La restauration sacrifiée

Publié le 7 mars 2021 - par - 17 commentaires - 617 vues
Traduire la page en :

A man holds a sign that reads, ‘Save the bars and restaurants’ during a demonstration by bar and restaurant owners, as France reported a new record for daily coronavirus infections, in the southern French port city of Marseille on September 25, 2020. – Hundreds of restaurant and bar owners protested in the southern French city of Marseille against new shutdown orders to curb a surge in Covid-19 cases, warning the move could force them to close permanently. Health Minister Olivier Veran announced the closures for Marseille and the surrounding region this week after contagion rates jumped, while bars in Paris and 10 other cities will have to shut by 10:00 pm starting Monday, September 28 . (Photo by NICOLAS TUCAT / AFP)

En principe, quand on cuisine, on est souvent amené à peser, à mesurer les condiments nécessaires à la réalisation d’un plat. Mais, on le sait, tout principe a ses exceptions. C’est ainsi que, dans certaines cuisines de l’exécutif, le deux poids, deux mesures semble désormais de rigueur : restaurants ouverts dans la clandestinité pour notables « affamés », buvette de l’Assemblée nationale toujours accessible ou encore pots de départ bien arrosés, dans une préfecture, voire un commissariat…

Jusqu’à présent nous tenions la bonne bouffe pour une de nos caractéristiques nationales. Aujourd’hui, nous savons que cette « évidence » ne s’est pas imposée à tous et, en particulier, à nos dirigeants politiques, médiatiques, scientifiques hors-sol qui se veulent les ministres du Bien mais ne sont que ceux du Mensonge. Si leur objectif était de briser les liens sociaux au profit de la loi égotique de l’individu tyran, ils ne s’y prendraient pas autrement. En fait, nous subissons d’ores et déjà une tyrannie irrationnelle, structurée autour de la peur et surtout de l’absence physique d’un tyran. Nous errons depuis plusieurs mois dans un excès de précautions dites sanitaires, véritables moteurs d’une dictature erratique.

Monsieur le Président, ne vous en déplaise, depuis bientôt un an, votre politique du chien crevé au fil de l’eau a engendré, non pas « 66 millions de procureurs », mais 66 millions de paumés déboussolés, privés à la fois d’une partie de leurs libertés et de perspectives claires auxquelles se raccrocher. La France est devenue une grande nursery (en attendant de devenir un grand asile) et une partie de ses habitants semblent avoir pris goût à la servitude. À force de voir les lieux de convivialité, bars, restaurants ou discothèques (sans parler des cinémas ou encore des théâtres) maintenus fermés, nous nous retrouverons, bientôt, tous positifs au test d’agueusie, privés du goût pour la vie et ses plaisirs : plus contagieux que la Covid-19, le repli sur soi, le désespoir, la dépression, pour un grand nombre de jeunes, sacrifiés, et de vieux, claquemurés !

Quel bel avenir « en marche » ! Selon l’Union des métiers de l’hôtellerie, le secteur de la restauration connaît 30 % de faillites. Or ces défaillances affectent tous les corps de métiers qui gravitent autour des restaurateurs : fleuristes, brasseurs, viticulteurs… Aussi risque-t-il d’y avoir, à terme, plus de victimes dues aux dépôts de bilan qu’au Sars-CoV-2… Un comble !

Pour ce qui est du couvre-feu de 18 heures, ce sont les commerçants qui règlent la note. Tous ceux qui faisaient vivre nos villes, nos quartiers, nos villages sont aujourd’hui sous perfusion, à coup de subsides avancés par l’exécutif. On interdit à ces professions de vivre de leur travail. C’est une véritable mort au pluriel qu’on leur impose : économique, sociale, morale, psychologique. N’oublions pas que les artisans vivent d’un petit salaire pour une moyenne de 60 à 70 heures de labeur chaque semaine…

Désormais, ce n’est plus le Politique qui décide et impulse, ce sont les membres du Conseil scientifique et leurs porte-voix médiatiques. Par une gestion psychotique, catastrophique, ils ont fragilisé le substrat économique et la jeunesse de notre pays. Quant aux élus, ils sont et demeurent prisonniers dans un monde virtuel, irréel, souvent plus soucieux de protéger leur caste que de défendre leurs concitoyens.

Aujourd’hui, en attendant la sortie de la crise, pour précipiter celle-ci et la préparer au mieux, nous avons besoin de courage et d’audace. Or, pour l’heure, force est de constater que ces deux qualités ne sont pas les mieux partagées au sein de notre classe politique !

