La spirale des fous

La France va de plus en plus mal, et tous les jours nous découvrons une nouvelle blessure, un nouveau traumatisme, provoqués par des inconscients qui ne mesurent pas la portée de leurs déclarations, ou par des cyniques et des pervers qui cherchent à «décérébrer» les Français, à asphyxier la France.

Dans un cas comme dans l’autre, ces individus, ces «incendiaires» seront comptables de leur perversion, de leur déviance.

Nous avons découvert, avec effarement, les conclusions de nombreux experts sur les questions d’immigration.

Notre Premier Ministre a pour ambition de réformer en profondeur les problèmes posés par l’immigration et l’intégration.

A la lecture de ce rapport nous constatons, en première lecture, une perte évidente de nos valeurs républicaines, de notre identité, de nos caractères et de notre histoire….au profit d’une nouvelle langue communautaire, d’un communautarisme poussé à l’extrême, d’une nouvelle histoire, d’une nouvelle religion.

D’ailleurs, à en juger par les propos de notre Ministre du logement qui veut s’approprier les biens de l’Eglise, les voeux de notre Ministre de l’Education nationale qui veut réinventer une nouvelle religion «démocratique», les déclarations de notre Président de la République, partant en croisade en Afrique pour» sauver l’humanité»……on ne peut que constater la fuite en avant de nos «dirigeants», qui cherchent des exutoires et des excuses à leurs échecs sur le territoire national.

C’est le déferlement des rengaines et des litanies : les notions de frontière sont dépassées, l’immigration est une chance pour notre pays (ce qui reste à démontrer), la notion de race est à bannir , l’égalité est universelle (un homme = une femme, toutes les cultures et toutes les religions se valent, un cheval = un âne ). C’est le déluge des inepties, des âneries,  qui permet à nos responsables  de dénoncer le coupable planétaire, le racisme.

Et afin de pourchasser un racisme inexistant, virtuel, en bons stratèges, nos intellectuels inventent une opposition, une antithèse, l’antiracisme.

Mais nos «penseurs et experts»  ont oublié de révéler que la notion d’antiracisme est une idéologie de combat et non pas une morale ou une éthique, qui permet d’ostraciser toute  question portant sur l’immigration, qui devient un sujet tabou, inattaquable.

Et voila la boucle bouclée : tout ce qui n’est pas progressiste, socialiste, bien-pensant, humaniste, philanthropique, en un mot de Gôche, est raciste, voire xénophobe…..toute discussion, toute controverse, toute polémique est impossible, condamnable.

C’est la dictature de la pensée, du verbe…la perversion totale.

La formule léniniste par laquelle «la fin justifie les moyens» peut être employée par nos élus, avec une variante «les moyens justifient la fin».

La fin, c’est notre déliquescence, notre dégénérescence, le délabrement de nos esprits et de notre culture.

Comme le soulignait avec pertinence un historien anglais, Toynbee, «les sociétés meurent par suicide et non par meurtre»

A la lecture du rapport sur l’immigration, vu par nos grands hommes de Gauche, on peut se demander si toute cette orchestration n’a pas pour but de sensibiliser le bon peuple, de faire en sorte que le FN s’étoffe, s’amplifie, au point de coiffer l’UMP et qu’au bout du compte, en 2017, notre Président se retrouve face au leader du FN……Il semble que l’Histoire veuille se répéter : rappelons-nous l’improbable tête-à-tête Chirac, Le Pen, et où le bon peuple de France fit élire Chirac.

Avec des accents et des envolées dithyrambiques nos élus, nos intellectuels, nos penseurs tentent de nous manipuler et de façonner la France à leur guise…..mais la partie n’est pas encore gagnée.

Pour l’heure,la France somnole ou roupille, lassée, mais attention au réveil.

Yves Rectenwald

image_pdf
0
0