La vraie violence, ce sont les Français qui la subissent, pas les élus!

MLP-racailles-1.jpg

De plus en plus d’élus se plaignent d’être victimes de violences, physiques ou matérielles : agressions contre leur personne, endommagement ou destruction de leurs biens ou représentations, en sus de diverses menaces verbales. Il est de bon ton de condamner, au moins officiellement, cette violence. Aux Antilles, où l’on ne se laisse pas piquer de force autant que sur le Continent, les forces de l’ordre sont la cible de tirs d’armes à feu lors de manifestations anti-passe. Comment peut-on prétendre condamner ces violences alors qu’on a allumé le feu ?

On peut certes déplorer cet état de faits qui, se joignant aux attentats islamistes et à la sécession des banlieues islamisées, déstabilise notre patrie et commence la guerre civile, le plus dramatique des événements pour un peuple et un pays. Chaque citoyen lucide constate cette situation et aimerait y mettre fin, ne serait-ce que pour nos enfants et l’avenir de la France. Mais les faits sont là, ils sont têtus dit-on. L’exploitation politique d’une crise sanitaire infiniment plus politico-médiatique que ravageuse de vies, a réussi à diviser les Français sur un sujet artificiel, d’une façon si répandue et révélatrice que les conséquences en perdureront longtemps après la crise, laquelle est bien davantage politique, sociale et économique que sanitaire. Qui pourrait prétendre le contraire avec un pourcentage si faible de décès – réels, « du au », et non pas « avec le » covid- par rapport au nombre total de malades ? Il ne s’agit tout de même pas de la peste ou du choléra, nous en sommes fort heureusement bien loin ! Qui acceptera dans un futur proche de reconnaître avoir été trompé par une propagande abusive dont les vraies raisons restent encore à déterminer ? Qui acceptera de dire aux « complotistes » d’aujourd’hui qu’ils avaient, au moins en partie, raison ?

Revenons-en à la violence : dans un passé récent, une élue volée de l’argent qu’elle venait de sortir d’un distributeur a accusé la passivité, voire la lâcheté des témoins. Il lui a été judicieusement rappelé qu’elle a surtout été victime du laxisme judiciaire que ses propres votes personnels en assemblée ont encouragé. Une autre femme, magistrate, a été tuée lors d’une fusillade entre trafiquant de drogue alors qu’elle était dans une station-service. Quelle part du laxisme judiciaire était la sienne ? Peut-être aucune, mais qui sait ? Il s’avère donc que la violence peut frapper ceux-là même qui la laissent se développer. Voici qu’aujourd’hui elle frappe aussi ceux qui l’organisent. Récemment un député a été violemment pris à partie par des manifestants anti-passe pour avoir voté la loi imposant le passe vaccinal. Disproportion ou illustration d’une tentative de rééquilibre ?

La violence des forces de l’ordre utilisée contre les soignants manifestant pour davantage de moyens avant la crise du covid… La même contre les Gilets jaunes avec usage de moyens disproportionnés, des armes de guerre invalidantes alors que la racaille black-bloc et antifa multipliait ses méfaits… La violence orchestrée pour obliger à se faire injecter des produits encore expérimentaux (jusqu’en 2023 au moins) dont le principal fabricant a été condamné de nombreuses fois pour des agissements criminels avec morts d’enfants… La violence mentale instituée qui sépare des couples, des familles, des amis, des voisins, des collègues de travail, des relations de loisirs à propos du fait d’être vacciné ou pas… La violence des malades non soignés alors qu’il existe des traitements du covid validés dans de nombreux pays… La violence d’autres malades non soignés car n’accédant pas aux hôpitaux faute de passe… La violence faite aux enfants dans les écoles avec le masque obligatoire et les tests à répétition… La violence du passé tout récent avec l’interdiction d’enterrer dignement nos morts, de visiter nos Anciens, de circuler librement, et celle encore d’actualité nous empêchant d’accéder normalement aux lieux et activités de la vie ordinaire, avec la carotte et le bâton comme si nous étions des ânes… Comment a-ton pu faire perdre la dignité des gens à ce point ? Et les élus coupables d’avoir voté cette infamie s’étonnent des violences à leur encontre ? Sont-ils stupides ou cyniques ?

