La théorie du genre, c’est comme Lyssenko au temps de Staline…

Publié le 22 novembre 2019 - par - 15 commentaires - 832 vues

Vers 1930, Trofim Lyssenko prétend pouvoir transformer les blés d’hiver en blés de printemps en  soumettant les grains à de basses températures. C’est le ratage total mais c’est l’époque glorieuse de Staline et le ratage ne sera reconnu par l’URSS qu’en 1965.

Bien après Lyssenko est venu Christopher Dummit avec sa théorie du genre… théorie qui donne une allure scientifique au célèbre « on ne naît pas femme, on le devient » de Simone de Beauvoir.  Dummit vient de dire honnêtement « J’ai fabriqué la théorie du genre sur mon idéologie, pas sur la science » et regrette tout le mal qu’il a pu causer depuis 1998… ajoute pour sa défense « Je ne suis pas seul. Tout le monde a menti (et ment encore) ».

En Wallonie certains « pédagogues » croient comme Lyssenko que les conditions de vie peuvent changer la nature et imposent un enseignement « de haut niveau » égal pour tous à tous les jeunes quels que soient leurs talents, quel que soit leur sexe. Cet « enseignement de haut niveau égal pour tous » me fait de plus en plus penser à Lyssenko comme à Dummit ! J’en suis d’autant plus navrée que j’observe le regard frustré, agressif ou malheureux, de beaucoup de jeunes.

Précisons que l’expérience de Lyssenko n’a pas été trop souvent renouvelée – il fallait que le peuple mange – et qu’il avait déjà très mauvaise presse avant la reconnaissance officielle de son erreur. Ajoutons que Staline en personne – non pas à cause du ratage de Lyssenko mais à cause des catastrophes créées par l’idéal communiste de « l’égalité de tous » durant la guerre – a exigé un enseignement adapté aux capacités différentes comme aux besoins spécifiques du pays.

Cela fait 30 ans que « la théorie du genre » fait des malheureux, des espoirs déçus, et Dummit ne semble pas optimiste quant à la fin de cette idéologie. Staline avait obtenu ce qu’il exigeait. C’était un dictateur sanguinaire… doué d’un certain bon sens et je me pose la question : quand sera-t-il permis dans notre démocratie de tenir compte de la réalité ? D’avoir par exemple le bon sens du peuple suisse ?

En Suisse, les enfants sont dirigés – à 12 ans – vers les études qui leur conviennent apparemment. Ils peuvent changer de direction s’ils en montrent envie et capacités… tous sont également respectés, se savent utiles au pays !

Dummit avoue n’avoir pas agi en scientifique, Lyssenko était un faux scientifique, les faux pédagogues nous mènent droit vers la catastrophe et j’ose encore demander aux parents aimant leurs enfants d’intervenir pour exiger un enseignement UTILE à la place de la garderie « de haut niveau » actuelle.

Mia Vossen

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
André LÉO

Mia, Vous pointez le fossé qui existe entre croyances obscurantistes et rationnel scientifique. Lissenko n’avait cependant pas ‘tout faux”, puisque les manipulations génétiques aboutissent au résultat que son empirisme n’avait pu obtenir. Comme les alchimistes et leurs chaudrons, qui cherchaient des recettes de cuisine pour changer le plomb en or. Ce sont aujourd’hui des accélérateurs , des machines technologiques formidables qui ” transmutent” les éléments.
Les communautarismes homosexuels et la “théorie” du genre inventée pour banaliser leurs ébats publics, ne fondent pas une théorie, mais des comportements. Les escargots par exemple, sont hermaphrodites, mais les Homos Sapiens sont sexués, mâles et femelles et se reconnaissent comme tels… tous les homos vous le diront!

zéphyrin

c’est l’avenir…homme aujourd’hui, femme demain, homme l’hiver, femme pour les vacances d’été.
les retours en arrières posent encore problème aujourd’hui, mais faisons confiance à d’autres Lyssenko. jetons nos oripeaux que la société nous a forcés à revêtir et marchons vers la lumière vers le merveilleux doute qui nous fait rêver.

Eric des Monteils

La nature se venge TOUJOURS, bien fou qui ne le comprend pas encore. Nature, dont nous sommes et dont nous ne nous affranchirons JAMAIS.
C’est un ordre qui nous dépasse, et dont la complexité ne peut être dérangée sans en payer le prix par de grands malheurs, dont nous ferions bien de tirer quelques enseignements.

