La taqîya de la gauche mondialiste

Publié le 19 décembre 2011 - par - 1 412 vues
Share

La taqîya de la gauche mondialiste

Pour un nouvel eugénisme et un nouvel ordre mondial

Taqîya ISLAMiQUE

La taqîya serait le droit de « dissimulation » conféré par certains versets du Coran aux musulmans. Essentiellement de dissimulation de sa foi, qui peut conduire jusqu’à faire croire aux autres qu’on adhère à leurs croyantes et pratiques religieuses. Historiquement, elle fut ainsi principalement utilisée par les chiites à l’époque où les sunnites les persécutaient (ce qui peut se comprendre…). Persécutions qui se perpétuent, au demeurant (1).

La taqîya serait d’ailleurs une pratique exclusivement chiite, inconnue chez les sunnites. Pourtant, avant de commettre un attentat en Occident, les terroristes sunnites d’Al-Qaida se fondent généralement dans la population. Et pour cela, ils s’obligent à boire de l’alcool, à aller en boite de nuit, voire à manger du porc ! Ne serait-ce pas là une forme de Taqîya ? Ce serait donc aussi tout simplement le fait de mentir à tous les « ennemis de l’Islam » (le simple fait de ne pas être musulman conférant ce titre), et ainsi de les tromper, les abuser, en actes et en paroles. En effet, si la finalité de tout ceci est de concourir, d’une manière ou d’une autre, au « triomphe de l’Islam », ce serait un mal pour un bien. La fin justifie les moyens, c’est bien connu. D’ailleurs certains affirment que la première des taqîya, c’est de la nier, tout au moins de la minimiser.

Par extension (abus de langage disent certains), on en parle aussi aujourd’hui à propos  des islamistes qui cachent leurs intentions réelles.  Lorsqu’ils font croire, par exemple, qu’ils adhérent à la démocratie, à la laïcité, et aux droits de l’Homme, des femmes, des homosexuels (ah non pardon, là ils ne font même pas semblant). Bref qu’ils sont modérés. Il y a polémique sur la notion de taqîya dans l’Islam, et c’est pourquoi j’emploie le conditionnel. Mais le but de cet article n’est pas de tirer le vrai du faux dans ces histoires de tromperies à l’orientale.

Taqîya mondialiste

Non, le but de cet article, c’est de décrypter la forme de taqîya que pratique la gauche mondialiste occidentale depuis toujours, et encore aujourd’hui. Il s’agit bien sûr d’un abus de langage volontaire, visant à démontrer cet autre point commun entre les mondialistes et les islamistes : ils voilent leurs intentions. D’autant plus que les mondialistes s’en servent souvent pour défendre l’Islam, et plus généralement l’immigration, fer de lance du mondialisme s’il en est !

Car nous allons le voir, la gauche mondialiste dissimule ses idées les plus extrêmes. En tout premier lieu le fait quelle est totalement – et uniquement – mondialiste  ! Du Front de Gauche aux Verts en passant par les Socialistes, ils ne sont tous presque plus que des mondialistes, des « universalistes » comme ils préfèrent dire. Hollande l’a avoué confusément lorsqu’il a dit que la vraie identité – pas celle qu’on vous présente – des socialistes français et européens était d’avoir aussi une mission internationaliste, et qu’ils n’étaient pas là uniquement pour être protecteurs de leurs propres citoyens (2) :

[dailymotion xjz0gs]

Mais la vraie vérité (je la fais à la Hollande), c’est qu’ils ont d’abord une mission internationaliste, et qu’ils sont moins là pour protéger leurs propres citoyens que les autres ! Ce qui est  tout à fait cohérent dans une optique qui se veut prioritairement mondialiste. Les exemples de cette préférence internationale sont si nombreux…. Je ne citerais que la loi la plus inique du genre : celle qui permet à un étranger n’ayant jamais cotisé en France (ni même dans son pays !), de venir toucher le minimum retraite chez nous (3) !

1) La première des taqîya pratiquée par la gauche mondialiste est donc le « mensonge par omission » (sauf quand ils gaffent comme Hollande). Omission de dire la vérité sur ses véritables intentions. Omissions à tous les niveaux.

