1

"L'accord du siècle", après Jérusalem, une autre kermesse pitoyable


Franchement, on se demande s’il ne s’agit pas d’une blague entre copains tant ce plan est unilatéral, naïf, bien américain finalement, avec l’évocation des 50 milliards de dollars. Et il paraît que Washington a mis deux ans et demi pour nous élaborer ce chef-d’œuvre tout droit sorti du cerveau de Jésus-Christ pour établir la paix … et partout dans le monde, paraît-il. Quand on connaît le niveau culturel des Américains qui sont à peine foutus de situer Paris sur une mappemonde, et qui sont convaincus, avec l’infantilisme qui les caractérise, qu’ils ont gagné la Seconde Guerre mondiale alors que sans l’Armée rouge, on aurait tous, tatoué par les nazis sur l’avant-bras, un numéro d’identification propre à nous jeter dans un camp de concentration à la première velléité de révolte… on ne peut être qu’effaré par la nullité de ce document trumpiste.
Quand dans la rue des passants voient deux hommes se battre, que font-ils ? Tout naturellement, ils essaient d’abord de les séparer et quand ils ont réussi, ils essaient de les éloigner l’un de l’autre. C’est exactement ce qu’il faut faire avec les Israéliens et les Palestiniens. La Cisjordanie, c’est un grand coup de poing dans le ventre d’Israël : entre la frontière et la Méditerranée, il n’y a que 12 kilomètres à l’endroit le plus étroit. Et la bande de Gaza, c’est une véritable verrue plantaire. Déjà, ces deux aspects sont inacceptables.
Et puis, et puis surtout, il y a cette haine cultivée dès que le Palestinien est bébé. Cette haine est profondément ancrée dans leurs gènes à cause évidemment de l’islam. En l’état actuel des choses, il est totalement impossible de la leur extraire. Ils en vivent, ils s’en nourrissent et ils en jouissent. Ce ne sont que des malades qui ne rêvent que d’une chose : éliminer Israël bien sûr, perpétrer une seconde Shoah pour être clair !!! Quand je pense qu’il y a des imbéciles genre Macron, genre le secrétaire général de l’Onu qui proposent, eux, une « solution à deux États », c’est à se taper la tête contre les murs.
La seule solution qui vaille, la solution concrète et qui a des chance de réussir mais qui évidemment, sera difficile à mettre en œuvre (mais toute réussite dépend de la volonté qu’on y met) c’est de déplacer les Palestiniens. Ce genre de politique a déjà été appliquée au lendemain de la Seconde Guerre mondiale avec les Polonais et surtout avec les Allemands. Il faut sortir les Palestiniens de Cisjordanie et de la bande de Gaza. Cette fois, il semble que les événements y soient favorables : par exemple, beaucoup de pays arables sont ouverts à ce genre de plan. Tous ces pays ont beaucoup, énormément d’argent et pourraient ainsi, par exemple, sur la côte arabique de la Mer rouge ou en Égypte qui est souple elle aussi vis-à-vis de l’élaboration d’une solution, ou sur une rive du Nil et sur plusieurs kilomètres carrés, favoriser la création d’un État palestinien. Mais tout autre endroit, en terre musulmane, pourrait être également envisagé. L’appui encourageant des grandes puissances comme la Russie, la Chine, l’Union européenne serait par contre indispensable.
Naturellement, il faudrait pour cela réussir au départ à extirper, des cerveaux palestiniens, la pathologie psychotique du Hamas, c’est-à-dire ce besoin fou de haine, cette eschatologie chez eux naturelle à ne penser qu’à exterminer les Juifs. Mahomet n’a mis qu’une génération à leur inculquer le massacre de ceux qui ne sont pas musulmans. Combien de temps allons-nous mettre pour faire des Palestiniens des gens normaux ? Cet aspect, il est vrai, ne nous invite pas, je le concède, à l’optimisme. Mais ce dont je suis convaincu, c’est de la nécessité de déplacer les Palestiniens car encore une fois, ils ne sont pas en état de raison et donc, pas en état de négocier quoi que ce soit. Aussi, l’éloignement seul peut contribuer à les sortir de leurs pulsions d’assassinat. Et là, il s’agira vraiment d’un accord du siècle mais de grâce, assez de bêtise comme cela.
Philippe Arnon