La révolte en Egypte avant et après…

Publié le 7 février 2011 - par
Share

Khéops, Khephren, Mykérinos, Toutankhamon, Néfertiti, les croisières sur le Nil, voilà en quelques mots l’image que nous, occidentaux, avions de l’Egypte.

Mais l’Egypte c’est aussi 81 millions d’habitants dont 31 millions vivent avec moins d’1,50 euro par jour. Les prévisions démographiques envisagent 120 millions d’égyptiens en 2050.

La crise financière de 2008 a eu des conséquences importantes sur l’industrie du tourisme. A cette crise mondiale se sont ajoutées une augmentation du prix de la vie, une augmentation du chômage des jeunes, une crise du logement et une paupérisation plus importante, 45% des égyptiens sont analphabètes.

Tous ces éléments ont conduit une partie de la population à manifester en nombre contre la vie chère et à demander des réformes politiques à Moubarak, président depuis 1981.

Dès janvier 2011, les premiers participants à cette contestation du pouvoir politique en place sont des jeunes, diplômés pour la plupart, appartenant à la classe moyenne. Petit à petit ces revendications ont fait écho dans le reste de la population.

Nous avons suivi quasiment en direct l’occupation de la place Tahrir (Liberté) par des égyptiens bravant le couvre –feu. Les images des cortèges de manifestants nous ont montré la participation de plus en plus importante de barbus se réclamant des Frères Musulmans. La révolte égyptienne est soutenue par les Frères Musulmans, mais pour l’instant les Frères musulmans ne veulent pas « que la révolution (en Egypte) soit présentée comme une révolution des Frères musulmans, une révolution islamique », explique leur porte-parole Rashad Al-Bayoumi,. »Nous nous maintenons en retrait » lors des manifestations, parce que « nous ne voulons pas que la révolution soit présentée comme une révolution des Frères musulmans, une révolution islamique. C’est un soulèvement du peuple égyptien », explique M. Al-Bayoumi. Cependant le 4 février 2011 on a pu voir la prise de position des autorités iraniennes qui incitent les égyptiens à poursuivre leur révolte jusqu’à l’instauration d’un régime islamique.

Les Frères musulmans sont un mouvement fondé en 1928 avec comme objectif une renaissance islamique. Ce parti a été interdit dans les années 1950 mais n’a jamais vraiment disparu. Dans les années 1970, Sadate s’est servi des Frères Musulmans pour faire contrepoids à l’extrême gauche et leur avait promis l’introduction de la charia dans les lois égyptiennes. En remerciement de ces promesses, Sadate a été assassiné le 6 octobre 1981 par ces mêmes Frères Musulmans.
Actuellement en Egypte, ils gèrent des hôpitaux, des dispensaires, des centres de rééducation, des organisations charitables, des écoles, des banques. Ils auraient aujourd’hui des millions de membres. «Nous ne savons pas combien de membres regroupe notre mouvement. Le gouvernement dit que c’est entre 3 et 4 millions. Mais nous ne comptons pas. Nous savons simplement que nous sommes partout, dans chaque ville, chaque village, chaque rue», a déclaré le numéro deux des Frères Musulmans, Rashad al-Bayoumi, dans un entretien au Spiegel.
Ne soyons pas dupes, nous connaissons bien les intentions de ces islamistes c’est l’instauration de la charia et tout ce qui en découle.
Les occidentaux, qui avaient peu réagi pendant la toute récente révolte tunisienne, hormis la France et ses positions hasardeuses (soutien à Ben Ali puis soutien au peuple tunisien) se manifestent beaucoup plus sur la question égyptienne.

Barack Obama intervient en personne pour demander à Moubarak d’organiser une transition du régime. Le monde occidental redoute avec raison l’arrivée au pouvoir des Frères Musulmans car avec leur implantation et le rôle social qu’ils ont joué, il est à parier qu’ils arriveraient largement en tête lors d’élections « démocratiques ».
Pour le sénateur républicain américain John Mc Cain, la participation des Frères musulmans à un gouvernement de transition, ce serait « une erreur historique ». « Les Frères musulmans sont un groupe extrémiste, dont le principal objectif est l’instauration de la Charia. Elle est de fond en comble anti-démocratique, en particulier lorsqu’il s’agit des droits des femmes », ajoute-t-il.

Israël, par la voix de Benjamin Netanyahu a fait part de ses craintes face à une montée de l’islamisme en Égypte. Tous les dirigeants israélien redoutent l’instauration d’un régime islamique. Israël se trouverait cerné par des pays qui ne viseraient que sa disparition.
Il faut dire que l’Egypte a une situation stratégique au Moyen-Orient. C’est le premier pays arabe ayant reconnu Israël, qui a signé les accords de paix avec le pays hébreu en 1979.
Le régime de Moubarak est sur le point de tomber et désormais trois questions essentielles se posent :
Si l’Egypte bascule dans un régime islamique qu’adviendra-t-il de ces accords ? Les représentants des Frères Musulmans ne répondent pas officiellement à cette problématique.
Qu’adviendra-t-il des chrétiens d’Egypte, qu’adviendra-t-il des femmes ?

Nous connaissons dès à présent la réponse aux deux dernières questions, les chrétiens seront pourchassés et réduits au silence, les femmes seront renvoyées à la seule place que les islamistes leur accordent, à la maison, pas d’éducation pour elles juste des ventres que l’on besogne.
La première problématique sera déterminante, le choc des civilisations dont on parle si souvent risque d’être porté à son paroxysme et de déboucher sur un conflit armé.

Je remarque quand même des signes de tension internationale : la France a décidé de suspendre la vente de ses armes à l’Égypte fin janvier 2011.
Mohamed Ghanem, l’un des leaders des Frères musulmans en Egypte a appelé à arrêter l’approvisionnement en gaz à Israël et à préparer l’armée égyptienne pour une guerre avec son voisin (31 janvier 2011).
Lorsqu’ un responsable politique parle de chaos et de tempête, comme l’a fait Hillary Clinton à la Conférence sur la sécurité à Munich le 5 février 2011 nous pouvons craindre le pire.

Marie-José LETAILLEUR

Voir son blog :

http://lebloglaicdechamps.over-blog.com

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.