L’accord sur le désaccord européen de Macron signe la fin de l’UE

Publié le 24 juillet 2020 - par - 8 commentaires - 874 vues

Des emprunts non remboursables : encore l’incompétence socialiste ! Une députée socialiste indiqué que les subventions (390 milliards) ne seraient pas remboursées, et le journaleux de service a répété que ces emprunts ne seront pas remboursés. Évidemment que ces 390 milliards seront remboursés par les 27 !…

La fin de l’UE : chronique d’une mort annoncée ! Voilà pourquoi vous devez y croire !

L’histoire de la fin de l’UE est avant tout le récit d’une irruption ultra-violente de la fiscalité européenne socialiste contre les contribuables européens avec l’arrogant et incompétent Macron de Bercy contre les États souverains où ils ont perdu le pouvoir de contrôler leur propre destinée dans le domaine de la fiscalité.

Samuel Furfari : Accord européen : plus de bureaucratie socialiste et moins de liberté économique !

Un accord européen sous le signe de la division : Les négociateurs se félicitent (jour historique, magie européenne, naissance d’une nouvelle Europe), mais pas Mark Rutte, le libéral chef de gouvernement des Pays-Bas et sa bonne gestion des deniers publics. Les États frugaux (Pays-Bas, Danemark, Suède, Autriche et Finlande) ont obtenu une réduction sur les 500 milliards d’euros exigés par Macron-le-petit. C’est aussi une victoire pour la Pologne et de la Hongrie, car il n’est plus question de lier leurs accès aux fonds européens à des diktat de la moraline socialiste sur la politique interne de ces États par la Commission européenne.

C’est la naissance d’un impôt européen pour le mythe du climat et la transition idéologique verte anti-CO2 ! L’Église de climatologie a donc dominé avec ce nouvel opium du peuple pour asservir les masses ! Ce qui en dit long sur les divergences au sein du Conseil européen sur la question des mesures internationales.

L’industrie du plastique n’a pas échappé à la taxe : une nouvelle ressource propre fondée contre les déchets plastique non recyclés sera appliquée à partir du 1er janvier 2021 pour soi-disant renforcer la politique de recyclage du plastique, des États membres étant en retard dans cette filière. À en croire les conclusions, on est en droit de se demander si, pour le Conseil européen, il y a encore un avenir pour l’énergie nucléaire.

  1. Jacquel : Plan de Bruxelles : les pays de Visegrad ont gagné ! Il avait été décidé que les aides de l’UE seraient soumises à conditions : les États membres bénéficiaires devaient obéir à toutes les objurgations de Bruxelles concernant leurs activités législatives. En somme, les mauvais élèves que sont la Pologne et la Hongrie devaient être exclues des aides, à moins de se soumettre à la dictature de l’idéologie bruxelloise.

La dictature de l’idéologie bruxelloise voulait imposer un système visant à remédier aux insuffisances en matière de morale, de bonne gouvernance socialiste des États membres et de respect de l’État de droit…

Le Premier ministre letton Arturs Krisjanis Karins a fait adopter une proposition appuyée par le groupe de Visegrad. Viktor Orbán s’en est réjoui lors d’une conférence de presse avec le Premier ministre polonais !

L’UE, qui n’a pas accompli sa révolution libérale-bourgeoise, a été tuée par Macron sous la tyrannie de l’idéologie socialiste mondialiste libertaire GOF-LGBT. La France, très en retard sur les pays rigoureux en matière de dépense publique, est ruinée par Macron. Sa gabegie socialiste et ses dépenses somptuaires avec l’argent des autres a dépassé toutes les règle de saine gestion en matière de dépense publique.

Cependant, l’histoire de l’UE est pleine de ces extravagances contre les peuples qui n’accepteront pas de tels abus de pouvoir autocratique à la lumière du Brexit. L’Allemagne de Merkel a tellement devancé les autres pays qu’elle s’est sentie forcée de céder le pas. Les Européens se figurent que la propagande de Macron-le-petit est un vain jeu d’esprit. En réalité, elle reproduit le processus de déclin de la France qui meurt avec le socialisme libertaire de Macron-le-petit. Cet accord européen devrait expliquer pourquoi le régime autocratique de Macron-le-petit, tardivement arrivé en politique, est absolument non viable fiscalement et sûrement appelé à être remplacé en 2022, ou même avant si l’élection de 2017 a été manipulée et truquée.