François Desvignes

le point commun entre KLyssenko et Dummit c’est qu’ils croient qu’en jugeant Dieu ils mettront leurs lois au dessus des lois de l’Univers, (loi de Dieu)

C’est la version humaine et actualisée de la rebellion de Lucifer dans les Cieux; ” Non serviam”

C’est trrès simple à comprendre comme nouvelle religion : tout loi qui qui vient de Dieu est condamnable

Et la meilleure condamnation est l’inversion : papa devient maman, et le blé une plante vivace du pole Nord. : si, si, les esquimaux mangent des corn flakes.

ISA

Aujourd’hui l’Education Nationale n’est plus que la succursale des écoles de formation professionnelle ; elle dirige le troupeau vers l’embauche. Et, comme les places deviennent de plus en plus rares, elle accompagne les gamins ambitieux ou simplement travailleurs qui prennent leur destin en main. Quant à ceux à qui l’école ne réussit pas ou qui ont aucune envie de se donner du mal, ou qui sont déjà bien égratignés par la vie (il y en a beaucoup!), ceux-là sont abandonnés, voire insultés par le personnel enseignant. En somme, c’est la loi du plus fort. L’Education Nationale garde toujours la même idéologie progressiste pour se donner bonne conscience, masquant ainsi ses échecs.

Mia Vossen

“gamins ambitieux ou simplement travailleurs”? Soyons réalistes: ils obtiennent un diplôme – souvent sans rien comprendre aux cours – et beaucoup échouent lamentablement ensuite. Aidant des élèves en difficulté à l’école, je VOIS des horreurs inimaginables… tente avant tout de rendre un peu de dignité à des jeunes qui se croient débiles.

bernard

La théorie du genre s’appuie sur le diptyque Nature/Culture du monde moderne en décidant que la Nature n’a rien à voir dans l’homo. Chacun peut décider ce qu’il veut mais
le réel viendra tôt ou tard et très chèrement reprendre ses droits…En sciences nat. le réel récalcitre (et même le labo explose parfois) et dans les sc. humaines aussi : ce sont nos misères…et nos goulags et nos guerres dont le XXè siècle fut si riche (beau déploiement de la modernité).

BERNARD

Les termes :
“Sciences humaines”
“Sciences politiques”
“Sciences sociales”
Me font toujours bien rigoler… où est la démarche scientifique là dedans ? Mais le mot “science” fait toujours un peu plus sérieux !

Spipou

Je ne sais pas si Staline était doué d’un certain bon sens pour autre chose que son maintien personnel au pouvoir (pendant la guerre, c’est un un ancien officier tsariste qui a mené l’armée soviétique à la victoire), mais passons.

Je trouve que nous vivons une époque tout à fait lyssenkienne, je m’étais fait la même réflexion que vous ces jours-ci, et ce n’était pas au sujet de la théorie du genre. Ca envahit tous les secteurs de la pensée humaine qui peuvent porter à polémique de nos jours. En fait, c’était Greta Thunberg et la façon dont elle est soutenue qui m’y a fait penser. Elle aurait fait une très bonne égérie soviétique, je pense.

Mais bon, il n’y a pas qu’elle, et le climat et le genre ne sont pas les seuls sujets qui sont victimes de l’effet Lyssenko…

ISWT

Je ne vois pas d’effet Lyssenko sur les études de genre et le climat. Mise à part l’hystérie des non spécialistes de ces questions.

BERNARD

Oui, c’est ce que j’écrivais : la science au service de la politique. Le mot “science” devrait plutôt être remplacé par “dogme” ou “religion”, mais science fait juste un peu plus sérieux dans les discours. Comme dit la gretchen conne sur berge (autiste aspergée, hémorroïdes) : “les scientifiques disent” et “je les écoute”.
Pour allah c’est pareil.. nous l’écoutons.

BERNARD

Lyssenko avait eu cependant de beaux résultats lors de ses expérimentations agricoles, ce qui lui valut dans un premier temps une brillante promotion, comme quoi les cocos aimaient aussi les résultats.
C’est juste l’explication “bien comme il fallait dans le sens coco” qui était erronée du point de vue de la génétique. (Son principe disait en gros qu’il fallait “dresser les plantes” pour avoir des résultats et que ceux-ci étaient peu ou pas liés à leur génétique)
Je suis certain que l’imposture climatique nous sera révélée de la même manière dans 20 ou 30 ans. (Du moins l’effet anthropique prédominant du dérèglement climatique). Il se trouvera toujours quelqu’un, alors, pour nous affirmer que “c’était pour notre bien” !

ISWT

La théorie du genre n’est pas de Christopher Dummit.

Carter

Elle est plutôt de Judith Butler

ISWT

Certains la font remonter à Émile Durkheim en 1897.

Lire Aussi