La santé devrait être protégée de la convoitise du capitalisme sauvage

Publié le 7 décembre 2020 - par - 19 commentaires - 313 vues
Traduire la page en :

La santé (comme l’eau) devrait faire partie des biens mondiaux protégés du capitalisme mondial « sauvage ».
Pour avoir effectué mes études universitaires à la faculté catholique de Lille et si j’eus de nombreux débats contradictoires avec mon oncle, président-directeur-général de la Cité hospitalière (le plus grand hôpital d’Europe à l’époque), proche du député du nord et maire de Lille : Roger Salengro, au demeurant franc-maçon, celui-ci me convainquit de l’importance la vaccination du BCG pour lutter contre la tuberculose ; mais à l’époque, tous ces grands professeurs-médecins (comme le docteur André Gernez) étaient exempts de tout conflit d’intérêts à vocation financière.

Les scandales médicaux ne manquent pas depuis : Thalidomide (1961), talc Morhange (1972), hormone de croissance (1980-88), sang contaminé (1984-85), amiante (1990), Isoméride (1991), dioxine (1999), implants mammaires (2005-10), Médiator (2010), Dépakine (2008-15).

C’est vraisemblablement au IXe siècle que des médecins chinois commencent à inoculer. Autrement dit à administrer le virus de la variole amoindri pour déclencher une réponse immunitaire et protéger de la maladie. En 1760 le médecin et mathématicien Daniel Bernoulli soumet un mémoire à l’Académie des sciences dans lequel il propose une modélisation d’une épidémie de variole et une évaluation de l’impact de l’inoculation ; en 1778, Louis XVI décide de se faire vacciner contre la variole. Le principe de la vaccination a été expliqué par Louis Pasteur et ses collaborateurs Roux et Duciaux, à la suite des travaux de Robert Koch mettant en relation les microbes et les maladies, en 1881…

Des polémiques ont surgi à propos des vaccins mais aucune preuve formelle n’a jamais été apportée quant à de supposés effets secondaires graves (autisme, myélite transverse, sclérose en plaques et autres maladies auto-immunes ou allergiques…). D’après les spécialistes scientifiques, ces exceptionnels accidents graves qui peuvent mettre en jeu le pronostic vital, ont une probabilité d’apparaître dans 1 cas sur 1 million ! Parfois, une intolérance à l’aluminium, adjuvant principal de nombreux vaccins non vivants, peut provoquer des réactions allergiques sévères ; ce sont des réactions allergiques de type anaphylactiques peuvent être dues aux antigènes vaccinaux ou à d’autres composants du vaccin (conservateurs, traces d’antibiotiques…). Elles sont exceptionnelles (moins de 1/500 000 doses). Un scandale de vaccination massive Sanofi contre la dengue (une très forte proportion d’enfants, ayant nécessité une hospitalisation, et environ 2,5 % en seraient morts) s’est développé jusqu’à l’interdiction de ce vaccin Dengvaxia en 2019 (aujourd’hui, le produit n’est autorisé que dans 12 pays). Les vaccins représentent une pépite pour ce laboratoire pharmaceutique ; ils représentent environ 15 % de ses ventes.

En 2019, ses ventes de vaccins lui ont rapporté 5,7 milliards d’euros (contre 5,1 milliards en 2018) pour un chiffre d’affaires global de 36,1 milliards d’euros. Et la codiv-19 dans tout cela ? Sanofi Pasteur a appris de ses erreurs. Dans l’espoir de ne pas rater cette course mondiale et un marché potentiellement gigantesque – avec des pays développés et solvables comme la France prêts à financer de grandes campagnes de vaccination -, le groupe ne fait cette fois pas cavalier seul… et diversifie ainsi le risque. Il est désormais engagé dans plusieurs collaborations visant au développement de candidats vaccins : avec son concurrent de toujours – l’anglais GSK -, le ministère américain de la Santé, ou encore la biotech américaine Translate Bio… Davantage que l’industrie pharmaceutique, c’est le secteur des vaccins qui est très concentré, en raison de la spécificité de sa production : cinq laboratoires se partagent 80 % du marché : J & J, Pfizer, Merck, GSK et Sanofi. Mais ce marché représente « seulement » 27 milliards d’euros en 2019, soit 3 % du marché du médicament.