Valeurs actuelles : Affaire Fillon : le scandale du témoignage accablant d’Éliane Houlette contre la procureur général. La procureur général de Paris, Catherine Champrenault, aurait demandé pas moins de 17 remontées d’informations dans l’affaire Fillon. Devant la commission d’enquête parlementaire, elle en a cité seulement 4. Après ses révélations devant la commission d’enquête parlementaire sur l’indépendance de la justice, face à laquelle elle a dénoncé des pressions dans l’affaire Fillon candidat à la présidentielle de 2017, l’ex-patronne du Parquet national financier (PNF) Éliane Houlette a continué devant le Conseil supérieur de la magistrature (CSM). D’après Le Canard enchaîné, l’ancienne procureur a chargé sa supérieure hiérarchique, la procureur général de Paris. Catherine Champrenault, entendue par la commission d’enquête parlementaire, s’est défendue de toute ingérence en disant qu’elle n’avait exigé que 4 remontées d’informations sur l’affaire Fillon. Elle avait dénoncé beaucoup plus de remontées spontanées du PNF que de demandes du parquet général, selon Le Canard enchaîné. Seulement, devant le CSM, Éliane Houlette a radicalement contredit sa supérieure. L’ex-procureur financier a fait état de pas moins de 17 rapports par messagerie électronique et synthèses d’audition, à la demande expresse du parquet général. L’une a donc menti sous serment !

À ces échanges par messagerie électronique s’ajoutaient des demandes orales et des réunions hebdomadaires avec Catherine Champrenault, consacrées pour l’essentiel au dossier Fillon, a dit Éliane Houlette au CSM. “Dans un climat de dénigrement et de violences verbales proférées à l’encontre du PNF, je n’entends nullement participer à (une sorte de complot politique devant sûrement aboutir à) la déstabilisation d’une institution républicaine qui a totalement rempli la mission confiée par le législateur”, a-t-elle fait valoir.

Après la fin programmée de l’ENA, où Macron le pistonné n’a pas brillé par ses compétences, après ses deux échecs à Normale Sup, on a la fin programmée du Parquet national financier (PNF) pour effacer le scandale du dossier Fillon pour la conquête du pouvoir des mondialistes avec Macron-le-petit. Dans la même veine, on a cet accord européen de Macron-le-petit qui ne signifie rien d’autre que la fin programmée de l’UE !

L’histoire de la conquête du pouvoir des mondialistes avec Macron-le-petit n’aurait pas de valeur si elle ne nous enseignait pas cette vérité d’un complot politique puissant et déterminé à abattre la France.

L’enchaînement des étapes socialistes du déclin de la France ne signifie rien d’autre que la fin de l’UE, face à l’invincibilité de la révolte des Européens organisés en mouvements politiques nationaux, comme on a connu l’invincibilité de la révolte des sujets Britanniques pour aboutir finalement au Brexit heureux.

L’histoire du Brexit facilite grandement la compréhension de la révolte des Européens pour la société post-UE. On peut voir que la marche de l’histoire d’une société française déchirée par les manipulations de Macron dévoile complètement, non pas seulement sa réalité de l’Anti-France, mais aussi son âme pervertie.

Plus sûrement, la fin de l’UE doit aider à comprendre le caractère arbitraire des abus de la fiscalité de Macron-le-petit qui ne sera bientôt plus d’actualité, que l’insurrection des Français se soit produite ou non.

On a vu sous nous yeux le mouvement d’une génération de Gilets jaunes encore vivante, ce qui ne manque pas d’importance d’un point de vue politique. C’est pourquoi le risque de l’insurrection est si vivant, il se développe et propose à la France de nouvelles perspectives. Dans l’UE, le problème que représente la fiscalité de Macron-le-petit est absolument à l’ordre du jour. Or, on ne peut concevoir ce qu’est la fiscalité de l’UE, sans avoir élucidé préalablement comment la fiscalité socialiste est une catastrophe pour la France.

La critique des grandes évolutions politiques de l’UE exige une perspective historique sur l’ampleur de ce déclin inexorable de la France socialiste de Macron-le-petit, l’arrogant et incompétent inspecteur de Bercy.

Les peuples européens ne se font aucune illusion au sujet de la fin de l’UE et du fini de la recherche de taxes et impôts nouveaux accomplie par Macron-le-petit pour faire payer toute sa gabegie socialiste et ses dépenses somptuaires avec l’argent des autres. À certains moments, Macron-le-petit n’a pas hésité un instant à employer abusivement les méthodes de racket fiscal qui sont plutôt celles des organisations mafieuses.

Impossible pour lui de ne pas tenter d’utiliser à fond cette fiscalité avantageuse jusqu’à la fin de l’UE.

Il devrait pourtant comprendre à quel point il a abusé et abuse encore de la patience des Français.

