La salutaire mise au point de la municipalité de Fontenay sur le ramadan des éducateurs

Publié le 14 septembre 2011 - par - 2 499 vues
Share

Face à l’absence de courage politique si désespérante de nos ténors politiques, c’est avec joie et un regain de confiance que l’on découvre que certains de nos édiles, respectueux de la laïcité et peu désireux de laisser se développer le communautarisme, n’hésitent pas à prendre des risques pour s’opposer au conformisme munichois ambiant. En effet, nous venons d’apprendre en moins de deux semaines que, dans trois communes, des responsables municipaux ont engagé une résistance républicaine.

Leur appartenance à des partis aussi différents que le PC ou le MODEM est également encourageante. Cela signifie, que malgré l’absence de réaction des états-majors de leurs partis, nombreux sont les militants qui n’en pensent pas moins et seront prêts demain à s’opposer à la ligne de leurs partis pour refuser le communautarisme et l’avancée islamique. Espérons que dans les débats internes à leurs partis, ils seront aussi capables de faire bouger cette ligne.

Arnaud Lafon

 

Alors félicitons encore l’adjoint au maire de Tremblay qui a refusé qu’un agent de mairie puisse se pavaner avec sa barbe islamique sur son lieu de travail (1). Il a eu l’infortune de voir son initiative contrecarrée par un maire qui ne mérite pas la confiance de ses concitoyens. Il est regrettable que nous ne connaissions pas le nom de cet adjoint, car il mérite toute notre gratitude et des messages de soutien. Il n’a pas eu la chance d’avoir un maire d’envergure comme le maire MODEM de Castanet-Tolosan, en Haute-Garonne, Arnaud Lafon, qui comme le souligne Christine Tasin (2), a accompagné d’arguments limpides sa décision de ne plus faire servir de repas particulier, sans viande ou sans porc, à la cantine scolaire de sa commune.

Le maire communiste de Fontenay-sous-Bois, Jean-François Voguet, a eu la vertu de rester loyal et de ne pas désavouer son équipe municipale, concernant sa décision d’interdire, aux animateurs des centres de vacances de la commune, de pratiquer le jeûne du ramadan dans le cadre de leur fonction (3). Il a eu d’autant plus de courage, qu’il a été mis sur le devant de la scène par tout un battage médiatique, étant ainsi soumis à de fortes pressions, comme on l’imagine.

Jean-François Voguet

Son adjointe, chargée de l’enfance, de l’éducation et de la jeunesse dans la municipalité et par ailleurs responsable nationale du PC, Martine Antoine, persiste et signe. Un camarade communiste nous a informé d’un remarquable article qu’elle a fait paraître sur le « blog des élus communistes et citoyens de Fontenay-sous-Bois » (4). Elle y évoque l’origine de la décision d’interdiction, la façon dont elle a été mise en place et les raisons qui ont motivé ce refus du jeûne islamique.

Outre les raisons de sécurité et de laïcité déjà évoquées dans l’article de Riposte Laïque (3), elle a judicieusement invoqué des arguments d’ordre éducatif, rappelant que « le temps du repas, du petit déjeuner au dîner, est un moment important du projet pédagogique, c’est le temps du partage, de l’échange entre enfants et adultes, le temps de la découverte y compris alimentaire. Les animateurs ne peuvent s’exonérer de ce temps là ». « Ce temps des vacances est fait pour […] [vivre] un même quotidien. Ce qui vaut pour les enfants, vaut pour ceux qui les encadrent aussi. ».

Martine Antoine

Mme Antoine évoque également les difficultés d’organisation, comme par exemple la préparation, tôt le matin avant le lever du jour ou à la rupture du jeûne, de repas spécifiques pour une partie de l’équipe encadrante. Citant d’autres difficultés, elle conclut fermement que la pratique du jeûne est incompatible avec le fonctionnement de séjours collectifs. La fermeté de son discours est renforcée par la solidité de ses arguments. Elle augure de sa volonté de ne pas se laisser intimider, le titre de son article donnant le tempo de sa détermination. Celle-ci est appuyée sans doute par de solides soutiens dans son entourage, puisque la décision d’interdire le jeûne dans les centres de vacances a été collégiale.

Un seul bémol apparaît, celui de tolérer « d’évoquer dans l’échange entre enfants et adultes la question des religions ». Cette perspective est inconcevable, les enfants ne disposant pas forcément des capacités culturelles et intellectuelles pour pouvoir répliquer à des arguments d’adultes mûrement réfléchis. Ce serait la porte ouverte à des endoctrinements mystifiants. Mais ne focalisons pas sur cette maladresse, et restons sur le discours et l’acte positifs de Martine Antoine.

Souhaitons que ces trois initiatives encouragent d’autres édiles à suivre le même chemin. Au nom de la laïcité et d’un réel vivre ensemble, encore merci.

A lire et à déguster sans modération : http://eluscommunistescitoyensfontenay.elunet.fr/index.php/post/07/09/2011/Qui-seme-le-ventveut-sans-doute-recolter-la-tempete-par-Martine-Antoine

Jean Pavée

(1) http://ripostelaique.com/28708.htm ; article dans le n° 216, de cette semaine.

(2) http://ripostelaique.com/coup-de-chapeau-au-maire-de-castanet-tolosan-qui-interdit-les-repas-sans-porc.html

(3) http://ripostelaique.com/felicitations-a-la-municipalite-communiste-de-fontenay-sous-bois.html

(4) http://eluscommunistescitoyensfontenay.elunet.fr/index.php/post/07/09/2011/Qui-seme-le-ventveut-sans-doute-recolter-la-tempete-par-Martine-Antoine

 

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.