La voiture électrique, une nouvelle escroquerie des écolos

Publié le 17 novembre 2018 - par - 481 commentaires - 62 217 vues
Share

voiture électrique

Au même titre que les écologistes qui cherchent à torpiller le nucléaire, qui représente 75 % de la production d’électricité en France et reste une énergie propre moins coûteuse que les énergies fossiles, on s’acharne à promouvoir la voiture électrique qui va tout simplement détruire l’industrie automobile française, sans régler le moins du monde les problèmes de santé publique ou de réchauffement climatique.

Car en France, on ne produit pas de batteries, qui viennent toutes de Chine, de Corée ou du Japon. Ce n’est pas en tuant les motoristes français qu’on va sauver l’emploi.

Nos constructeurs ont toujours été les champions du moteur diesel, et on tue le diesel ! Nos moteurs sont d’ailleurs utilisés sur de nombreux véhicules étrangers.

Au lieu d’encourager l’allègement drastique des véhicules, l’aérodynamisme, le rendement des moteurs thermiques et les systèmes antipollution, on se lance dans le tout électrique alors que c’est encore une escroquerie monumentale, qui va coûter très cher au contribuable et va pénaliser nos constructeurs.

https://www.hybridforall.fr/carlos-tavares-patron-de-psa-le-monde-est-fou

https://blogs.mediapart.fr/jerome-fraisse/blog/130318/le-mythe-de-la-voiture-electrique

Je n’ai jamais été un fan de la voiture électrique, qui coûte une fortune, qui est trop lourde, n’a pas d’autonomie et nécessite des bornes de recharge des batteries où il faut attendre un temps fou avant de pouvoir repartir.

Alors que certaines voitures diesel dépassent les 1 000 km d’autonomie en consommant à peine 7 litres aux 100 km…

Vendre une citadine 20 000 euros pour une autonomie de 200 km en théorie, mais moins en pratique, avec un temps de recharge rédhibitoire, c’est une escroquerie.

À 10 000 euros la batterie, d’une durée de vie de 10 ans maximum, ce n’est pas l’automobiliste moyen qui peut rouler tout électrique. La voiture électrique, c’est fait pour les riches, voire les très riches.

Une citadine électrique, c’est envisageable comme seconde ou troisième voiture, dans un rayon de 30 km autour de chez soi. Longs parcours, s’abstenir.

http://www.auto-moto.com/pratique/combien-coute-batterie-de-voiture-electrique-fp-164429.html

J’ajoute qu’une borne de recharge sur la voirie coûte 10 000 euros en moyenne et qu’il en faudrait des millions sur le territoire pour éviter la panne totale.

« À titre d’exemple, il faudra compter 16 heures pour recharger une batterie de 30 kWh sur une prise domestique et moins d’une heure sur une borne rapide à 50 kW, soit de quoi récupérer 200 km environ. Avec un super-chargeur Tesla, tout va plus vite car la puissance monte jusqu’à 120 kW et permet de récupérer jusqu’à 270 km d’autonomie en 30 minutes. »

Mais revenons à l’excellente étude de Jérôme Fraisse  qui nous rappelle quelques lois élémentaires de physique.

Pourquoi une voiture a-t-elle besoin d’énergie pour avancer ?

Primo, pour vaincre la résistance de l’air et secundo, pour vaincre les forces de frottement au sol. Plus une voiture est légère, moins elle consomme.

Tout le monde comprend qu’une voiture taillée comme une boîte à chaussures demandera davantage d’énergie pour avancer qu’une voiture qui a le profil d’un avion de chasse.

En dessous de 50 km/h, ce sont les forces de frottement qu’il faut vaincre. À grande vitesse, c’est davantage la résistance de l’air. Celle-ci quadruple quand on double la vitesse.

Sur ces deux points, la voiture électrique est légèrement avantagée, bien que plus lourde à cause des batteries.

