La théorie du genre n’est pas une rumeur

[youtube]F4TVHiJzdj0[/youtube]

http://www.youtube.com/watch?v=F4TVHiJzdj0

 

 

Alors que toute la classe politique de gauche ainsi que les syndicats et la quasi totalité de la presse se sont échinés à vouloir nous faire croire que la théorie du genre « n’existait pas » ou « n’était qu’une rumeur véhiculée par des excités « d’extrême droite », Olivier Vial, responsable de l’observatoire de la théorie du genre explique l’origine de cette idéologie fumeuse, dangereuse, qui a déjà fait les preuves de sa nocivité dans les pays nordiques.

belkacemmariagehomoL’écrivain Alain de Benoist dans son petit livre « non à la théorie du genre » étrille lui aussi cette propagande sournoise et explique son origine.

Cette théorie inquiète à juste titre beaucoup de pédo-psychiatres, de nombreux parents et des enseignants lucides qui cherchent à bloquer l’infiltration de ce militantisme dans de nombreuses disciplines.

Une fois de plus, la gauche en niant le réel se discrédite.

Le propre de l’idéologie est de vouloir faire rentrer le réel dans des cases. Souvenons-nous d’Hitler quittant le stade des jeux olympiques de Berlin en 1936 quand un noir (Jesse Owens) avait remporté l’épreuve de course.

Il était insupportable pour ce fanatique déjanté qu’un noir coure plus vite qu’un « aryen ».

Pour le communisme, Lyssenko qui avait tout faux dans ses recherches, on sait qu’il est resté le maître incontesté, vénéré par le système car ses théories s’adaptaient à l’idéologie stalinienne.

Aucun problème sérieux de société ne peut être résolu par ce fanatisme de la pensée. Tout au contraire, le nazisme et le communisme nous ont montré avec leurs hécatombes à quoi menait la dictature du mensonge.

Triste constat de voir très souvent des » intellectuels » autoproclamés se montrer les propagandistes des théories les plus dangereuses.

Force est de constater que bien des parents régulièrement insultés par des faiseurs d’opininion ont compris que cet enseignement n’est pas celui qui est adapté à leurs enfants, surtout quand ils sont très jeunes.

Le devoir de vigilance s’impose donc à tous les parents qui veulent voir leurs enfants grandir dans un respect mutuel entre filles et garçons. Ces premiers ont aussi le droit d’exiger d’être associés aux programmes prévus.

Faire lire, dans le dos des parents certains ouvrages est inadmissible et ne peut que renforcer les doutes déjà justifiés.

Christine Tasin avait écrit à ce sujet un texte très éloquent. Tous les citoyens informés savent que depuis 1968, de nombreux militants de gauche vouent une haine tenace à l’égard de la famille(à mort la famille disait le sociologue Michel Fize).La famille est considérée par les ultras, les radicaux comme le vieux symbole de « la tradition » de « la réaction » de l’esclavage de la femme par rapport à l’homme »du lieu où les enfants n’ont plus de liberté.Pour ces fanatiques fumeux décérébrés, la famille harmonieuse et protectrice n’existe pas!

Pour la sexualité, notons que les pédocriminels sont les plus opposants aux droits des parents et aux lois préservant les enfants. Il est donc nécessaire de ne jamais accepter que la limite de 15 ans pour le consentement sexuel soit abaissé ou supprimé.

Sur le site Médiapart les parents peuvent lire un texte inquiétant intitulé » les pédophiles demandent les mêmes droits que les homosexuels ». En Amérique, des psy militent pour faire abolir les lois protégeant les enfants. Le lobby pédo est international, puissant et ramifié. Rien de bien rassurant pour les enfants et leurs parents. Il est positif de constater que la résistance commence à s’organiser. Ce n’est pas à une minorité atteinte du syndrome de la « révolution lumineuse » d’imposer ses lubies dangereuses à tous les citoyens.

 

Hervé Jean

image_pdfimage_print