2) La deuxième des taqîya consiste en la manipulation, notamment des chiffres, pratiquée aussi à tous les niveaux, et par tous les relais de la gauche mondialiste. Concernant les incroyables manipulations des chiffres de l’immigration par l’INSEE et d’autres organismes officiels, je vous recommande la lecture du livre  de la démographe (de gauche) Michèle Tribalat : Les yeux grands fermés.

3) La troisième taqîya de la gauche mondialiste consiste à faire croire à l’opinion publique qu’elle adhère à ses valeurs essentielles  : un certain attachement à la France, ou du moins aux français par exemple. Les mondialistes font comme les chiites qui faisaient croire aux sunnites qu’ils étaient attachés à leurs croyances et pratiques… mais pour des raisons bien moins honorables !

Sachant qu’elle trahit les peuples qu’elle est censée représenter – et donc qu’elle marche sur des œufs – la gauche mondialiste avance donc ses pions pas à pas : au lieu de directement faire la promotion d’une idée extrême, elle propose graduellement des idées similaires, qui choquent moins. A chaque fois qu’une idée est plus ou moins acceptée par la population, elle avance  la suivante. Celle-ci est alors un peu plus dure (et « pure »), et se rapproche un peu plus de l’idée finale. Cette dernière n’est avouée qu’au bon moment, lorsqu’il est trop tard, ou que la population est prête à l’accepter. Le peuple est donc trompée à chaque fois sur les motivations réelles de la gauche mondialiste. Mais celle-ci n’en a cure, car la population finie par capituler moralement, ou devant le fait accompli. La fin justifie les moyens, et la finalité est si « noble » à leur yeux…

L’entrisme, une forme de taqîya de gauche

La gauche pratique l’art de la dissimulation des ses intentions profondes depuis toujours. Elle a ça au corps ! D’abord pour des raisons historiquement compréhensibles : les premiers franc-maçons, révolutionnaires et autres syndicalistes ont dû se cacher, dissimuler leurs projets, car ils y risquaient jusqu’à leur vie.

Mais vint ensuite l’époque de l’entrisme des trotskistes (mondialistes s’il en est !). Qu’est-ce que l’entrisme, sinon une sorte de taqîya ? Quant ils font de l’entrisme, les trotskistes dissimulent en effet leurs convictions profondes, et vont ainsi infiltrer les organisations politiquement proches. Le but étant d’influencer des dernières pour qu’elles finissent par rallier leurs idées les plus extrêmes. Une technique qui a « admirablement » fonctionné.

Le plus célèbre entrisme français est celui de Lionel Jospin au parti socialiste (4). Jospin a ensuite soi-disant renié ses idées trotskistes en 1986. Il a pourtant  inventé la notion de «gauche plurielle » en 1997, qui a permis à toute une frange de trotskistes (en camouflage vert la plupart du temps), communistes et autres gauchistes de revenir au pouvoir…

Mais c’est l’extrême gauche dans son ensemble qui a pratiqué une forme d’entrisme dans des corps clés de la société : enseignement, médias, showbiz, syndicats, associations, justice (de l’avocat au procureur en passant par le juge), CNRS, INSEE, franc-maçonnerie,  – j’en passe et des meilleurs – et partis politiques évidement. Le Président socialiste du Sénat n’est-il pas aujourd’hui un ancien trotskiste, qui rêve toujours d’un « autre monde »  (5) ? Sauf qu’un ancien trotskiste n’est qu’un trotskiste actuel qui a mis de l’eau dans son vin rouge. Car l’essentiel reste : le mondialisme.

Le résultat de tout ça, c’est que ce qu’on appelle « idées et valeurs de gauche » aujourd’hui sont en réalité les idées et les valeurs de l’extrême gauche mondialiste des années 70. Ce que Riposte Laïque  appelle la « gôche ». Bref, l’entrisme est aujourd’hui tellement bien établi – jusqu’aux plus hauts sommets de l’État – qu’il fait désormais partie intégrante du système de sélection d’une partie des oligarques qui dirigent le pays.

