1

La troisième guerre mondiale va-t-elle bientôt commencer ?

Inutile de continuer à jouer les autruches, la tête dans le sable.

Si la France, l’Angleterre, l’Allemagne et la Pologne continuent à fournir des armes offensives et des mercenaires sanguinaires au clown Zigomyr, arrivera un moment où les dirigeants irresponsables de ces pays seront considérés comme des ennemis par Vlad. Et leurs populations deviendront alors des cibles.

Croire que les supplétifs de Washington pourront continuer à compter les coups en se frottant le ventre, est une lourde erreur. Seuls les USA peuvent encore se le permettre. Pour le moment.

Vlad a franchi un pas de plus en déclarant que les convois militaires étrangers envoyés au secours du pitre de Kiev seront désormais considérés comme des cibles légitimes. On ne finasse plus. On désigne clairement l’ennemi ! Et on défouraille sans sommations.

Poutine a su garder son sang froid mais il y a des limites !

Contrairement aux mensonges de la propagande otanesque qui le présente comme un chien de guerre, il a tenté de négocier pendant 8 ans, supportant le viol de trois traités de paix par l’Ukraine, et les massacres des civils du Donbass allant s’amplifiant, pour enfin se décider à réagir.

De même, la propagande otanesque prétend que les Russes seraient inaptes au combat. Or jusqu’à présent, ils ont tout fait pour limiter les dégâts, après avoir vainement tenté de régler la crise du Donbass par des moyens diplomatiques depuis 2014.

À la différence de l’infâme coalition de 1999 envoyée dépecer la Serbie pour complaire aux émirs à pétro-dollars, et qui ne faisait pas la différence entre cibles militaires et civiles pudiquement qualifiées par les médias aux ordres de « dommages collatéraux »

« Hôpitaux, écoles, universités, ponts, centres commerciaux, gares routières et ferroviaires, ensembles d’habitation, on n’avait pas le droit de rentrer à la base sans avoir largué toutes les bombes. L’état major insistait sur la nécessité de démoraliser les Serbes et faire porter la responsabilité des bombardements à Milosevic » m’a avoué un ancien pilote militaire qui est tombé « malade » pour ne pas être accusé de désertion, et a préféré ensuite prendre une retraite anticipée,

Aujourd’hui gérant d’aéro-club, ses revenus en ont pâti, mais comme il dit « Je peux encore me regarder dans une glace sans avoir envie de me cracher dessus. »

L’ attitude raisonnable des Russes pourrait changer

Si des mercenaires néo-nazis continuaient à allumer des cibles civiles en Russie même, en utilisant des matériels blindés et aériens fournis par l’Eurocrature, les Russes seraient alors en état de légitime défense. Ils ont de quoi liquider les chars et les hélicos sortis des surplus de l’OTAN. Et ensuite la possibilité d’exercer des représailles contre leurs vrais agresseurs, planqués derrière des sicaires au QI de cafards.

Les missiles tactiques chargés de bombes à neutrons ou bombes à rayonnement limité sont de vrais petits bijoux de technologie.

Inventées dans les années 1980, perfectionnées depuis, les bombes N grillent les ennemis comme des colliers de saucisses, et leur rayonnement électromagnétique met hors service tout ce qui contient des composants électroniques, Or qui n’en a pas aujourd’hui à part les babas au rhum et les chocolats Trognon ?

Par contre les infrastructures au sol et les équipements militaires annexes ne sont pas affectés s’ils échappent au souffle de l’explosion.

Bien évidemment, les donneurs de leçons onusiens ont décidé de les interdire.

Les Occidentaux naïfs et dociles ont obtempéré. Mais pas les Russes. Ni les Chinois d’ailleurs. Ce qui leur donnerait une supériorité écrasante, avec les missile hypersoniques en prime, si on continue à les agresser.

Les moralistes diront que c’est mal. Mais on n’a jamais gagné une guerre avec des bons sentiments.

Subsistait un problème que les Russes ont résolu : Ces engins avaient des retombées radioactives faibles mais suffisantes pour nuire aux forces occupant le terrain nettoyé.

Aujourd’hui, on les a réduites à presque rien. On peut même les tirer dans des obus avec des canons de 155 mm. Mieux encore, on les a miniaturisées afin d’en circonscrire les effets à un périmètre bien limité. Juste assez pour liquider les nids de nuisibles avec leurs armes.

Il y a eu quelques bombes N françaises

Les Polynésiens ont d’ailleurs servi de cobayes sans qu’on leur demande leur avis. Mais ces engins sont vite périmés comme des yaourts ayant dépassé la date de consommation ! Et on ne les a pas renouvelés.

https://www.youtube.com/watch?v=82QYuYgkygA

En effet, la réaction de fission de l’uranium ou du plutonium se produit à un rythme modéré mais continu en l’absence de réaction en chaîne (heureusement !) et, en se modifiant, altère les capacités de la bombe N. Cette altération est lente mais bien réelle.

En outre, elle génère des sous produits de fission, particulièrement instables, avec des demi-vies différentes. Le potentiel explosif nucléaire est alors pollué par ces déchets. Lesquels peuvent aussi dégrader la matière fissile de la charge par leurs propres émissions de neutrons.

En d’autres termes, si vous en avez en stock, servez-vous en tant qu’elles sont comestibles, sinon jetez-les !

Mes chers compatriotes, je m’inquiète sincèrement pour vous

Olga Skabeïeva présentatrice du JT de Russie 1, porte-parole officieuse de Poutine, a déclaré : « La Russie se bat désormais non seulement contre les armes fournies par l’OTAN, mais aussi contre l’alliance elle-même »

Et elle a ajouté : « Le soutien occidental à l’Ukraine équivaut à un conflit direct avec la Russie. Nous riposterons. L‘escalade que nous subissons marque le début de la troisième guerre mondiale »

Françaises, Français, votre intérêt serait de vous débarrasser des Macronescu dans les jours qui viennent. Si vous ne voulez pas que les provocations insensées du paltoquet mégalomane vous retombent sur le nez.

Poutine n’est pas Bayrou, les troupes russes ne sont pas une variante des Gilets Jaunes, leurs missiles ne sont pas des mortiers de fêtes foraines, et l’armée française incapable de s’opposer à des bandes de pouilleux sur son propre sol, n’a pas les moyens de riposter. Nos bombinettes seraient interceptées en vol par les vecteurs hypersoniques, voire renvoyées direct à l’expéditeur.

Je dis ça, je dis rien

Moi je ne risque pas grand chose. J’ai quitté la France il y a 10 ans. Quand, retour des USA, j’ai cru m’être trompé d’avion et avoir atterri à Kaboul.

Si le sénile de Washington, l’inverti de Paris et les philistins de l’OTAN et de l’Eurocrature poussent les Russes dans leurs derniers retranchements, ceux-ci ne gaspilleront pas leurs missiles et leurs bombes nucléaires tactiques sur des petites îles du Pacifique Sud sans intérêt stratégique ni économique.

118 îles françaises, trois fois plus en comptant les anglophones, et des dizaines d’îlots inhabités, avec un bateau, ça permet d’attendre tranquillou la fin du monde.

Par contre chez vous, ça pourrait barder. Prévenez vos relations et connaissances qui seraient tentées de voter pour le banquier-psychopathe-guerrier de carnaval !

Christian Navis

https://climatorealist.blogspot.com/