1

La voie de la reconquête

presse troca RL

 

Quelle est l’histoire du grand rassemblement de la reconquête ? Est-ce un conte, une légende ? Pourquoi y parle-t-on d’assassins, de guerres ?

Il existe quatre types de guerres.

La guerre de première génération est une guerre de masse.

Au Champ de Mars étaient les derniers antiques résistants à l’envahisseur.

Leur mémoire restera en chaque citoyen véritable.

La guerre de deuxième génération est une guerre de stratégie.

Au musée de la place du Troc s’est constitué le premier réseau de résistance nationale.

Deux Germaines en sont à l’origine.

L’une est gisante au Panthéon des grands hommes.

L’autre est au Panthéon ancestral du pays dogon.

La guerre de troisième génération est une guerre de communication.

Le monde libre la croyait gagnée à la chute du mur.

Cette guerre a repris plus fort que jamais, elle est désormais numérique.

Cette guerre divise des familles qu’on croyait unies.

Le visage de la guerre a changé.

Vient alors la guerre de quatrième génération.

C’est la guerre hybride, asymétrique, protéiforme.

C’est une guerre où on ne sait plus qui tue qui.

C’est la guerre de celui qu’on disait gentil et sans histoire.

Il prend un véhicule, un couteau et frappe dans la foule au hasard.

Le peuple dont les enfants sont massacrés est en colère.

Les chefs parlent ; la foule hurle.

Venue du Champ de Mars à la place du Troc, la foule n’attend plus.

Ainsi va la révolte, elle fonce telle un rhinocéros.

Or, mieux vaut-il que le rhinocéros trouve sa voie…

Vient alors le grand olivier au visage de bronze.

Le grand olivier parle et parle encore.

Et les chefs parlent et parlent encore.

La foule exulte.

Le soleil est de plomb.

La soif est là.

La mère patrie est là elle aussi, toujours debout.

Malgré le poids de l’âge, elle reste là, fière comme la Dame de fer.

Tous font preuve d’un grand courage.

La sécurité s’est fait attaquer par deux fois aux points d’entrées ouest.

Les assaillants armés de gants coqués ont été repoussés.

C’est que la force de l’ordre veille.

Les Gilets blancs s’affairent au secours de chacun, tant que faire se peut.

La protection civile aussi…

Pourtant, c’est dans le silence que réside l’espoir.

Peut-être le silence s’exprimera-t-il dans l’urne.

Mais il est à craindre que ce silence reste sous influence.

Car le plus probable est que la voie de l’urne ne soit qu’un leurre.

Le Grand Ouest s’est déjà fait voler l’élection.

Rien ne semble pouvoir ébranler l’État obscur.

Les badauds tournent autour de la place et ne se fichent que d’eux-mêmes.

Le courage en soi ne suffit pas.

L’action de résistance, si elle n’est coordonnée, ne suffit pas.

Le général en question le reconnaît lui-même.

C’est à chacun d’organiser sa propre défense.

Le sous-nombre reste à gérer.

Que faire seul face à l’Histoire ?

Qu’une Bastille du pouvoir soit érigée puis renversée.

Il en restera toujours des pierres.

Que ces pierres soient cassées, retaillées, revendues, troquées trafiquées.

Il en restera du gravier, des scrupules.

Que ce scrupule soit concassé, broyé, pilé, pulvérisé.

Il en restera des grains de sable.

Nous sommes le grain de sable dans le système inhumain.

Le grain de sable, c’est toi, c’est moi.

Et ce quel que soit ton totem ou ton gilet :

– croisé ou nommé, loup ou agneau, ours ou trident,

– pleine lune du tao ou nuit du doute,

– sage en soi ou pour les autres ;

Rien ne peut plus nous diviser.

Nous sommes si insignifiants pour eux.

Un à un nous enrayerons ce système qui nous tue à petit feu.

Et la machine hoquettera puis s’arrêtera.

Si la voie de la reconquête n’est pas gouvernementale, elle est législative ou communale.

Si elle n’est pas communale ou de quartier, elle est syndicale.

Si elle n’est pas syndicale, elle est dans la rue.

Si elle n’est pas dans la rue, elle est sur la toile.

Si elle n’est pas sur la toile, elle est dans l’esprit.

Telle est la réalité que devra affronter le foutriquet.

Telle est la loi ultime du multivers.

Alors sur la voie de l’isoloir, on peut dire au sage, au bouddha-en-soi :

Même si rien ne sert, ne t’abstiens plus, n’hésite plus ! Fonce !

Va seul tel un rhinocéros !

Va seule telle l’unicorne !

Que de toute la patrie, la force soit avec toi !

Pierre de La Bastille

Reconquête helléno-bouddhique