Le seul mérite de Chirac : la reconnaissance de la responsabilité de la France dans la déportation des Juifs

Dans l’article intitulé « Génocide français en Algérie : Hollande sera-t-il le porte-parole d’Erdogan ?» vous soulevez avec raison le problème de la pertinence d’une loi sur le génocide arménien. Mais là où je suis en total désaccord, c’est lorsque vous faites un amalgame et une comparaison avec la condamnation des lois édictées par Vichy. Je vous cite : « Le précédent , ce sont les excuses présentées par Jacques Chirac, au nom de la France, pour les crimes de Vichy. Discours indigne, comme si le régime de Vichy, qui avait renié les principes républicains, après la défaite militaire de notre pays, était encore celui d’une France souveraine. »

En préambule, sachez, chère Madame, que mon parcours politique m’a conduit toute ma vie à combattre les idées de Jacques Chirac, mais que je lui pardonne tout grâce à ce discours qui, à chaque fois que je le lis ou l’entends, m’émeut aux larmes…

Si une loi pour interdire la négation du génocide arménien n’a pas à être votée dans un pays étranger, il n’en est pas de même pour la France qui a été partie prenante dans la déportation des Juifs.

Je voudrais rafraîchir vos souvenirs d’histoire et apporter ma modeste contribution à un débat qui a fait couler beaucoup d’encre et auquel la position de François Mitterrand, que vous reprenez à votre compte, n’est pas étrangère.

Le 10 juillet 1940, est soumise à l’assemblée nationale, Chambre des Députés et Sénat, une proposition de révision de la Constitution permettant d’attribuer les pleins pouvoirs constituants au maréchal Pétain, président du Conseil.
La législature qui vote les pleins pouvoirs à Pétain est constituée de la chambre des députés, issue des élections législatives du 3 mai 1936 qui avaient vu la victoire du Front Populaire( !!!) et du Sénat qui s’y révélait plus hostile.
Sur 649 suffrages exprimés :

569 approuvent (357 députés et 212 sénateurs) soit 87,67 % des suffrages .
20 autres s’abstiennent.
80 parlementaires votent non ; par leur civisme républicain et leur courage, ils ont sauvé l’honneur de la France !

Il est vrai que la France a des difficultés à regarder son passé lorsqu’il n’est pas glorieux ; mais le déni de réalité ne fait qu’encourager les difficultés présentes et à venir !

Mireille kukawka

image_pdf
0
0