Dans cette lutte pour le Frexit post-Macron, les Français sont guidés par l’intention de montrer le plus concrètement possible l’arbitraire du processus même de la fiscalité socialiste abusive contre les Français.

Pour comprendre que cette histoire a été décrite sur le vif, Thierry Breton a osé, sur France info : “Le plan de relance européen ne sera pas payé par les Européens” ! Ben voyons, TAKAYCROIRE !

Mathieu Mucherie, Atlantico : “Et cela devant deux journalistes imbéciles qui n’ont pas relevé et sont aussitôt passé à autre chose ! Si le plan européen (le gloubi-boulga de 750 milliards qui agrège des prêts et des transferts) n’est pas payé par des Européens, alors il devra en toute logique être payé par des (Aliens).

Mathieu Mucherie écarte les extraterrestres, une base fiscale trop incertaine tant qu’on ne connaît ni leur degré de consentement à l’impôt européen, ni le taux de change de leur monnaie avec l’euro. Il écarte les GAFA (le soir même, celui qui a nommé Breton à son poste suggérait que la facture serait envoyée aux… géants du numérique !) car ce n’est pas juridiquement fondé. L’amende de 13 milliards contre Apple en Irlande, dont officiels et médias collabos se gargarisaient pourtant, a été annulée en appel. De toute façon, il y a un problème d’ordre de grandeur (750 milliards), sans compter que la justification économique serait mince.

Dans l’esprit enfantin de Thierry Breton, il faut un tarif extérieur fixé à l’entrée du marché européen. Mais quand on crée un impôt sur les vaches, ce ne sont pas les vaches qui payent l’impôt. Quand on crée une taxe sur un produit importé, ce n’est pas le produit qui va la payer, c’est le consommateur européen !

Dans le Journal of Economic Perspectives, Mary Amiti, Stephen Redding et David Weinstein ont noté que la quasi-totalité des droits de douane 2018 ont été répercutés sur les importateurs et les consommateurs par des prix plus élevés. En 2019, les droits de douane à l’importation des produits étrangers ont coûté aux entreprises et aux consommateurs américains 3,2 milliards de dollars par mois en taxes supplémentaires et 1,4 milliard en pertes commerciales. Les prix des produits soumis à droits de douane ont bondi de 5 à 25%.

Étant donné que les droits de douane 2018 se situaient entre 10 et 30%, la plupart des droits de douane ont été répercutés sur les consommateurs et les importateurs américains. Les auteurs ont montré que l’impact des droits de douane 2018 n’était pas limité aux prix. Ils ont réduit la variété des produits et pesé sur les chaînes d’approvisionnement mondiales. Comment nos officiels si compétents financeront-ils leur méga-plan de solidarité par une pénalisation des classes moyennes européennes, au moment où la question du pouvoir d’achat devient très sensible ? Et en mentant effrontément à la population ! Moralité : Ceux qui vont vraiment payer dans le monde réel sont des consommateurs bien Français, des gens bien de chez nous.

Mais admettons que Macron essaye de raser gratis sans les méthodes péronistes (protectionnisme, défaut sur la dette), comment faire pour que le plan européen ne soit pas payé par les Européens ? Il y aurait bien une solution, mais ne comptez pas sur Breton ou sur Macron pour en parler : ils préféreraient passer pour des protectionnistes plutôt que d’envisager la voie monétaire toute simple qui va suivre :

a/ Vous faites des déficits, des dettes de 750 milliards (c’est le plan européen) ;

b/ Vous faites en sorte que la BCE achète ces titres de dette sur le marché secondaire (c’est ce qu’elle fait au fil de l’eau depuis 2015 avec les QE, son bilan a enflé de plus de 4000 milliards d’euros) ;

c/ Là, petite innovation : Au détour de la page 314 alinéa 2 de sa publication mensuelle que personne ne regarde, on lit qu’une partie de ces titres sont remis, annulés. Ils sont affectés d’un taux d’intérêt faible et les revenus réalisés par la BCE sur son stock d’actifs sont reversés aux trésors nationaux chaque année.

Mais, là, étape supplémentaire, ils annulent, ils rayent ces lignes d’un trait !

d/ Fin de l’histoire. Personne n’a été lésé. Ces dettes ne pèsent plus sur le système, sur l’ambiance.