La violence, c’est eux qui l’ont entreprise en votant pour ce passe vaccinal alors que la crise du covid -s-il y a- s’amenuise à la faveur du variant omicron qui va probablement nous permettre d’être tous immunisés puisque très contagieux alors que peu dommageable. Bien sûr, ce ne sont pas les promoteurs du vaccin qui vont le claironner sur les plateaux TV ! De plus, il est probable que ce passe vaccinal est, dans les esprits malades qui nous dirigent, le précurseur d’autres passes sur d’autres sujets tels que le carbone ou les points de vie sociale comme en Chine communiste. Ceci n’est pas de la science-fiction puisque existant déjà ! La violence, ce sont tous les effets secondaires, temporaires ou permanents, invalidants ou mortels, que l’on nous cache alors qu’ils se multiplient. Jamais on n’a continué d’utiliser un vaccin provoquant autant de dégâts, jamais on n’en prescrit d’office pour ceux n’en ayant pas besoin, jamais on n’en diffusé en période d’épidémie, jamais on n’en a prescrit pour des femmes enceintes, jamais on n’en a permis l’utilisation à grande échelle alors que l’autorisation de mise sur le marché n’était que provisoire puisque les essais cliniques n’étaient pas terminés. Et jamais on n’a institué de passe, ni collectionné une telle somme de contradictions, d’incohérences et de mensonges ! On n’avait pas encore copié à ce point la Chine communiste ! Complot ? Même pas ! Tout ceci n’est qu’une sorte d’apothéose de la corruption et des conflits d’intérêts que l’on a laissés se multiplier au cours des dernières décennies, orchestrés par les organisations telles que Davos, le Siècle, la Trilatérale, Bilderberg, la Fondation franco-américaine et d’autres encore, dont les réunions sont officielles mais les contenus secrets. En fait « ils » complotent mais nous le savons ! Il n’y a donc pas là de complot, mais la passivité des foules. On peut encore ajouter la violence potentielle contenue dans la loi sur le passe vaccinal, donnant des pouvoirs extraordinaires à l’exécutif en cas d’une urgence sanitaire restant à définir clairement. On peut ajouter aussi la violence représentée par la prochaine interdiction de circuler dans beaucoup d’endroits à de nombreux véhicules que leurs propriétaires n’auront pas les moyens de changer, au prétexte d’un réchauffement climatique d’origine anthropique bien plus idéologique que réel.

Dès lors que les foules commencent à se réveiller, il arrive qu’elles utilisent la violence physique, puisque c’est tout ce qui leur reste face à la force légale mais pas toujours légitime de gens élus, qui le sont de plus en plus par défaut ou par combine politicienne. Si l’on peut désapprouver l’agression physique, il faut se souvenir que l’imposition d’un vaccin expérimental est une violence condamnée par le Code de Nuremberg. Accessoirement, sa pratique peut ne pas être couverte par les assurances. La multiplication des obligations, restrictions, interdictions et contraintes à prétexte sécuritaire ou écologique « emmerde » de plus en plus la vie des Français sans rien apporter de meilleur dans leur vie quotidienne. Elle est source de stress, de désillusions, de pessimisme et même de suicides. Quand on met les foules dans cet état, il ne faut pas s’étonner qu’elles aient des réactions à hauteur de ce qu’elles subissent. Alors, messieurs et mesdames les politiciens, réfléchissez avant de voter n’importe-quoi dès lors que c’est proposé par votre parti ou par des alliances politiciennes sans rapport avec le Bien commun. Vous êtes là justement pour le défendre, alors méritez vos confortables salaires et avantages en prévoyant à long terme ce qui est le mieux pour ceux qui vous ont élus. Comme le disait le président Georges Pompidou, arrêtez d’emmerder les Français ! Ou alors ne vous plaignez pas des suites !

