1

La tentation de Macron : la politique du pire

Rien n’est plus dangereux qu’un pouvoir aux abois. Devant une échéance électorale incertaine, voire au pronostic très défavorable, Emmanuel Macron pourrait être tenté de jouer son va-tout et chercher à profiter d’une situation exceptionnelle. Il est bien connu que la peur resserre les rangs des électeurs autour du Pouvoir. Des troubles avant le premier tour pourrait provoquer un vote légitimiste. Un raz-de-marée pour le sauveur Macron. À l’image des élections législatives de juin 1968. De Gaulle avait tenu bon face aux émeutiers, l’électorat lui en avait été reconnaissant en lui donnant une majorité inespérée.

LA TENTATION DU POURRISSEMENT 
Macron a déjà fait un pas en direction du pourrissement en insultant les non-vaccinés. Il a agité le chiffon rouge en déclarant ouvertement sa volonté de leur pourrir la vie. Une façon de s’assurer et conforter un socle de partisans nombreux, chez les vaccinés qui seraient plus de 90 % de l’électorat. Et une façon d’énerver les 10 % de résistants, minorité qui de toute façon ne votera pas pour lui. Il a vérifié à l’occasion de la révolte des Gilets jaunes qu’une répression féroce lui fait gagner en popularité. Aujourd’hui les ingrédients sont là pour provoquer une explosion sociale dont il peut espérer tirer profit. La tentation doit être  grande d’instrumentaliser les « convois de la liberté »…
UNE PRISE DE JUDO
Les judokas utilisent la force de leur adversaire pour provoquer sa chute. En l’occurrence, nous assistons peut-être à ce type de manœuvre. Le fer de lance des anti-passe vaccinal, organisé en « Convoi de la Liberté », est en route pour bloquer Paris. Puis, ensuite, Bruxelles. Il y a là pour Macron une fenêtre de tir. Ne l’oublions pas : il dispose des forces de police, des services de renseignement, de barbouzes et même d’antifas pour organiser de belles émeutes et de magnifiques provocations. Avec Didier Lallement, il a un exécutant de première classe. Les opposants les plus déterminés à Macron pourraient, à leur cœur défendant, assurer la réélection du Président le plus catastrophique que la France ait connu, en tombant dans le piège d’évènements violents, comme ceux qui ont opportunément déconsidéré les Gilets jaunes à l’Arc de Triomphe.

Le Président le plus catastrophique pour l’avenir de notre Patrie, est aussi, certainement, le plus pervers, le plus machiavélique. De sa part on peut s’attendre à tout, y compris le pire. La Macronie est aux abois.

François Jay