Les annonces s’accumulent pour la mise sur le marché des vaccins. Côté production, certains chiffres sont déjà avancés et remettent en perspective la possibilité d’un accès rapide et suffisant pour les besoins réels, surtout si l’ensemble de la planète devait être vacciné. Pour une population mondiale d’environ 7,7 milliards d’individus, compte tenu d’une posologie prévue de deux doses pour la plupart des vaccins les plus avancés, il faudrait près de 15 milliards de doses. Un volume colossal de profit qui fait briller les yeux d’oncle Big Pharma : cinq grands groupes et une cinquantaine de multinationales (Johnson & Johnson’s, Roche, Pfizer, Bayer, Novartis, Merck & Co, GlaxoSmithKline, Sanofi, Abbvie, Taxeda, Bristol Myers Squibb, AstraZeneca, Amgen, Boehringer Ingelheim, Gilead, Eli Lilly, Novo Nordisk, Biogen, Astellas Pharma, Mylan), soit une production potentielle d’au moins 10 milliards de doses de vaccins anti-covid-19, soutenue par les États-Unis et l’Europe.

Le 9 novembre, Albert Bourla, président de Pfizer, a déclaré au Washington Post que le vaccin développé par sa société et la société allemande BioNTech a démontré lors de la phase 3 de l’essai être efficace à 90 % pour protéger contre l’infection. Le jour même de l’annonce, le président de Pfizer a vendu 62 % (132.508) des actions qu’il détenait dans sa société à un prix moyen de 41,94 dollars par action, avec un gain personnel de 5,6 millions de dollars.  Le droit universel à la santé (« bien public mondial », comme l’eau) est impossible à réaliser dans le cadre du système actuel fondé sur les monopoles privés sur la santé grâce, notamment, aux brevets. D’une manière générale le marché pharmaceutique, qui se développe en grande partie aux États-Unis, mais aussi en Asie, et dans une moindre mesure en Europe, a généré plus de 1 100 milliards de dollars, soit 920 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2019. Les dix premières entreprises embauchent à elles seules 800 000 personnes.

Le plus irritant est ce fait que ces grands laboratoires pharmaceutiques semblent s’intéresser beaucoup plus à la prévention vaccinale qu’à la recherche de soins efficaces pour guérir de cette maladie virale et le plus suspect est qu’un certain nombre de responsables médicaux, ayant l’écoute des gouvernements, et autres institutions internationale sanitaires sont manifestement en conflits d’intérêts, plus ou moins occultés, avec ces ogres de l’industrie des médicaments et de la distribution ; et sont de surcroît largement relayés par une presse médias « mainstream » sous leurs emprises financières. Et il est inutile d’évoquer le remdésivir, cet antiviral du laboratoire Gilead, à plus de 2 000 euros pour un traitement de cinq jours, qui n’a rien apporté si ce ne sont des effets indésirables rénaux et hépatiques et la vente de 500 000 doses à l’Union européenne !

Mais savez-vous qu’une trithérapie (utilisée en Chine et au Bangladech, entre autres) serait efficace à 100 % : le protocole du docteur Raoult (azithromycine –un antibiotique-ethydroxychloroquine un anti inflammatoire) associé àl’Ivermectine (antiparasitaire) et rendre donc inutile l’injection de vaccin ? On pourrait également citer les résultats intéressants d’un antibiotique : la doxycycline (antibiotique), associé à des corticoïdes ?
Avez-vous eu connaissance de cette bonne nouvelle dans la lutte contre la covid : le laboratoire nantais Xenothera a annoncé avoir mis au point un traitement aux anticorps, baptisé Xav-19 commercialisable dès le printemps 2021 ?

