1

L’Afrique aux Africains…

Pourquoi l’immigration ? Qui les fait venir ? Qui les laisse rentrer ? Que cherchent-ils chez nous ? Que veulent-ils ?

On peut déjà établir avec certitude qu’ils veulent quelque chose de mieux que là-bas, chez eux (où ça schlingue pas mal). Ils ont les moyens de venir (sur des embarcations de fortunes diverses) et des motivations. Vu qu’on peut difficilement agir sur les moyens (on ne va quant même pas leur casser les 2 jambes, si ?), agissons sur les motivations.

Je connais très bien le petit con de gauche, le gauchiste : je lis en lui à livre ouvert. Le gros con de droite, le droitard, m’est par contre nettement moins familier. Et pourtant, si on veut sauver ce qui peut l’être encore, il est (littéralement) vital de neutraliser ces 2 forces de l’anti-France.

En effet, l’analyse du phénomène migratoire  – pour être enrayé définitivement, doit faire l’objet d’une analyse objective ; ce qui n’est pas possible avec des gens d’une telle mauvaise foi. Illustration :

Pour le gauchiste, les Africains (on va se limiter à leurs cas) fuient soit la guerre, soit le changement climatique. Les Noirs ? D’éternelles victimes…

Pour le droitard par contre, les Africains veulent profiter du niveau de vie atteint par les Européens, sans passer par la case « effort ». Les Noirs ? Des gros fainéants et des profiteurs…

L’un comme l’autre nient la réalité économique du continent noir, par confort intellectuel. Bernard Lugan, un gars difficilement classable à gauche, a pourtant rappelé il y a quelques temps déjà l’illusion du développement économique endogène de l’Afrique : l’analyse des flux de marchandises évoque plutôt les schémas d’une économie de comptoirs.

Et pourquoi qu’elle est comme ça, l’économie africaine ?

Le gauchiste : « A cause des racistes… en Europe » (sérieusement, vous vous attendiez à une autre réponse de sa part ?).

Le droitard : « C’est leur mentalité, à ces gens-là. Danser, taper sur un tam-tam, ils connaissent, mais quand il faut travailler, c’est autre chose. » En général, le droitard aimerait en dire plus, mais depuis qu’un certain courant de pensée qui faisait fureur dans les années 30 n’est plus de mode, il se contente d’afficher un sourire qui se veut riche en sous-entendus.

Une analyse un peu sérieuse de l’histoire économique de l’Afrique – mais avec une bonne théorie – révèle problème… et la solution ad hoc. Pour les détails, si vous êtes de droite, continuez à lire Bernard Lugan. Si vous êtes de gauche, c’est Jean Ziegler qu’il vous faut.

Avec de telles saines lectures, on doit pouvoir trancher le nœud gordien. En effet, que ce soit l’école réaliste ou l’école marxiste, toutes deux désignent le même responsable, le commerce mondial, c’est-à-dire la mondialisation capitaliste, de l’état de misère du continent africain.

Si c’est bien exact que le genre humain est mu par les mêmes motivations (survivre, s’épanouir, s’amuser…), quelle que soit la race du sujet, alors mettons-nous à la place des Noirs, un court instant : « la Françafrique impose ses hommes-liges aux postes de pouvoir, la corruption de l’administration est endémique, les richesses naturelles du pays sont entre les mains de prédateurs économiques (blancs et noirs) indifférents aux souffrances, il n’y a pas d’infrastructures de base (électricité, routes, écoles)… que faire ? Ben aller en Europe, tiens ! Honnêtement : vous feriez quoi, à leur place ?

Conclusion : si vous en avez marre des Noirs qui débarquent par milliers chaque semaine, si vous voulez que l’Europe reste européenne, n’écoutez plus les petits cons de gauche qui parient sur l’assimilation, n’écoutez plus non plus les gros cons de droite qui se préparent à la guerre civile : vous vous imaginez tuer des enfants (car il faudrait tuer leurs enfants aussi) ?

Le seul principe de vérité, c’est la réciprocité. Mon voisin ne rentre pas chez moi si je ne l’ai pas invité parce que je ne suis jamais rentré chez sans y être invité.

Militez pour le développement de l’Afrique, par elle-même, pour elle-même.

Exigez la fin de la Françafrique : sans la protection française, les présidents-à-vie se feront bouffer par leurs populations, et ce ne serait que justice…

Exigez la dissolution de l’OMC, la fin des traités commerciaux nord-sud iniques.

Et ça devrait le faire, car maîtres chez eux, ils n’auraient plus aucunes raisons (légitimes) de venir chez nous… Simple mais il fallait y penser.

Mais si vous préférez changer de portable chaque année, et bâfrer 1 kg de chocolat par semaine, alors acceptez que votre fille se fasse violer et votre fils égorger par un « grand Noir ».

Il faut savoir choisir ses préférences…

Geoffrey Delavallée