L’Afghanistan sur le chemin du bonheur complet avec la charia

L’Afghanistan c’est vraiment le paradis sur terre, qui oserait en douter ? Chaque jour qu’Allah fait arrive une merveilleuse nouvelle talibano-éclairée.

C’est ainsi que le 13 novembre le chef suprême des talibans, l’inspiré Hibatullah Akhundzada, a annoncé l’application la plus extrême de la charia.

Grâce soit rendue à Allah, le pays tout entier va connaître à nouveau les bienheureux raffinements des exécutions publiques, des lapidations, des flagellations, ou encore de l’amputation des mains des voleurs.

Les délits les plus mal vus pour les talibans sont  l’adultère, le fait d’accuser faussement quelqu’un de cette dernière infraction, mais aussi la consommation d’alcool, le vol, le banditisme, l’apostasie et la rébellion.

Pour l’adultère, il doit être prouvé par quatre hommes adultes musulmans. Un impie kouffar attaché au droit occidental prétendrait que cela ne prouve rien et qu’ils peuvent être de mèche avec le mari qui veut se débarrasser de sa femme, mais ce ne sont là que des élucubrations et de la mauvaise foi.

Les femmes, ces êtres mauvais qui ne peuvent à la fois parler et se servir de leur mémoire, sont dans le collimateur. Elles sont trop voyantes, trop bruyantes, elles rient trop fort, il importe qu’elles se soumettent et disparaissent le plus possible de l’horizon des mâles, qui ne peuvent, les malheureux, entrevoir un cheveu de ces abjectes créatures sans être immédiatement détournés du droit chemin.

Les talibans, depuis leur prise de pouvoir en août 2021, sont revenus à l’interprétation très rigoriste de la charia qu’ils avaient lors de leur passage au pouvoir de 1996 à 2001.

Les femmes sont donc de plus en plus écartées de la vie publique et de la vie tout court. La plupart d’entre elles ont perdu leur emploi. Celles qui étaient connues avant l’arrivée des talibans par leur activité publique sont recherchées et doivent se terrer.

Elles ne peuvent voyager sans être accompagnées d’un tuteur masculin. Elles n’ont plus le droit depuis la semaine dernière d’entrer dans les parcs publics. Les talibans leur avaient laissé ce droit, bien sûr en leur imposant des horaires différents de ceux des hommes, toujours selon le principe de la mèche de cheveux qui rend fou.

Et bien évidemment, les collèges et les lycées sont fermés aux femmes. Il est absolument inutile de les cultiver, ou même seulement de les instruire.

Les voilà désormais interdites de jardins, de bains publics et de salles de sport. On devrait faire pareil en France, puisqu’on sait par le très regretté savant Qaradawi que c’est la fornication qui crée les tremblements de terre.

Bien évidemment elles doivent se couvrir étroitement dès que leur parent masculin les autorise (le moins souvent possible) à sortir dans la rue.

La burqa est de règle : ce vêtement qui les couvre entièrement et comporte un tissu grillagé au niveau des yeux. Ce vêtement est source d’accidents car elles ne voient pas toujours bien ce qui se passe dans la rue. Tant pis. Ce ne sont que des femmes.

Des étudiantes (on se demande comment elles peuvent encore être étudiantes) viennent d’être fouettées à Kandahar parce qu’elles refusent de porter la burqa. Elles n’avaient qu’à obéir, n’est-ce pas.

La police de Kandahar a d’ailleurs collé des affiches sur les murs de la ville qui proclament que les femmes qui ne se voilent pas intégralement essaient de ressembler à des animaux. Argument imparable.

En gros, la seule activité qui reste autorisée aux femmes est la cuisine. Et tant pis si manger des sucreries sans bouger, à longueur de journée, est mauvais pour la santé.

Les diabétologues se frottent les mains, mais n’oublions pas que les femmes n’ont pas le droit de se faire soigner par un homme. Comme les femmes ne peuvent plus être médecins, elles ne se feront pas soigner et la boucle est bouclée.

Les féministes, Caroline de Haas, Clémentine Autain, et autre Éloïse Bouton, ou Caroline Fourest, sont muettes à ce sujet. Qui ne dit mot consent. Elles consentent donc à tout cela. Qu’elles se réjouissent, cela pourrait bien se produire assez rapidement en France.

Éric Zemmour, en voyant un reportage sur Tourcoing, (à moins que ce ne soit Roubaix, où le problème est exactement le même, ainsi qu’ailleurs…) s’est exclamé : c’est l’Afghanistan à deux heures de Paris.