Daniel Pollett

image_pdfimage_print
15

14 Commentaires

  1. effectivement ce sont les francais qui dérouillent,ce week-end encore un élu lrem « agréssé » lors d’une manif anti pass a Perpignan…..pauvre chouchou,une insulte,une vitre cassée et ca y est c’est une agression…..que diraient les francais qui se font taillader la tronche pour une cigarette ou un regard,cette fiottes de politicards n’ont encore rien vu,ducon moretti a illico condamné cette agression,bizarre quand c’est un francais attaqué y a jamais personne,bref encore 75 jours avec ces glands .

    • Nous, cela fait 10 ans que nous sommes sodomisés . Nous n’avons pas le syndrome de stockholm. Nous ne sommes pas sado-masos comme le narcisse camé et sa concubine jean michel. Je crois qu’ils ont dépassé les bords des limites.

  2. Ils en font des caisses avec ce covid. Même le football s y met avec la coupe d Afrique ou les commentateurs balancent carrément le nom des joueurs positifs au covid. Comme si c’était tout à fait normal. Demain dira t on qui est atteint du VIH ou d un cancer. En effet, tout fout le camp sans que cela ne choque personne même les concernés.

  3. Merci @ Daniel Pollett de vous exprimer ce que moi-même pense et tente vainement de faire admettre à certaines connaissances de mon entourage !

  4. Piqué : t’es mort. Y’en a même qui DONNENT leurs enfants à macron et à la science ; expérimentation, çà commence avec les trous de nez, et après ? on normalise (comme tout le reste !) la pédophilie ?
    pas piqué : t’es mort aussi ! niet.
    NON-CITOYENNE des jardins d’hadés de l’élysée maquereauniste, CITOYENNE FRANCAISE, un séjour au pilori, pour tous ces élus traites et mortifères, pour recevoir des seaux de merde dans la gueule à la mesure de leur malfaisance, ne me semblerait pas être une violence condamnable, ni un droit mais un devoir de véritable charité chrétienne et de pédagogie d’induction sociétale, et constitutionnel.

  5. « Je condamne fermement toute violence sur les élus de la république » ! Tu parles Charles, que la majorité de ces vendus récoltent ce qu’ils sèment depuis des dizaines d’années, on ne va pas pleurer pour une petite gifle ou un lancer de varech sur leurs tronches étonnées alors que le Peuple est massacré (par les racailles mais aussi par les robocops castanériens), piquousé sans raison, violé ou décapité. Attendez la suite, car ce ne sont que petits hors-d’oeuvre, si rien ne change le 24 avril…

  6. C’est de la violence gratuite. Si elle était payante, Bercy serait capable d’y ajouter une TVA à 20 %

  7. et une personne a été dédiée à entendre toutes les plaintes des députés larem à l’assemblée nationale! elle ne va pas subir de « burn out » (surcharge de travail)mais sera grassement payée avec nos impots

  8. Ben oui tant que la merde des hordes d’orcs mahometans ne les atteigner pas encore ..Ben c’était les français bas du front qui avais un sentiment d’insécurité phantasmé nes-pas ?….sauf que maintenant eux aussi ne sont plus à l’abri et sa iras crechendo…même les magistrature anti-france se feront massacré dans leurs temple d’orgueil et de pourritures…et moi le patriotes-natios heleno-chretien blanc occidentale….je suis mort de🤗🤭🤣😂🤣🤣😅

  9. Ayant constaté la brutalité, la violence des forces de l’ordre envers les manifestants depuis des lustres, je trouve que les élus concernés devraient d’abord balayer devant leurs portes. Combien d’estropiés, d’éborgnés,voire de morts depuis la création des CRS? J’ai toujours constaté que les forces de police faisaient preuve de violence envers le peuple. Quand je suis contrôlé sur la route, je les trouve particulièrement mal polis et arrogants, que ce soit les gendarmes ou la PN. En plus, souvent, ils s’arrangent toujours à avoir raison, quitte à tricher avec la réalité des faits. Moins je les vois, mieux je me porte.

Les commentaires sont fermés.