La souveraineté ou la mort

Publié le 31 décembre 2018 - par - 11 commentaires - 989 vues
Share

Ce titre provocateur fait référence au cri révolutionnaire des sans-culottes « La liberté ou la mort ! ». Car la liberté est au citoyen ce que la souveraineté est à la nation.

Et bien, « l’Allemande », la mal prénommée « Angela », la Merkel donc, vient de décider devant un public berlinois réuni par la Fondation Konrad Adenauer que « Les états-nations doivent aujourd’hui se préparer à abandonner leur souveraineté ».

Et comme le trait est encore risqué, elle a cru devoir appuyer sur la tête des membres de sa majorité qui ont dû mal réagir à la signature du pacte de Marrakech « Il y a eu des hommes politiques qui croient pouvoir décider quand un accord n’est plus valable parce qu’ils représentent « le peuple ». Mais le peuple n’est fait que d’individus vivant dans un même pays, il n’y a aucun groupe  qui se puisse se définir lui-même comme « peuple allemand ». Et juste avant d’émettre ce développement lumineux, elle a cru devoir rejeter ces critiques par ces mots : « Ce n’est pas du patriotisme parce que le patriotisme c’est quand vous incluez dans votre raisonnement d’autres intérêts que ceux des Allemands et que vous acceptez les seules situations « gagnant-gagnant ». 

Ces propos rappellent (et on peut penser qu’ils les ont concoctés ensemble) ceux d’Emmanuel Macron qui osa, le 11 novembre dernier, asséner : « Le patriotisme est l’exact opposé du nationalisme, parce que le nationalisme c’est la trahison » (On notera la symétrie avec « Le nationalisme c’est la guerre » de Mitterrand).

Ce couple infernal avait d’ailleurs lancé  son credo mondialiste par la bouche de Macron au Bundestag : « Le couple franco-allemand a le devoir de ne pas laisser le monde glisser vers le chaos mais doit le guider sur la route de la paix… L’Europe doit être plus forte et gagner plus de souveraineté » 

Donc, l’Europe doit devenir une sorte « d’État-nation », qui ensuite, selon le diktat merkélien, abandonnera « sa souveraineté » toute neuve à… qui donc au fait ?

Pour l’heure, nos « Bonnie and Clyde » du mondialisme demeurent mystérieux quant à cette suite, mais on devine qu’il n’y a plus de peuples mais des individus vivant de par le monde, au gré de leurs fantaisies et au frais des hôtes chez qui ils déposent leurs valises le temps d’un séjour.

La vision de Merkel est celle d’un monde à la « Dark Vador » où l’empire décide  et les manants reçoivent. Décidément, il reste beaucoup de la Stasi chez cette Walkyrie un peu lourde mais combien dangereuse.

Et au fait, ni l’un ni l’une n’a précisé dans quelle langue ces choses-là se diront, et sûrement ni le français ni l’allemand compte tenu de la haine incluse chez l’une comme chez l’autre pour leur pays respectif.

Qui pourrait encore soutenir rationnellement que pour sauver la France, un « accommodement raisonnable » est encore possible ? Et en plus avec celui qu’une bourgeoisie frileuse et atterrée a placé à l’Élysée ?

Non, si l’on croit que la liberté de la nation – et donc celle de ses citoyens – est la souveraineté, alors il faut punir les traîtres qui la jettent aux pourceaux, et la rétablir, avec la langue et l’excellence, aux frontons de notre pays.

La révolte populaire doit comprendre et inclure cette revendication de souveraineté qui nous sauvera des ukases allemands pour que nous redevenions nous-même. Mais il faut aussi savoir que la France c’est d’abord la liberté de ses enfants, et donc que l’État doit veiller sur eux, les défendre et les aider à se réaliser mais pas en les mettant en laisse « pour leur bien ».

Cette fronde doit aboutir à une rénovation de fond en comble  de nos institutions et à l’allégeance de chaque Français à la souveraineté de la nation et donc de l’État. Nul  n’a le droit de porter atteinte à l’intégrité du territoire et à l’indépendance de son pays. Ceci est inaliénable et  là se situe la limite de validité des traités.

Or c’est ce qu’Emmanuel Macron et ceux qui le servent veulent explicitement mettre en cause et ce dans des discours sans équivoque.

Le peuple de France est composé « d’hommes d’origine européenne, de culture gréco-latine et de religion chrétienne » dixit le général de Gaulle. Cette réalité charnelle et spirituelle est fondée sur un territoire que son génie a orné de telle sorte que les Allemands ont cru pouvoir affirmer naguère « Heureux comme Dieu en France ».

Qu’il en soit donc ainsi, et pour cela qu’il parte avant qu’il ne soit trop tard, car il n’est pas Dieu et ne sera jamais heureux ici.

Georges Clément

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Nicolas Boury

Pourquoi ne pas remplacer Merkel par Wolfgang Schäuble, ce Badois parle un excellent Français et a montré ses compétences en temps que grand argentier des finances de son pays. Il ne croit pas en sa propre politique qu’il a mené et constituerait un excellent partenaire pour la France. J’ai toujours apprécié cet homme qui utilise le second degré et l’humour pour faire avancer les choses.

Marnie

On se demande bien pourquoi les européens devraient abandonner leur souveraineté ? Pour faire plaisir à quelques décérébrés mais en fait à qui ? à Merkel ? ou bien à Erdogan ? D’ailleurs la France n’est plus un état et encore moins un état souverain car il faut quatre pouvoirs : battre monnaie, faire des lois, rendre justice et décider de la paix et de la guerre (cf MF Garraud). Avec l’UE actuelle et nos gouvernements successifs que reste-t-il à la France ?

saurer

La Grosse Bertha, elle, ferait bien de se préparer à abandonner la Chancellerie ! fou le camp vieille p … !!

patito

il est impossible de comparer l’Allemagne à la France car l’Allemagne n’existe que depuis 1871 et ses différents peuples ont vécu 2000 ans dans des états , des villes libres , des principautés dont ils étaient les citoyens sans se référencer à une nation .
Aucun rapport avec le sentiment national crée en France au fil des siècles de royauté et de centralisation.

DUFAITREZ

Souveraineté ? Quel beau sujet de thèse !
Etre maitre de son Destin avant tout….
Préserver l’Histoire de sa Patrie…
Préserver ses Nationaux contre la Mondialisation et l’immigration….
Pas un Vivrensemble mais un Vivrentrenous…
Payer pour Nous et pas pour les Autres…
Unité Nationale. Point !

andrej

Georges,
« Vivre libre ou mourir » : c’était l’objectif de nos poilus qui ont sacrifié leur vie pour nous. Est-ce que nous l’avons mérité?
Cordialement.

andrej

Geaorges,
macron ne partira pas de lui mème, il voudra profiter au maximum de sa position (vaiselles, piscine, moquette, voyages à n’en plus finir etc…) et donc il faudra le sortir de l’Elysée par la peau des fesses ( pour l’exemple, en référence à certains généraux de 14/18, qui faisaient massacrer des citoyens et en fusillaient une trentaines pour l’exemple, vu qu’il n’y avait pas suffisemment de morts (pour leur plaisirs? Par jeu? Ce que fait macron en ce moment).
Cordialement.

Clément

Le souhaiter n’est pas le croire. Je pense surtout qu’il a trop d’obligations de sa part envers les mondialistes et le deep-state.

Ce Cid

Auteur qui n’aime pas la plus petite contradiction et préfère censurer car pas capable d’argumenter. Pouah!

BobbyFR94

AH ? eh bien, répondez-moi en collant votre commentaire !!!

Absarokee

Le Souverainisme ou la Dhimmitude !