Vous a-t-on informé qu’il existe des substances organiques qui peuvent vous aider à la fois à prévenir l’infection, la phase virale, les phases inflammation et post-infection : les vitamines D et C, le zinc, le magnésium et le sélénium, la quercétine, l’artémisia… ?
Avez-vous été averti que le Portugal conteste la fiabilité des tests PCR et qu’une action a été déposée contre ceux-ci au tribunal régional de Berlin ; alors qu’a contrario des recherches vétérinaires ont montré que l’entraînement de chiens à flairer la présence du coronavirus dans des échantillons de sueur humaine (recueillis sous les aisselles avec des compresses) s’est révélé plus fiable (à 95 %) que le test PCR, qui produit de nombreux faux « positifs ou négatifs » et que Dominique Grandjean, professeur à l’École nationale vétérinaire d’Alfort vient de décrocher le soutien financier de l’Organisation mondiale de la santé alors que les autorité françaises restent silencieuses vis-à-vis de ce résultat (rappelons que la membrane olfactive d’un chien possède 200 millions de cellules olfactives contre 5 millions seulement chez l’homme !) ?

Il ressort de tout ceci qu’il faut être particulièrement circonspect avec tout ce qui touche à cette pandémie de coronavirus, toujours sujette à vives polémiques quant à son origine et qu’on ne saurait trop se précipiter sur des solutions vaccinales, sorties vraiment très – voire trop – activement, afin d’éviter de servir de cobayes surtout s‘il s’agit de l’emploi nouveau de la technique de la thérapie génique visant à nous transformer en organisme vivant génétiquement modifié…

En réalité nous devons exiger :
– qu’un grand débat national approfondi soit honnêtement (c’est-à-dire que les conflits d’intérêts soient explicitement signalés) conduit sur le sujet au Parlement avec relais dans les médias,
– que les processus scientifiques détaillés des tests de contrôle soient publiés et discutés publiquement,
– que les vaccins dévoilent aux yeux du grand public ce qu’ils contiennent dans leur intégralité (comme pour les autres médicaments),
-que les prix de marché soient sévèrement réglementés en tant que « bien mondial protégé ».

Patrick Verro

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
Patrick VERRO

Lettre du professeur Peronne
https://www.agoravox.fr/actualites/sante/article/crise-sanitaire-lettre-ouverte-du-229193
Toutes ces mesures sont faites pour que les Français réclament un vaccin. Or quel est l’intérêt d’un vaccin généralisé pour une maladie dont la mortalité est proche de 0,05% ? Aucun. Cette vaccination de masse est inutile. De plus, les risques de la vaccination peuvent être plus importants que les bénéfices…
Le pire est que les premiers « vaccins » qu’on nous propose ne sont pas des vaccins, mais des produits de thérapie génique. On va injecter des acides nucléiques qui provoqueront la fabrication d’éléments du virus par nos propres cellules. On ne connait absolument pas les conséquences de cette injection, car c’est une première chez l’homme.

Patrick VERRO

Et si les cellules de certains « vaccinés » fabriquaient trop d’éléments viraux, entrainant des réactions incontrôlables dans notre corps ?…
e suis d’autant plus horrifié que j’ai toujours été en faveur des vaccins et que j’ai présidé pendant des années des instances élaborant la politique vaccinale. Aujourd’hui, il faut dire stop à ce plan extrêmement inquiétant. Louis Pasteur doit se retourner dans sa tombe.
REPRESAILLES EN COURS CONTRE CE PROFESSEUR !

