La résistance se trompe de combat !

Publié le 14 avril 2015 - par - 1 966 vues
Share

philippot1Le camp de la résistance traverse actuellement une zone de turbulences. Les dernières péripéties au sein du FN témoignent d’un malaise qui plonge ses racines bien au-delà des  propos de son président d’honneur.

Depuis quelques temps, Marine Le Pen adopte des positions qui stupéfient les authentiques résistants. Par exemple, elle refuse d’avaliser l’excellente analyse d’Ayméric Chauprade consacrée à l’islam et rejette le concept de grand remplacement cher à notre ami Renaud Camus. Son discours ne traite presque plus de l’islamisation et se concentre sur la volonté de sortir de l’Euro et de rompre nos liens traditionnels avec les États-Unis. Elle reprend ainsi les thèmes des communistes et des chevènementistes qui n’ont rien à voir avec notre combat.

On nous dit qu’il faut sortir de l’Europe parce que sa commission est favorable à l’immigration. En suivant un tel raisonnement, faut-il alors sortir de la France parce qu’une mafia socialiste la dirige ? Certes, on doit refonder toutes les politiques européennes et notre pays dispose du poids nécessaire pour imposer ses vues. Par ailleurs, au moment où le monde devient de plus en plus dangereux, il est paradoxal de vouloir détruire l’unité de l’Occident alors qu’il faudrait au contraire la renforcer.

J’ajoute que cette stratégie est mortifère sur le plan électoral et explique les faibles reports des voix des électeurs de droite sur les candidats du FN lors des dernières cantonales. Une large majorité des Français est hostile à l’immigration mais elle est dans la même proportion attachée à l’Euro. Les personnes avisées savent que sa sortie entraînerait un chaos général et que le nouveau franc ne serait qu’une monnaie de ouistiti ! Les quinze millions de retraités qui détiennent selon l’INSEE 70 % du patrimoine français n’accepteront jamais de se ruiner pour satisfaire des fantasmes souverainistes. Leur vote pour l’UMP explique les succès de ce parti en dépit de la compromission de ses dirigeants.

Le camp de la résistance et ses organes de réinformation devraient se faire l’écho de ces craintes au lieu de s’aligner sur des positions qui risquent de conduire à de cruelles déceptions lors des prochains scrutins. Si la direction du FN refuse de les entendre, il faudra alors imaginer des scénarios indépendants des calculs électoraux, pour faire face au terrible péril qui nous menace.

Gérard Pince

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.