1

L’affaire Jeremy Cohen : un nouveau scandale qui va coûter cher à Macron

Parmi les affaires scandaleuses qu’on arrive à connaître malgré tous les efforts des médias pour nous les cacher, il y a par exemple l’affaire de la postière mère de deux enfants et enceinte de cinq mois, tuée par un certain Mamadou qui a laissé son ADN sur la scène du crime et a été condamné seulement à deux ans pour vol malgré le procureur qui demandait trente ans.

Et puis il y a la mort particulièrement scandaleuse et crapuleuse de Jérémy Cohen.

Jérémy Cohen, trente et un an, handicapé, juif portant la kippa, sorti prendre l’air vers 20 h, est mort le 17 février dernier, à Bobigny, après avoir été percuté par un tramway.

L’affaire est classée par la justice-mur-des-cons-aux ordres. Circulez, il n’y a rien à voir. C’est une question de pas de chance, pense la doxa. Certains ont sûrement imaginé qu’il était drogué, ou bourré, ou les deux.

Mais voilà : il est mort devant beaucoup de témoins. Certains ont filmé. La vidéo a fini par faire son chemin, parce que sa famille a mené l’enquête.

Ses frères, suppléant la justice volontairement aux abonnés absents, se sont mis en quête de témoins. Ils ont distribué les flyers dans les boîtes aux lettres. Et le 4 avril, on a fini par savoir ce qui s’était passé.

La vérité n’est pas belle, et l’omerta autour de cette mort est un pur scandale.

Car si Jéremy Cohen a rencontré un tramway sans le vouloir, c’est qu’il fuyait. Qui fuyait-il ? Une bande de racaille islamisée, qui le harcelait.

« acculé par un groupe d’individus dans le renfoncement d’un immeuble », décrit l’avocat de la famille. Sur les images qui ont circulé sur les réseaux sociaux, on distingue 15 à 16 individus qui s’en prennent à lui.  Le jeune homme est « lynché, brutalisé, violenté ».

Dans les images recueillies par la famille, on distingue au bout d’un certain temps un nouvel individu surgir, et asséner « des coups d’une violence extrême », alors Jérémy fuit.

Quand on fuit, on n’a pas toujours le réflexe de regarder devant soi.

La justice, mise devant les faits par la famille, a été obligée d’ouvrir une enquête. Le 29 mars, une information judiciaire a été ouverte du chef de « violences volontaires en réunion ayant entraîné la mort sans intention de la donner ». Le 5 avril, la France découvre avec horreur cette tragédie.

Si la famille n’avait pas mené l’enquête, nous n’aurions jamais su la vraie raison de la mort de Jéremy. Là aussi est le scandale : la justice ne fait pas son travail. Surtout quand il faudrait mettre en cause la racaille arabo-musulmane, car c’est très risqué : la racaille accusée, même à juste titre, met volontiers le feu aux cités, et à la France toute entière, soutenue par une gôche tartuffe qui nie ses responsabilités.

Reste à savoir si l’agression a un motif antisémite. Le père de Jeremy soutient que dans la famille on porte la kippa, et que Jeremy aimait la porter. Un e ses amis a même dit qu’il dormait avec. Donc c’est une agression antisémite. Mais naturellement les « bonnes âmes » disent qu’on n’en a pas encore la preuve.

Du coup, bien obligé, tout le monde politocard s’agite sur commande, oubliant qu’ils sont responsables, eux les gôchos islamo-collabos, de l’antisémitisme des cités car ils l’ont laissé prospérer avec leur immigrationnisme forcené, avec l’islam qu’ils ont favorisé en tout, et qui veut tuer du juif et les Juifs.

Tout le monde se souvient de cet imam qui lors de prières de rues, avait proclamé sans ambages qu’il fallait tuer les Juifs. Comme cela, pour le plaisir ?

Il a été obéi : s’en sont suivis les meurtres antisémites de Mireille Knoll, Ilan Halimi, Sarah Halimi, et bien d’autres moins connus parce que moins médiatisés, voire ignorés comme aurait pu l’être celui de Jeremy Cohen si sa famille ne s’était pas battue.

Choupinet Ier, qui cherche à être réélu bien que les Français n’en veuillent plus, s’est senti obligé de passer un coup de fil à la famille.

Il se serait bien passé de cette affaire, huit jours avant les élections, car elle souligne le manque de sécurité, l’antisémitisme galopant des racailles islamisées, l’incompétence et la partialité idéologique d’une justice dévoyée.

L’affaire Jeremy Cohen, c’est pratiquement l’affaire de Carpentras à l’envers. L’affaire de Carpentras, fabriquée de toutes pièces, avait fait perdre des points à Le Pen, alors qu’il n’y était pour rien.

L’affaire Jeremy Cohen, bien réelle et que nos irresponsables essaient de minimiser la bouche en coeur, peut porter un coup fatal à Macronescu, après Mc Kinsey, Alstom, l’argent de Macron planqué, après tous les scandales, toutes les perfidies , toutes les incompétences notoires du candidat à sa réélection.

Celui qui parle le mieux de ce drame atroce, c’est Eric Zemmour. Il dit : « la mort de Jeremy Cohen est l’épouvantable symptôme de la tragédie que vit notre pays, et face à laquelle notre Etat, nos médias et nos politiciens restent sans voix, impuissants, paralysés par leur cynisme et leur lâcheté»

Eric Zemmour parle aussi du laxisme de la justice, du mépris pour la vie humaine chez les racailles, des mensonges permanents pour couvrir la criminalité immigrée, par crainte de faire monter les extrêmes. 

https://www.zemmour.com/eric-zemmour-la-mort-de-jeremy-cohen-est-lepouvantable-symptome-de-la-tragedie-que-vit-notre-pays-article-complet/

Couvrir la criminalité immigrée pour ne pas faire monter les extrêmes ne peut pas rester impuni. C’est une trahison de la démocratie, c’est une trahison des Français. Pour mettre fin à cette manipulation répugnante, votons Zemmour.

Sophie Durand