Patrick VERRO

LE CONTRE DISCOURS A AXEL KAHN : A ECOUTER
27 août 2020 – Kla.tv Corona-Impfung greift in DNA ein ! – DE NÜRNBERG :
https://www.kla.tv/17099
Il y a de toutes façons de la fake new gravissime dans l’air…

Marie d'Aragon

“Le premier qui dit la vérité
Il doit être exécuté.”
Vous connaissez… ET subissez !
Vos exigences sont fondées, en espérant qu’elles soient entendues !
Merci à vous,
Marie

Patrick VERRO

Guy Béart “La vérité” (live officiel) | Archive INA
https://www.youtube.com/watch?v=AfpSRnahQig

POLYEUCTE

Protégeons notre ARN et nos descendants…

Patrick VERRO

Certaines rumeurs circulent selon lesquelles le nouveau vaccin de type OGM pourraient engendrer des infertilités…

Patrick VERRO

• ALAIN FISCHER « MONSIEUR VACCIN » AVOUE QU’ON NE SAIT RIEN !
(L’Imprécateur)
https://www.minurne.org/billets/25468

Castor485

Pour que la santé,l’eau et sans doute quelques autres domaines deviennent Patrimoine de l’humanité et qu’il soit interdit de faire du profit avec ceux là, il faudra que tous les peuples l’exigent tous en même temps. Chiche et en même temps demandons que tous les états reçoivent par la création de monnaies l’équivalent de leur PIB de l’année 2019.

Patrick VERRO

Le paradoxe est que cet objectif renforce la stratégie de l’établissement d’un gouvernement mondial…
La première administration de la thérapie génique Pfizer vient d’être faite à une dame de 90 ans en Angleterre. Comme dit le Professeur Raoult, ce monde devient fou.
La vague diminue car le nombre de tests diminuent, ils la font repartir quand ils veulent. Pour avoir des décès il suffit de forcer le nombre de tests chez les plus âgés et les hospitalisés. Et HOP
Vous avez remarqué comment, de concert, ils nous parlent tous de la 3ème vague ? Ils ne savent plus quoi inventer pour nous injecter leur thérapie génique ! Ils augmenteront le taux de cycles de leurs tests bidons à 50…

Patrick VERRO

(ACCES GRATUIT PENDANT 10 JOURS)
MAL TRAITÉS : le documentaire sur la Covid-19 à voir d’urgence
MAL TRAITES : le documentaire sur la Covid-19 à voir d’urgence’
https://www.revelation-covid.com/
https://www.youtube.com/watch?v=aM9k_wEyDMg&feature=emb_logo

denfer VICTORIA

Estimant que les données sur les essais des vaccins contre le Covid-19 sont insuffisantes, le professeur Didier Raoult a appelé à ne pas rendre ce vaccin obligatoire, car cette démarche conduirait à une révolution. Il a également fustigé la gestion de la crise sanitaire par l’État, dont les mesures semblent venir d’«un autre siècle».
https://sptnkne.ws/E9qa

Patrick VERRO

Intéressant et complémentaires; Merci.

Hellène

” … aucune preuve formelle n’a jamais été apportée quant à de supposés effets secondaires graves…”
Allez dire ça aux 475 000 hindous paralysés à la suite de l’intervention philanthropique de Bill Gates dans leur pays…
Avec des accident sous-déclarés à hauteur d’1%, évidemment, les effets secondaires graves sont rares…
C’est sans doute pour cette raison que les labos américains ont déboursé 4 milliards de $ en dommages et intérêts aux victimes des vaccins.
C’est également pour ça qu’ ils ont réclamé- et obtenu! – que désormais ces dédommagements soient à la charge des contribuables…

patphil

et oui, devrait !
mais bigpharma et sa bonne soupe est si alléchante

Patrick VERRO

J’ajoute une 5° exigence :
5) Que les instances officielles de feux verts pour les mises sur les marchés puissent être reconnues pénalement responsables en cas d’incurie ou de concussion avérées.

Car, comme l’énonce philosophe : si la science dit « je peux », la morale, elle, dit « que dois-je faire » ?

PS : excusez-moi, j’ai omis de parler de cette solution en cette période de pandémie de coronavirus : ce rite qui consiste à nouer à une branche un habit ayant été au contact de la maladie pour en guérir ; il s’agit d’une croissance ancestrale.
Il est vrai qu’il y a bien longtemps que nos cervelles bien manipulées ont abandonné corps et âme cet art de la guérison par les puissances énergétiques, que seules pouvaient contrôler les chaman…

Lire Aussi