L’abomination des expulsions locatives, de Chalot : émouvant, mais…

Publié le 16 janvier 2019 - par - 7 commentaires - 864 vues
Share

Jean-François Chalot, si j’en crois Pierre Cassen, est un personnage curieux. Comme un mélange de Léon Trotsky, au niveau politique (il a longtemps milité chez les trotskistes, et je ne suis pas certain qu’il n’y soit pas encore) et de l’Abbé Pierre.

Il vient de publier un recueil de 110 pages, petit format, intitulé « L’abomination des expulsions locatives ». Cela, c’est le côté Abbé Pierre, et qui ne serait pas révolté, quand on lit la dizaine de témoignages plus bouleversants les uns que les autres, qui étayent cet ouvrage.

Qui peut accepter que des enfants français, nés sur notre sol, puissent dormir dehors, avec leurs parents ? Qui peut accepter que des travailleurs pauvres n’aient pas de domicile fixe, et dorment dans leur voiture ? Qui peut accepter que des handicapés subissent ce sort ? Qui peut accepter qu’à cause de la pression de dealers, une locataire doive être exfiltrée de chez elle, et aller vivre ailleurs ?

Nul doute que Jean-François Chalot, homme généreux, sache défendre ces malheureux, et se batte avec une constance qui force l’admiration, pour aider ces malchanceux de la vie. D’autre part, on sent que c’est un homme bon.

Ainsi, sur facebook, il ose avouer son amitié pour notre fondateur, Pierre Cassen, même s’il ne cite pas son nom.

L’amitié et la camaraderie

Les scissions sont des moments pénibles pour les uns et les autres.

Lorsque l’Ecole Emancipation, tendance révolutionnaire inter-syndicale scissionna en deux tronçons, l’EE et Emancipation, j’ai eu du mal comme d’autres à digérer cette séparation.

J’étais militant Ecole Emancipée depuis 33 ans et je me retrouvais avec les anarchistes et syndicalistes révolutionnaires à l’Emancipation alors que mes camarades de parti : la LCR étaient restés à l’Ecole Emancipée.

Ce qui fut le plus difficile pour moi c’est quand un vieux camarde que je considérais comme un ami a refusé, à partir de ce moment là, de me saluer.

C’est un acte de sectarisme imbécile à mon avis.

La cordialité et plus encore l’amitié doivent être plus forts que les choix politiques des uns et des autres.

Quand le POI, parti ouvrier indépendant a éclaté en deux tronçons en 2015, des camarades qui avaient milité ensemble pendant des dizaines d’années, les uns au POI et les autres au POID ne se parlaient plus .

Cette scission m’a moins affecté que l’autre mais je trouve stupide les comportements de rejet de celui qui n’a pas effectué le même choix que moi.

Il faut séparer le politique de l’affectif .

Militant de gauche, voire de l’extrême gauche , j’ai des connaissances et des amis qui ne pensent pas comme moi, heureusement d’ailleurs, j’en ai même qui sont très loin de mes positionnements politiques.

J’ai quelques amis qui sont devenus macronistes, je les plains car ce ne doit pas être facile pour eux chaque jour mais je continue à les fréquenter, ne mettant pas entre eux et moi un mur infranchissable…..Je ne me compromettrais pas à signer un texte avec eux ou à faire une liste commune aux élections mais pour le reste, je veux bien trinquer avec eux et les fréquenter.

Je suis en bonne amitié avec le fondateur de Riposte laïque, ce qui me vaut des quolibets de certains.

Je le connais depuis 16 ans et, si je combats la nouvelle orientation qui est la sienne, je ne cache pas les liens d’amitié qui sont les nôtres

L’amitié transcende les appartenances et c’est un bien, alors que la camaraderie relie des personnes qui appartiennent à la même organisation et qui peuvent en dehors de leurs relations d’action commune n’avoir que des relations militantes.

JF Chalot

Mais l’auteur n’est pas qu’un humaniste, c’est aussi un militant politique, et à ce titre, on peut reprocher à ce livre un silence assourdissant sur la différence de traitement réservé à ceux qu’il défend, courageusement, majoritairement français, et aux nouveaux venus, clandestins, qui, eux, ne meurent pas dans la rue, ne se retrouvent pas sur le trottoir, mais bénéficient d’une véritable préférence immigrée par rapport à nos SDF.

https://ripostelaique.com/300-sdf-morts-dans-la-rue-en-2016-pendant-quon-bichonne-des-clandos.html

Il avance un chiffre fantaisiste de plus de 2 millions de logements vides en France, mais n’approfondit pas les choix du logement social, qui avec les critères retenus, favorisent forcément les familles africaines où personne ne travaille, et où il y a de nombreux enfants. D’où une espèce de Grand Remplacement qui se met en place dans le logement social, avec ses conséquences de désintégration dans les quartiers populaires, et même dans certains arrondissements parisiens.