Côté rendement moteur, l’avantage va aussi au moteur électrique, puisque les moteurs thermiques ont un rendement de 30 % (puissance totale fournie/puissance utile récupérée suite aux pertes).

Mais le gros problème, c’est la batterie.

Car pour stocker de l’électricité dans une batterie et la recharger, il faut produire du courant et l’acheminer à la voiture. Centrales nucléaires + centrales thermiques + énergie renouvelables subissent des pertes énormes.

Au bilan, la voiture électrique engloutit plus d’énergie primaire que la voiture thermique.

Avec une puissance totale de 486 Wh/km fournie au départ pour alimenter les centrales, on arrive à 146 Wh/km pour alimenter la voiture électrique ! Rendement global 30 %.

Pour la voiture thermique, on part de 360 Wh/km d’énergie fossile (pétrole), pour arriver à 338 Wh/km de puissance utile fournie. Rendement 94 %.

Donc, si le moteur électrique a un très bon rendement, la chaîne de fabrication d’électricité a un rendement de 30 % ! Ce qui fait perdre tout intérêt à la voiture électrique.

Ensuite, il faut prendre en compte les problèmes de fabrication de batteries au lithium-ion, une denrée rare qui va devenir de plus en plus chère si le parc automobile électrique explose. Une batterie de 400 kg, c’est 200 km d’autonomie !

Selon l’ADEME, Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie, la voiture électrique consomme deux fois plus d’énergie que sa consœur thermique durant la phase de production.

En conclusion, il est trop tôt pour se lancer dans la voiture électrique.

Les batteries sont trop lourdes, l’autonomie insuffisante, le temps de recharge trop long et le coût démentiel.

Et n’oublions pas qu’il n’y a pas que le moteur qui émet du CO2 et des particules fines.

Partout, il est prétendu que la voiture électrique n’émet pas de particules fines.
Mais, comme le signale le magazine Science et Vie (janvier 2015), « les pneus, les freins et l’usure des routes émettent presque autant de microparticules que le diesel ».

Il serait certainement plus facile pour nos constructeurs d’améliorer le rendement des moteurs thermiques, de limiter la consommation, de diminuer les émissions de CO2 et de particules fines, plutôt que d’essayer de développer la voiture électrique dévoreuse d’électricité et de lithium.

Les Japonais ont misé sur le moteur à hydrogène. Il ne pollue pas, le plein d’hydrogène est rapide et la voiture a une autonomie de 600 km.

Problème : la production d’hydrogène est complexe et polluante.

https://www.youtube.com/watch?v=UBRtY3grlM0

https://www.numerama.com/tech/218230-les-voitures-a-hydrogene-se-diffusent-en-californie-est-ce-une-veritable-necessite.html

Tout cela montre que le moteur thermique a encore de beaux jours devant lui et faisons confiance à nos ingénieurs pour en améliorer le rendement et diminuer les émanations nocives.

Et ne croyons pas le discours des écologistes, qui ont menti sur le climat, menti sur le nucléaire, menti sur les éoliennes et mentent sur la voiture électrique.

Ne succombons pas à leur religion délirante et accrochons-nous aux réalités scientifiques. C’est plus sûr !

Jacques Guillemain

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
JEV

pour le kérosène on à : Le kérosène est un mélange d’hydrocarbures contenant des alcanes (CnH2n+2) de formule chimique allant de C10H22 à C14H30.
Et pour le gazole on à : The average chemical formula for common diesel fuel is C12H23, ranging approximately from C10H20 to C15H28.
Pour le gazole on a donc ds chaine carboné jusqu’à 15 carbone, pour le kérosène on s’arrête à 14. Vu que ces 2 carburants sont tous les 2 produits en distillant du pétrole il y a de grandes chances de retrouver les mêmes molécules.

