La Tyrannie sanitaire selon Macron

Hannah Arendt écrivait en 1958 que rien ne caractérise mieux les mouvements totalitaires en général, et la force de leurs leaders en particulier, que la rapidité surprenante avec laquelle on les oublie et la facilité surprenante avec laquelle on les remplace. Cette particularité a un rapport avec l’inconstance des peuples.

Mais elle s’explique aussi par l’obsession des leaders totalitaires qui veulent rester au pouvoir aussi longtemps qu’ils demeurent En Marche. On aurait tort de croire que l’inconstance et la capacité d’oubli des peuples signifient qu’ils seraient guéris de l’illusion de Macron totalitaire. Une erreur grave consisterait, au prétexte de cette inconstance, à oublier que les régimes totalitaires, aussi longtemps qu’ils sont au pouvoir, et les dirigeants totalitaires tant qu’ils sont en place, commandent et s’appuient sur la propagande jusqu’au bout.

L’accession de Macron au pouvoir fut légale en 2017 selon la règle majoritaire, mais il n’aurait pas pu maintenir son autorité sur de la population, survivre aux nombreuses crises intérieures, s’il n’avait bénéficié du soutien de la propagande des médias corrompus. Une croyance répandue veut que Macron ait été un simple agent du lobby GOF-LGBT à la manœuvre pour la plus sinistre des conspirations contre la France.

Ce sont là des allégations à la limite de l’indiscutable. Et il n’est pas possible d’attribuer l’élection de Macron à autre chose que la victoire d’une propagande mensongère bien orchestrée par les médias pour l’ignorance de la population. Car la propagande, qui précède et accompagne l’élection de Macron, est aussi nette que trompeuse, et le candidat à la tyrannie totalitaire commence par refuser tout débat sur ses forfaits passés et en annonçant en détail un programme futur qui ne sera pas appliqué. Macron réélu ne fera rien !

Les électeurs moutonniers de Macron veulent se mettre l’esprit en repos. Ils ne voient rien, ou plutôt ils ne veulent rien voir. C’est naturellement le parti pris le plus simple et le plus commode. Les électeurs moutonniers de Macron, par une ridicule et mensongère affectation de pruderie, se lamentent sur l’état de la France où vivent tant de gens qui manifestent leur révolte et leur profonde indignation à l’égard de Macron, mais ferment les yeux et se détournent des abominations de Macron coupable de cette Sodome et Gomorrhe.

Contre ces électeurs moutonniers de Macron, les abstentionnistes voient très bien les conséquences terribles de ce mal envahissant, mais se contentent de hausser les épaules, étant persuadés qu’on ne peut rien entreprendre d’efficace contre lui, de sorte qu’il n’y a qu’à laisser aller les choses sans devoir aller voter.

Les identitaires sont convaincus que le mal exerce à notre époque une force d’attraction morbide.

Le plus inquiétant dans le succès des abominations de Macron est le désintéressement des Français pour la politique. Il est clair que les électeurs de Macron ne sont pas ébranlés dans leurs convictions lorsque des violences sont commises contre des Gilets jaunes, ces gens qui n’appartiennent pas au mouvement En Marche ou même qui lui sont hostiles et quand ils deviennent les victime de la persécution par Macron.

Il est clair que cette conviction des électeurs de Macron survit à toutes les expériences réelles. Elle abolit l’intérêt personnel le plus immédiat, comme la simple liberté d’expression, qui a toujours sa source dans une liberté individuelle qui reste soumise au débat, à l’expérience du réel et à la contradiction.

Le mouvement Z provient de l’expérience fondamentale et prend naissance au cours du combat anti-Macron. Le mouvement Z repose simplement sur une profonde cohérence logique et sur la poursuite du combat politique anti-Macron. Contrairement aux idées des électeurs moutonniers de Macron qui n’ont pas de réelles convictions et encore moins d’idéal, et qui se laissent manipuler pour voter Macron, le mouvement Z se développe à l’intérieur d’un cadre organisé du mouvement anti-Macron, c’est pourquoi il tient debout.

Les électeurs moutonniers de Macron ne peuvent être atteints par les preuves ni par l’argumentation de la malfaisance de Macron contre la France et les Français. Leur conformisme absolu semble avoir détruit jusqu’à leur faculté d’esprit critique. Ce ne sont pas des citoyens ayant des opinions, mais des intérêts dans la spoliation des affaires publiques. Macron a imposé une tyrannie sanitaire, mais pas une dictature.

On sait que le fascisme italien n’était pas totalitaire, surtout par le faible nombre des condamnations politiques. Certains accusés furent même déclarés innocents, procédure totalement inconcevable avec les amendes contre les citoyens normaux sous la répression de la tyrannie sanitaire non appliquée dans le 93.

L’important est que, dans les pays européens, la tyrannie sanitaire fut précédée par les mensonges de la propagande de la peur pour imposer un objectif trop ambitieux et absolu avec le confinement pour tous.

Une fois qu’il avait asservi les masses avec la tyrannie sanitaire, la dimension absolue du candidat au pouvoir totalitaire obligea la population à se conformer au schéma familier d’une domination de classe.

C’est seulement si Macron était réélu que la France aura connu une domination totalitaire intégrale, et l’on peut se faire une idée des sacrifices que ceci entraînera non seulement pour les êtres inférieurs, ceux qui ne sont rien, mais aussi pour les classes moyennes rackettées et ruinées d’après les plans de Macron.

La dépopulation désastreuse du pays lui-même représente une menace sérieuse. C’est seulement là que le régime de Macron totalitaire est tout à fait possible avec le Grand Remplacement. Et en même temps, les mouvements islamistes totalitaires sont possibles partout où des masses de migrants islamisés se sont découvert un appétit d’organisation politique pour imposer une république islamique en France et en Europe.

Les Français ne sont pas unis par la conscience d’un intérêt commun. Ce sont des gens qui, du fait de leur indifférence, ne peuvent s’intégrer dans aucun mouvement fondé sur l’intérêt commun, qu’il s’agisse de partis politiques, d’organisations professionnelles ou de syndicats, La plupart des gens qui votent Macron sont politiquement indifférents et ils n’adhèrent jamais à un mouvement fondé sur l’intérêt commun.

La masse de gens qui votent rarement auxquels les partis ont renoncé, les jugeant trop apathiques ou trop stupides pour mériter leur attention, sont attirés par le mouvement Z qui trouve là une clientèle qui n’avait jamais été touchée par le système corrompu des partis. Ces Français n’ont pas eu besoin de réfuter les arguments du système corrompu des partis qu’on leur opposerait et préfèrent leurs convictions aux tentatives de la propagande islamique de la caste politico-médiatique corrompue. Le succès du mouvement Z sonne le glas des illusions de la fausse démocratie parlementaire de Macron, manipulée et soumise à l’Islam.

En clair, sa majorité soumise n’a aucune liberté face aux lois partisanes du gouvernement Macron.

Thierry Michaud-Nérard

image_pdfimage_print

2 Commentaires

  1. Tient on ne voit plus le guignol Véran porte parole incapable de Macron et des labos ? Il doit avoir le trouillomètre à 0 et se planquer au fin font d’un trou de rat !

  2. la preuve que macron et ses guignols commencent à transpirer, il ont fait placer en GAV par les putes de la DGSI une avocate qui a engagé des procédures pour les confondre dans leurs escroqueries

Les commentaires sont fermés.