Les marchés financiers qui ont acheté ces titres à l’émission ont été rémunérés. Et ils ne subissent aucun risque ni aucun défaut. La BCE peut fonctionner avec un bilan déséquilibré pendant des décennies (ce n’est pas une firme soumise à comptabilité privée…). Et elle ne peut faire faillite, en tous les cas pas pour 750 milliards (à peine plus que ce que sa filiale allemande a couvert il y a 10 ans dans des structures obscures de défaisance pour éteindre le feu des créances douteuses des banques régionales gorgées de subprimes…).

Vous direz qu’il s’agit là d’une sorte de taxe inflationniste, hypocrite et régressive, pousse-au-crime, que les européens payeront tôt ou tard. De nos jours, les banques centrales sont si crédibles qu’elles peuvent faire n’importe quoi, quand la moindre peccadille pro-inflation se payait cash dans les années 70. Si cette solution ne passe pas, ce n’est pas en raison de ses dangers potentiels, c’est en raison du refus corporatiste du banquier central qui craint pour son indépendance, et il a des moyens institutionnels pour la défendre.

Donc on ne rasera pas gratis. Donc le plan de relance européen sera payé par les Européens : nous les contribuables et nos enfants jusqu’en 2058, et à la marge, les consommateurs européens des prochaines années au travers du tarif extérieur commun. Donc Thierry Breton a menti et il ne lui reste qu’à démissionner !

Après tout, ses indemnités de départ ne seront pas payées par le contribuable européen. (Atlantico)

En pratique, Macron s’est voulu le porte-parole de l’Europe panier-percé contre les populismes !

Tout gonflé de sa propre importance, Macron-le-petit met en place un mécanisme qui garantit la fin de l’Europe dans les affres de la France de Macron, à savoir l’endettement, la fiscalité de plus en plus délirante et la déconnexion entre les besoins de terrain et l’action publique, gavée de subventions d’argent gratuit.

C’est dire si tout cela est fait par Macron-le-petit avec le plus grand sérieux ! Que peut-on attendre de ces gens-là, et de Macron gay-friendly fiscaliste incompétent, mystificateur, lâche et manipulateur ?

La France socialiste de Macron fiscaliste brûle et pas seulement avec ses églises.

Comme le dit si bien h16 : Ce pays est foutu !

Assurément, tout ça va mal finir !

Thierry Michaud-Nérard

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
Horloger

AVIS AUX MODERATEURS

Quand donc allez-vous arrêter de laisser passer les messages d’insultes directes à madame Tasin, le docteur de Peretti ou le docteur Michaud-Nérard par des trolls stipendiés sous-diplômés qui ne leur arrivent pas à la cheville ? (ici, certainement le même changeant de pseudo, ce qui est enfantin à faire) ?

L’attente entre les validations de commentaire seraient plus facile à accepter. Sinon, le pourrissement des fils va progressivement décourager les contributeurs. C’est l’objectif des censeurs, à défaut de pouvoir encore faire interdire ce site. Les procès à madame Tasin ou monsieur Cassen visant à les ruiner pour les faire taire en sont une facette.

jeannot lapin

article nul, manque de technicité !

Antécumé

Allez, un peu de courage, développez.
Indiquez nous où se situent ces “manque de technicité” et en quoi ils constituent des “manque de technicité”, quels seraient les correctifs à y apportez…..à nous autres pauvres ignorants.

Clovis

Pour les funérailles de l’U.E., je vais faire “une tuf d’enfer” !
Sont invités à participer tous(tes) les Français(ses) de souche.
Amenez de la “zique” des années 70/80, emblème de la LIBERTÉ de VIVRE d’alors du bon peuple Gaulois !
Fêtons le retour de notre LIBERTÉ, de nos FRONTIÈRES, et de notre SOUVERAINETÉ
Avant la fin des libations, devra être constitué le : Tribunal de sauvegarde de l’Histoire, de la Moralité et de l’Avenir LIBRE de la République Française.
Y seront traduits toutes les personnes qui ont trahit notre pays, toutes notions de prescriptions étant exclues !

PS : Humour… quoi que !

Joël

La fin de l’UE ?
Je doute fort que certains chefs d’état et leurs amis non élus de Bruxelles aient envie, comme pour les centrales nucléaires, de démanteler la pompe à fric.
Tant que ça rapporte plus que ça ne coûte, il n’y a aucune raison de cesser le racket.

Emile 2

Les médias organiques de propagande sont tellement présent pour tourner la tête des moutons que je doute ….

Nino

Sortir au plus vite de l’Europe du désespoir, du chômage et de la misère. Certes la situation sera sans doute plus terrible encore pour quelques temps mais il y aura au moins une lueur d’espoir d’un avenir meilleur.

patphil

puisse ce titre s’avérer juste !
j’en doute quand même,

Lire Aussi