Pourquoi alors pratiquer la taqîya de gauche ?

Pourquoi la gauche mondialiste userait-elle encore aujourd’hui d’une forme de taqîya ? Se sent-elle encore minoritaire au sein d’une majorité hostile ? Alors même qu’elle domine largement l’espace médiatique et une bonne partie de l’espace politico-social ? Eh bien oui ! La gauche considère elle-même qu’une société est naturellement conservatrice, donc de droite. La gauche se considère donc comme étant toujours quelque part dans l’opposition, dans la résistance, dans la rébellion, dans la révolution, dans la minorité, etc. Même lorsqu’elle gouverne pendant 70 ans un pays comme le Mexique, avec un parti socialiste  dénommé Parti Révolutionnaire Institutionnel (sic)…

Pour faire accepter ses idées minoritaires à cette satanée majorité « conservatrice », il faut donc user de l’art de la dissimulation, de la manipulation, de la ruse et de la supercherie. Pour faire passer ses projets d’extrême-gauche, elle les maquilles donc d’abord en simples « valeurs de gauche », usant en même temps de la carotte « humaniste » et du bâton « antiraciste ». Ce qui marche assez bien auprès d’une majorité qui est, par définition, toujours un peu docile, silencieuse et mal informée…

Le droit de vote des étrangers aux élections locales : taqîya !

Le droit de vote des étrangers aux élections locales est l’exemple emblématique de la taqîya pratiquée par la gauche mondialiste, notamment dans la façon qu’elle a d’avancer ses pions pas à pas. Voici les différentes étapes qui doivent conduire à l’objectif final de ce projet : la gouvernance mondiale d’une société « universelle ». Et ceci n’a malheureusement rien d’une plaisanterie !

1re étape : droit de vote des ressortissants européens aux élections locales

On l’avait un peu oublié, mais les étrangers ressortissants de l’UE et résidant en France ont le droit de voter aux élections municipales (et européennes sur des listes françaises), depuis l’adoption du traitre traité de Maastricht en 1992. Ils ont même le droit d’être élus conseillers municipaux, mais pas de devenir adjoints ni maire. Notez au passage que les ressortissants européens ne sont pas très intéressés par l’usage de ces droits (6).

Mais surtout ne vous y trompez pas : ceci n’est pas un hasard, mais une première étape imaginée par les mondialistes de Bruxelles. En effet, il s’agit d’une étape tout en douceur, tout en taqîya : des étrangers certes, mais européens, dans le cadre de l’union, avec une réciprocité, etc. Qui pourrait s’y opposer, à part quelques patriotes  « ringards et paranos » ?

Vous allez objecter – à  raison – que la gauche française a réclamé antérieurement (depuis 1981 au moins), le droit de vote des étrangers  (et de tous).  Certes, mais c’est une technique bien connue : quand on ne peut pas faire passer une réforme par la porte, on la fait passer par la fenêtre. Et l’union européenne est le meilleur moyen pour les mondialistes français de faire passer par la fenêtre (mais dans l’autre sens) notre souveraineté. Et puis les mondialistes de toutes nationalités, et à tous les échelons, travaillent sur tous les fronts. De fait, c’est ce droit de vote « européen » qui est passé en premier.

2e étape : droit de vote et d’éligibilité partielle pour tous les étrangers

La loi votée au Sénat devrait donc permettre (si la gauche est élue en 2012), de donner à tous les étrangers les mêmes droits de vote et d’éligibilité qu’aux ressortissants de l’UE. Il est amusant de noter qu’un des arguments principaux de cette propagande est de dire que cela « responsabiliserait » les étrangers (7). Curieusement, c’est un argument qu’on n’a jamais entendu concernant le droit de vote des ressortissants européens. Bref, traduit du langage  politiquement correct, cela veut dire que la gauche reconnaît implicitement un lien entre incivilité, délinquance urbaine et immigration extra-européenne ! Se sentant désormais aussi « un peu chez eux », les étrangers auraient alors une attitude plus civique. Vous avez dit politique de capitulation ? Comme d’habitude, la gauche avance des raisonnements au ras des pâquerettes (quand ils ne sont pas basés sur l’émotion immédiate). Technique utilisée pour éluder le fond, ce qui l’obligeraient à dévoiler ses véritables motivations.