Hugues Bouchu

Paru dans le n°56 (hiver 2020 2021) de la revue Synthèse nationale.
www.synthese-editions.com

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Notifiez de
Lolotte de Modigliani

Je ne trouve pas les restaurateurs très courageux ! Ils ne font que geindre ! Il y a des moments dans la vie où il faut prendre son courage à deux mains ! Ne pas subir, ne rien céder, RÉSISTER !
Ils auraient dû s’entendre et rouvrir en même temps, tous ensemble !

Patapon

Ne pleurons pas.mes bons amis.Un conseil scientifique s’occupe de notre petite sante,Veran tient à l’oeil les variants,Salomon décompte les morts comme d’autres les moutons, pour s’endormir,Delfraissy se gratte la tête pour trouver enfin la formule magique,et notre maître bienveillant,eclaire par les fulgurances de son 1er,et les avis du cabinet U.S Mc Kinsey,nous concocte un avenir radieux.

meulien

cela a commence dans les villages,mais les citadins s’en foutaient

Mantalo

Mon commentaire d’hier soir dans lequel j’avais AUSSI une pensée pour la clientèle des bistrots privée de convivialité, de complicité amicale, d’échanges, etc…. n’est pas passé.
Le CLIENT…, mais si, le client….celui qui paye…

patphil

quand les restaurants de quartiers auront été en faillite, il ne restera que les macdo’s
quand les petites boutiques auront été mis sur la paille, il restera amazon
quand les gaulois auront été grandremplacés….

joseph d arimathie

TOUS CES FAILLITEUX qui ne sont plus rien , ils VOTENT ! et ils sauront utiliser le bon bulletin pour eradiquer la vermine . et puis , lorsque ca va deconfiner , ca va wincher grave . manifs interdites ? takaycroire . bfm incendie ? ca pourrait arriver . aller LE chercher puisqu il la demande sur le ton du defi ? ca pourrait arriver aussi . d ailleurs ces connards ont la trouille du peuple et ils ont raison . ils se chient dessus ? le PEUPLE FRANCAIS se moquera des effets dont ils connaissent les causes …

Mantalo

Je plains le client que je suis de ne plus pouvoir prendre un petit café le matin, la baguette sous le bras, le temps de demander des nouvelles de Pierre, Paul, Jacques pendant 5 mn. Et de ne plus refaire le monde pendant 20mn devant une bière en fin de journée avec le patron et les clients pré-cités.

raslebol

Regardes moi les sur la photo, tous avec la muselière !
Ah putain , avec ça, on va la gagner la guerre c’est sûr !!!

Pivoine

C’est vrai que c’est paradoxal.

Patapon

La guerre…Vous avez dit la guerre?Mais de quelle guerre parlez vous?Contre un microbe ?Cher ” ralebol”,on ne fait pas la guerre à un microbe! On l’identifie,on s’en protège,on le traite,mais ” guerre” est un mot excessif.Ah,j’y suis!Vous évoquez la possibilité d’une guerre bacteriologique,ce qui change tout.Mais qui nous en voudrait à ce point?Franchement,je ne vois pas…( ironie,bien sur).

Patapon

Au passage,la dernière vraie guerre menée pour sauver la laïcité,nous venons de la perdre,sans honneur et sans gloire.

raslebol

Je reprend juste le mot guerre car c’est bien ce qu’a revendiqué macron le traître l’année dernière !!!
“Nous sommes en guerre”

Camerone

Les restaurateurs, fournisseurs, fleuristes ext…….. plus le personnel .on ne les voit pas tous ensemble dans les rues de Paris en bravant le couvre feu. Pourtant ils sont au minimum 2 millions. Ce n’est pas rien pour défendre leur bifteck. Marre de ces sans couilles qui attendent les aides et le chômage partiel. Bougez vous le cul au lieu de pleurnicher .vous avez le choix crevé ou vous battre avec honneur. Vous direz quoi a vos enfants, je n’ai rien fait pour vous ?

Patapon

Vous comptiez peut-être sur l’esprit boutiquier pour mener la révolte? Il fallait soutenir les Gilets Jaunes,ceux que les boutiquiers execraient.

Camerone

Les gilets jaunes deja fait . Les restos qu’is se prennent en charge ou qu’ils bouffent des kebabs 😈

kabout

j’invite les restaurateurs et cafetiers a mettre le bon bulletin de vote en 2022,c’est tout.Il faut que ces baltringues a l’Elysée paient.

Patapon

Kabout,je parie qu’ il n’y aura pas d’élections régionales,covid 21( variant Patagon) et confinement sont déjà prévus au menu.Pas plus que d’élection présidentielle en 2022,( troubles sociaux,etat d’urgence,article 16) ,beaucoup trop risquée pour l’oligarchie.

Lire Aussi