Ce silence s’explique d’autant plus que, parmi les contributeurs qui ont participé à cet ouvrage, figurent nombre de responsables socialisants d’une association familiale laïque, le Cnafal – dont le président, Jean-Marie Bonnemayre – qui militent depuis toujours pour un accueil des immigrés sans limite, et naturellement se mobilisent contre toute expulsion.

Bien évidemment, selon lui, il ne faut pas opposer des misères, mais il n’empêche que c’est la France des Gilets jaunes qui paient la générosité immigrationniste de Jean-François Chalot et de ses amis, et que tout ce qui est donné aux nouveaux venus ne va pas dans la poche des plus pauvres, qu’il prétend défendre.

C’est donc un peu facile de jouer les « Abbé Pierre », quand on crée délibérément les conditions du drame qu’on prétend dénoncer. Comme le disait Bossuet, « Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes ».

Lucette Jeanpierre 

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Yohann le debattant

Vous êtes au courant que les lois en France sont toutes en faveur des locataires? Dans mon immeuble, un père et son fils sont restés 3 ans sans payer un sou de loyer et je vous laisse deviner dans quel état le propriétaire a récupéré le logement sans parler des frais d’huissiers etc. Je ne vous parlerais pas de cette pauvre retraitée devenue SDF après que son logement fut squatté avec la justice très complaisante avec les escrocs. Mais ce sont des « salauds de riches » ces petits proprios qui ont trimé toute une vie pour s’offrir un toit, ils ont… lire la suite

Lotus bleu

5-Je me serais bien passé des états d’âme du petit socialiste Chalot sur ses fréquentations qui passèrent d’amicale à froide: t’es plus mon ami, na! De camarade à froide: t’es plus mon camarade, na! Pauvre petit socialiste, c’est pas drôle la vie. Des merdes qui se rejettent entre elles, le contraire m’aurait étonné.
Ils me font rire tous ces socialistes, tous ces communistes, des vraies merdes, mais eux se pensent être des bonnes personnes. Ils sont complètement dans l’erreur et l’illusion. La France peut bien couler avec ces cons-là.

Lotus bleu

4-Revenons à la France, si les élites françaises socialistes et tous leurs petits chiens, leurs serviteurs, arrêtaient l’immigration et renverraient tous les étrangers, je vous parie que tous les SDF, les pauvres, les clochards auraient un toit. Conclusion, ce sont les élites françaises qui créent toutes ces injustices, ces inégalités, ces souffrances envers leurs compatriotes. Mais les Français aiment ça, car ils votent pour ces gens-là depuis plus de 40 ans.
«Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes»

Lotus bleu

3-Et les Français se disent socialistes et humanistes, mon cul. Bande de menteurs et d’hypocrites. Ils se disent aussi Égalitaires et Fraternels. Et mon poing sur ta gueule, est-il fraternel? Et le Chalot, un autre socialiste, participe à l’injustice et au chaos. Je vis depuis plus de 46 ans en Amérique et ici, les Américains et les Canadiens (des Libéraux) prennent plus en soin leurs compatriotes pauvres que ne le font les Français socialistes. Des logements sociaux, ils en construisent, les loyers sont très modiques par rapport au marché privé, ainsi ils peuvent avoir un toit. Mais il y a… lire la suite

Lotus bleu

2-Au sujet des clandestins, des migrants qui viennent en France ou que nos élus s’organisent à faire venir en France et qu’ensuite ils (nos élus) leur offrent un toit, un appartement meublé et leur offre des plats prêts à manger et même, des fois, leur donnent une allocation mensuelle (100 euros?), ça c’est scandaleux.
Dans ces conditions, s’ils le font pour eux, alors ils doivent aussi le faire pour les Français de souche qu’ils soient pauvres, sans emploi ou au chômage ou ayant un travail, mais recevant un maigre salaire.

Lotus bleu

Je n’ai pas tout compris dans cet article. Ce que je n’ai pas compris, c’est qu’il y aurait, en France, des expulsions locatives pour les Français de souche seulement. Mais si les Français ne paient pas leur loyer au propriétaire ou s’ils dégradent l’appartement, il me semble normal que le propriétaire expulse son locataire, non? Après, si le locataire expulsé doit dormir dans sa voiture, à qui la faute?

DUFAITREZ

Expulsion « lectrative » ?
Le logement ? Un droit (?) mais des devoirs, une fois acquis !