Car de manière générale, le droit de vote des étrangers – quels qu’ils soient – est un concept profondément anti-démocratique. Imaginez un peu la situation suivante : une élection municipale dans laquelle une majorité de français vote pour un camp – quel qu’il soit -, mais que se soit le camp d’en face qui gagne (quel qu’il soit) du fait du vote des étrangers ! Il s’agirait ni plus ni moins que d’une « spoliation » du droit de vote. Français, française, on vous ment, on vous spolie !

3e étape : droit de vote et d’éligibilité totale aux élections locales

La première étape passée, la propagande de la gauche mondialiste fera tout pour nous expliquer que c’est un indéniable succès, et une indéniable avancée démocratique. Voici le genre d’arguments qu’elle sortira alors :

        « Regardez le formidable taux de participation des étrangers ! Quel civisme !»

        «Ils s’impliquent dans la vie de la cité jusquà s’intéresser aux menus (halal) des assiettes de vos cantines. Quelle conscience civique !»

        « Bien que cela n’ait aucun rapport avec les étrangers, notez que la délinquance a baissée de 0,5 % depuis qu’ils ont le droit de vote ! ».

Le formidable succès, c’est surtout que cela aura permis à la gauche de rafler encore plus de mairies ! C’était déjà l’objectif électoral de la loi SRU sur les « 20 % de logements sociaux ». Bref, il sera alors temps d’enchaîner la seconde étape : le droit de vote et d’éligibilité totale aux élections locales (qui se fera peut-être en plusieurs sous-étapes : municipales, cantonales, etc.). Cette étape est cruciale, car c’est le début d’une incidence nationale du vote des étrangers.

En effet, les maires font partis de ces élus qui ont le pouvoir de parrainer les candidats à l’élection présidentielle (une élection nationale s’il en est). Imagine-t-on un maire étranger donner son parrainage à une Marine Le Pen, voire même à un Nicolas Sarkozy ? Autre pouvoir de dimension nationale accordé aux maires (plus exactement aux délégués des conseils municipaux) : en tant que grands électeurs, ils élisent  les sénateurs. Quand le sénat a basculé à gauche  – avec un ancien trotskiste comme président (8),- est-ce un hasard si la première proposition faite par Martine Aubry fut de demander le droit de vote aux étrangers pour les élections locales ? Martine Aubry sait parfaitement que cela sert ses intérêts, et ses dessins secrets.

Sauf que là, il risque d’y avoir un grain de couscous dans l’engrenage socialiste ! En effet, les étrangers musulmans préféreront certainement voter pour de vrais islamistes, plutôt que pour de simples islamophiles. Ils préféreront certainement l’original au dhimmi. Rien de tel en effet qu’un véritable islamiste pour obliger les cantines scolaires à proposer – exclusivement – des menus halals pour tous, pour financer des mosquées, etc. Et rien de tel que l’échelon local pour s’affranchir de la tutelle des grands partis : on ne voit jamais autant de « divers droite » et de « divers gauche » qu’à ces élections. Et demain verra-t-on des « divers islamiste » ? Certainement. Cela dissuadera-t-il la gauche d’aller plus loin dans le processus ? Certainement pas, car elle a des ambitions bien plus grandes !

4e étape : droit de vote aux élections nationales

L’un des principaux arguments en faveur du droit de vote des étrangers aux élections locales vient du fait qu’ils payent des impôts ! Évidement, cet argument au ras des pâquerettes n’est encore qu’un prétexte faussement pragmatique (et faussement « de bon sens »),  trouvé par la gauche mondialiste. Cela ne l’empêchera pas de le réitérer pour demander ensuite le droit de vote des étrangers aux élections nationales : après tout, ils payent des impôts nationaux (sur le revenu, la TVA, etc.) !