JEV

@Jacques Guillemin
Le kérosène est plus proche du gazole que de l’essence.
D’ailleurs, j’ai connu une personne qui faisait rouler son diesel (de 1970 !) au kérosène.
Il en existe plusieurs variétés. La plus courante est le Jet-A1 qui permet le meilleurs compromis entre capacité énergétique, densité et tenue zux basses température.
Les militaires utilisent du TR0 qui s’en rapproche beaucoup avec quelques additifs pour la tenue au froid. Il existe des variantes selon les pays et les conditions climatiques. Pour les zones très froides particulièrement.

Alors, les avions ils polluent ou pas???

JEV

Les carburants utilisés en aviation sont différenciés en fonction du type de moteur à alimenter. Le carburant utilisé dans l’aviation civile et dans les avions militaires est basé sur le kérosène pur, auquel sont ajoutés des additifs tels que des anti-givrage, anti-oxydants, hydrocarbures, désactivateurs de métaux…

JEV

@jacques Guillemin… Jacques, il faudrait faire un petit commentaire concernant la pollution des véhicules et je m’explique en deux mots… Qui nous construit des véhicules et autres engins qui polluent??? (Voitures, avion, motos, etc)… Qui nous vend les fameux liquides qui polluent? (essence, diesel et autres)… Je pense donc que nous n’avons pas le choix, nous devons acheter des véhicules fabriqués par des constructeurs qui nous obligent à acheter essence et diesel… Essence et diesel que nous vend le gouvernement… Donc, qui devrait payer les taxes pour la pollution??? Je vous laisse deviner… Ils n’ont qu’à construire des engins non… lire la suite

Lucie

Un point sur lequel j’ai de gros doutes, Jacques Guillemain, c’est: « le nucléaire est propre et sûr ». Nous avons le grave problème, toujours pas résolu, des déchets hautement radioactifs que l’on veut enfouir à Bure, dans la Meuse. Je n’aimerais pas avoir ça au bout de mon jardin! Et vous? SI, (un jour peut-être?) on réussit à trouver le moyen de neutraliser les déchets, ceux qui seront enfouis à Bure à 1km de profondeur dans des tunnels, seront inaccessibles et pourront continuer à être dangereux. Et il y a eu des accidents, l’Ukraine, le Japon… les pauvres types qui sont… lire la suite

J. Elsé

Si au lieu de crier à tous vents « beurk, le nucléaire » on avait cherché des solutions pour le traitement et la réutilisations des déchets, on aurait peut-être trouvé des solutions pour le retraitement desdits déchets… En attendant quand l’Allemagne (pour ne citer qu’elle) manque d’électricité, elle fait appel à celle de nos centrales nucléaires ou démarrent leurs centrales à charbon ! Bravo aux champions européens de l’écologie (ou de l’hypocrisie).

Bosquillon de Jarcy

Je suis tout à fait d’accord avec vous en ce qui concerne le nucléaire et ses déchets. En revanche j’ai entendu parler d’un laser qui serait capable de détruire les déchets radioactifs. En avez-vous entendu parler, est-ce vrai et possible ?

lannoo

poser vous les bonnes questions au lieu de tomber dans le panneau « les ecolos sont tous des cons » : vous n avez pas pris en compte l’energie indispensable pour raffiner le pétrole : et là, la facture energetique explose pour les autos thermiques !! et le rendement plonge….et oui, il faut tout compter…. et encore je ne parle pas de l’energie pour produire l’huile et pour la recycler …. vous êtes tombés dans le panneau du dénigrement de la voiture électrique par le lobbying pétrolier mon cher….

MARBOT

Alors! mon cher… , vous avez sans doute des actions chez Tesla, mais voyez vous, mon brave… je n’ai d’action nulle part et sans ignorer des imperfections du GO je préfère le brut raffiné en espérant un prochain miracle de la science!

Antoine Lannoo

Aucune action, c est pour les capitalistes
Moi je suis un travailleur et je me renseigne sur les sujets d actualité au lieu de suivre ce qu on nous dit sans croiser les infos