1

La trahison du maire démissionnaire de Saint-Bauzille, qui accepte 44 migrants !

saintbauzilleA qui se fier ? Nous avons eu la faiblesse de saluer, dans plusieurs articles, l’attitude du maire de Saint-Bauzille, Michel Issert, et de toute son équipe, qui avaient démissionné, suite à l’annonce par le préfet, sans la moindre concertation, de l’installation de 87 clandestins, dans sa ville.

Une réunion publique, regroupant 600 personnes, avait été houleuse, le préfet s’était fait ramasser comme il fallait, dès qu’il ouvrait la bouche.

http://ripostelaique.com/migrants-saint-bauzille-34-entre-en-resistance-soutenons-le-maire.html

http://ripostelaique.com/saint-bauzille-le-prefet-veut-lui-imposer-87-migrants-le-maire-demissionne.html

http://ripostelaique.com/saint-bauzille-demission-de-tout-le-conseil-municipal-et-action-mercredi.html

Ce mercredi, était prévue une manifestation de mères d’élèves, devant la sortie de l’école, pour protester contre la mise en danger de leurs enfants. D’autres initiatives étaient prévues.

Allait-on assister à la résistance de toute une population au coup d’Etat migratoire de Cazeneuve, et cela allait-il se produire à Saint-Bauzille ?

Eh bien, non ! Pour une bonne raison : bien que démissionnaire, le maire, Michel Issert, et toute son équipe, se sont couchés. Le préfet, devant le mécontentement, a ramené à 44 le nombre de migrants, et promis que le centre serait fermé plus tôt que prévu.

http://www.midilibre.fr/2016/10/25/migrants-a-saint-bauzille-de-putois-le-nombre-de-places-reduit-de-moitie,1415036.php

Et le maire, bon élève, a donc fait passer, ce matin, dans les rues de Saint-Bauzille, une voiture, avec haut parleur, expliquant aux habitants de la Ville que toute manifestation était annulée, et qu’il leur demandait de rester chez eux.

Tout cela pour ça ! Annoncer sa démission, entraîner le conseil municipal, dans son ensemble, à prendre la même décision, chauffer à blanc sa population, pour se coucher lamentablement devant le préfet, et accepter le chiffre de 44 clandestins, sachant qu’au vu de la situation européenne, bien évidemment qu’un lieu pouvant accueillir 87 migrants ne restera pas longtemps inoccupé de moitié ! Heureusement que le Préfet Pouessel n’a pas demandé au maire 150 places de migrants, sinon, Michel Issert aurait crié victoire avec un chiffre de 87 !

Pour autant, la Ligue du Midi, emmenée par Richard Roudier, avait décidé de maintenir sa manifestation, dans le centre-ville de Saint-Bauzille, sauvant ainsi l’honneur des patriotes qui, majoritaires, refusent cette colonisation que Cazeneuve est ses préfets imposent aux Français.

liguemidistbauzille

Mais là encore, quelle mascarade. Alors que le préfet, quand cela l’arrange, raconte qu’il n’a pas assez de troupes pour assurer l’ordre de certaines manifestations, cette fois, il y avait de dizaines de voitures et de cars de CRS et de gendarmes mobiles, sans compter les renseignements généraux, très nombreux sur place, qui filmeront le rassemblement festif de la Ligue du Midi tout au long de l’initiative.

Pour information, les manifestants, parmi lesquels figuraient, outre les troupes de Richard Roudier, des militants du Front national et de la Manif pour Tous étaient soixante-dix, ce qui est un beau résultat pour une initiative montée au dernier moment.

Les habitants de l’Hérault, trop souvent victimes d’agressions de racailles, seront ravis d’apprendre que ces 150 policiers et gendarmes, tout occupés à surveiller les dangereux amoureux de la France de la Ligue du Midi, n’étaient pas, pendant ce temps-là, sur le terrain, en train de protéger les citoyens.

Il sera intéressant de voir, aux prochaines élections, comment réagiront les habitants de la ville, devant ce qui s’apparente à une véritable trahison de l’équipe municipale démissionnaire.

Martine Chapouton