Par contre, ils ont bien raison de faire le lien, car le droit de vote aux élections locales induit le droit de vote aux élections nationales. La raison en est simple : l’objectif du droit de vote des étrangers est de substituer la citoyenneté basée sur la nationalité par une citoyenneté basée sur le lieu de résidence. Les associations de « citoyens du monde » ne cachent pas cet objectif, qui est la véritable motivation des socialistes et de toute la gauche (9). Tout le reste, ces histoires d’impôts, de responsabilisation et autres fadaises ne sont que de la taqîya !

De même, quand la gauche prétend que les immigrés naturalisés par le droit du sol sont des français comme les autres, elle ment ! Puisque pour elle la nationalité (française ) n’a aucune espèce d’importance! Preuve en est avec le droit de vote des étrangers ou le multiculturalisme, avec lesquels la nationalité et la culture française sont à égalité  (le beau mot est lâché) avec les nationalités et cultures étrangères !

Même quand la gauche prétend que, pour elle, l’identité française serait liée à ses valeurs humanistes, laïques et républicaines, elle pratique la taqîya ! Pourquoi ? Parce qu’elle sait pertinemment, qu’une trop grande frange d’immigrés n’y adhérent pas et n’y adhéreront jamais. Mais que cherche-t-elle alors ?!

La gauche mondialiste cherche à créer une « société universelle » sur le sol français (et européen), en attendant de pouvoir le faire à l’échelle planétaire. Et pour cela, elle a besoin d’une immigration massive. Quant au droit de vote, il ne sert qu’à accélérer le processus. Et pour arriver à cette utopie, la gauche mondialiste est prête à tout trahir : la classe ouvrière bien sûr, mais aussi les (travailleurs) pauvres, les femmes, les homosexuels, les juifs, et même plus tard les musulmans (même si ce sont ces derniers qui risquent de l’emporter au final) !

Car le comble, c’est que lorsque la gauche prétend croire au « vivre ensemble » – de toutes les populations du monde sur le territoire français – elle trompe son monde ! Au fond, elle n’y croit pas elle-même, et ce n’est de toute façon encore qu’une étape ! Car le but est de forcer coûte que coûte les populations à vivre ensemble, afin de les pousser à se métisser ! Si la gauche croyait vraiment au « vivre ensemble », alors pourquoi prôner le métissage ? Pourquoi ce nouvel accent mis sur ce sang mêlé qui se veut meilleur (11) :

[youtube idk0jZhQTxY] 

Mais en langage scientifique le sang ce sont les gènes, et sémantiquement qui se veut meilleur se veut supérieur. La réponse est donc un nouvel eugénisme, un eugénisme positif comme ils oseraient certainement l’appeler ! Ce serait l’étape censée résoudre tous les problèmes nationalistes, identitaires, raciaux et égalitaires, puisque tout le monde serait identique (12) :

[youtube gNUZgkQX1YE] 

Mais pour que tout le monde soit identique, et pour résoudre absolument tous les problèmes de discriminations physiques (beauté, force, etc.), il faudrait aller au bout du raisonnement : passer un jour à l’étape ultime qui consisterait à cloner les gens comme dans le livre d’Aldous Huxley : Le Meilleur des mondes (ialismes) ! Si une folle  dictature mondialiste s’arroge un jour tous les pouvoirs, ce sera donc sans doute son  ultime et démentiel projet ! Les utopistes vont en effet toujours jusqu’au bout de leurs délires, quitte à tomber dans l’absurde et l’ignoble. N’était-ce pas déjà le cas du communisme, qui a exterminé 100 millions de personnes  – hors guerres – au nom du progrès de l’humanité ?

Étape finale : gouvernance mondiale et société universelle

Le but de nos mondialistes est donc de faire de la France – et de l’Europe – un laboratoire du mondialisme. Un « monde » en miniature. Mais ils ne compte pas s’arrêter là. On ne crée pas une « nouvelle race humaine» à l’échelle d’un seul continent. Mais à l’échelle de l’humanité. L’Europe n’est elle-même qu’une étape sur le chemin du mondialisme. Une étape en bonne voie avec le fédéralisme qui fait opportunément son grand retour avec la crise :

[youtube bMc7Vd20F00] 

