La Thaïlande, paradis des « Français » musulmans pour claquer leur fric

Publié le 19 mai 2015 - par - 14 116 vues
Share

Ri7taubira Valls racailleLes jeunes musulmans des cités des banlieues n’ont aucune envie d’épouser le mode de vie français, la preuve par Phuket.

Il y a peu, nous apprenions que leur destination préférée, pour des vacances ou pour s’y installer, était la Thaïlande. Les policiers le savent, pour certains de ces vacanciers, Phuket est la destination idéale pour dépenser incognito l’argent de la drogue. Pour les autres, ouvrir un commerce en Thaïlande, c’est se débarrasser des contraintes législatives françaises et échapper à une fiscalité écrasante. Ce n’est pas faux…

Destination Phuket, c’est aussi pour ne plus se sentir «  stigmatisés tout en gardant leurs repères et leurs habitudes. « En d’autre termes, le choix de l’Asie n’a rien à voir avec le désir d’enrichissement culturel, l’ouverture à «  l’ Autre «, l’amour pour la diversité mais tout avec la reproduction d’un mode de vie français, enfin, surtout musulman.

Ce qui les attire à Phuket, dit benoîtement la journaliste, «  c’est de faire ce qui est interdit en France. « Ca commence bien !

C’est le cas pour Riad, 27 ans qui gagnait 2000 euros par mois, au chômage après une «  rupture conventionnelle « qui va dépenser entre 3000 et 5000 euros, «  un budget raisonnable «  grâce auquel il pourra «  faire tout ce qu’il veut « – comme louer une moto sans permis et rouler sans casque. La Thaïlande, avec sa «  police corrompue «  à qui il suffit de donner «  un billet « , c’est le paradis, pour Riad ! Le paradis, aussi, pour Moussa, venu seul laissant femme et enfants à la maison.

Paradis encore la reproduction de la cité des 4000, là où il n’y a que des Français, comme Toumam qui a ouvert un restaurant halal parce que 80% de sa clientèle ne veut manger que cela. Ces Français-là, «  ça leur manque «  de ne pas manger halal ; «  c’est notre base «, dit Riad pour qui «  manger comme à la maison «  est indispensable.

La Thaïlande, c’est aussi le refuge des jeunes en cavale pour éviter une condamnation pour trafic de drogue qui les mettrait à l’ombre pour 5 ou 6 ans. Ca tombe bien, à Phuket, ils se gorgent de soleil.

D’ailleurs «  tout nous appartient ici « : la plage, où personne ne vient critiquer la musique rap écoutée à plein tube ; les bars à chicha, les gogo danseuses, et l’alcool à gogo (parce que « c’est les vacances « ), les virées à moto où les Français «  roulent vraiment vite, ils ont des accidents «, et tous les commerces où même les salons de coiffure sont halal. Bref, en France ou en Thaïlande, les Français musulmans sont musulmans avant tout.

Ils se rendent donc là-bas, et à Patong Beach, en particulier, en terrain – déjà – conquis où la règle est de ne surtout pas être dépaysés. Au « French Touch », la déco, la carte, la clientèle, «  tout leur rappelle les lieux qu’ils fréquentent d’habitude. «

Le vivre ensemble, la diversité culturelle avec tous les bienfaits qu’ils sont censés nous apporter ? Une gigantesque tromperie pour masquer la réalité crue et cruelle : où que ce soit en Europe, ces slogans à deux balles ne concernent que les Français non musulmans sommés de se soumettre à la culture importée. C’est vrai, ça, en quoi ça devrait nous déranger, les femmes voilées, les burqanées,  les barbus en kami, 5000 mosquées – selon le souhait de Dalil Boubakeur – dans notre France chrétienne, les mariages forcées de gamines, ou encore de manger halal, hein ?

Alors, quand un Jean-Christophe Cambadélis – père Grec, mère Française – ose affirmer ne pas savoir ce qu’est l’identité française mais connaître –  uniquement ? – l’identité républicaine, on a envie de demander aux jeunes des banlieues qui revendiquent de vivre selon les préceptes de l’islam, s’ils se sentent, eux, républicains. Le rappeur Kaaris nous en donne une petite idée :

http://nos-medias.fr/video/kaaris-%C2%AB%C2%A0bleu-blanc-rouge-j%E2%80%99vais-te-baiser-je-suis-venu-t%E2%80%99annihiler%C2%A0%C2%BB :

« Bleu blanc rouge j’vais te baiser, je suis venu t’annihiler » « Jamais je n’serais intégré, je ne serais jamais assimilé » »

Les zélites républicaines et leurs kapos zélés ne pourront pas dire qu’elles ne savaient pas.

Caroline Corbières

http://www.fdesouche.com/598955-les-francais-de-phuket-sur-seine

http://www.bvoltaire.fr/carolineartus/quand-la-banlieue-va-faire-la-fete-phuket,172747

http://leparisienmagazine.fr/affaire-le-paradis-thai-des-dealeurs-de-banlieue-113014/

http://www.fdesouche.com/598823-cambadelis-je-ne-sais-pas-ce-quest-lidentite-francaise

 

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.