La tolérance consiste-t-elle à nier la contribution de l’Eglise à la civisilisation européenne ?

CHARTRESMes amis de Riposte Laïque doivent nuancer leur discours sur l’islam

Dans son article https://ripostelaique.com/mes-amis-de-riposte-laique-doivent-nuancer-leur-discours-sur-lislam.html Gerard Barettapiana nous fait part de la leçon de tolérance qu’il a reçue un jour de la part du Grand Mufti de Marseille d’alors, Soheib Bencheikh.

Après cette rencontre fondatrice, Gérard Barettapiana nous apprend qu’il est devenu un homme nouveau, authentiquement tolérant, ancré dans son athéisme et refusant « d’adhérer à toute anti-religiosité, antichristianisme, anti-judaisme, anti-mahometanisme ou tout anti-secte… »

Je crois comprendre sa démarche et je la trouve estimable.

L’idéal serait en effet que les hommes puissent cohabiter paisiblement malgré des divergences idéologiques qui paraissent bien superficielles au regard de leur condition mortelle et des vicissitudes que leur vie leur réserve.

Je ne doute pas une seconde que les musulmans ne puissent être aussi épris que les Occidentaux de la démocratie, ou du moins de l’idée que la plupart des Occidentaux se font de celle-ci…

Il suffit de lire les récits sur la vie des Iraniens et de voir les photos de Téhéran avant que les dirigeants américains aidés de VGE, y envoient l’ayatollah Khomeiny.

J’admire aussi, sans en être outre mesure surprise, que ce soit un musulman qui ait appris à Gérard Barettapiana la véritable tolérance, et qu’il en ait fait un outil pour la promotion de la laïcité, ou du moins de l’idée qu’il s’en fait.

Mais, sans douter que le discours du Grand Mufti ait été sincère, – enfin, juste un peu – en quoi ce discours serait-il la preuve que les musulmans qui affluent en France depuis trente ans, et à un rythme démultiplié depuis ces derniers mois, sont animés à l’égard des Français d’intentions pacifiques et bienveillantes ? Au vu des informations innombrables dont on peut avoir connaissance par la réinfosphère  par internet, tout prouve le contraire.

Le discours lénifiant du Grand Mufti ne serait-il que l’arbuste qui cache la forêt, ou le soporifique destiné à endormir les consciences en chantant « tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil », avec la variante, après tout,  que les François (françoé) sont des envahisseurs aussi, et que les Gaulois étaient polythéistes ?

Et Gérard Barettapiana de nier mille cinq cents ans de chrétienté en France.

C’est très à la mode, en ce moment, ce « retour aux sources » celtiques. J’y souscris d’ailleurs pleinement, à tel point que nous avons visité récemment avec des amis le site de Bibracte, où nous avons consommé un repas gaulois excellent. Petite ombre à ce tableau idyllique, les Eduens étaient des alliés des envahisseurs romains, qu’ils ont appelés à l’aide pour enrayer une invasion d’Helvètes…

Je trouve estimable aussi le culte des sources et des arbres, et je n’ignore pas que les Romains ne faisaient pas la conquête de contrées pauvres et nues, mais que la Gaule était industrieuse et riche. Mais la classe des druides, qui refusait l’écriture pour ne pas laisser tomber son savoir et le pouvoir afférent, dans des mains profanes, n’était pas une classe de gentils organisateurs du Club Med.

Les conflits ne se réglaient pas en joutes de tribunal, mais d’un coup de hache ou de stylet… Vae Victis, c’est une phrase de Brennus lors du sac de Rome…

Il n’est pas sûr que Gérard Barettapiana eût supporté leur autorité indiscutée, s’il n’eût pas été des leurs… Sa vision idéalisée et peu réaliste lui interdit de voir l’apport du christianisme, qui n’est même pas nié par les principaux ennemis de l’Eglise catholique, les francs-maçons.

C’est d’ailleurs la faille principale de son argumentation que le négationnisme au sujet des apports du christianisme dans la culture occidentale. Ce négationnisme se fonde sur l’ignorance et l’hostilité, et une méconnaissance qui semble profonde, ne serait-ce que sur le fait qu’il désigne Jéhovah comme le dieu des chrétiens, au lieu de Jésus. Jéhovah, que Racine appelle « le cruel dieu des juifs », menace ses fidèles élus des fièvres et des consomptions, de la peste, s’ils ne lui obéissent pas, s’ils se marient hors de leur groupe et s’ils vivent avec les non juifs(Lévitique Deutéronome).

Au contraire, Jésus et l’Évangile s’adressent constamment à tous : le Samaritain est donné en exemple, Jésus sauve l’esclave du centurion romain venu le prier, il s’amuse avec la Samaritaine qui a eu cinq maris, alors que les juifs ne parlaient pas aux Samaritains.

Finalement, la tolérance de Gérard Barettapiana consiste à nier la contribution du christianisme à l’élaboration de la civilisation européenne, à valoriser la présence de l’islam en Europe, et à préconiser  un retour au paganisme –proposition récurrente dans les colonnes de Riposte laïque…-  comme une solution aux problèmes posés par l’islam.

Le reste des contributions du site la remet à sa place…

Nadia Furlan 

 

image_pdf
0
0