La gouvernance mondiale passe en effet par le transfert de toutes les souverainetés nationales à l’ONU. Qui devra se renommer pour le coup. En Universal Nation au lieu de United Nations, par exemple. Un rapport allant dans se sens existe déjà, il s’appelle « Our Global Neightbourhood » (13). Il est le fruit de la « Commission on Global Gouvernance » (le titre est clair) qui s’est réunie sou l’égide de l’ONU de 1992 à 1995, et qui comptait parmi ses membres un certain Jacques Delors… Certaines propositions du rapport interpèlent tout particulièrement :

La création d’une Cour pénale internationale. Ça, c’est fait (depuis 1998) ! Comme quoi ce rapport a été suivi d’effet. Partiellement pour l’instant, mais tout vient à point à qui sait attendre…

L’abandon du droit de véto des membres permanents. Tiens, mais ne serait-ce pas cette proposition que l’on retrouve dans l’accord PS-Verts (14) ?! Comme quoi les propositions du rapport suivent leur bonhomme de chemin…

Le renforcement du Conseil Économique et Social. Celui-ci aurait alors des pouvoirs contraignants sur les États pour tout ce qui concerne les « biens communs de l’humanité ». C’est à dire l’atmosphère, les mers et la biodiversité. Comme les écologistes ont décrété que le CO2 provoquait le réchauffement climatique, et que TOUTE activité humaine produit du CO2, l’ECOSOC aurait alors d’énormes pouvoirs sur les politiques industrielles, de transport, d’énergie, de logement, etc. Bref sur à peu près tout ! En effet, le réchauffement climatique – et l’écologie en général –  sont l’un des plus grands prétextes « taqîya » des mondialistes pour justifier leur mainmise sur les souverainetés nationales. C’est logique, les écologistes sont les plus mondialistes des gauchistes. Pour en savoir plus sur l’entente mondialiste entre les gauchistes-écologistes et les capitalistes-oligarques, je vous recommande l’excellent livre La servitude climatique de Jean-Michel Bélouve (www.belouve.fr). Mais en attendant de transférer ces pouvoir au plan mondial, Nicolas Sarkozy avait prôné l’adoption des mêmes contraintes au niveau européen, après l’échec des sommets précédents celui de Durban…

Un parlement associé, composé d’ONG. En France on subit déjà la « République des juges » ainsi que la République des associations mondialistes (pardon, antiracistes). Au plan mondial, on subirait aussi la gouvernance des organisations non gouvernementales ! Non gouvernementales, mais gavées de subventions publiques. Issues de la société civile, mais pas du suffrage universel, donc pas légitimes à gouverner ! Mais trustées par toute l’extrême-gauche, ce qui vaut mieux que la démocratie pour tous nos mondialistes…

La création d’une armée onusienne indépendante, chargée de résoudre les « conflits locaux ». Le rapport déplore qu’il n’était pas prévu par la charte de l’ONU de s’immiscer dans les affaires des États souverains !  Et il  prétend qu’une « pression de l’opinion» s’exerce sur l’ONU en faveur d’une intervention dans les conflits domestiques lorsque « les troubles violents dans le pays mènent à la souffrance humaine ou menacent la sécurité des pays voisins ». Bref, il s’agirait là d’un droit d’ingérence dans les conflits civils ! Droit déjà exercé me direz-vous en Serbie (Kosovo), Côte d’Ivoire, Libye, etc. Quelle différence avec aujourd’hui alors ? L’armée privée de l’ONU n’aurait pas à demander l’avis aux États membres pour intervenir !  Et dans un éventuel futur conflit en Europe, on imagine aisément l’ONU intervenir une fois de plus en faveur des musulmans, en employant toute la taqîya propagandiste possible. Comme se fut déjà le cas avec l’OTAN dans les Balkans… (http://www.sarantakos.com/kosovo/ks20debray.html).

Le renforcement des pouvoirs du Secrétaire général de l’ONU. Étant donné le soutien bienveillant apporté par le Secrétaire général de l’époque (Boutros Boutros-Ghali) à la commission, ses membres ne pouvait qu’émettre cette proposition de godillot. C’est de plus tout à fait cohérent avec une gouvernance globale autoritaire que de renforcer les pouvoirs du Premier Secrétaire du Parti. Pardon, du Secrétaire général.

Bref, contrairement à ce que disent certains, ce rapport n’a pas été mis au placard, mais en veille. Et les mondialistes n’en sont pas à leur première – ni à leur dernière – tentative pour nous imposer leur nouvel ordre mondial. Prochaine tentative d’un début de gouvernance mondiale (par la voie si culpabilisante de l’écologique) : le Sommet de la Terre à Rio en 2012 (http://www.belouve.fr/?page_id=341) !

NOUS NE SOMMES QU’A MI-CHEMIN

A l’échelle de l’Histoire, nous ne sommes qu’à mi-chemin de la gouvernance globale. Mais l’histoire s’accélère incroyablement en ce début de XXIe siècle ! Il se passe en effet aujourd’hui autant d’événement importants en une année (crise, guerres, montée de l’islamisme, de la Chine…), qu’en une décennie au XXe siècle, et qu’en un siècle auparavant. Et les mondialistes sont impatients !

Pour la gauche, le mondialisme n’est que la continuité logique de la déclaration universelle des droits de l’homme. Pour eux, c’est l’universalisme dans toute sa splendeur ! Et pour imposer cet universalisme, ils useront de toute leur « taqîya », de tous leurs réseaux et de toutes les institutions possibles. Au pire, ils l’imposeront par la force !

Mais l’humanité n’est pas prête pour cette utopie mondialiste, surtout les non-occidentaux ! Peut-être qu’un jour les habitants de la Papouasie-Nouvelle-Guinée et de la Californie auront le sentiment de vivre comme des voisins. Mais ce sera le jour où l’on aura inventé les téléporteurs. Dans tous les cas, cela se fera naturellement ou cela ne se fera pas pacifiquement. À vouloir précipiter l’Histoire, les mondialistes risquent de plonger le monde dans le chaos. En voulant piétiner les États-nations, en voulant créer une nouvelle civilisation universelle, en prônant même un nouvel eugénisme (par le métissage), les mondialistes veulent changer nos sociétés -pourtant démocratiques – et l’Homme. Parce qu’au fond, ils n’aiment pas l’Homme. Oui, le mondialisme a tout du fascisme du XXIe siècle…

Stéphane Buret

(1) http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2011/12/05/008-irak-attaques-chiites.shtml

(2) http://www.dailymotion.com/video/xjz0gs_todd-vs-hollande-ko-en-moins-d-une-minute_news

(3) http://www.immigration.gouv.fr/IMG/pdf/livretaccueil.pdf

(4) http://www.lexpress.fr/informations/jospin-trotskiste-lambert-parle_645698.html

(5) http://www.rue89.com/2011/10/01/jean-pierre-bel-president-du-senat-reve-dun-autre-monde-224495?sort_by=thread&sort_order=ASC&items_per_page=50&page=2

(6) http://www.lesechos.fr/economie-politique/politique/actu/0201783086083-vote-des-etrangers-un-droit-boude-par-les-ressortissants-europeens-260080.php

(7) http://www.ouest-france.fr/actu/international_detail_-Vote-des-etrangers-que-font-les-pays-europeens-_3637-2017938_actu.Htm

(8) http://www.liberation.fr/politiques/01012376511-le-senat-nouveau-repaire-de-gauchistes

(9) http://citoyensdumonde.fr/nous-engager-pour-l-avenement-d-un.html

(10) http://cmmigrants.org/spip.php?article7

(11) http://www.lepoint.fr/politique/election-presidentielle-2012/eva-joly-veut-incarner-la-france-des-accents-et-du-sang-mele-13-07-2011-1352207_324.php

(12) http://www.youtube.com/watch?v=gNUZgkQX1YE

(13) http://humanbeingsfirst.files.wordpress.com/2009/10/cacheof-pdf-our-global-neighborhood-from-sovereignty-net.pdf

(14) http://www.marianne2.fr/blogsecretdefense/Ce-que-dit-l-accord-Verts-PS-sur-les-affaires-strategiques_a437.html

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.