La Rochelle : Aubry et Duflot vont porter le coup de grâce au soldat Royal

La charge héroïque : sabre au clair, la Lilloise et la Parisienne foncent sur La Rochelle pour convaincre les Rochelais de donner leurs voix à celle que d’aucuns, même parmi les éléphants,  surnommeraient « la folle du Poitou ». Impressionnant, non ?

La charge comique : sabre au clair, le tandem, qui évoque furieusement l’inénarrable couple Laurel et Hardy, va avaler des centaines de kilomètres pour tenter de convaincre, avec l’un de leurs inévitables sketchs, Olivier Falorni, qui a, démocratiquement, obtenu le droit de se présenter aux suffrages des électeurs dimanche prochain, d’y  renoncer pour les beaux yeux de la Présidente de la région qui l’ignore soigneusement et délibérément depuis trois ans.  Jubilatoire, non ?

On les voit d’ici. Aubry, furibarde, roulant des yeux ronds, rouge de colère, la cravache à la main pour fustiger celui qu’elle a exclu du Parti socialiste il y a quelques mois et qui refuse néanmoins d’obéir à celle qui n’est plus son chef. Quant à Duflot, on l’imagine parfaitement, pleine de tics, déversant d’une voix criarde son hystérique logorrhée sur sa compagne de route, ravie de pouvoir se prendre pour Zorro le redresseur de torts et de pouvoir, grenouille désireuse de se faire aussi grosse qu’un bœuf, jouer les importantes, elle dont le parti ne pèse pas 2 pour cent…

Et tout cela pour quoi ? Pour achever le soldat Royal. Forcément.

Imagine-t-on les Rochelais ravis qu’on les prenne pour des enfants à qui il faut dire pour qui voter ? Imagine-t-on les Rochelais ravis de voir les Parisiens débarquer et, du haut de leur supposée supériorité, leur dicter leur conduite ? Imagine-t-on les Rochelais non seulement ravis de voir parachutée de Paris la candidate socialiste mais également ravis de se voir violer dans leurs habitudes et attachements ? C’est qu’Olivier Falorni est un des leurs, il partage leur quotidien depuis des années, il se bat pour eux et pour le Parti socialiste depuis des années, et en plus il est bon, il a des idées et du charisme ! Ils étaient fiers de se voir représenter par un tel homme avant que les diktats d’Hollande et Aubry ne leur imposent Royal. Ils ne sont pas fous, les Rochelais, ils savent bien que si Hollande-Royal-Ayrault-Duflot veulent imposer Royal à La Rochelle, ce n’est pas pour le bien de la dite ville, c’est pour le bien de la Présidente de la région. Il faut une élection qui serve de marche-pied pour le Perchoir à celle qui n’a jamais avalé sa défaite aux présidentielles de 2007, son échec aux élections de secrétaire du Parti socialiste en 2008 –coiffée au poteau par Aubry…- , ni sa cuisante déculottée aux primaires socialistes l’année dernière. La Rochelle instrumentalisée pour d’obscures tractations, pour le seul intérêt de l’ex de Hollande qui a besoin d’un lot de consolation pour se sentir exister, vous croyez que cela va enchanter les Rochelais ? Vous croyez qu’ils vont jouer le jeu ?

Et puis, quand même, vous croyez que les Rochelais accepteraient de gaieté de cœur qu’on les prive de leur droit le plus strict, celui de choisir celui qui sera leur député ? Leur présenter un candidat unique aurait, à tout le moins, un petit côté régime stalinien qui leur déplairait fortement, forcément.   C’est la règle, au premier tour, on a le choix entre 10 ou 15 candidats, on se prend à rêver, à délirer, on joue, on sait qu’on va pouvoir, au deuxième tour, quand les choses deviennent sérieuses, affiner son choix. Au nom de quoi et de qui les Rochelais accepteraient-ils d’être privés de cela ? Pour le bien de Royal ? Mais ils n’en ont cure. D’ailleurs, il se murmure que les Rochelais rendraient un fier service à l’Assemblée nationale, au Parti socialiste et à la France en éliminant Royal…

Enfin, on s’interrogera sur la pertinence du choix des ambassadrices. Aubry ? Même les socialistes et leurs sympathisants n’en ont pas voulu à la primaire.   Le charisme d’une huître, la délicatesse d’un éléphant, une réputation d’islamo-collabo sulfureuse, pour ne pas parler des plaintes pour fraude dans quelques fédérations socialistes qui auraient permis son élection de première secrétaire et un mépris affiché pour la culture française et ses traditions. Or, à La Rochelle, on sait savourer la vie et le bon goût, on est attaché à ce qui fait le sel de la vie et du mode de vie à la française. Ce n’est pas un hasard si celle ville a élu et réélu inlassablement Michel Crépeau pendant 28 ans. Michel Crépeau l’anti-Aubry. Quant à Duflot, celle qui n’ose pas avouer que son plat préféré est le confit de porc, de peur que cela ne mette mal à l’aise son électorat musulman, on connaît sa réputation de « reine des bourdes » et d’hystérique incapable d’écouter l’autre. Quel est l’intérêt de choisir   pour convaincre les Rochelais quelqu’un d’aussi peu consensuel ? On rappellera en passant, et ce n’est pas de bon augure pour Royal, que Duflot est allée en personne la semaine dernière soutenir à Lyon le candidat d’Europe Ecologie-PS Philippe Meirieu, battu  (alléluia…)  à plates coutures dimanche dernier…

Bref, le cirque électoral dans toute sa splendeur. Ils n’ont pas honte tous ces politiques qui prétendent et nous représenter et nous défendre de faire la preuve par neuf de leur médiocrité, de leurs basses ambitions personnelles et de leur mépris du peuple.

Gageons que le peuple rochelais le leur rendra bien dimanche prochain en élisant Olivier Falorni, et en remisant aux oubliettes Royal, comme les Héninois et Beaumontois ont su remettre à sa place Mélenchon ou les Lyonnais qui sont parvenus à se débarrasser du pape des pédagogistes-verts-libertaires.  Et on pourra, pour une fois, dire merci à Aubry et Duflot de les y avoir aidés, fût-ce sans le vouloir !

Christine Tasin

Résistance républicaine

image_pdf
0
0