Quelle chance ! Pour ceux qui trouvent que c’est exotique d’avoir des excisions dans le voisinage, c’est parfait. Pour les Martine Aubry qui se rasent quand elles n’ont que des Français autour d’elles, c’est idéal.

Nous voilà au courant. L’Afghanistan, c’est juste à côté. Et avec les Ocean Viking qui viendront de plus en plus souvent renforcer les populations déjà présentes dans les banlieues surarmées et radicalisées par des imams subventionnés, nous pourrions bien nous afghaniser plus tôt que prévu.

Cela fera bien plaisir à des gens comme Mélenchon qui ne rêvent que de créolisation, ou à Marie-France Cohen qui, bien à l’abri dans son bunker doré, veut changer la Bretagne et toutes les campagnes en les diversifiant au maximum. Elle a raison, cette dame. Il faut partager nos richesses avec le monde entier, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus rien.

Cela se fera en moins de temps qu’il n’en faut pour l’écrire. Inch’Allah.

Sophie Durand

image_pdfimage_print
15

16 Commentaires

  1. Appliquons la charia en France aux seuls musulmans, ils vont vite se convertir à une autre religion pour éviter les lapidations, les coups de fouet et l’ablation des extrémités en cas de faute sanctionnée par la sharia.

  2. Il faut préciser que l’Afghanistan est le premier pays du monde !
    Le premier par odre alphabétique, au moins dans les langues d’alphabet latin.
    Le parti LFI devait initialement s’appeler  » La France Islamique  » mais pour avancer masqué Islamique est devenu Insoumis, le contraire d’Islam ( soumission ).

  3. Bien évidemment elles doivent se couvrir étroitement dès que leur parent masculin les autorise à sortir dans la rue.

    Chère Sophie, merci pour cette dissertation instructive…..et drolement bien tournée. Personnellement, je n’aurais rien contre le voilement total de ces empaquetées ici dans les rues, cela nous éviterait de les voir (et peut-être qu’on entendrait moins leur immonde charabia dans les transports en commun, avec une couche sur la tronche)

    • @Anne
      Pour une fois, pas OK ! Après le voilement total, ils demanderaient quoi ? On donne un bras et ils demandent le reste. Il ne faut pas céder.

      • SOPHIE : Vraiment BRAVO pour votre texte est très bien tourné comme le dit si bien Anne SCHUBERT.
        Je pense qu’Anne plaisantait, elle ne veut pas plus que vous ou moi, le voile obligatoire, mais c’était une occasion de plaisanter sur leurs chiffons et leurs grandes gueules…
        Ce sont des hystériques : à la moindre occasion, elles poussent des cris. Je finis par comprendre pourquoi les mecs les musèlent.
        Dommage qu’on ne puisse obtenir le silence immédiat par un bon coup de gourdin dans les lieux publics où tout le monde bénéficie de leurs conversations téléphoniques.

    • Pas étonnant que le monde musulman soit autant touché par la consanguinité.
      Si une jeune musulmane ne peut sortir qu’avec son frère ou son cousin devinez ce qui peut se passer.

  4. « es féministes, Caroline de Haas, Clémentine Autain, et autre Éloïse Bouton, ou Caroline Fourest, sont muettes à ce sujet. Qui ne dit mot consent.  » tout comme mélanchon

  5. On n’en rien à foutre des talibans! ils sont chez eux et font ce qu’il veulent…..En tout cas c’est certainement mieux que de prendre des bombes US sur la gueule !

    • @Rems
      Même remarque qu’à Kishin. La charia tue autant que les bombes américaines et si nous continuons ainsi, nous aurons la charia.

  6. « L’Afghanistan sur le chemin du bonheur complet avec la charia »….en quoi c’est notre problème l’ Afghanistan ???

    • @Kishin
      «  »En quoi c’est notre problème, l’Afghanistan ? » »… Lisez mon texte et vous comprendrez. Si nous continuons ainsi, nous aurons la charia nous aussi. Plus clair comme ça ?

      • Vous savez, chère Sophie dont je lis et apprécie tous les articles depuis longtemps, en 35 ans d’enseignement j’ai vu qu’avec certains, il faut beaucoup répéter…

      • A Sophie : Parce que nous ne l’avons pas déjà la charia en France ? Venez voir en banlieue parisienne.

        • @Hoplite
          Certes, mais nous pouvons faire mieux : nous n’avons pas encore la lapidation, l’enfermement des femmes etc etc…et si nous ne faisons rien nous y allons tout droit.

Les commentaires sont fermés.