer dans notre République un cheval de Troie avec en prime des victimes consentantes…Si nous cédons à l’intimidation, après le voile, après la burka, on nous demandera des horaires réservés dans les piscines, des programmes scolaires allégés (la biologie est visée, la contraception, les droits des femmes)? on nous demandera des espaces séparés pour les femmes et les hommes dans les bus, le métro, les trains, les restaurants, les cafés, les théâtres, les cinémas afin de protéger les hommes de la vue des femmes – ce qui est parait-il susceptible de provoquer chez eux des pulsions irrépressibles. Ce sera l’Apartheid. Sachant que les femmes qui oseront circuler librement seront exposées à toutes les agressions.
Alors il faut, une loi, oui, parce que “entre le fort et le faible, le riche et le pauvre, le maître et le serviteur, c’est la liberté qui opprime et la loi qui affranchit. (Lacordaire) »

L’ancienne ministre a demandé, comme bien d’autres, une loi pour que la République affirme ses valeurs et sa force, ne se laisse pas imposer, par une religion, des us et des pratiques d’un autre âge. Au nom des femmes musulmanes Sihem Habchi s’est exprimée dans le même sens.

Alors pourquoi maintenant un tel cafouillage dans les prises de parole ? Pourquoi cette hésitation sur l’idée d’une loi ? A qui veut-on faire plaisir ? Quelles susceptibilités veut-on ménager ? Nos politiques auraient-ils honte de nos valeurs républicaines et laïques, auraient-ils peur de se placer du côté des musulmanes qui réclament l’égalité, la mixité, la laïcité, du côté des musulmanes qui, en accord avec le peuple français, choisissent la modernité plutôt que l’archaïsme?

Certains ont joué à nos députés une belle partition, celle de la stigmatisation. Même les responsables du CFCM qui après avoir juré leurs grands Dieux que : « non cette tenue n’avait rien d’islamique MAIS »….Voilà, des « mais », il y en a eu, en veux-tu en voilà. L’argumentaire de la stigmatisation ne tient pas la route. On ne le redira jamais assez : c’est l’Islam, qui infériorise, infantilise les femmes, qui, avec le voile, les stigmatise, et bien plus grave encore puisque le Coran incite les hommes à battre leurs épouses et que la lapidation est encore pratiquée dans certains pays musulmans sans qu’il soit question d’un moratoire. Alors de qui se moque-t-on ? On est bien au-delà du stigmate, on est dans la violence on est dans l’horreur ! Nos responsables politiques devraient être plus malins et ne pas tomber dans un piège aussi grossier, aussi cousu de fil blanc. Il est temps qu’ils se ressaisissent !

Au moment de légiférer, gardons en tête le sort des femmes afghanes, n’oublions pas, comme l’a rappelé Djemila Benhabib, que l’offensive islamiste a commencé en Algérie par le port du hidjab, et que nous en sommes, avec le voile intégral, déjà beaucoup plus loin. Nos responsables politiques devraient se poser la question de savoir pourquoi le CFCM et pourquoi les femmes voilées auditionnées ne veulent pas d’une loi ? Sont-ils tellement différents que cela des salafistes? Leur positionnement timide doit nous interpeller. Ne seraient-ils pas prêts, demain, à fusionner avec eux, dans un grand rassemblement des croyants, contre la République et ses institutions?

Oui, pour sauver nos valeurs de progrès, il faut une loi contre le voile intégral. Pour refaire le cadre de la loi de 1905 et y mettre l’Islam à sa place, il faut une loi qui sera le rappel de ce que doit rester l’espace laïque et le principe d’égalité des sexes. Une loi qui ouvrira une liberté, que bien des musulmans appellent de leurs vœux, et il faudra aller bien au-delà pour circonscrire le vrai danger islamiste.

La responsabilité du corps politique est immense, on voit bien que tout cela dépasse largement le clivage droite gauche. Il y a les lucides, les courageux et les lâches, les prêts à céder, que dis-je à abandonner notre pays. Bien que les médias leur disent le contraire, les Français dans leur grande majorité savent très bien que cette offensive islamiste est grave. Va-t-on les trahir ? Va-t-on oublier notre histoire et nos combats ? De nombreux salafistes sont à l’affût, dans les mosquées*, sur le sol de France, leur donnera-t-on le feu vert pour un écrasement des valeurs de la République ?

Chantal Crabère

*Pour un Ali Ibrahim El Soudany, renvoyé de France, mais qu’on a laissé prêcher le djihad pendant des mois, combien d’autres continuent en toute impunité à fabriquer des islamistes?

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi