La takiyya, la pire des pandémies, de nouvelles victimes !

Publié le 20 août 2014 - par - 3 112 vues
Share

musulman-modereUn événement récent vient de mettre en lumière la nouvelle flambée de la terrible maladie qui touche l’ensemble des continents : la taqiyya.

Origines et progression de la pandémie.

Les chercheurs sont formels, la pandémie est apparue dans la péninsule arabique il y a environ 1400 ans. Elle serait originaire d’un village qui était le fief d’une tribu : les Qurayshites. Le pouvoir était détenu par une oligarchie de marchands qui contrôlait les activités commerciales, ainsi qu’un sanctuaire : la Ka‘ba.

Au fil des siècles, la pandémie a gagné la Péninsule arabique, le Proche-Orient, le Moyen-Orient, l’Asie centrale, l’Afrique, l’Europe, l’Inde, l’Asie du Sud-Est, les Balkans.

A l’époque moderne, la pandémie a gagné l’ensemble des pays occidentaux en s’y installant durablement.

Au XXIème siècle, près de 1,5 milliards sur les 7 milliards d’êtres humains peuplant la Terre, sont touchés par la pandémie, à des degrés divers.

Description de la maladie.

Une partie très importante de la population mondiale est touchée par la taqiyya. Elle n’est arrêtée par aucune frontière et est favorisée par l’incapacité des gouvernants à juguler les immigrations en provenance des zones étant les foyers de la pandémie, par leur refus d’appliquer les mesures de protection qui s’imposent. Dans plusieurs cas, les gouvernants sont eux-mêmes à l’origine des migrations, par ignorance, idéologie et électoralisme.

La taqiyya est une maladie transmissible, elle existe à l’état endémique dans l’ensemble des 57 pays composant l’OCI, et dans pratiquement tous les pays occidentaux. Dans la plupart des cas elle a des séquelles irréversibles.

Dans les pays occidentaux, les populations au contact se répartissent en trois sous-ensembles :

– les porteurs de la maladie :

– soit ce sont des immigrés provenant de pays du Moyen-Orient, de l’Afrique du nord ou subsaharienne, ou leur descendance. Ils se nomment membres de la oumma;

– soit ce sont des citoyens occidentaux. Ils sont nommés « idiots-utiles » ou « islamo-collabos », selon le niveau des séquelles dont ils souffrent, c’est à dire leur niveau de compromission avec les précédents;

– les anciens porteurs de la maladie ayant choisi de vivre librement.  Ils sont nommés« apostats »;

– les réfractaires à la maladie, ayant – eux aussi – choisi de vivre libre, refusant par avance le statut de « sous-race protégée » (dhimmis), ils combattent les porteurs de la maladie. Ils sont nommés « patriotes »  ou « résistants ».

Nota important : « apostats » et« réfractaires », très souvent, combattent ensemble les porteurs de la maladie.

Les symptômes de la maladie

De nombre réduit, les symptômes sont très particuliers. En effet, aucune fonction vitale ne semble atteinte, les malades  peuvent continuer à vivre et à procréer alors que la vue, l’ouïe et la parole soient très profondément atteintes, mais extrêmement sélectives (une thérapie est possible, les Apostats en sont la preuve).

Leur vue est à ce point perturbée, qu’ils ne voient pas les massacres, les égorgements, les viols, les amputations, les lapidations.

Leur ouïe est à ce point perturbée qu’ils n’entendent plus les appels au secours de celles et ceux qui sont victimes des exactions ci-dessus.

Leur parole est à ce point perturbée, qu’ils n’ont qu’une seule capacité, celle d’ânonner les leitmotiv imaginés par les dictateurs de la pensée unique, fous enturbannés et prêcheurs spécialisés en« agit-prop »

A noter que lorsque les exactions sont perpétrées à l’encontre des fidèles des religions honnies (deux d’entre elles, plus particulièrement, sont nommément citées dans les sources de la charia) : bouddhisme, christianisme, hindouisme, judaïsme, il ne s’agit plus seulement de perturbations, mais de cécité, surdité et mutité : « Ne rien voir, ne rien entendre, ne rien dire » !

Évolution et guérison de la maladie

Bien que la taqiyya soit une maladie très grave, il existe des possibilités de guérison … à condition de le vouloir.

En effet, de plus en plus de femmes et d’hommes, y compris dans les pays relevant de la Oumma, ont choisi de mettre un terme aux intoxications, manipulations rendues possible par la taqiyya.

Pour ce faire, « Apostats » et « Patriotes », plus nombreux chaque jour, ont mis en place des médias dont la finalité est la ré-information.

Avec eux, les médias à la botte, les médias acteurs de la taqiyya et leurs affidés sont confondus, et leurs opérations de manipulation démontées.

Ainsi, il est possible d’augmenter le nombre de guérisons.

L’événement

Il a eu lieu le 11 août 2014, dans le quotidien Ouest-France, il s’agit de l’éditorial de François Régis Hutin : « Musulmans et chrétiens solidaires ».

Dans un premier paragraphe mentionnant « le terrorisme islamiste », « la purification ethnique et religieuse en Irak » …La dernière phase précise « …En France, les musulmans non extrémistes ne partagent pas les visées et les actions de leurs fanatiques coreligionnaires ».

Ce paragraphe est suivi de trois autres, chacun doté d’un titre.  Ils  consistent essentiellement en de simples extraits de déclarations formulées par trois experts es-taqiyya : le RMF (Rassemblement des musulmans de France », l’UMF (Union des mosquées de France) et pour finir l’Association des imams de France.

Tout est dans le titre de l’édito, mais la reprise par FRH des citations extraites fait apparaître clairement qu’il partage, voire cautionne les tromperies énoncées, taqiyya oblige.

La forme de l’édito, citations partielles de déclarations, sorties de leur contexte,  est une technique de base en manipulation.

Les tromperies présentées n’apportent pas la moindre preuve de ce qui est avancé par les déclarants. Par contre, elles font apparaître combien les experts es-taqiyya ont réussi leur coup puisqu’ils parviennent à faire croire que leurs victimes s’auto-désinforment.

– le Rassemblement des musulmans de France (RMF), en la personne de son président Anouar Kbibech déclare :

« la consternation la plus grande face aux exactions dont sont l’objet les chrétiens d’Irak »;

– « l’islam, religion de paix de respect et d’ouverture est profondément attachée à la liberté religieuse … »;

-« … il s’agit de bâtir des ponts là où certains voudraient construire des murs »;

– «  appelle les musulmans de France à associer  le peuple irakien dans leurs prières dans le respect de la diversité et des croyances religieuses de chacun »;

– l’Union des mosquées de France (UMF), en la personne de son président (Mohammed Moussaoui) :

– « condamne fermement ces injustices qui frappent cette communauté de foi (chrétienne) »;

– « salue l’expression digne de la délégation de la Conférence des Evêques de France (Mgrs Barbarin, Dubost et Gollnish) et lui exprime son soutien et sa solidarité »;

– « appelle la communauté internationale« notamment les Etats membres de l’Organisation de la Coopération Islamique (OCI) à tout mettre en oeuvre afin que les chrétiens d’Orient puissent vivre de leur foi dans la dignité et en toute liberté »;

– L’Association des imams de France en la personne de son président (Ahmed Miktar) :

– « rappelle que ces agissements contre les chrétiens sont condamnés par tous les oulémas du monde musulman, avec à leur tête l’Union mondiale des savants de l’islam…»;

– « assure tout son soutien à la composante chrétienne de notre pays et rappelle que ces drames ne doivent pas remettre en cause la paix et le vivre ensemble que nous avons construits avec la volonté qu’ils soient durables ».

Le summum de l’éditorial est constitué par ses deux derniers paragraphes, quand FRH déclare :

« Ces positions et ces appels, hélas non relayés par les médias doivent être connus de tous, pour que chacun puisse constater que les désirs de paix convergent. Ainsi seront écartées les réactions primaires qui incitent à faire des amalgames et à prononcer des condamnations globales sommaires.

Nous savons que nous sommes solidaires dans une lutte qui ne doit en aucun cas se transformer en conflit de religions et de civilisation ».

Il serait facile, mais fastidieux de reprendre chacune des tromperies citées, tant sont nombreux les textes : versets du Coran ou Ahadith qui en apportent la preuve.

D’une manière générale, si les auteurs des différentes tromperies, souhaitaient que l’on accorde quelque valeur à leur propos, il conviendrait au minimum, qu’avant toute chose :

– ils dénoncent par écrit tous les textes de la charia prescrivant les exactions présentées ci-dessus. Bien sûr, cela devrait être réalisé à partir d’une version chronologique du Coran, et prenant compte des abrogations;

– ils ne se contentent pas de paroles, mais soutiennent matériellement les infidèles soumis aux exactions. Pour ce faire, ils ont à leur disposition les fonds récoltés avec la zakat (aumône purificatrice) et ceux provenant dans la taxation des entreprises élaborant des produits halal (licites) ou réalisant des opérations de finance islamique;

– ils exigent de l’OCI et de ses membres l’arrêt du soutien aux islamistes et consacrent une partie significative de leurs ressources provenant des pétrodollars aux actions de soutien envers les les infidèles soumis aux exactions;

– ils reconnaissent par écrit les mensonges éhontés tels ceux rapportés dans l’édito;

– ils expriment par écrit leur volonté de respecter : les règles de la démocratie, les lois, l’Histoire, la culture et les valeurs  des pays dans lesquels ils résident.

Autrement, ils n’ont aucune crédibilité.

Jean-François Cerisier

Adresse de l’édito :

http://www.ouest-france.fr/editorial-musulmans-et-chretiens-solidaires-2754269

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.